Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« L'anonymat sur les réseaux sociaux c'est le régime de Vichy », « quelque chose de choquant » dont le gouvernement français va devoir s'emparer,
D'après le nouveau Premier ministre Jean Castex

Le , par Patrick Ruiz

321PARTAGES

24  0 
Vingt ans déjà que la question de l’anonymat en ligne revient de temps à autre sur la table du débat public en France ; elle n’est donc pas nouvelle et vient de prendre un coup de neuf avec une interview de Jean Castex accordée au quotidien Le Parisien. Sans détour, le nouveau Premier ministre qualifie les réseaux sociaux (et l’anonymat qui les caractérise) de régime de Vichy, c’est-à-dire de sphère illégitime. Il fait d’ores et déjà savoir que c’est un sujet dont le gouvernement va devoir s’emparer. Nouvelle annonce de la levée de l’anonymat après celles du président Emmanuel Macron ?

« Sur la question des réseaux sociaux, il y a quelque chose de choquant, c’est l’anonymat. On peut vous traiter de tous les noms, de tous les vices, en se cachant derrière des pseudonymes. Dans ces conditions, les réseaux sociaux c'est le régime de Vichy : personne ne sait qui c'est ! Je suis pour la liberté d'expression, mais si on se cache, les conditions du débat sont faussées. C'est un sujet dont il va falloir que l'on s'empare », a-t-il déclaré.

La sorite du nouveau Premier ministre fait suite à celle du président français qui, au mois de février de l’année précédente, déclarait : « Moi je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet. » Il confirmait ainsi son positionnement après avoir plaidé pour une « levée progressive de tout anonymat » devant les maires réunis pour le deuxième acte du grand débat national au Palais des congrès de Souillac (Lot). Le Président français avait alors déclaré que pour améliorer la qualité de la démocratie participative, l'on « doit aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat » en faisant mention de « processus où on sait distinguer le vrai du faux et où on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ». Macron pensait déjà que cela est nécessaire étant donné qu'aujourd'hui, « on a beaucoup d’informations, tout le temps, mais on ne sait pas d’où elles viennent. »


Dans une sortie destinée à apporter réponse aux critiques des internautes et des défenseurs de la vie privée, Mounir Mahjoubi, le Secrétaire d'État chargé du Numérique d’alors, était venu clarifier le propos d’Emmanuel Macron en précisant que ce dernier visait l’anonymat en lien avec la démocratie participative.

« Sur un site de rencontres, je veux bien que tout le monde s’appelle Robert234 ou Angeline2828. Chacun doit pouvoir choisir son pseudo et sa vie virtuelle. Mais quand on est sur un site de démocratie participative, notamment les dispositifs numériques pour que les citoyens puissent s’exprimer régulièrement, faire des pétitions légales, je ne veux plus que ce soit anonyme », avait-il illustré.

Le propos d’Emmanuel Macron de février 2019 sur la question est néanmoins clair : il s’agit d’aller au-delà des plateformes de démocratie participative. « On va continuer à travailler avec les plateformes Internet, pour sanctionner ce qui est fait sur ces plateformes », avait-il déclaré. Dans le cadre de la mise en œuvre de telles mesures, le gouvernement français devrait alors procéder à des formules comme celle qui consiste à imposer une pièce d'identité à la création de comptes sur les réseaux sociaux.

« Nous proposons que soit envisagée l’hypothèse de créer une obligation légale de recueil des pièces d’identité à l’occasion de la création de comptes sur les réseaux sociaux, à l'image de ce qui existe sur d'autres plateformes telles que AirBnb », avaient suggéré les députés Laurence Vanceunebrock-Mialon, Raphael Gérard et Gabriel Serville, en rebondissant sur les agressions qu'a connues le chanteur LGBT Bilal Hassani sur Twitter.

En sus, il y a que le gouvernement français s’est engagé à lancer une Carte Nationale d’Identité électronique dès 2021. On voit bien le dispositif servir aux besoins d’identification sur les plateformes de démocratie participative de France. C’est la faisabilité de son ouverture vers la totalité des plateformes auxquels les Français accèdent qui est à examiner ; c’est néanmoins une possibilité à prendre en compte.

Si la question est de pouvoir identifier les tiers sur les réseaux sociaux, il semble que la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) ait déjà tranché. En effet, les fournisseurs d’accès Internet connaissent bien leurs clients qui, en dehors de leur fournir des informations personnelles (identité réelle, adresse postale, coordonnées bancaires, numéro de téléphone, etc.) laissent diverses traces numériques parmi lesquelles l’adresse IP. Il vient donc que de la même façon que des tiers usent de moyens de masquer leur identité en ligne, il en existe pour leur mettre la main dessus. La loi offre tous les moyens adéquats pour remonter jusqu’à l’identité des internautes, si nécessaire. C’est peut-être la célérité dans les actions de la justice qui fait problème.

Le nouveau Premier ministre reste néanmoins d’avis qu’il « faudrait réglementer un peu tout cela. » Le calendrier de mise en œuvre reste cependant vierge, car comme l’a reconnu Jean Castex, « ce n’est pas certain que je le ferai maintenant. Ma priorité absolue, c'est de lutter contre le chômage pour la reconquête économique. »

Source : Le Parisien

Et vous ?

