Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le lien entre les médias sociaux et la dépression est plus fort chez les filles que chez les garçons,
Selon une étude

Le , par Bill Fassinou

237PARTAGES

14  0 
La santé mentale des jeunes est un problème majeur de santé publique qui représente un fardeau sociétal et économique important à l'échelle mondiale. L'adolescence est une période de vulnérabilité au développement de la dépression et les jeunes ayant des problèmes de santé mentale sont plus à risque d'avoir une mauvaise santé mentale tout au long de leur vie. L'utilisation des médias sociaux est devenue la principale forme de communication pour les jeunes partout dans le monde. Il ne fait aucun doute que l'utilisation des médias sociaux peut être bénéfique. Ils peuvent être utilisés comme source de soutien social et d'acquisition de connaissances, mais de plus en plus de preuves suggèrent des associations avec une mauvaise santé mentale chez les jeunes.

Selon une étude publié jeudi dernier, il semblerait qu'il y a un lien entre l'utilisation des médias sociaux et les symptômes dépressifs chez les jeunes de 14 ans, et ce lien pourrait être beaucoup plus fort chez les filles que chez les garçons. Bien que les médias sociaux puissent être un outil utile pour les adolescents pour apprendre et rester en contact avec leurs amis, les experts préviennent depuis longtemps que l'utilisation des ces réseaux sociaux peuvent avoir des inconvénients. « Les données probantes suggèrent que l'utilisation des médias sociaux est associée à la santé mentale chez les jeunes, mais les processus sous-jacents ne sont pas bien compris. Cet article évalue si l'utilisation des médias sociaux est associée aux symptômes dépressifs des adolescents, et étudie de multiples voies explicatives potentielles via le harcèlement en ligne, le sommeil, l'estime de soi et l'image corporelle », peut-on lire dans l'étude publiée.


Chez les adolescents qui utilisent le plus les médias sociaux plus de cinq heures par jour, l'étude a montré une augmentation de 50 % des symptômes dépressifs chez les filles contre 35 % chez les garçons, lorsque leurs symptômes étaient comparés à ceux des adolescents qui utilisent les médias sociaux pendant seulement une à trois heures par jour.
« Nous avons été très surpris lorsque nous avons vu les chiffres et ces pourcentages : le fait que l'ampleur était beaucoup plus grande pour les filles que pour les garçons. Il y a une différence alarmante », a déclaré Yvonne Kelly, première auteure de l'étude et professeure d'épidémiologie et de santé publique au University College London, au Royaume-Uni. Pourtant, l'étude n'a pas montré directement un lien de cause à effet entre l'utilisation des médias sociaux et les symptômes de dépression, qui peuvent inclure des sentiments de malheur, d'agitation ou de solitude. Car, les résultats n'ont pas prouver que l'utilisation fréquente des médias sociaux a causé des symptômes dépressifs, ou vice versa. L'étude a également décrit d'autres facteurs, comme le manque de sommeil et la cyberintimidation.

Pour l'étude, les chercheurs ont analysé des données sur 10 904 jeunes de 14 ans nés entre 2000 et 2002 au Royaume-Uni. Les données, qui proviennent de l'étude britannique Millennium Cohort Study, comprenaient des informations tirées de questionnaires sur les symptômes dépressifs et l'utilisation des médias sociaux chez les adolescents. Les symptômes dépressifs ont été enregistrés sous forme de scores, et les chercheurs ont examiné quels adolescents avaient des scores élevés ou faibles. Ils ont constaté qu'en moyenne, les filles présentaient des scores de symptômes dépressifs plus élevés que les garçons. Les chercheurs ont également constaté que les filles ont déclaré utiliser davantage les médias sociaux que les garçons ; 43,1 % des filles ont déclaré utiliser les médias sociaux pendant trois heures ou plus par jour, contre 21,9 % des garçons.

