Dangers des médias sociaux : Facebook devrait être réglementée comme les entreprises de l'industrie du tabac
Affirme le PDG de Salesforce

Le , par Christian Olivier

21PARTAGES

9  0 
Marc Benioff, le PDG de Salesforce, a profité du Forum économique mondial édition 2018 qui s’est tenu récemment à Davos, en Suisse, pour exprimer ses inquiétudes face à la montée en puissance des réseaux sociaux, aux insuffisances juridiques qui encadrent leur fonctionnement et aux dangers qu’ils représentent pour la population.

Rappelons qu’avant Marc Benioff, d’autres acteurs majeurs de l’industrie du numérique s’étaient déjà manifestés pour dénoncer les dangers liés à l’utilisation des réseaux sociaux. On peut citer le cas de Sean Parker, le président fondateur de l’Institut Parker d’immunothérapie contre le cancer et le cofondateur de Napster, un magasin de musique en ligne qui avait également occupé le poste de président fondateur chez Facebook. D’après ce dernier, les réseaux sociaux devraient être considérés comme un système pervers qui exploite délibérément les vulnérabilités psychologiques de l’être humain afin d’emprisonner l’esprit de ses utilisateurs et d’assurer le succès rapide du service dont il fait la promotion.

Les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, WhatsApp, Instagram, SnapChat et autres devraient être réglementés en s’inspirant « ;exactement du même modèle qui a permis d’encadrer l’industrie de la cigarette ;», a déclaré Benioff dans une interview accordée au média CNBC en marge du Forum économique mondial.


D’après le PDG de Salesforce, les entreprises de réseaux sociaux, Facebook en tête de liste, devraient bénéficier du même traitement que les entreprises de l’industrie du tabac, ne serait-ce que du point de vue juridique, en raison des propriétés addictives et néfastes communes qui caractérisent leurs produits respectifs.

Il estime, par ailleurs, que la mise en place d’une certaine forme de régulation visant un meilleur encadrement de l’industrie technologique serait inévitable et que cela passe nécessairement par une implication plus active des gouvernements. « ;Nous ne sommes pas différents des autres industries ;», a-t-il confié.

Prenant exemple sur les cigarettes pour établir les similitudes entre les produits issus de l’industrie du tabac et ceux [les réseaux sociaux] développés par certaines entreprises d’Internet, Benioff a déclaré :

« ;Nous avons affaire à un produit qui entraine une dépendance, qui n’est pas bon pour vous et qui contient probablement toutes sortes d’éléments différents qui vous poussent à agir d’une certaine façon. »

« ;Je suis persuadé que cette technologie a des propriétés addictives auxquelles nous devons faire face, que les concepteurs de ces produits s’évertuent à rendre ces produits encore plus addictifs et que nous devons juguler cela autant que faire se peut ;», a-t-il ajouté en focalisant cette fois son intervention sur les réseaux sociaux.

Source : The Guardian, CNBC

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Est-ce que passer du temps sur les réseaux sociaux peut nous porter mentalement préjudice ? Des chercheurs de Facebook essayent d'y répondre
Un ancien employé de Facebook critique le réseau social et informe qu'il a toujours privilégié la collecte des données sans les protéger

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/01/2018 à 7:27
L'analogie avec la cigarette est pertinente, Les ados ont des comportements qui ressemblent beaucoup aux drogués en manque lorsqu'ils ont pas accès à leur réseaux sociaux, au bout de 2 jours. On pourrait se demander également si un âge minimum ne serait pas nécessaire.
Avatar de Shepard
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/01/2018 à 8:21
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
L'analogie avec la cigarette est pertinente, Les ados ont des comportements qui ressemblent beaucoup aux drogués en manque lorsqu'ils ont pas accès à leur réseaux sociaux, au bout de 2 jours. On pourrait se demander également si un âge minimum ne serait pas nécessaire.
Du temps où j'étais dessus, les conditions d'utilisation de Facebook interdisaient à toute personne de moins de 13 ans de s'inscrire.
Avatar de UndeadangerousK
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 30/01/2018 à 9:38
Et puis c'est vrai que c'est très efficace de faire ça. D'ailleurs, depuis les règlementations plus strictes sur la cigarette, je n'ai plus revu d'enfant, ni d'ado fumer. (Non, je déconne.)

Il est impossible de règlementer les réseaux sociaux car on a un souci juridique de taille : pas la même législation suivant les pays. On se retrouvera avec des cas Google (Editeur ou Hebegeur ?), ou même, en parlant simplement de Facebook, concernant le contenu et les possibilités de signalement du harcèlement.

Irréalisable sur le court terme -> Aucune possibilité de protéger la future génération.

Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Du temps où j'étais dessus, les conditions d'utilisation de Facebook interdisaient à toute personne de moins de 13 ans de s'inscrire.
Puis c'est vrai que d'écrire ou de sélectionner 1980 c'est très compliqué. Je crois même qu'un enfant lambda doit savoir lire et comprendre ce qu'il lit vers ses 6 - 7 ans suivant la vitesse d'apprentissage, donc c'est sur, c'est impossible à gruger !
Avatar de Citrax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2018 à 19:56
ENFIN une parole royale, intelligente et pleine de sagesse !!!!

un système pervers qui exploite délibérément les vulnérabilités psychologiques de l’être humain

Malheureusement il est deja bien trop tard et les faibles humains moutons sont deja legion et nos gouvernement sont des faiblars corrompus, egoistes et a la rue...
Avatar de joublie
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 31/01/2018 à 0:06
Eh bien, il y a des lecteurs de developpez.com encore plus pessimistes que moi ! Du coup ça me réconforte un peu ! Mieux vaut commencer à alerter les adeptes des réseaux a-sociaux que considérer que c'est déjà trop tard, non ? Des recherches scientifiques devraient être financées sur ce sujet (en psychologie, sociologie, neurosciences, etc.) et les résultats exposés largement dans les grands médias d'information. Bon, je rêve peut-être un peu... Au passage, il a été démontré que la télévision a des effets massifs sur la population en termes de santé publique, d'acquisition du langage, d'incivilité et de violence, etc., autrement dit des effets auxquels on ne s'attend pas en achetant un simple téléviseur ! Le livre "TV lobotomie" résume tout ça en citant énormément d'études scientifiques. Il serait bon de creuser maintenant la connaissance des effets de l'usage massif de Facebook et consorts.
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 31/01/2018 à 2:26
Citation Envoyé par Shepard Voir le message
Du temps où j'étais dessus, les conditions d'utilisation de Facebook interdisaient à toute personne de moins de 13 ans de s'inscrire.
13 ans est beaucoup trop bas. Est-ce que tu imagines tous les coups tordues qu'un pédophile peut faire avec les réseaux sociaux ? Les réseaux sociaux sont les meilleurs terrains de chasse.

Et ils n'y a pas qu'un. Les voleurs adorent apprendre qu'une maison sera vide pendant 2 semaines. Souvent, ils ont même les infos sur la valeur des trucs à voler, grace à Facebook et co. Les enfants peuvent être très naïfs et très bavards ...
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 31/01/2018 à 2:32
Citation Envoyé par UndeadangerousK Voir le message
Et puis c'est vrai que c'est très efficace de faire ça. D'ailleurs, depuis les règlementations plus strictes sur la cigarette, je n'ai plus revu d'enfant, ni d'ado fumer. (Non, je déconne.)

Il est impossible de règlementer les réseaux sociaux car on a un souci juridique de taille : pas la même législation suivant les pays. On se retrouvera avec des cas Google (Editeur ou Hebegeur ?), ou même, en parlant simplement de Facebook, concernant le contenu et les possibilités de signalement du harcèlement.

Irréalisable sur le court terme -> Aucune possibilité de protéger la future génération.


C'est possible de légiférer à l'échelle d'un pays. Il n'y a pas que les fournisseurs de service qui sont imputables, mais également les parents. D'ailleurs, le cyberbullying et la diffamation a déjà amené des parents en justice, dans certains pays.
Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/01/2018 à 14:46
Ij y aura t-il des patch de facebook ?
Y a bien des centre de désintoxication de jeux vidéos
Ca s'appelle des zones blanches

Le jeux en ligne est lui aussi dangereux.
Des gens passent leurs journées sur des MMORPG sans se rendre compte que le temps passe
Le monde réel pourrait exploser y sans rendrai pas compte
D'ailleurs ça fait longtemps qu'on a pas taper sur les jeux vidéos qui rendent les jeunes violents

Developpez aussi ça rend dépendant ça fait un moment que je suis sur le forum
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 08/02/2018 à 13:05
D’anciens salariés de la Silicon Valley s'associent pour dénoncer les dangers des réseaux sociaux
Un mal qu’ils ont eux-mêmes contribué à créer

De nombreux acteurs de l’industrie du numérique en général et des réseaux sociaux en particulier (Facebook, Twitter, WhatsApp, Instagram, SnapChat et autres) sont montés au créneau durant ces derniers mois pour dénoncer les dangers liés à l’utilisation des réseaux sociaux, notamment à leurs caractères intrinsèquement addictifs et manipulateurs.

Parmi ces personnalités, on peut citer Sean Parker qui a occupé le poste de président fondateur chez Facebook. D’après ce dernier, les réseaux sociaux devraient être considérés comme un système pervers qui exploite délibérément les vulnérabilités psychologiques de l’être humain afin d’emprisonner l’esprit de ses utilisateurs et d’assurer le succès rapide du service dont il fait la promotion.

Plus récemment, c’est le PDG de Salesforce, Marc Benioff, qui a exprimé ses inquiétudes face à la montée en puissance des réseaux sociaux, aux insuffisances juridiques qui encadrent leur fonctionnement et aux dangers qu’ils représentent pour la population. Pour Benioff, les réseaux sociaux devraient être réglementés en s’inspirant « exactement du même modèle qui a permis d’encadrer l’industrie de la cigarette ».


Faisant écho aux recommandations de ces grands chefs d’entreprises de l’industrie technologique, d’anciens employés de la Silicon Valley (de hauts cadres ou investisseurs pour la plupart) ayant notamment travaillé chez Google, Facebook et Mozilla ont fondé au début de ce mois une toute nouvelle association à but non lucratif baptisée Center for Human Technology. L’association devrait s’atteler à restreindre l’influence des grandes sociétés technologiques sur la société et mener des actions sur le terrain afin de sensibiliser le public aux méfaits (stress, anxiété, insomnie, perte d’estime de soi, dépression...) découlant d’une utilisation inappropriée et excessive des nouvelles technologies.

Les fondateurs du Center for Human Technology estiment en effet que la technologie devrait protéger la santé mentale du consommateur et l’intégrité de la société au lieu d’essayer de conditionner le public et d’éroder le tissu social. Ils envisagent de mener des activités de lobbying pour faire bouger les lignes plus rapidement et alerter l’opinion publique. Ils ont, par exemple, prévu de faire pression pour soutenir un projet de loi visant à étudier les effets de la technologie sur la santé des enfants. Ce dernier a été rédigé par le sénateur américain Ed Markey, l’auteur de la loi sur la protection et la protection de la vie privée des enfants, plus connue sous le nom de COPPA aux USA.

Ils ont lancé le mouvement « The Truth About Tech », une campagne de prévention calquée sur le modèle des actions antitabac et qui à terme devrait permettre de sensibiliser les parents, les enseignants et les plus jeunes aux dangers liés à une surexposition aux écrans. Cette opération dont le coût total a été estimé à sept millions USD devrait prioritairement cibler près de 55 ;000 écoles publiques aux États-Unis en tenant compte du fait que, comparés aux adultes, les enfants sont hautement vulnérables et beaucoup plus susceptibles de devenir accros aux écrans ou d’être conditionnés.

Center for Human Technology devrait également proposer des documents aux ingénieurs IT afin que ces derniers développent des produits plus respectueux de la santé mentale des consommateurs.

Source : New York Times, Quartz

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que ces anciens salariés essayent actuellement de se racheter une conscience ? Pourquoi ce revirement de situation, selon vous ?

Voir aussi

Est-ce que passer du temps sur les réseaux sociaux peut nous porter mentalement préjudice ? Des chercheurs de Facebook essayent d'y répondre
Donner un smartphone à un enfant aurait le même effet que lui donner un gramme de cocaïne, d'après un expert en addiction
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/02/2018 à 13:16
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Ben rien de nouveau...
On sait très bien que Facebook peut causer des méfaits (stress, anxiété, insomnie, perte d’estime de soi, dépression).
C'est comme ça :
Obsédé par la recherche du selfie parfait, un jeune Anglais tente de se suicider

Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Pensez-vous que ces anciens salariés essayent actuellement de se racheter une conscience ? Pourquoi ce revirement de situation, selon vous ?
Facebook pose surtout problème chez certains adolescents.
Facebook ça peut être marrant pour raconter des conneries, critiquer le gouvernement et faire des blagues

Il y a plein de métier qui pose des problèmes de conscience : assureur, banquier, député, etc...
Certains dépriment parce qu'ils savent qu'ils font le mal.
Le boulot d'un assureur c'est quand même de trouver une faille dans le dossier pour ne pas rembourser la victime. (enfin dans Sicko de Michael Moore c'est ça)

Mais bon faut bien survivre, même si tu détestes ton boulot il faut y aller.
Dans le contexte actuel tu ne peux pas te permettre de quitter un job, à moins que ça te pousse dans la dépression.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web