Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Kaspersky reste persona non grata aux États-Unis
Malgré ses efforts de coopération, et pourrait envisager de porter plainte contre le gouvernement US

Le , par Christian Olivier

132PARTAGES

8  0 
À peu près 15 % des agences gouvernementales américaines ont déclaré avoir détecté la présence de traces du logiciel antivirus de l’entreprise technologique russe Kaspersky Lab dans leurs systèmes. Cette annonce intervient dans un contexte tendu, sur fond de crise entre les États-Unis et la Russie. Il faut, en effet, rappeler que, depuis l’accession de Donald Trump à la magistrature suprême des USA et les rumeurs de collusions entre le camp Trump et la Russie sur une affaire de piratage qui auraient pu conduire au « ;trucage des dernières élections US ;», les services de renseignements américains et les différentes agences d’investigations gouvernementales soupçonnent très fortement la firme Kaspersky Lab d’être en réalité un pion du Kremlin susceptible de servir de vecteur d’attaque.

Jeanette Manfra, secrétaire adjointe pour la cybersécurité au Département de la sécurité intérieure (DHS), a déclaré que 94 % des 102 différentes agences gouvernementales US auraient participé à cette enquête visant à confirmer la suppression effective des produits de Kaspersky Lab. Par la suite, elle s’est exprimée devant la Chambre des Représentants des États-Unis en précisant que le DHS n’avait « ;actuellement aucun élément de preuve concluant ;» qui permettrait d’affirmer que l’ensemble du réseau ait été compromis à cause de l’utilisation du logiciel antivirus russe Kaspersky.

Cependant, elle n’a pas donné de détails concernant les agences qui disent avoir détecté les produits de Kaspersky Lab sur leurs systèmes ni sur celles qui sont encore en train d’auditer leurs systèmes. Elle a aussi rapporté aux législateurs qu’il était possible que les actions répressives contre Kaspersky Lab menées actuellement puissent conduire à un litige, sans pour autant préciser sa nature. Lorsqu’on lui a demandé si la société envisageait de poursuivre le gouvernement américain, une porte-parole de Kaspersky Lab avait, en effet, déclaré dans un communiqué que la société « ;continuait d’envisager toutes les options possibles ;».


Pour rappel, au terme des investigations menées par le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la prise de position du Sénat américain en faveur du bannissement des produits Kaspersky Lab de certaines institutions sensibles du pays, l’administration Trump a fini par annoncer au courant du mois de juillet dernier, l’éviction de l’entreprise Kaspersky Lab du répertoire des vendeurs agréés d’équipements technologiques pour les agences gouvernementales US. Par la suite, elle a ordonné en septembre dernier aux agences civiles américaines de retirer les solutions logicielles de l’entreprise Kaspersky Lab de leurs réseaux, après le vote d’une loi contraignante au Sénat.

Les responsables US se disaient extrêmement préoccupés par le fait que les logiciels de Kaspersky puissent être utilisés par les services de renseignement russes pour espionner le gouvernement américain. Le DHS a, d’ailleurs, adressé une directive à ses départements et agences de la branche exécutive fédérale afin qu’ils identifient, sous un délai de trente jours, l’ensemble des produits Kaspersky qui sont utilisés sur leurs systèmes et établissent un plan détaillé sur les deux mois à venir pour supprimer et ne plus utiliser ces produits dans un délai de 90 jours.

S’offusquant de cette série de prises de positions radicales des autorités américaines, Kaspersky Lab n’a pas manqué de signaler qu’il est inacceptable qu’elle soit aussi injustement accusée et traitée en l’absence de tout élément de preuve concret. L’entreprise a tenu à rappeler, à ce propos, qu’elle comptait déjà deux décennies d’activités ponctuées d’une éthique à laquelle il serait difficile de faire des reproches.

« ;Selon toute vraisemblance, Kaspersky Lab s’est retrouvée embarquée dans une querelle géopolitique où chaque camp s’emploie à utiliser notre entreprise comme un pion dans son jeu ;», avait déclaré la société moscovite spécialisée en cyberprotection. Cette dernière a, néanmoins, tenu à relativiser la situation en insistant sur le fait que « ;les ventes du gouvernement américain n’ont jamais constitué une part importante de l’activité de l’entreprise en Amérique du Nord ;», peu de temps avant que son fondateur n’annonce dans un tweet que « ;malgré les turbulences géopolitiques, nous restons dévoués à nos clients nord-américains. Trois bureaux régionaux seront ouverts courant 2018 ;».

La société Kaspersky Lab a nié à plusieurs reprises avoir des liens avec n’importe quel gouvernement et martelé qu’elle n’aiderait jamais un gouvernement à mener des activités de cyberespionnage. De son côté, Moscou a rejeté toute implication de ses agences gouvernementales dans le processus des élections présidentielles américaines de 2016.

Dans un souci de transparence, l’éditeur d’antivirus russe Kaspersky a annoncé le mois dernier qu’il va demander à des entités indépendantes d’évaluer la sécurité de ses logiciels antivirus. Il sera dès lors possible que le code source de ses logiciels et futures mises à jour soit contrôlé par des experts de sécurité et des responsables gouvernementaux. Elle s’est aussi engagée à autoriser d’autres parties prenantes à évaluer d’autres aspects de la société, y compris le développement logiciel à compter du premier trimestre de l’année prochaine. Manfra a déclaré qu’une telle mesure ne serait « ;pas suffisante ;» pour répondre aux préoccupations du gouvernement américain, et ce, malgré tous les efforts de coopération déployés par Kaspersky Lab.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
D'après vous, quel geste de Kaspersky pourrait satisfaire les USA et mettre fin à ce différend ?

Voir aussi

Kaspersky : l'agent de la NSA aurait exposé les outils de piratage des USA en installant un générateur de clés malveillant pour activer MS Office
Kaspersky aurait volontairement modifié son logiciel antivirus pour aider la Russie à voler les secrets des États-Unis

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 12:25
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Que pensez-vous de cette affirmation du Parlement européen ?
C'est n'importe quoi !
Kaspersky n'est pas une menace !
Après tout ce que Kaspersky a fait pour la sécurité d'Internet...

Encore une fois l'UE suit les USA. (ce qui ne surprendra personne)
Alors qu'on sait que les USA nous espionnent, donc pourquoi on ne considère par les USA comme une menace ? Ce sont quand même les spécialistes des attaques informatiques.

Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Personnellement, considérez-vous Kaspersky comme une société malveillante ou comme une firme de sécurité dont il faut saluer les efforts ?
Pour moi c'est clairement une excellente firme de sécurité qui a fait beaucoup pour la sécurité informatique.
Mais là il y a un gros racisme anti Russe, digne d'une guerre froide...
Il n'y a pas de preuve contre Kaspersy.

Le jour où on trouvera des backdoors dans Windows 10 et Norton, ça fera moins de bruit...
11  0 
Avatar de Le gris
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 13:34
Quand des états ne font que suivre l'ineptie de leur camarade, on se trouve à se tirer une balle dans les pieds. Pauvre Europe!
8  0 
Avatar de slowsaz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 13:44
J'ai l'impression d'être dans un rêve, ou plutôt un cauchemar, dans lequel on tourne le dos à une entreprise qui fait tous les efforts du monde pour prouver sa bonne foi pendant que nous accordons notre confiance à des sociétés (principalement américaines) qui prennent les données des gens depuis toujours sans même parler des potentielles portes dérobées qui peuvent se trouver dans leurs logiciels.

Est-ce qu'un jour, l'union européenne cessera d'être le pantin des Etats-Unis et de suivre tous ses avis et ses instructions ou elle continuera comme ça jusqu'à son extinction ?
8  0 
Avatar de Christian Olivier
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 14:54
Je croyais avoir déjà tout entendu dans cette affaire
Mais là... c le summum...... Ça frise le ridicule un tel niveau d'asservissement
Bien entendu c'est Kasper qui espionne seul, les autres spywares made in USA sont blancs comme neige

Du coup, quitte à me faire espionner, je préfère que ce soit par qlq1 de déjà reconnu ou du moins qui est unanimement pointé du doigt. Je vais de ce clic m'installer une bonne vieille solution Kasper pour livrer à la méchante Russie et à Poutine mes données ... Et puis Windows 10 même dans 10 ans je compte pas m'intoxiquer avec, Seven ou Kubuntu c suffisant.
8  0 
Avatar de Patounoff
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 16/07/2018 à 18:51
Lorsque l'on voit le nombre de mouchards installés dans W10.
C'est d'un ridicule...
6  0 
Avatar de kedare
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/06/2018 à 16:19
Faudrait pas faire barrage a la NSA avec des solutions efficaces non mais ho
Après tout les Americains sont les gentil sauveurs contre les villains Russes
5  0 
Avatar de jml17
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 23/06/2018 à 19:16
Très peu actif sur le site, mais lecteur assidu de la newsletter, et également abonné à Kaspersky depuis longue date, je ne changerai pas aujourd'hui.
Cet avec ce genre de décision du parlement européen, que les élus nous détourne de l'Europe !
Le pouvoir ne rend pas nécessairement intelligent, d'ailleurs, un certain Bedos à dit: Pour les aveugles, on dit non-voyant, pour les sourds, non-entendant, et pour les cons, non-comprenant.
5  0 
Avatar de lubric_monkey
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 25/06/2018 à 12:04
on voit finalement qui est à la solde de quelqu'un .
on voit bien au fil des pseudo loi qui sortent de l'europe, que les lobbys sont tous puissants notamment ceux qui reflechissent en dollars.
on voit de mieux en mieux que ces gens la bas, pour lesquel d'aucun n'ont voté et qui de par leur statut sont inattaquables.
en effet, nous ne pouvons ni les revoquer , ni les poursuivre pour trahison, ou haute trahison.
nous sommes dans une democratie, dirigée par un systeme feodal , c'est ca la modernité... nouveau millenaire qui commence comme le dernier.....
je suis bien inquiet car personne ne bouge.
attendons ...attendons .... encore et bientôt nous n'aurons plus de forum...
5  0 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/11/2017 à 10:51
aucun geste de Kaspersky ne pourra répondre aux exigences du gouvernement US puisque ce dernier ne veut pas de Kaspersky. Il est de mauvaise foi et on ne peut rien contre ça. Kaspersky les dérangent et ils veulent s'en débarrasser.
4  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/12/2017 à 18:15
Tout cela reste à prouver.
Je ne crois plus les médias de masse, bien trop de mensonges et de propagandes.
Rappelez-vous que c'est à cause de cela qu'il y a des guerres.

Ils espionnent tous, alors pourquoi les américains seraient les gentils et les autres les méchants!
Les bons cowboys tuant les méchants indiens....
4  0