Donner un smartphone à un enfant aurait le même effet que lui donner un gramme de cocaïne
D'après un expert en addiction

Le , par Christian Olivier, Rédacteur
Lors d’une conférence sur l’éducation qui se tenait à Londres, un thérapeute spécialisé dans le traitement des comportements addictifs tire la sonnette d’alarme : « donner un smartphone à un enfant, c’est comme lui donner un gramme de cocaïne. »

Le temps passé à envoyer des messages sur SnapChat, WhatsApp ou Instagram peut se révéler aussi dangereusement addictif pour les adolescents que la consommation de drogue ou d’alcool et devrait être considéré comme tel. Les parents et le corps enseignant devraient le savoir et prendre les mesures qui s’imposent.

Mandy Saligari, une spécialiste en sevrage et rééducation de la clinique de Harley Street, s’est exprimée au côté d’experts en addiction technologique et en développement d’adolescents. Elle a déclaré que le temps passé devant l’écran était trop souvent négligé alors que cela contribue à potentialiser l’effet de dépendance chez les jeunes :

« Je dis toujours aux gens que lorsqu’ils donnent une tablette ou un smartphone à un enfant, en réalité, c’est comme s’ils leur offraient une bouteille de vin rouge ou un gramme de coke. [...] Pourquoi accordons-nous si peu d’importance à ce phénomène alors que ses effets sur le cerveau de nos enfants sont comparables à ceux des drogues et de l’alcool que nous combattons ? »
Mandy Saligari est particulièrement préoccupée par l’augmentation constante du nombre de jeunes qui reçoivent ou envoient du contenu à caractère pornographique et qui accède à d’autres types de contenu inapproprié pour leur âge : « j’ai rencontré énormément de jeunes filles d’à peine 13 ou 14 ans qui pratiquent l’échange de texto à caractère sexuel (sexto) et qui le décrivent comme quelque chose de normal. »

Toujours d'après la thérapeute, plusieurs jeunes filles pensent que c’est naturel d’envoyer des photos d’elles nues sur le mobile d’autres personnes, et que ça ne devient un mauvais comportement qu’à partir du moment où un parent ou un adulte les surprend. Elle poursuit en disant que « si l'on enseignait aux enfants ce qu’est le respect de soi, les choses seraient certainement différentes. Tout cela résulte d’une éducation défaillante dans les aspects du respect de soi et de la définition même de l’identité de la personne. »

Pour les experts, cette situation est un reflet du degré de l’implication parentale quand on sait qu’en Angleterre, quatre parents sur dix reconnaissent avoir du mal à contrôler le temps d’exposition à l’écran de leurs enfants âgés de 12 à 15 ans (chiffre Ofcom, le régulateur des télécommunications britannique). Même les enfants de tout juste trois ou quatre ans consomment déjà plus de six heures d’Internet par semaine.

Comme solutions potentielles à cette situation alarmante, les experts réunis à cette conférence ont suggéré qu’une attention particulière devrait être accordée à la période de sommeil des enfants et que l’adoption d’un couvre-feu numérique à la maison serait un choix judicieux. De même, ils estiment qu’une approche systématique peut être initiée au niveau des écoles en introduisant, par exemple, une amnistie pour les smartphones au début de la journée scolaire des enfants.

« Plus tôt vous commencez à vous attaquer aux problèmes de dépendance et enseignez aux enfants comment s’autoréguler, meilleur sera leur avenir. Il ne sera plus nécessaire de faire la police derrière eux tout le temps ou de décider absolument de tout pour eux », a ajouté Mandy Saligari.

« Nous leur apprenons qu’il y a un temps pour tout : un temps pour le silence et l’effort et un autre pour le divertissement. Rien ne vous empêche de profiter et de prendre du plaisir dans chacune de ces deux périodes. Il est temps que vous appreniez à vous autoréguler. »

Source : Independent

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Que pensez-vous de l'addiction des jeunes aux nouvelles technologies ? À 12 ans, elle empoisonne sa mère pour avoir confisqué son iPhone
L'addiction à l'iPhone peut entraîner des troubles émotionnels, cognitifs et physiologiques, d'après les résultats d'une recherche
Chine : il se coupe la main pour se libérer de son addiction à Internet près de 24 millions de jeunes accros au Web dans le pays


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Uranne-jimmy Uranne-jimmy - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:00
Je commence par le bémol, sinon les gens vont m'engueuler avant de finir de lire ^^ :
Oui, il c'est un vrai problème qu'il faut apprendre à appréhender, qu'il faut comprendre et trouver des solutions. Etablir des conseils aux parents serait une étape intéressante, elle permettrait d'aider ceux qui ont du mal à gérer.

Par contre : le sexe, qu'est ce qu'il vient faire là ? Je comprendrais pour la pornographie qui est dangereux dans le sens où elle n'est pas représentative d'une réalité et induit les cerveaux perméables en erreur quant à l'acte lui même. Mais les sexto et compagnie, c'est de l'ordre de l'échange avec une personne (j'espère) de confiance. Et là, je trouve qu'on a plus à faire à un discours conservateur et pudique qui donne un sens de la moralité très subjectif.
Avatar de UduDream UduDream - Membre habitué https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:19
J'aurais fait un titre plus court : "Donner un smartphone à un enfant est une idée débile." Déjà c'est pas terrible pour certains adultes...
Avatar de Othakar Othakar - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:36
Par contre : le sexe, qu'est ce qu'il vient faire là ? Je comprendrais pour la pornographie qui est dangereux dans le sens où elle n'est pas représentative d'une réalité et induit les cerveaux perméables en erreur quant à l'acte lui même. Mais les sexto et compagnie, c'est de l'ordre de l'échange avec une personne (j'espère) de confiance. Et là, je trouve qu'on a plus à faire à un discours conservateur et pudique qui donne un sens de la moralité très subjectif.
A 12\13 ans envoyer des nudes je trouve ça malsain. Enfin a cet age ça peut vite engendrer des situations problématiques comme la diffusion ou le chantage. Je pense pas que les jeunes disposent du recul nécessaire pour de telle pratiques. Après en ce qui concerne
la moralité subjective
depuis toujours c'est immoral sexualité+enfance enfin me semble t'il.