En examinant les différences entre les filles et les garçons qui passent le même temps sur les médias sociaux, les chercheurs ont constaté une association plus forte entre l'utilisation des médias sociaux et les symptômes dépressifs chez les filles. Les données ont montré que chez les adolescents qui utilisaient les médias sociaux pendant trois à cinq heures, 26 % des filles et 21 % des garçons présentaient des scores de symptômes dépressifs plus élevés que ceux qui utilisaient les médias sociaux pendant seulement une à trois heures par jour environ. « Pour les filles comme pour les garçons, plus ils utilisent les médias sociaux, plus ils sont susceptibles d'avoir des problèmes de santé mentale, mais peu d'études ont été en mesure d'en chercher les raisons. Nous avons examiné quatre explications possibles simultanément, et c'est le premier document à le faire. Nous avons examiné les habitudes de sommeil, les expériences en ligne, donc la cyberintimidation, la façon dont ils pensaient à leur corps ou à leur image corporelle, et s'ils étaient satisfaits de leur apparence et de leur estime de soi. Ces quatre facteurs à savoir le sommeil, le cyberharcèlement, l'image corporelle ou le bonheur avec l'apparence, et l'estime de soi sont tous liées au risque de dépression », explique Kelly.


En d'autres termes, ces expériences étaient liées à l'utilisation fréquente des médias sociaux, ce qui signifie qu'elles pouvaient jouer un rôle dans les symptômes dépressifs. Parmi eux, le sommeil et la cyberintimidation semblaient être les plus importants, a dit Kelly. Quant à la grande différence entre les sexes dans les données, l'étude n'a pas donné d'explications, mais Kelly avait quelques idées. « Mon meilleur choix serait le genre de choses que les filles et les garçons font en ligne. Au Royaume-Uni, les filles ont plus tendance à utiliser des choses comme Snapchat ou Instagram, qui est plus basé sur l'apparence physique, la prise de photos et les commentaires sur ces photos. Je pense que c'est lié à la nature de l'utilisation », dit-elle. Toutefois, L'étude comporte certaines limites, notamment le fait que les résultats ne montrent pas une corrélation entre les symptômes dépressifs et l'utilisation des médias sociaux.

« Je dirais que les filles courent un plus grand risque de dépression que les garçons après la puberté et que la dépression est un trouble causé par des déterminants génétiques et environnementaux, y compris sociaux, et leur interaction. Si le fait d'être en ligne est l'un des facteurs sociaux qui favorisent la dépression, je ne suis pas surprise qu'il existe des différences entre les sexes et que les filles soient plus vulnérables. Quand il s'agit de dépression, les filles sont plus vulnérables », a déclaré la Dr Anne Glowinski, professeure de pédopsychiatrie à l'Université de Washington à Saint-Louis, qui n'a pas participé à la recherche. Le Dr Gary Maslow, psychiatre pour enfants et adolescents à Duke Health et professeur adjoint de pédiatrie à l'Université Duke de Durham, en Caroline du Nord, a déclaré que les résultats de l'étude sur quatre facteurs liés à l'utilisation des médias sociaux et aux symptômes dépressifs étaient intéressants. « Pour moi, celui qui dort est probablement le plus actionnable à certains égards. si leur sommeil est perturbé, et c'est parce qu'ils utilisent beaucoup les médias sociaux, pourriez-vous réduire leur utilisation des médias sociaux et améliorer leur sommeil ? Cela semble être un résultat très tangible », a déclaré Maslow, qui n'a pas participé à la recherche.

Un internaute explique les résultats de l'étude en disant que si l'utilisation des médias sociaux présente plus de risque de dépression chez les fille que chez les garçons, c'est parce que les femmes montrent plus d'émotion que les hommes. Un autre explique qu''en effet, s'il s'agit de montrer plus d'émotion, si on mesure le trait négatif de la personnalité émotionnelle, ce qu'il appelle névrose, alors les femmes obtiennent de meilleurs résultats que les hommes. Il explique que le cortex limbique du cerveau féminin est plus grand et mieux relié aux autres régions du cerveau, ce qui peut expliquer ces observations. Il dit aussi que la présence de la testostérone joue également un rôle dans la façon dont le cerveau humain régule les émotions. En général, cela signifie que les femmes sont meilleures (plus rapides) dans le traitement des émotions et qu'elles ont plus de facilité à identifier les émotions chez les autres, dit-il. Il continue en disant que c'est cela qui explique pourquoi les femmes font plus souvent des tentatives de suicide que les hommes.

Résultat de l'étude

Source : CNN

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette étude ?

Voir aussi

Parcoursup révèle ses failles : des filles seraient mieux classées que les garçons entre autres injustices, quelles conséquences sur la filière IT ?

Réussite en licence : le passé scolaire joue plus que l'origine sociale, d'après une étude, qu'en est-il dans les filières informatiques ?

Une étude révèle que l'automatisation pourrait détruire plus de 2 millions d'emplois en France mais va-t-elle en créer beaucoup plus ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !