Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le nouveau plan d'Elizabeth Warren : démanteler les géants Amazon, Google et Facebook,
Pour promouvoir la concurrence dans le secteur technologique

Le , par Stan Adkens

530PARTAGES

15  1 
Dans une déclaration vendredi, lors d’un événement de campagne dans le Queens, la sénatrice Elizabeth Warren a fait la promesse de démanteler des géants de la technologie comme Amazon, Google et Facebook si elle était élue présidente des États-Unis afin de promouvoir la concurrence dans le secteur technologique. La candidate démocrate à la présidence pour 2020 veut ainsi se démarquer des autres candidats démocrates en ciblant le pouvoir de la Silicon Valley avec son message populiste dans un contexte où les géants de l'Internet font face à une réaction politique grandissante avant les élections présidentielles de 2020, selon un article de Reuters publié vendredi.

La sénatrice Warren est connue pour avoir fait sa marque politique et beaucoup d'ennemis en s'en prenant aux grandes banques après la crise financière de 2007-2009. Elle continuerait au Sénat, par ailleurs, de critiquer ouvertement Wall Street, selon Reuters. Elle est également une chef de l'aile progressiste de son parti. Selon elle, il est grand temps de s'attaquer à la domination croissante des plus grandes entreprises technologiques des États-Unis qui ne permettent pas aux petites et aux nouvelles entreprises de s’épanouir sur un marché déjà conditionné par leur influence.

« Nous avons ces géants de la technologie qui pensent régner sur la terre », a-t-elle dit à une foule d'environ 300 personnes à Long Island City, dans l'arrondissement du Queens. « Je ne veux pas d'un gouvernement qui est là pour travailler pour les géants de la technologie. Je veux un gouvernement qui travaille pour le peuple. », a rapporté Reuters.


C’est au cours d’un événement de sa campagne qui s’est tenu non loin du site qui devait abriter le second siège d’Amazon que la sénatrice a fait sa déclaration. Selon elle, ce n’est pas normal que les grandes entreprises de technologie viennent dans des villes et des États et « invitent tout le monde à faire ce qu'elles veulent » et « reversent » les petites entreprises et les nouvelles entreprises qui représentent une menace pour elles. « Les géants n'ont pas le droit de racheter la compétition. La compétition a besoin d'avoir l'occasion de s'épanouir et de grandir », a-t-elle ajouté. Le discours de Warren a eu l’approbation de certaines personnes présentes à l’événement.

Pour rappel, dans la ville de New-York, Amazon avait un projet de construction d'un siège social qui aurait pu créer 25 000 emplois dans la ville. Cependant, les New-Yorkais ont fait des vagues après avoir appris les importantes réductions d'impôts dont bénéficierait Amazon s'il construisait un siège social à Long Island City. Amazon a du annuler son projet de construction après avoir été confronté à une réaction féroce et inattendue de la part des législateurs, des militants progressistes et des dirigeants syndicaux, qui ont affirmé qu'un géant technologique ne méritait pas près de 3 milliards de dollars en incitations gouvernementales.

Bien avant cette déclaration, Mme Warren avait déjà dévoilé, dans un post sur Medium, un projet agressif qui consistant à mettre fin au règne des géants Amazon, Google et Facebook dans le cadre d'un plan visant à réglementer les plateformes technologiques comme services publics.

Selon Reuters, cette proposition ambitieuse de la sénatrice imposerait de nouvelles règles à certaines plateformes numériques dont le chiffre d'affaires annuel s'élève à 25 milliards de dollars ou plus, ce qui forcerait Amazon et Google à se séparer de certaines parties de leurs entreprises et à abandonner leur contrôle écrasant sur le commerce en ligne. Le plan viserait également à mettre fin à certaines des fusions les plus médiatisées de l'industrie, comme les combinaisons d'Amazon et Whole Foods, de Google et DoubleClick, ainsi que l'acquisition par Facebook d'Instagram et de WhatsApp.

La proposition de Mme Warren contiendrait également un projet de loi qui obligerait les entreprises de technologie comme Google et Amazon qui offrent un marché ligne à s'abstenir de faire concurrence sur leur propre plateforme. Cela interdirait, par exemple, à Amazon de cibler les meilleurs segments de marché de ses participants et de vendre sur sa plateforme Amazon Marketplace.

« Les grandes entreprises technologiques d'aujourd'hui ont trop de pouvoir – trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie. Ils ont écrasé la concurrence, utilisé nos renseignements personnels à des fins lucratives et incliné le terrain de jeu contre tout le monde. Et ce faisant, ils ont nui aux petites entreprises et étouffé l'innovation », a écrit M. Warren dans son post sur Medium au sujet de sa proposition. « C'est pourquoi mon administration apportera de grands changements structurels au secteur de la technologie pour promouvoir plus de concurrence, y compris le démantèlement d'Amazon, de Facebook et de Google. », a-t-elle ajouté.


A propos des approbations accordées sous l'administration Obama qui ont favorisé certaines des fusions technologiques majeures qu'elle veut maintenant annuler, la sénatrice a déclaré à CNN dans une interview le vendredi à Harlem que « Je ne pense pas que ce soit la bonne décision », avant d’ajouter que « Je veux que les organismes de réglementation y retournent et qu'ils examinent la situation ». « Je pense que la bonne décision est de dire que la concurrence est protégée si, une fois qu'on a atteint cette taille, on n'a plus le droit d’absorber ses concurrents. »

Mais la proposition de la candidate démocrate aux élections présidentielles de 2020 n’a pas manqué d’attirer des positions contraires, même si elle bénéficie également de soutien des personnes qui sont pour la réglementation gouvernementale des géants de la Silicon Valley.

Les soutiens à la proposition de la sénatrice Warren

Parmi les soutiens de la sénatrice, Reuters a cité Tim Wu, professeur de droit, de science et de technologie à la Columbia Law School, qui a inventé le terme « neutralité du réseau » et qui a mis en garde contre une économie dominée par quelques grandes entreprises. Le professeur Wu a déclaré dans un tweet qu'il était « encourageant » de voir l'idée de briser les géants de la technologie gagner du terrain.

La sénatrice de l'État de New York, Julia Salazar, une opposante à l'accord de New York pour amener le deuxième siège d’Amazon dans le Queens, a accueilli avec enthousiasme la proposition de Warren. « Je suis heureuse de voir les dangers d'un pouvoir monopolistique sur le marché pris au sérieux par une candidate aux élections présidentielles de premier plan », a-t-elle déclaré dans un communiqué. « Le gouverneur Andrew Cuomo et d'autres politiciens pro-Amazon doivent voir le danger de sublimer toutes les facettes de notre vie quotidienne en une seule entreprise, ce qui est clairement le modèle économique d'Amazon. »

Les oppositions à la proposition de la candidate aux élections présidentielles 2020

Des investisseurs de la Silicon Valley ainsi que des opposants à la réglementation gouvernementale ne sont, bien évidemment, pas du même avis que la sénatrice Warren. Selon certains, la concurrence ne s’est jamais aussi bien portée avant et d’autres pensent que briser les géants de la Silicon Valley, c’est fait un pas en arrière.

NetChoice, un groupe de commerce électronique dont les membres comprennent Facebook et Google, a déclaré que le plan de Warren entraînerait une hausse des prix. « La sénatrice Warren a tort d'affirmer que les marchés technologiques manquent de concurrence. Jamais auparavant les consommateurs et les travailleurs n'avaient eu un meilleur accès aux biens, aux services et aux possibilités en ligne », a déclaré Carl Szabo, vice-président et avocat général pour NetChoice.

Le président de la Chambre de commerce des États-Unis, Tom Donohue, s’oppose aussi à la proposition de Warren. Selon lui, le démantèlement des grandes entreprises technologiques « nous ramènerait à l'âge de pierre ». « Ce n'est pas une vision pour l'avenir, mais une idée archaïque qui devrait être jetée à la poubelle de votre ordinateur. », a-t-il dit.

La domination des grandes entreprises de technologie et leur rôle dans le déplacement ou l'absorption d'entreprises existantes, et bien d’autres problèmes liés à l’émergence des plateformes du numérique avaient déjà fait l’objet d’examen lors d’une série d'audiences l'an dernier par le Congrès américain.