En tout cas il est évident que l’accès a internet pour les plus jeunes doit être encadrée et régulée par une autorité compétente et consciente des risques qui peuvent être encouru. Par example on eu des phénomènes néfaste a cause de ça comme les suicides en direct ou les divers challenges débiles.
Avatar de Paul TOTH Paul TOTH - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:36
dommage à mon age... ça n'a plus d'effet
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:37
Les smartphones et les tablettes peuvent être très addictif.
Le problème sont ceux qui ont constamment un smartphone sur eux et c'est encore pire si il est connecté à internet via la 3G.

Moi je suis assez fan du principe d'avoir son PC de bureau connecté à internet et d'éviter d'utiliser internet ailleurs.
C'est important de se déconnecter, sinon les jeunes regardent leur téléphone constamment à cause des notifications des applications comme Facebook.

Les filles de 13 ans qui envoient une photo d'elle nue à leur copain du collège le regrettent souvent, parce que la photo peut être partagé.
Si le gars est sympa, qu'il respect la vie privée, tout va bien.
Mais si la photo est partagé une fois, c'est foutu.
Toute sa classe de 4ième va voir la photo ou au moins entendre parler de l'histoire.
Avatar de Conan Lord Conan Lord - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:39
Citation Envoyé par Uranne-jimmy Voir le message
Par contre : le sexe, qu'est ce qu'il vient faire là ? Je comprendrais pour la pornographie qui est dangereux dans le sens où elle n'est pas représentative d'une réalité et induit les cerveaux perméables en erreur quant à l'acte lui même. Mais les sexto et compagnie, c'est de l'ordre de l'échange avec une personne (j'espère) de confiance. Et là, je trouve qu'on a plus à faire à un discours conservateur et pudique qui donne un sens de la moralité très subjectif.
C'est clair. Je ne me souviens pas qu'avant les smartphones parler de sexe à 13 - 14 ans était considéré comme anormal.
Avatar de kolodz kolodz - Modérateur https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:39
Giving your child a smartphone is like “giving them a gram of cocaine”, a top addiction therapist has warned.
Aucune exagération. Aucune métaphore sur-réalise...
Et le tout basé non pas sur une étude médical, mais sur des "sondages" (survey)...

Titre racoleur et article à Buzz, donc. Même si c'est une traduction direct de The Independent !

Cordialement,
Patrick Kolodziejczyk.
Avatar de Orionos Orionos - Membre régulier https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:42
Selon mes tests, ça correspondrait plutôt à 0,5 grammes de cocaïne
Avatar de ZenZiTone ZenZiTone - Membre émérite https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:54
Citation Envoyé par UduDream Voir le message
J'aurais fait un titre plus court : "Donner un smartphone à un enfant est une idée débile." Déjà c'est pas terrible pour certains adultes...
Ce qui est débile c'est que les parents donnent un outils qu'ils ne savent pas utiliser. Ou, du moins, qu'ils n'ont pas conscience du potentiel et de l'utilisation de cet outil chez les jeunes.

Donner un smartphone à un enfant aurait le même effet addictifs que lui donner un gramme de cocaïne
Attention tout de même à ne pas raconter de conneries
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre expert https://www.developpez.com
le 13/06/2017 à 11:54
Citation Envoyé par kolodz Voir le message
Et le tout basé non pas sur une étude médical, mais sur des "sondages" (survey)...
Apparemment il y a un scientifique qui a étudié les réactions sur le cerveau de l'utilisation d'un smartphone :
Your Child’s Smartphone Addiction Is Similar To Cocaine Addiction, Says This Expert (P.S Stats From Turner- AC Nielsen Report)
When kids play on the iPad or the phone, the dopamine levels in their brain increase. This affects the frontal cortex of a child's brain pretty much the same way cocaine does. This portion of the brain controls memory, reasoning, problem-solving, and impulse control, which is why any addiction leads to a loss of these skills. Children are not born with these skills, but develop them as they grow older which is why they are more susceptible to digital addiction.
Ça doit être comme avec les jeux d'argents :
Gambling Addiction and the Brain
J'ai déjà entendu parler d'addiction, les développeurs de jeux comme Candy Crush cherchent à en produire.
Je crois que c'est la petite récompense un peu régulière qui stimule les zones dans le cerveau comme la cocaïne.
Ça marche avec les MMORPG, le gars ramène plein de quêtes, à chaque fois il est un peu content.

Il y a des titres racoleurs, digne des tabloïds anglais :
It’s ‘digital heroin’: How screens turn kids into psychotic junkies

Offres d'emploi IT
Responsable de projets - actionneurs H/F
SAFRAN - Ile de France - MASSY / MANTES
Ingénieur produit (Landing gear) H/F
Safran - Ile de France - MASSY Hussenot
Ingénieur produit (FADEC militaire) H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil