Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook peut-il causer la dépression ?
Une étude établit un lien entre l'utilisation intensive du réseau social et des symptômes de dépression

Le , par Michael Guilloux

4PARTAGES

7  0 
Avez-vous déjà eu l’impression que votre vie est ennuyeuse ou que vous n’en profitez pas suffisamment lorsque vous parcourez votre fil d’actualité Facebook ? Vous êtes-vous déjà sentis nuls ou déprimés en regardant les photos, vidéos et autres réalisations de vos amis sur Facebook ?

Si la réponse à au moins une de ces questions est oui, alors les résultats de cette étude de psychologie reflètent en quelque sorte la réalité. En effet, une étude de psychologie sociale réalisée par un chercheur de l’université de Houston (HU) s’est intéressée à l’impact de l’utilisation du réseau de Mark Zuckerberg sur la santé mentale des utilisateurs. L’étude a fini par révéler qu’il existe des liens pertinents entre le temps passé sur Facebook et des symptômes de dépression chez les internautes.

Toutefois, selon le chercheur Mai-Ly Steers – candidat au doctorat en psychologie – un autre facteur entre également en considération, celui des comparaisons que les utilisateurs font entre leur propre vie et celles de leurs amis virtuels sur Facebook. Autrement dit, le lien entre le temps passé sur le réseau social bleu et les symptômes de dépression transitait par le fait que les utilisateurs effectuent en permanence des comparaisons entre leur vie et celles de leurs amis sur Facebook.

L’étude a été menée sur deux échantillons différents. Et pour les deux groupes, cette relation a été confirmée, même si pour l’un des groupes étudiés, le lien via les comparaisons sociales a été prouvé seulement chez le sexe masculin.

Steers explique ces résultats par le fait que Facebook donne une réalité biaisée de la vie des utilisateurs. Les « facebookers » n’ont tendance qu’à montrer les meilleurs moments de leur vie en ligne tout en mettant de côté tous les moments difficiles. Et étant donné que Facebook nous informe en permanence des activités de nos amis, on ne peut systématiquement pas s’empêcher de se comparer à ces derniers. En d’autres termes, nous comparons notre vie, avec tous nos hauts et bas, aux meilleurs moments de la vie de nos amis sur Facebook. Bien évidemment, la comparaison est biaisée et cela « peut nous amener à penser que leurs vies valent mieux que ce qu'elles sont réellement » et « nous faire sentir encore plus mal à propos de nos propres vies. »

Pour les personnes souffrant de difficultés émotionnelles, ce sera encore plus difficile. Elles peuvent être particulièrement sensibles aux symptômes dépressifs dus à la comparaison sociale sur Facebook, après avoir passé plus de temps sur le réseau. Cette vision déformée de la vie de leurs amis peut leur faire croire qu’elles sont les seules à traverser des moments difficiles, et par ricochet aggraver leur sentiment de solitude et d'isolement.

Steers conclut donc que « l'action de se comparer aux autres est socialement liée aux émotions destructrices à long terme. Tout bénéfice acquis à faire des comparaisons sociales est temporaire et s'engager dans la comparaison sociale fréquente de toute sorte peut être lié à la baisse du bien-être ». Toutefois, le chercheur en psychologie précise que « cela ne signifie pas que Facebook provoque la dépression, mais que les sentiments de dépression et beaucoup de temps sur Facebook, et se comparer à d'autres ont tendance à aller de pair ».

« Bien que les processus de comparaison sociale aient été examinés en détail dans des contextes traditionnels, la littérature ne fait que commencer à explorer des comparaisons sociales en milieu de réseautage social en ligne», a déclaré Steers. Le chercheur espère seulement que les résultats de son étude aideront les gens à comprendre que le progrès technologique est un couteau à double tranchant. La candidate au doctorat en psychologie espère également que cela permettra de guider les politiques dans la réduction de l'utilisation de Facebook chez les personnes à risque de dépression.

Source : EurekAlert

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette recherche ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de nchal
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 9:49
Ça ne fait que confirmer la "malsanité" de ce réseau social. A partir du moment où tu es triste qu'un "ami" passe un bon moment, c'est que ce n'est pas vraiment un ami... Si un de mes potes fait un voyage au bout du monde, je ne vais pas être triste en PLS au fond de ma chambre, je vais être content pour lui !
Je pense que Facebook est pratique pour garder contact avec des gens perdus de vu (géographiquement loin, croiser en vacances,...) mais les "amis", c'est mieux de les voir en vrai que de vivre par procuration à travers un écran.
6  1 
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 9:49
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Ce phénomène est il mondiale (donc Multi-culturel) ou bien ce produit t'il uniquement dans les société capitaliste ? ou le "but d'une vie" est d'amasser un maximum de bon moment.
Le phénomène est visible chez les utilisateurs de FB. Ce n'est pas un problème "culturel".

Concernant l'actu, il parait évident qu'un abus ai de mauvaises répercussions, ça ne serait pas un abus autrement
5  0 
Avatar de spyserver
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 13:53
Pour moi le simple fait de ressentir de la frustration à l'égard des autres est dejà une forme de dépression (je ne vise personne) donc la vrai question est plutot qu'est-ce qui vous dérange et pourquoi cela vous dérange chez ces gens ? Pourquoi faudrait-il publié 1 fois par an plutot qu'une fois par jour ? Pourquoi des choses positives et pas negatives ? Pourquoi l'un serait-il mieux que l'autre ?
Un individu sans problème particulier est selon moi capable de faire la part des choses, faire preuve de discernement, capacité présente qu'avec une certaine maturité ou sinon il y a un soucis.
Je suis d'accord avec le dernier com. pour moi FB n'est pas la cause mais un catalyseur, un révélateur des problèmes psycho. d'un individu ...
5  0 
Avatar de jgrmstr
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 17:29
Citation Envoyé par Saverok Voir le message
C'est différent
Avec FB, il est question d'informations perso sur des personnes que l'on connait (ou qu'on est supposé connaître)
Avec la TV, la radio et les journaux, il s'agit d'info généralistes
Quand j'ai les résultats du CAC40, je ne fais pas un comparatif avec mon compte en banque

Par contre, quand tu vois les photos de vacances de tes proches, tu tentes implicitement de comparer l'idée que tu te fais de leurs vacances par rapport aux tiennes
Enfin, c'est ce que tenter de démontrer l'étude
Effectivement si tu cites le CAC 40 ça a moins de rapport. Et quand je disais information ce n'est pas au sens JT mais au sens premier.
Quand tu regardes de la télé-réalité, des émissions aux scénarios arrangés, des vidéos de sportifs de haut niveau ou des vidéos redbull etc., c'est la même chose bien que ce soit d'un autre niveau. Tu vois tout ce que font les gens de fou, et tu te dis que tu ne fais rien de ta vie ou alors pas grand chose.
Les stars ("célébrités" plutôt) par exemple sont plus des références/exemples que les amis des gens.

On voit du coup des femmes qui deviennent anorexiques (déprimées à cause de leur corps donc) en voyant les femmes de la TV, etc.

Le problème est que certaines personnes n'arrivent pas à gérer et à prendre du recul sur l'explosion de la quantité d'informations qu'ils reçoivent. "Ils en savent trop"
4  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 9:54
Code : Sélectionner tout
1
2
Ça ne fait que confirmer la "malsanité" de ce réseau social. A partir du moment où tu es triste qu'un "ami" passe un bon moment, c'est que ce n'est pas vraiment un ami... Si un de mes potes fait un voyage au bout du monde, je ne vais pas être triste en PLS au fond de ma chambre, je vais être content pour lui ! 
Je pense que Facebook est pratique pour garder contact avec des gens perdus de vu (géographiquement loin, croiser en vacances,...) mais les "amis", c'est mieux de les voir en vrai que de vivre par procuration à travers un écran.
Faut voir le contexte aussi, tu est au bureau en train de coder un truc qui te prend la tête de puis 4H, et la tu reçoit une photo de ton copain en train de bronzé a Hawaï.
Je connais personne qui se se sentirais pas déprimé, et de vouloir balancer l'ordi par la fenêtre.
Dans ce cas, on ne peut pas vraiment parler de dépression, mais plus d'un coup de barre.

