Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Dangers des réseaux sociaux : Facebook aurait été conçu pour exploiter les vulnérabilités humaines
D'après un ancien président de l'entreprise

Le , par Christian Olivier

386PARTAGES

13  0 
Dans une interview accordée au média Axios lors du National Constitution Center de Philadelphie qui s’est tenue le 8 novembre dernier, Sean Parker a partagé son point de vue sur les dangers potentiels liés à l’usage des réseaux sociaux. Rappelons que Sean Parker est président fondateur de l’Institut Parker d’immunothérapie contre le cancer et le cofondateur de Napster, un magasin de musique en ligne. Il a également occupé le poste de président fondateur chez Facebook et même si, officiellement, il ne travaille plus pour cette entreprise d’Internet, il possède toujours des parts dans cette société technologique américaine.

Sean Parker estime que, de manière globale, les réseaux sociaux devraient être considérés comme un système pervers qui exploite les vulnérabilités psychologiques de l’être humain. Ce système aurait été délibérément conçu afin d’emprisonner l’esprit de ses utilisateurs et d’assurer le succès rapide du service dont il fait la promotion. Ses déclarations viennent relancer la controverse sur les dangers liés à l’exploitation des vulnérabilités humaines à laquelle se livreraient les entreprises technologiques, notamment celles de réseaux sociaux comme Instagram, Facebook, Twitter, Tumblr, SnapChat ou encore WhatsApp.


D’après lui, ces entreprises vendent de l’illusion aux consommateurs en leur proposant un produit qui agit lentement mais surement comme une drogue sur l’organisme avec des retentissements non négligeables sur l’appareil psychologique de ses utilisateurs. « ;Elles font croire au consommateur qu’il est libre de choisir ;», alors qu’en réalité « ;le processus de réflexion qui a mené à la création de ces applications, Facebook en tête de liste, devait permettre de répondre à cette question simple : comment consommer au maximum votre temps et vos capacités d’attention ;», a-t-il regretté.

Pour emprisonner l’esprit des utilisateurs avec le consentement, volontaire ou non, de ces derniers dans le système qu’elles ont mis en place, ces entreprises se sont inspirées de la biologie humaine. Leurs applications s’évertuent à reproduire ou à susciter chez l’utilisateur un processus chimique naturel qui siège au niveau de l’encéphale de chaque être humain : les mécanismes de récompense et la sensation de plaisir qui s’y associe. Ce processus chimique naturel permet notamment d’installer durablement l’accoutumance.

Pour ce faire, « ;au moment où quelqu’un va aimer ou commenter une publication ou une photo, l’usage de ces applis va provoquer de petite décharge de dopamine (la molécule du plaisir) de façon suffisamment régulière pour entretenir durablement le mécanisme de récompense. Cela va vous pousser à contribuer davantage pour recevoir toujours plus de commentaires et de likes [votre nouvelle source de plaisir] ;», a confié Parker en précisant qu’il pense lui-même à ce genre de méthode en tant que hacker.

« ;C’est une boucle de rétroaction basée sur la validation sociale ;» et « ;Dieu seul sait ce que cela provoque chez nos enfants ;», ajoutera-t-il. Pourtant, comme lui-même le fera remarquer plus tard, les inventeurs de ce système sont des personnes comme « ;lui, Mark [Zuckerberg], Kevin Systrom et bien d’autres ;».

À l’heure où le combat contre l’addiction au numérique apparait comme un sujet de plus en plus discuté, de nombreuses figures de l’industrie du numérique s’accordent désormais à dire, qu’à l’origine, les technologies qui s’y rapportent ont été développées dans le but de flatter les instincts basiques de l’homme. Il est difficile de prédire l’ampleur et l’impact de « ;ce phénomène de mode ;» qui pourrait s’apparenter à « ;une forme déguisée d’asservissement ;» dans l’histoire de l’humanité.