Amazon ayant été critiqué, entre autres, pour avoir remplacé les boutiques physiques avec son modèle d’entreprise ; Google critiqué, entre autres, pour son projet de moteur de recherche censuré en Chine et Facebook critiqué pour avoir perdu le contrôle des données des utilisateurs et pour n’avoir pas empêché la diffusion des fausses nouvelles et la désinformation sur sa plateforme de réseau social.

Source : Reuters, CNN

Et vous ?

Qu’en pensez vous ?
Selon vous, la proposition de la candidate aux élections présidentielles de 2020 pourra être mise en œuvre ou pensez-vous que c’est juste l’une des promesses de campagne qui sera vite oubliée après les élections ?

Lire aussi

USA : Trump s'en prend violemment à Amazon, l'accusant d'être à l'origine d'énormes pertes économiques aux États-Unis
Vers un accord mondial sur la taxation des GAFA ? L'OCDE signe un accord avec 127 pays, pour taxer les géants du Web de manière équitable dès 2020
Mark Zuckerberg va réorienter Facebook vers le chiffrement et la confidentialité, et les gens communiqueront dorénavant en groupe restreint
Amazon paiera 0 $ d'impôts fédéraux sur 11,2 Md$ de bénéfices en 2018 selon un rapport, et New-York proteste contre la construction de son siège
Le Maire : « une trentaine de groupes seront touchés » par la taxe française du numérique, Paris envisage de récolter 500 millions d'euros en 2019

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 8:45
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Plusieurs autres voix ont appelé au démantèlement des géants de la Silicon Valley, y compris des groupes de pression qui poussent la FTC à le faire, la Commissaire européenne à la Concurrence qui a menacé de démanteler Google il y a un an, Tim Berners-Lee qui veut le faire à cause de l’ultra-domination des géants et un professeur de l'université de New York qui appelle au démantèlement des GAFA, parce que devenus beaucoup trop puissants.
C'est vraiment des rigolos outre-Atlantique. A toutes fins utiles, je leur rappelle que ces sociétés n'ont pas acquis cette position ultra-dominatrice en une semaine... Il leur a fallu combien d'années ? Combien d'années avec la bénédiction des politiques de tous bords ?
Ce sont les politiques qui ont créé cette distorsion. Aux nombreux moments où il aurait fallu interdire les rachats des concurrents, la classe politique était où, les commissions de régulation étaient où ?
C'est facile maintenant de se réveiller alors qu'au moment où c'était encore jouable, tous les politiques ont fait carpette.
Vous avez semé et maintenant vous récoltez. Je ne dirais qu'une chose, bien fait ! Quand les sujets vous dépassent et que vous n'avez pas les outils pour comprendre, ayez l'humilité de passer la main.

Plus prosaïquement, qui va croire que les USA vont démanteler leurs champions mondiaux ? Vu les secteurs d'activités occupés par les GAFAM et vu la tournure technologique de nos sociétés, c'est un énorme gisement d'informations à leur disposition qu'ils vont, bien évidemment, préserver. Le reste c'est de l'enfumage de politicards bien incompétents et en dehors de toute réalité (ça, me direz vous, on en a l'habitude, pas besoin de traverser l'Atlantique)
9  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 11:06
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
Ce sont des monopoles naturels.
Que tu parles de monopoles naturels pour les sociétés couvrant les besoins essentiels : eau, électricité... je veux bien le concevoir mais en quoi la recherche sur Internet relève d'un "monopole naturel" ?
La plupart du temps, les monopoles actuels ont été anciennement des monopoles d'Etat.
Les monopoles dans la technologie ne sont dus qu'au fait des hommes politiques qui, comme beaucoup, ne voient que leur petite vie et leur carrière.
Demain, quand tout le monde sera pucé (pour notre bien), quand la moindre dissidence intellectuelle sera automatiquement punie, quand ta vie sociale ne sera régie que par un score, tu te diras, si j'avais su...
Mais on le sait, purée, on connait d'avance la finalité, faut juste une vraie volonté politique à infléchir le chemin de croix déjà tracé.

Que nos sociétés soient régies par un concept capitaliste, je le conçois mais nos vies ne peuvent se résumer qu'à une équation économique.
5  1 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 14:02
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Facebook n'a pas le monopole des réseaux sociaux, il en existe d'autres (VKontakte, Diaspora, etc.).
As-tu seulement utilisé Diaspora? Pour retrouver des gens que tu as perdu de vue (la principale force de FB d'après mes connaissances) ou se faire des nouveaux amis, ce n'est pas adapté et ce n'est pas fait pour. Diaspora respecte trop la vie privée pour être un réseau social viable, c'est-à-dire que les utilisateurs sont plutôt encouragés à rester dans leur cercle privé. C'est plutot pour garder le contact avec les gens avec qui tu discutes déjà, et il y a une pléthore de services qui font ça très bien aussi...

VK n'est pas vraiment un concurrent de FB parce qu'il est principalement présent sur un autre marché où FB n'a jamais percé, le marché de la Russophonie. Et sur son marché VK est autant un quasi-monopole que FB.

Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
Qu'est-ce qui est plus facile : avoir 150 sites web, chacun par spécialité, ou un seul, ou on achète tout en masse? Et sans avoir à se déplacer, ce qui le rend encore plus fort que les supermarchés. L'hyperconcentration dans sce domaine, sans être inévitable, est quand même fortement encouragée par le besoin de simplicité des utilisateurs. "naturel" peut être excessif, mais c'était quand même une probabilité forte, à mon sens, de finir avec un quasi monopole.
C'est le principe de "tout sous un seul toit" de Walmart, Carrefour, etc. Ces grands groupes n'ont pas tués leur concurrence dans l'espace physique et je pense que l'internet, en facilitant un commerce à longue distance, permet justement plus de concurrence que l'espace physique où il est difficile de faire cohabiter deux hypermachés trop proches.
Le moteur de recherche est le point d'entrée pour tout. Une très légère supériorité d'un moteur sur un autre donne en quelques années un avantage concurrentiel immense. Et si, les infrastructures de Google sont monstrueuses, il le faut bien pour référencer le net en entier. Là aussi, le "monopole naturel" peut être excessif, mais "monopole probable", pas tant que ça.
Google/Alphabet a des infrastructures assez monstrueuses, mais si tu prends la seule partie reservée au moteur de recherche, je pense que ce n'est pas aussi énorme que ce qu'a un CDN comme Akamai ou un fournisseur cloud comme AWS. S'offrir une infrastructure capable de supporter le traffic de Google Search doit coûter quelques milliards, ce qui est une barrière d'entrée considérable mais loin d'être inabordable. Le plus dur pour concurrencer Google Search, ce n'est pas l'infrastructure mais le mathématique et le marketing.
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 9:54
pour que d'autres prennent leur place?

Ce sont des monopoles naturels.
2  0 
Avatar de Edrixal
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 9:56
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
[B][SIZE=4] Qu’en pensez vous ?
Pensez-vous aussi que Facebook a trop de pouvoir ?
Quel est votre avis sur le démantèlement de Facebook et les autres géants du numérique ?
Dans un monde idéal, ce serait top. Mais honnêtement qui peut croire une seconde que cela est réalisable ? Y'a tellement de fric en jeu, que même élue, elle finirais isolé sans possibilité de mettre en place ce qu'elle souhaite.
Et oui les GAFAM on un gigantesque pouvoir. Mais bon c'est pour notre bien. Il parait... Enfin c'est ce qu'ils disent...

Quoi qu'il en soit, quant on vois les scandales de la corruption à la FB, on ne peut qu'imaginer pour le reste. Alors bon...

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
En 2017 on se disait qu'on ne ferait jamais pire que Sarkozy et Hollande, qu'on était au fond du trou et qu'on ne pouvait que remonter...
J'ai peur Vous savez ce qui serait pire qu'un mandat de Macron ? 2 mandats de Macron
Rigole pas trop, faut bien comprendre que le prochain président nous fera probablement regretter Macron... :/ Nos politiques s'enfonce de mandat en mandat...
2  0 
Avatar de MiaowZedong
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 11:18
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
pour que d'autres prennent leur place?

