Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Oracle répond enfin aux accusations de discrimination salariale et raciale à son encontre
En trainant le département américain du travail devant les tribunaux

Le , par Christian Olivier

26PARTAGES

15  0 
Récemment, Oracle a répondu aux accusations de discrimination salariale fondée sur des critères raciaux et sexistes le concernant en attaquant le département américain du Travail (DoL) devant un tribunal de Washington DC. Big Red accuse maintenant le département américain du Travail d’avoir outrepassé de manière excessive les limites de ses attributions et soutient que ce dernier n’a pas le pouvoir de l’écarter des contrats gouvernementaux à cause de ses supposées pratiques discriminatoires ou de le trainer devant les tribunaux parce qu’il sous-payerait certains employés.

D’après l’entreprise, l’OFCCP (Office of Federal Contract Compliance Programs) – l’organe du DoL qui veille à ce que les employeurs qui font affaire avec le gouvernement fédéral se conforment aux lois et aux règlements antidiscriminatoires – « a créé un régime coercitif d’exécution administrative et juridictionnelle ». Elle déplore le fait que « sans l’aval d’une loi du Congrès - en réalité, en violation de la législation du Congrès - un groupe de fonctionnaires non élus, non tenus de rendre des comptes et non confirmés ont complètement déchiqueté ce système d’application de l’organisme d’arbitrage ».

Rappel des faits

En 2017, le département américain du Travail a engagé une action en justice contre Oracle, alléguant que la société avait l’habitude de payer les hommes de race blanche davantage que leurs homologues de couleur, ce qui entraînait une discrimination salariale à l’égard des femmes et des employés noirs et asiatiques. Le département US du travail avait étudié les pratiques d’embauche d’Oracle depuis 2013 et conclu qu’il y avait « de grandes disparités salariales au sein de l’entreprise, même en tenant compte du titre de l’emploi, du statut à plein temps, du statut exonéré, du niveau de carrière global, de la spécialité, de l’expérience professionnelle antérieure estimée et de l’ancienneté ». S’appuyant sur le fait qu’Oracle avait refusé de coopérer dans le cadre de son enquête, le DoL avait menacé de geler les contrats du groupe avec le gouvernement à moins que l’entreprise ne règle les problèmes évoqués.

À l’époque, Oracle avait affirmé que les allégations du DoL étaient sans fondement et se basaient sur un processus imparfait reposant sur des statistiques choisies avec soin plutôt que sur la réalité. La société technologique assurait à l’inverse que ses décisions en matière de rémunération sont « non discriminatoires et fondées sur des facteurs commerciaux légitimes, y compris l’expérience et le mérite ». Cela a donné lieu à un second procès intenté par le DoL plus tôt cette année dans lequel il a été reproché à Oracle d’avoir mis sur pied des « schémas flagrants de discrimination » à l’égard des femmes et des minorités. Big Red a également été accusé d’avoir créé un système permettant de recruter du personnel en Asie puis de le faire venir aux États-Unis et de le payer moins cher tout en excluant les demandeurs qualifiés venant d’ailleurs, notamment les Noirs et les Hispaniques.


Plus tard, une analyse des données sur la masse salariale chez la firme de Redwood Shores a révélé des disparités avec un « degré extrêmement élevé de signification statistique ». Il semblerait, d’après cette analyse, que des milliers de femmes ont été systématiquement sous-payées au sein du groupe et que ces disparités existent même entre les femmes et les hommes ayant la même expérience et les mêmes notes de performance dans les mêmes catégories d’emplois. Cette découverte a conduit au dépôt d’une seconde requête motivée par des allégations de discrimination salariale généralisée devant la justice californienne incriminant Oracle.

Les avocats représentant l’ensemble des victimes présumées (plus de 4200 femmes) allèguent que les employées recevaient en moyenne 13 ; 000 USD par an de moins que les hommes effectuant un travail similaire. L’analyse des données sur la masse salariale chez Oracle aurait révélé que le salaire de base des femmes était en moyenne inférieur de 3,8 % à celui de leurs homologues masculins dans les mêmes catégories d’emplois, idem au niveau des primes (- 13,2 %) et des valeurs des actions (- 33,1 %). La plupart des employées concernées ont travaillé dans la technologie de l’information, les fonctions de soutien et le développement de produits depuis 2013.

Outre le laisser-aller observé dans sa politique en matière d’équité salariale, il est aussi reproché à la firme de Redwood Shores de n’avoir rien entrepris (aucun audit interne complet et régulier, à titre d’exemple) pour résoudre ce problème, alors que le gouvernement américain avait déjà fait état de l’existence de certains problèmes spécifiques au sein de groupe.