Source : Axios

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Chine : il se coupe la main pour se libérer de son addiction à Internet près de 24 millions de jeunes accros au Web dans le pays
Jouets connectés : le FBI avertit les parents des dangers pour la sécurité et la vie privée de leurs enfants
Donner un smartphone à un enfant aurait le même effet que lui donner un gramme de cocaïne, d'après un expert en addiction

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Lyons
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 8:35
Facebook est certainement impartial sur la question
8  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 12/11/2017 à 11:29
Ben, c'est pas la base même du capitalisme ? exploiter les vulnérabilités, exacerber la part primitive des gens, de les tirer vers le bas pour les manipuler le plus facilement possible et en tirer un profit maximum ?

Y'a quoi de neuf la dedans, dans toute école de commerce c'est la base

Plus le degré de conscience d'un individu est bas et plus il se fait plumer et les réseaux sociaux sont gavé d'individus au faible niveau de conscience
(à dissocier de l'intelligence hein, c'est pas la même catégorie sinon on aurait jamais eu de bombe nucléaire )
7  0 
Avatar de Mathayus
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 9:49
Les effets positifs constatés étaient amplifiés lorsque les gens interagissaient de façon directe (parler en tête-à-tête par exemple) avec leurs proches en ligne.
Voir les gens en vrai amplifie encore plus les effets, faudrait essayer
6  0 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 10:27
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
S’il est vrai que le fait d’interagir avec des personnes qui vous tiennent à cœur peut vous être psychologiquement bénéfique (amélioration de l’humeur par exemple), il ne faudrait pas oublier que le fait de consulter certains contenus tristes, douloureux, choquants ou autrement négatifs pourrait faire en sorte que vous vous sentiez moins bien.
J'espère que ce ne sont pas des professionnels de la psychologie qui ont sorti ça... "attention, regarder un film triste peut faire pleurer...". Super...

Après, ça me rappelle une planche de Boule & Bill (on voit mes références en psycho!)... Est-ce que le chien remue la queue parce qu'il est content, ou est-il content parce qu'il remue la queue?
6  0 
Avatar de Luckyluke34
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 11:57
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Est-ce que passer du temps sur les réseaux sociaux peut nous porter mentalement préjudice ?
Des chercheurs de Facebook essayent d’y répondre
6  0 
Avatar de Chauve souris
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/11/2017 à 16:34
Citation Envoyé par a028762 Voir le message
Je partage l'idée que l'usage abusif des réseaux sociaux sont de l'ordre de l'addictif,
mais prétendre que c'était la volonté des créateurs de ces outils est peut-être abusif.
Ils en profitent pour s'enrichir, maintenant, que ça ait été volontaire au début ...
Ce n'était pas programmé délibérément, mais ce n'était pas innocent non plus. Si on étudie le développement de Facebook, tout est lié à la personnalité de Marc Zuckerberg on s'aperçoit que ce réseau qu'il a constitué et qui s'est développé au delà de ses espérances les plus folles est lié à son caractère de séducteur nanti d'une grande intelligence. Pas étonnant que Facebook a un effet pervers, au sens de Jacques Lacan : "le pervers jouit de la jouissance de l'autre" et même de Sigmund Freud quand il définissait la sexualité infantile de "perversité polymorphe". Car on retrouve bien ce côté infantile de Facebook et de "l'abject désir d'être aimé" dont parle Jean-François Lyotard dans "L'économie libidinale". Les neuro-endocrinologues y verront qu'une étrange chimie neurologique se produit dans les psychismes accros à Facebook, depuis une gratification sur valorisée jusqu'à une dépréciation de l'égo pouvant conduire au suicide. Car l'image Facebook se veut représenter la réussite sociale et rendre jaloux les autres (le capitalisme est toujours basé sur la compétition).

Ces "réseaux sociaux" n'ont - justement - rien de social. Car le social, c'est le socialisme (épargnez-moi, je vous prie, toute référence aux misérables partis socialistes) au contraire du capitalisme qui est la réussite par la compétition. Dans son sillage cette réussite traîne les exclus et ceux que la compétition a conduit au suicide comme les écoliers japonais.

PS : savez-vous que les biscuits Oreo sont plus addictifs que l'héroïne ? Étude faites par des neurobiologistes canadiens. La question est : était-ce voulu et programmé dès le départ dans leur composition ou bien est-ce le fruit du hasard ? Ma nature paranoïaque n'est pas très portée sur le hasard...
5  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 20/11/2017 à 9:49
Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message

Va te promener un peu sur les infos de Yahoo, par exemple. Chaque fois qu'il est question de pays qui oppriment (Russie) torturent (Tchétchénie) ou simplement interdisent et emprisonne les homos (Turquie, Égypte, etc.) il y a, à chaque fois, dans les réactions des lecteurs des torrents de haines sur les homos. J'en ai été le premier surpris. Car une époque, plus ancienne, où l'homosexualité était officiellement interdite car c'était le maintien des lois Pétain, elle ne posait pas de problème au niveau du peuple (classe ouvrière s'entend) car c'était la vie privée.

J'avais encore jamais lu ça... Effectivement, juger de la mentalité des français, de la France à travers les commentaires des informations du site Yahoo, fallait oser... Mais tu l'as fait !

Un seul mot : "BRAVO" !

Tu devrais plutôt analyser à l'envers, tu cites justement des pays qui oppriment et ce n'est pas le cas de la France... T'en fais pas, je pense que ces homosexuels opprimés préfèrent venir vivre en France et laisser passer les commentaires de quelques débiles (toujours les mêmes) du site Yahoo....
5  0 
Avatar de flaked
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 9:33
Donc il faut participer dans les discussions Facebook et non pas juste être spectateur pour être heureux. Magnifique conclusion des "chercheurs de Facebook".
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/12/2017 à 10:15
Citation Envoyé par olaxius Voir le message
Dans le même genre et dans le même but :
http://www.lemonde.fr/sciences/artic...1_1650684.html
C'est pas si faux que ça...
Ce que l'article veut dire c'est que de consommer un peu de drogue (tabac, alcool, junk food), ça peut provoquer du plaisir et être bénéfique pour la santé.
Certains qui essaient d'arrêter la cigarette, le vin, les produits laitier, le gluten, vont subir du stress, donc quelque part faire ce qui est bon pour leur santé leur fait du mal.

Après c'est difficile de dire si le côté positif des drogues et plus bénéfique que le côté négatif de l'ultra sain.
Au final tout ce que ça dit, c'est qu'il faut se faire plaisir de temps en temps.
Si t'as envie de manger une grosse raclette, tu peux y aller, mais il ne faut pas le faire trop souvent.
Tu peux fumer 1 ou 2 cigarette par jour, ça ne te fera pas plus mal que respirer l'air pollué des villes...

Ou alors l'article veut paraphraser la blague :
"Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne mange pas, je ne baise pas, mais qu'est-ce que je me fais chier !"
5  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 17/11/2017 à 15:55
Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
Et encore ce sont des stimuli assez simples à mettre en oeuvre et à analyser, mais comment interpréter la mentalité du larbin et le syndrome de Stockholm qui se développe de plus en plus ? Sûr que les réseaux sociaux ont leur part aussi.

De même que tout ce foutoir (c'est le cas de le dire) sur les "viols" et les "harcèlements". Ça c'est non séparable des réseaux sociaux puisque ça été engendré chez eux. Autre phénomène observé : la focalisation des haines sur certaines catégories qui ne se posent pas en terme politique mais en ciblant des ethnies et des catégories. Et si je ne porte pas l'islam dans mon coeur j'ai toujours fait la différence avec les ethnies auxquelles cette religion de mort s'applique. J'observe aussi une haine inégalée à cette époque présente envers les homosexuels. Spécialité française au demeurant. Le rapport avec les réseaux sociaux ? Probablement mais je n'ai pas assez d'éléments d'analyse pour m'avancer sur une hypothèse. C'est que la sociologie est un travail d'équipe.
C'est une blague ?
Spécialité français ???? Tu suis un peu l'actualité dans le monde ???
4  0