Ce sont des monopoles naturels.
Tu as rarement factuellement tort, mais là, si. Facebook est un monopole naturel parce que l'intérêt d'un réseau social c'est d'y retrouver tout le monde, soit. Les autres ne sont pas des monopoles naturels: Amazon n'est pas plus un monopole naturel que Walmart ou Carrefour, Apple n'est pas un monopole tout court, et Google Search n'est certainement pas un monopole naturel puisqu'il n'y a aucun souci de compatibilité et l’investissement en infrastructure n'est pas si énorme.
2  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 13:15
@Mingolito

Fleur en plastique sort de ce corps
2  0 
Avatar de Edrixal
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/03/2019 à 14:19
Citation Envoyé par MiaowZedong Voir le message
Google/Alphabet a des infrastructures assez monstrueuses, mais si tu prends la seule partie reservée au moteur de recherche, je pense que ce n'est pas aussi énorme que ce qu'a un CDN comme Akamai ou un fournisseur cloud comme AWS. S'offrir une infrastructure capable de supporter le traffic de Google Search doit coûter quelques milliards, ce qui est une barrière d'entrée considérable mais loin d'être inabordable. Le plus dur pour concurrencer Google Search, ce n'est pas l'infrastructure mais le mathématique et le marketing.
Au niveau de Google Search, le point principal qui à propulser Google au devant de la scène, c'est avant tout sont algo de recherche et la capacité de Google à fouillé le net (ainsi que la sauvegarde en cach des pages, la recherche par image, ect...).
J'me rappel à mes débuts sur le net, on ne passer pas forcément par Google. Mais lorsqu'on ne trouver pas sur un moteur de recherche on passer par un autre. Et à force de toujours tout trouver sur Google, c'est devenu la référence.

J'avoue ne pas avoir tester les nouveaux moteur de recherche qui émerge, mais s'ils ne font pas au moins aussi bien sinon mieux, ils ne pourrons jamais grossir et cela même s'ils garantissent aucune collecte de donnée, ou je ne sais quoi d'autre...
Pour le coup au delà du coût de l'infrastructure, c'est avant tout le travail qui à été fournis à l'époque qui à propulser Google dans la situation de quasi monopole (on parle ici d'utilisation et pas de seul sur le marcher).
2  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 10:13
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je n'utilise pas de moteur de recherche chinois, je n'utilise pas de boite email chinoise, je n'utilise de plateforme vidéo chinoise, je n'utilise pas d'OS chinois, je n'utilise pas de d'OS mobile chinois, je n'utilise pas de réseau social chinois, etc.

Donc non je m'en fous des poids lourds chinois, je n'ai jamais rien commandé sur Alibaba.
C'est bien dommage de t'en taper le coquillard car tu oublies juste un petit détail : l'économie de marché. Ces sociétés acquièrent localement au fil du temps un poids économique gigantesque et en vertu de l'économie de marché mondialisée, finissent par s'imposer sur tous les marchés petit à petit. Regarde attentivement ce que fait la Chine... Tu verras qu'en tant que consommateur éclairé et encore moins en tant que décideur, tu ne peux te permettre de faire l'impasse sur l'économie étrangère à périmètre régionalisé. Les répercussions, tu vas les avoir tôt ou tard, autant avoir un coup d'avance, non ?

Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
ça s'est déjà vu par le passé avec Rockfeller : https://www.capital.fr/economie-poli...istoire-516486
Ouaip, mais c'était à quelle époque ? Qu'est ce qu'il y avait en face capable de rivaliser avec l'empire Rockfeller ?
Aujourd'hui ce n'est plus du tout la même salade. Si les US avait réellement voulu s'attaquer aux monopoles, ils auraient déjà démantelé Microsoft depuis belle lurette.
Tout ça ce n'est que de la poudre aux yeux et autres postures de politicards.
2  0 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/03/2019 à 23:18
Bien. Au moins ça étandra débat sur le rôle—en bien ou en mal—de ces géants dans la société moderne au public large et en démocratie c'est jamais un mal qu'on se penche un peu sur le fonctionnement de la société.
1  0