Faut-il vraiment mettre un terme au pseudonymat sur les réseaux sociaux en France ? Quelles seraient les conséquences d’une telle décision ?
L’utilisation de l’identité réelle est-elle de façon systématique gage de civilité ?

Voir aussi :

Lutte anti-terroriste : 44 organisations exhortent Macron à renoncer à un projet de règlement européen qui pourrait porter préjudice à Internet
L'administration Macron confirme sa loi contre la haine sur Internet en 2019 par la voix de la Secrétaire d'État auprès du Premier ministre
Macron lance « l'Appel de Paris » pour remédier aux problèmes d'Internet, la France va coopérer avec Facebook pour examiner ses efforts de modération
UE : le président Emmanuel Macron veut sévir contre les positions dominantes des entreprises et dit vouloir d'un dispositif antitrust plus fort
Présidentielle en France : Emmanuel Macron s'attaque au chiffrement et à la propagande en ligne dans son programme de lutte contre le terrorisme

.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 11:15
Il voit ça d'un point de vue strictement étatique (et son point de vue est déjà contestable, mais je ne vais pas m’appesantir dessus, je ne doute pas que d'autres le feront). Le truc qu'il ne prends pas en compte, c'est que la pression sur les gens peut venir de bien d'autres chemins. L'anonymat sur internet ne me protège pas des foudres de l'état si je viole la loi de l'état. L'anonymat, en revanche, me protège de la violence de mon groupe social si je décide de sortir des sentiers balisés par celui-ci. Ca concerne tous les groupes. L'anonymat permet de contourner la persécution non-étatique. Il est donc indispensable. L'état a largement les moyens de passer outre.
27  0 
Avatar de Jamatronic
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 11:19
L'anonymat aide à agresser, certes... mais permet aussi de se protéger à coup sûr d'agressions dans le réel.

On a vraiment un gouvernement un peu spécial...
24  0 
Avatar de blbird
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 13:04
Il y a déjà tout ce qu'il faut pour retrouver les fauteurs de trouble sur Internet. Ce gouvernement est une véritable plaie à tout point de vue. Ils ont tellement de casseroles aux fesses qu'ils veulent tout contrôler...
23  0 
Avatar de virginieh
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 11:14
Il a raison déjà sous le régime de Vichy des terroristes se cachaient sous des pseudonymes, comme Jean Moulin se cachait sous :
Régis Max Rex Joseph Jean Mercier Jacques Martel Romanin Joseph Marchand Richelieu Alix

Il faut dire non au terrorisme, donc il faut interdire les pseudonymes.

Bon même si ça rappelle le régime de Vichy, je suis pas sure que du coup il se donne le meilleur rôle .
21  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 13:23
C'est toujours les mêmes bêtises qui reviennent, ça marche pas une fois, il réessayent quelques mois plus tard en espérant que ça passera...
20  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 13:13
Le régime de vichy c'est plutot eux... Cette volonté de vouloir censuré la parole est juste inqualifiable.
18  0 
Avatar de mh-cbon
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 11:17
ça démontre une profonde incompréhension de la virtualité du monde numérique. Il sera toujours possible de rajouter des couches supplémentaires d'implémentation de systèmes de protections de la vie privée sur les couches existantes. De fait, de tels mesure produiront un effet contraire à ce qui est escompté, de plus, à chaque nouvelle couche de protections, les outils de surveillance devront être de plus en plus complexe et coûteux, car non content d'être un outil centralisé, il doit analyser un réseau en croissance exponentiel qui se défendra activement contre des attaquants. Plus la surveillance sera stricte, plus il y aura d'utilisateurs qui se protégeront, très probablement ceux ci appliqueront le principe de cloisonnage pour disposer de plusieurs identités imperméable, augmentant d'autant la charge sur les outils de surveillance. bref, il peut bien raconter ce qu'il veut le pépé mais j'ai quelques doutes sur le diagnostic et donc la prescription préconisée.
15  0 
Avatar de nl.smart
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 11:48
Bonjour,

Le subconscient du gouvernement parle, il s'imagine sous Vichy.

Le peuple s'est rendu compte que ses libertés avaient disparues, il saura un jour, j'espère, s'emparer à nouveau de la liberté.

Ils auraient voulu que sous Vichy les résistants laissent leurs noms en collant les affiches dans les rues ?

Le livre "1984" est plus que jamais d'actualité, triste constat.



Leur obéir c'est trahir, leur désobéir c'est servir.

14  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 12:20
Ce niveau de bêtise ...
12  0 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 12:56
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
« Nous proposons que soit envisagée l’hypothèse de créer une obligation légale de recueil des pièces d’identité à l’occasion de la création de comptes sur les réseaux sociaux, à l'image de ce qui existe sur d'autres plateformes telles que AirBnb », avaient suggéré les députés Laurence Vanceunebrock-Mialon, Raphael Gérard et Gabriel Serville, en rebondissant sur les agressions qu'a connues le chanteur LGBT Bilal Hassani sur Twitter.
Amusant comme exemple car on peut totalement le retourner. Pas d'anonymat, donc une personne qui veut participer à des groupes LGBT ne peut pas le faire sans révéler sa vie personnelle à la face du monde ?
15  3