IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les médias sociaux nuisent à la santé mentale des adolescents
D'après une étude de l'Education Policy Institute

Le , par Nancy Rey

119PARTAGES

11  0 
Les assertions selon lesquelles les médias sociaux peuvent contribuer à l'anxiété et au malheur ont été renforcées par une étude qui a révélé que la santé mentale des adolescents est endommagée par une forte utilisation des médias sociaux. Les recherches menées par l'Education Policy Institute et le Prince's Trust ont montré que le bien-être et l'estime de soi sont similaires chez tous les enfants en âge d'aller à l'école primaire. Cependant, leur santé mentale commence à baisser à l'âge de 14 ans, après quoi les filles connaissent un déclin encore plus marqué.


La santé mentale des adolescents est mise à mal par une utilisation intensive des médias sociaux. Le rapport a constaté que l'effet le plus important se produisait chez les adolescents. Cette nouvelle est certainement inquiétante pour les parents, les adolescents et les sociétés de médias sociaux. Avec les pressions de la diffusion d'informations erronées qui attirent actuellement l'attention des plateformes de médias sociaux, le bien-être de leurs clients ne pourrait pas être une priorité.

Un autre problème majeur est le montant que nous dépensons tous actuellement en ligne en raison de la pandémie. Comme beaucoup d'utilisateurs sont bloqués, nous nous sommes tournés davantage vers les médias sociaux pour garder le lien avec nos contacts. WhatsApp a ainsi enregistré un nouveau record en matière d'appels vocaux et vidéo au cours de la nouvelle année. Les jeunes enfants sont moins touchés par cette tendance, mais elle reste tout de même préoccupante.

Le rapport de l'Education Policy Institute et du Prince's Trust utilise les données de 5 000 jeunes en Angleterre provenant de l'étude de la Millennium Cohort Study. La Millennium Cohort Study est une enquête longitudinale menée par le Center for Longitudinal Studies de l'Université de Londres, qui a suivi la vie d'un échantillon d'environ 18 818 bébés nés au Royaume-Uni en 2000-2001. Cette étude contient un certain nombre de statistiques et de conclusions intéressantes. Elle a révélé que la proportion de jeunes souffrant d'une probable maladie mentale a augmenté ; l'estimation se situe maintenant à un sur six, contre un sur neuf en 2017. Le rapport note également qu'une fille sur trois est mécontente de son apparence physique à l'âge de 14 ans ; cela représente une augmentation d'une sur sept pendant le cursus de primaire. Le rapport souligne également une corrélation entre les jeunes en bas âge dans l'enseignement secondaire et la santé mentale et constate que les garçons de la tranche d’âge inférieure de l'école primaire ont une moins bonne estime d'eux-mêmes que leurs pairs à l'adolescence.

Le Dr Amy Orben, chercheur à l'Emmanuel College de l'Université de Cambridge, estime que les médias sociaux sont à l'origine de ces statistiques inquiétantes. « Ceux qui se sentent plus mal peuvent se tourner vers les médias sociaux pour trouver du réconfort ou se rapprocher de la communauté. Ce n'est pas un vide, cela fonctionne dans les deux sens », a-t-elle déclaré à propos de cette recherche.

Cependant, l'étude a également présenté le revenu familial, l’absence d'exercice physique et la mauvaise santé maternelle comme des facteurs contribuant à une mauvaise santé mentale. La pratique de l'exercice physique a été considérée comme un facteur de santé mentale positive chez les deux sexes. « La participation aux activités et aux sports aura considérablement diminué en raison de la fermeture des écoles et des différents confinements, ce qui aura probablement des répercussions négatives sur la santé mentale et le bien-être », note le rapport. Le rapport a fait un certain nombre de recommandations, dont une enveloppe de 650 millions d'euros pour le financement du bien-être des écoles après la pandémie. Il a également appelé à davantage d'enseignement sur la santé mentale à l'avenir.


Plusieurs études ont établi un lien entre l'utilisation des médias sociaux et la dépression, l'anxiété, les troubles du sommeil, les problèmes alimentaires et l'augmentation du risque de suicide. Une étude réalisée en 2015 par l'université du Missouri a révélé que l'utilisation régulière de Facebook pouvait entraîner des symptômes de dépression si le site déclenchait chez l'utilisateur des sentiments de jalousie. Si les médias sociaux sont utilisés « pour voir comment une connaissance se débrouille financièrement ou comment un vieil ami est heureux dans sa relation - des choses qui provoquent l'envie chez les utilisateurs - l'utilisation du site peut conduire à des sentiments de dépression », explique le professeur Margaret Duffy, qui a coécrit le rapport.

Toutefois, il faut faire attention lorsqu'on établit un lien direct entre la santé mentale et l'utilisation des médias sociaux. La plupart des études portant sur les médias sociaux et la santé mentale « ne sont pas en mesure de déterminer si le fait de passer plus de temps sur les médias sociaux entraîne une dépression ou de l'anxiété, ou si les jeunes dépressifs ou anxieux passent plus de temps sur les médias sociaux. Les voies qui mènent à la maladie mentale sont nombreuses et variées, et suggérer que les problèmes de santé mentale peuvent être attribués aux seuls médias sociaux serait une simplification excessive », disent les chercheurs.

Que doivent faire les parents ?

Les docteurs Catherine Steiner-Adair et Donna Wick, toutes deux psychologues, interrogées recommande que la meilleure chose que les parents puissent faire pour minimiser les risques associés à la technologie est de réduire d'abord leur propre consommation. Il appartient aux parents de donner le bon exemple d'une utilisation saine de l'ordinateur. La plupart d'entre nous vérifions trop souvent nos téléphones ou nos e-mails, soit par intérêt réel, soit par habitude nerveuse. Les enfants doivent être habitués à voir nos visages, et non pas nos têtes penchées sur un écran. Établissez des zones sans technologie dans la maison et des heures sans technologie lorsque personne n'utilise le téléphone, y compris maman et papa. « Ne passez pas la porte après le travail au milieu d'une conversation. Ne passez pas la porte après le travail, dites "bonjour" rapidement, puis "vérifiez vos e-mails », conseille le Dr Steiner-Adair. « Le matin, levez-vous une demi-heure plus tôt que vos enfants et vérifiez ensuite vos e-mails. Donnez-leur toute votre attention jusqu'à ce qu'ils soient sortis. Et aucun de vous ne devrait utiliser le téléphone en voiture pour aller à l'école ou en revenir, car c'est un moment important pour parler ».

Source : Education Policy Institute

Et vous ?

Que pensez-vous des conclusions de ce rapport ? À votre avis, sont-elles surfaites ou conformes à la réalité ?

Quelles solutions pensez-vous qu’on peut mettre en œuvre au cas où ces résultats seraient pertinents ?

Voir aussi :

Est-ce que passer du temps sur les réseaux sociaux peut nous porter mentalement préjudice ? Des chercheurs de Facebook essayent d'y répondre

Dangers des médias sociaux : Facebook devrait être réglementée comme les entreprises de l'industrie du tabac, affirme le PDG de Salesforce

La Chine cherche à restreindre l'utilisation des réseaux sociaux par la presse, les médias ne pourront plus les citer comme source d'information

Les réseaux sociaux inquiètent le plus les parents en ce qui concerne les activités sur les nouvelles technologies, selon une étude

Facebook peut-il causer la dépression ? Une étude établit un lien entre l'utilisation intensive du réseau social et des symptômes de dépression

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 29/01/2021 à 9:43
Bizarre ! Ca ne parle pas des effets néfastes de BFMTV !
3  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 16:17
Je ne vois pas ce que l'âge vient faire là dedans. La négativité appelle la négativité, et ce de 7 à 77 ans.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si on regarde les tendances Twitter on ne voit que des messages de gens qui ne sont pas content. Il n'y a pas grand chose de positif qui ressort. Regardez ça tous les jours ça doit être un peu fatiguant.
Cela dépend aussi d'où tu traînes sur Twitter. Les tendances politiques et "progressim's" sont toxiques au possibles. Les tendances politiques sont à l'image du système politique, pleines de personnes et de tweets à posture, qui tweetent ce que leur chef de file leur dit de tweeter à l'instar des députés qui ne sont que de vulgaires bons petits disciples répandant la bonne parole du parti. Lire le nom (ou la bio) du twittos te permet de savoir déjà par avance ce qu'il va dire. Idem avec les tendances pseudo-progressistes pleines de gens butés sur leurs délires, en mode "ok boomer" avec ceux qui ne sont pas d'accord.

Le reste est souvent plus drôle que méchant, surtout si on a du second degré. Une bonne partie de la négativité a déjà été éliminée donc ça va mieux.
2  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 20:22
Je commence à me demander si les médias en général sont mauvais pour notre santé mentale et si il ne vaudrait pas mieux debrancher le.plus tot de tout( media sociaux, TV, radio...) et passer plus de temps avec nôtre communauté .
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 9:51
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Cependant, l'étude a également présenté le revenu familial, l’absence d'exercice physique et la mauvaise santé maternelle comme des facteurs contribuant à une mauvaise santé mentale. La pratique de l'exercice physique a été considéré comme un facteur de santé mentale positive chez les deux sexes. « La participation aux activités et aux sports aura considérablement diminué en raison de la fermeture des écoles et des différents confinements, ce qui aura probablement des répercussions négatives sur la santé mentale et le bien-être », note le rapport. Le rapport a fait un certain nombre de recommandations, dont une enveloppe de 650 millions d'euros pour le financement du bien-être des écoles après la pandémie. Il a également appelé à davantage d'enseignement sur la santé mentale à l'avenir.
Ça doit être terrible pour des millions d'enfants et d'adolescents, pendant combien de temps encore devrons-nous subir les restrictions ?
Les confinements et les couvre-feux peuvent faire des dégâts considérable sur l'état physique et la santé mentale n'importe qui.

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Les docteurs Catherine Steiner-Adair et Donna Wick, toutes deux psychologues, interrogées recommande que la meilleure chose que les parents puissent faire pour minimiser les risques associés à la technologie est de réduire d'abord leur propre consommation. Il appartient aux parents de donner le bon exemple d'une utilisation saine de l'ordinateur. La plupart d'entre nous vérifions trop souvent nos téléphones ou nos e-mails, soit par intérêt réel, soit par habitude nerveuse. Les enfants doivent être habitués à voir nos visages, et non pas nos têtes penchées sur un écran. Établissez des zones sans technologie dans la maison et des heures sans technologie lorsque personne n'utilise le téléphone, y compris maman et papa. « Ne passez pas la porte après le travail au milieu d'une conversation. Ne passez pas la porte après le travail, dites "bonjour" rapidement, puis "vérifiez vos e-mails », conseille le Dr Steiner-Adair. « Le matin, levez-vous une demi-heure plus tôt que vos enfants et vérifiez ensuite vos e-mails. Donnez-leur toute votre attention jusqu'à ce qu'ils soient sortis. Et aucun de vous ne devrait utiliser le téléphone en voiture pour aller à l'école ou en revenir, car c'est un moment important pour parler ».
Cette histoire d'enfants qui ne voient pas les visages, ça rappelle les histoires de masques.
Ne jetons pas les besoins des bébés avec l’eau du bain
Mais certaines conséquences sont moins immédiatement repérables, et priver le bébé de plus de la moitié du visage de son interlocuteur plusieurs heures par jour entraîne un risque d’incompréhension relationnelle, car le bébé ne peut plus utiliser les canaux habituels pour lire dans le visage de l’adulte la tonalité émotionnelle de l’interaction. Surtout, le visage de l’adulte est un miroir, comme le disait le pédiatre britannique Winnicott, et ce sont les états émotionnels du bébé que le visage de l’adulte reflète quand il sourit en réponse à un babillage, ou qu’il exprime son empathie devant ses pleurs. Privé du bas du visage de l’autre, une bonne partie de ces informations infraverbales sont perdues, et l’enfant peut se sentir davantage confus dans ses interprétations.

Alors, de quels risques parlons-nous ? Principalement d’un risque d’altération de l’identification des émotions, d’un sentiment d’insécurité, d’une entrave dans le développement de la communication orale, voire, par mimétisme ou par manque de stimulation, une tendance à l’immobilité du visage. Nous avons pu le constater dans certains services de pédiatrie, où le port systématique du masque entraînait des retards dans l’acquisition du sourire-réponse, de la diversité des vocalises (qui s’appuient beaucoup sur l’imitation des mouvements des lèvres des adultes) chez les bébés longuement hospitalisés.
=====
Si on regarde les tendances Twitter on ne voit que des messages de gens qui ne sont pas content. Il n'y a pas grand chose de positif qui ressort. Regardez ça tous les jours ça doit être un peu fatiguant.
2  2 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 28/01/2021 à 20:26
Je suppose que le problème est que la plupart des communautés sont complètement dépendantes de ces media sociaux m, donc nous nous retrouvons dans une situation où il.est difficile pour la plupart des gens de sen déconnecter pendant une longue période
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2021 à 10:19
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Je ne vois pas ce que l'âge vient faire là dedans. La négativité appelle la négativité, et ce de 7 à 77 ans.
Les évènements que tu vies pendant l'enfance et l'adolescence ont plus d'impact sur ta personnalité qu'à l'âge adulte.
Par exemple, en règle générale c'est un peu plus traumatisant de se faire violer à 6 ans qu'à 32 ans. (en quelque sorte, quand on est jeune on est plus modelable, c'est là que notre psychologie se forme)

Et il y a aussi une histoire de pourcentage.
Le gars qui aura 7 ans en 2022, aura vécu 2 ans de confinement, ça fait 2/7 de sa vie, ce qui est énorme. (28,57%)
Alors que pour celui qui aura 70 ans, ça ne représentera que 2/70 de sa vie.
Il y a des jeunes qui ont passé une partie non négligeable de leur vie sur les réseaux sociaux.

Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Cela dépend aussi d'où tu traînes sur Twitter. Les tendances politiques et "progressim's" sont toxiques au possibles.
Actuellement dans les tendances il y a #confinementHYBRIDE et #Macron, et en cherchant bien on peut trouver des critiques envers le gouvernement. C'est toujours sympa. Au moins il reste un peu de liberté d'expression.
Mais parfois on a l'impression que c'est contrôle, il y a des idées qui sont plus visible que d'autres.

Citation Envoyé par Acheumeuneu Voir le message
Bizarre ! Ca ne parle pas des effets néfastes de BFMTV !
Si des enfants sont exposé à BFM TV, ils vont avoir des séquelles graves. C'est très dangereux.
0  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 16:57
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Actuellement dans les tendances il y a #confinementHYBRIDE et #Macron, et en cherchant bien on peut trouver des critiques envers le gouvernement. C'est toujours sympa. Au moins il reste un peu de liberté d'expression.
Mais parfois on a l'impression que c'est contrôle, il y a des idées qui sont plus visible que d'autres.
Perso je vois ça comme le marché des années 2020, avec les comptes toxiques dans le rôle des militants qui tractent et les (top) tendances dans le rôle des allées noires de monde entre le boucher et la poissonnière.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 6:37
Chaque fois que je lis un article sur l'anxiété qu'inspire les réseaux sociaux, je suis toujours fascinée par l'isolement de cette communauté et par le peu d'importance qu'elle revêt dans l'ensemble
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 6:40
Et malheureusement sous cette ère COVID, YouTube et les autres plateformes sociales ont pris le pas sur tout le reste. J'espère qu'il sera facile de revenir dans le monde réel, socialement parlant.
0  0