En mai de cette année, la firme de Redwood Shores a de nouveau été poursuivie en justice par un autre groupe de personnes - cette fois-ci des personnes âgées. Un ancien vendeur de la société a prétendu que son ancien employeur avait fait preuve de discrimination à son égard en raison de son âge et d’un handicap médical et qu’il existait une stratégie d’entreprise délibérée visant à remplacer les travailleurs âgés par des plus jeunes.

Source : Google Drive (PDF)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

Inégalités du genre dans la tech : Google poursuivi par son ex-employé et bientôt pour discrimination salariale basée sur le genre
Un employé de Google crée la polémique en expliquant que les femmes ne sont pas faites pour la tech et finit par être viré de l'entreprise
Le sexisme dans la tech est « omniprésent », affirme la CEO de YouTube qui profite du débat sur les inégalités de genre pour partager son expérience
Inégalités de genre dans la tech : c'est une erreur de vouloir à tout prix embaucher plus de femmes explique une ancienne Lead Tech de Google

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/11/2019 à 12:14
Tech Company Organizational Charts



11  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/11/2019 à 8:57
Comme c'est vendredi, je me posais la question si Oracle était toujours une boîte technologique ou pas ?
Parce qu'au rythme où ils vont aux tribunaux, on pourrait croire que c'est juste devenu un gros cabinet d'avocats.
Tiens si quelqu'un pouvait être sympa et me rappeler les dernières annonces technologiques tonitruantes faites par Oracle parce que j'ai un trou de mémoire, merci
9  0 
Avatar de MarvinG76
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 29/11/2019 à 8:47
On nage en plein délire, j'adore ce monde
3  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/11/2019 à 15:00
Oracle n'est que la n-ième cible du Departement of Larbor, Google, Palantir et SalesForce avant elle.
Je ne me prononce pas sur la réalité des accusations même si 3.8% ne me parait pas énorme en terme d'écart de salaire, mais le conseil d'administration compte quand même plusieurs femmes et non des moindres : Safra A. Catz (CEO), Renée J. James (ancienne directrice d'Intel), Naomi O. Seligman.

Mais cela reste un petit procès, rien à voir avec Facebook qui est sur le grill depuis plus de 2 ans par exemple.

Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Cela a donné lieu à un second procès intenté par le DoL plus tôt cette année dans lequel il a été reproché à Oracle d’avoir mis sur pied des « schémas flagrants de discrimination » à l’égard des femmes et des minorités. Big Red a également été accusé d’avoir créé un système permettant de recruter du personnel en Asie puis de le faire venir aux États-Unis et de le payer moins cher tout en excluant les demandeurs qualifiés venant d’ailleurs, notamment les Noirs et les Hispaniques.
Quiconque a mis un pied sur un campus technologique aux USA sait que les étudiants asiatiques y sont en force. Donc pourquoi aller chercher en Amérique du sud ou en Afrique alors que l'on a déjà les cerveaux sous la main ? C'est une simple décision rationnelle, et même un état de fait. Et si Oracle fait venir des cerveaux expressément de Chine, peut-être est-ce parce que ce pays forme un tiers des diplômés du monde entier.
Je ne ne savais pas que la discrimination positive (qui reste de la discrimination) s'étendait à la planète entière, est-ce une spécificité du droit californien ou l'argument est-il spécieux ?

Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Tiens si quelqu'un pouvait être sympa et me rappeler les dernières annonces technologiques tonitruantes faites par Oracle parce que j'ai un trou de mémoire, merci
En terme d'avancées technologiques récentes, me viennent à l'esprit GraalVM, le Cloud Oracle (27Md$ de revenus), 18c autonomous database (avec du NoSQL dedans), Sparc M8, serveur M8-8.
Les produits continuent d'évoluer, comme Solaris 11.4 sorti récemment avec un support garanti jusqu'en 2034. Que nous essayerons peut-être un jour si le DBA parvient à convaincre le CTO, mais pour l'instant nous sommes sur du VMWare et du RHEL déjà bien onéreux pour ce que c'est.
3  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/11/2019 à 17:29
Citation Envoyé par rawsrc Voir le message
Tiens si quelqu'un pouvait être sympa et me rappeler les dernières annonces technologiques tonitruantes faites par Oracle parce que j'ai un trou de mémoire, merci
Le rachat de Sun Microsystems * le 20 avril 2009
Sun a produit des serveurs et stations de travail basés sur les processeurs m68k, SPARC et x86, et le système d’exploitation Solaris, anciennement SunOS. On lui doit aussi le langage de programmation Java.

Sun fut l’inventeur du standard NFS (Network File System), et fut également à l’origine de la standardisation d’UNIX System V, en partenariat avec AT&T. Ultérieurement, Sun a également développé le système de fichiers ZFS.
1  0 
Avatar de matthius
Inactif https://www.developpez.com
Le 29/11/2019 à 7:31
Pour la France, la disparité homme-femme est problématique pour la réforme des retraites, surtout pour les locataires.
1  1