Mais je pense qu'il faut étudier le contexte et le mode de vie de ces éperonnes déprimée.
Y'a d'autre cause que Facebook du a sa dépression.
3  0 
Avatar de Uranne-jimmy
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 11:15
Facebook ne fait qu’accroître un phénomène très connu, parfois sous le nom de loi de murphy : On se rappelle plus facilement du mauvais que du bon, une expérience désagréable sera prévalente par rapport à un tas de bonnes expériences : si le téléphone sonne quand on est dans la douche : "Le téléphone sonne toujours quand on se douche, jamais à un autre moment" ...

Sinon sur Facebook, c'est surtout que ce qu'on ne souligne pas oralement se souligne de lui même à l'écrit, ou le tableau se dresse dans son ensemble : On voit le côté dérisoire des gens, on voit ceux qui cherche à être populaire, on voit ceux qui veulent se faire plaindre. Personnellement, j'utilise Facebook pour suivre l'actualité de quelques personnes et de beaucoup de pages intéressantes (I fucking love science ou Cécile Corbel, ou autre). Ca m'énerve toujours autant de voir la tonne de photos trop bien cadré que mettent les personnes qui veulent se sentir beau, de voir les "dépressif" donner des indices sur leurs mal-être sans pour autant rien expliquer, ni vouloir en parler.
Je dois sans doute énerver les gens aussi, je ne poste que des musiques, des réflexions qui me semblent intéressantes et des posts 9gag.

Ce réseau social, bien que pratique, met en valeur à quel point les travers de l'humanité nous bouffe dans la société actuelle. Personnellement c'est ça qui me déprime.
3  0 
Avatar de bedane
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 14:07
Corrélation != causalité

Rien dans l'article ne permet de dire si
Trop de facebook rend dépressif ?
ou bien les gens dépressifs ont plus de temps à perdre sur facebook ?
ou bien il y a des causes communes à ces 2 états de fait ?
3  0 
Avatar de SalutAVous
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/04/2015 à 12:56
Citation Envoyé par sazearte Voir le message
Code : Sélectionner tout
1
2
Ça ne fait que confirmer la "malsanité" de ce réseau social. A partir du moment où tu es triste qu'un "ami" passe un bon moment, c'est que ce n'est pas vraiment un ami... Si un de mes potes fait un voyage au bout du monde, je ne vais pas être triste en PLS au fond de ma chambre, je vais être content pour lui ! 
Je pense que Facebook est pratique pour garder contact avec des gens perdus de vu (géographiquement loin, croiser en vacances,...) mais les "amis", c'est mieux de les voir en vrai que de vivre par procuration à travers un écran.
Faut voir le contexte aussi, tu est au bureau en train de coder un truc qui te prend la tête de puis 4H, et la tu reçoit une photo de ton copain en train de bronzé a Hawaï.
Je connais personne qui se se sentirais pas déprimé, et de vouloir balancer l'ordi par la fenêtre.
Dans ce cas, on ne peut pas vraiment parler de dépression, mais plus d'un coup de barre.

Mais je pense qu'il faut étudier le contexte et le mode de vie de ces éperonnes déprimée.
Y'a d'autre cause que Facebook du a sa dépression.

Oui sauf que quand tu es au boulot tu n'es pas censé regarder ton Facebook
4  1 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 9:26
Ce phénomène est il mondiale (donc Multi-culturel) ou bien ce produit t'il uniquement dans les société capitaliste ? ou le "but d'une vie" est d'amasser un maximum de bon moment.
2  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 10/04/2015 à 12:06
C'est un peu la question de savoir qui est apparu en premier, la poule ou l'oeuf?

Pour ma part, je pense que les réseaux sociaux (style Fessebook) ou les jeux video ne sont pas à l'origine des problèmes psychiques de leur utilisateurs, mais sont simplement le révélateur d'un problème pré-existant!

Celui qui s'enferme dans le monde du jeu video ou des réseaux sociaux a un problème de relation avec ses semblables "originel". Ayant de la difficulté a rencontrer les gens dans la vraie vie, il s'enferme dans son mode virtuel, ce qui ne fait qu'agraver son problème.
2  0