IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un employé de Google crée la polémique en expliquant que les femmes ne sont pas faites pour la tech
Et finit par être viré de l'entreprise

Le , par Michael Guilloux

489PARTAGES

13  3 
La diversité, et notamment dans le genre, est une question importante aux yeux de nombreux organismes de défense des droits de l’homme. De la société préhistorique où l’homme était considéré comme le sexe dominant, nous avons progressivement évolué vers une société où la femme est de plus en plus positionnée au même rang que l’homme. Mais dans la réalité, de nombreux milieux continuent d’être dominés par les hommes. En entreprise, certaines politiques du genre sont donc mises en place dans le but supprimer, sinon réduire, ces inégalités. C’est le cas notamment de la discrimination positive à l’embauche qui, toute chose étant égale par ailleurs, amènera un employeur à recruter une femme plutôt qu’un homme, s’il y a un choix qui s’impose.

Il faut toutefois reconnaitre que tout le monde n’approuve pas cela et malgré ces politiques dites proféministes, il y a encore de nombreuses inégalités dans le monde de l’entreprise. Plusieurs études classent le milieu de la technologie comme étant parmi les milieux les plus masculins. Mais pourquoi la tech est-elle dominée par les hommes ? C’est à cette question qu’a voulu répondre James Damore, qui était jusqu’à lors un employé de Google.

Vendredi dernier, James Damore a publié une note interne dans laquelle il a voulu expliquer les inégalités salariales, entre autres, entre hommes et femmes dans le milieu de la technologie. Pour lui, cela semblait surtout être un coup de gueule contre les tendances à trop favoriser les femmes. Les géants de l’IT font en effet des efforts pour assurer la diversité dans leurs effectifs, alors que les femmes restent encore très minoritaires. C’est le cas également de Google surtout que le géant de l’Internet est déjà accusé, par le département américain du Travail, de discrimination salariale « extrême » basée sur le genre. Mais pour James Damore, ces inégalités ne sont pas le résultat d’une discrimination basée sur le sexe, mais s’expliquent par des « différences biologiques ».


L’ingénieur de Google a donc fustigé les initiatives de diversité que son employeur essaie de mettre en place pour ne plus être dans le viseur des régulateurs américains. Dans son texte de dix pages, il indique avant tout que la diversité et l’inclusion sont importantes à ses yeux et qu’il ne nie pas non plus que le sexisme existe. Mais James Damore pense qu’il faut « arrêter de prétendre que la différence de salaire implique forcément du sexisme. » L’ex-ingénieur de Google affirme que « les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et que ces différences pourraient expliquer pourquoi les femmes ne sont pas représentées de manière égale dans la tech et [aux postes de responsabilité]. »

« On se demande toujours pourquoi on ne trouve pas de femmes à des postes de responsabilité, mais on ne demande jamais pourquoi on y trouve autant d’hommes », poursuit-il. D’après James Damore, c’est également parce que « ces postes nécessitent souvent de longues et stressantes heures de travail qui peuvent ne pas valoir le coup si vous voulez mener une vie équilibrée et gratifiante. » Il estime également que les aptitudes naturelles des hommes les conduisent à devenir facilement des programmateurs en informatique, alors que les femmes sont, plus enclines « aux sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées ». Ce détail justifierait encore le fait que ces dernières optent en général pour des carrières « dans le social ou l'artistique ».

Un point de vue sévèrement critiqué au sein de Google

Si son point de vue a été soutenu par un petit groupe, ce sont plus de vives critiques que cela a déclenchées. Google n’a donc pas mis de temps avant de réagir, surtout que la polémique a attiré l’attention du département américain du Travail qui avait déjà un œil sur l’entreprise. Selon un représentant de Google, le texte de dix pages de Damore accuse l’entreprise de soutenir le fait que les différences biologiques justifient la proportion de femmes dans le domaine de la technologie et aux postes de responsabilité. Dans des discussions internes, plusieurs employés ont également soutenu le licenciement de James Damore, alors que certains ont fait savoir qu’ils refuseraient de travailler avec lui. L’ingénieur a donc été viré de l’entreprise, une information qu’il a lui-même confirmée. James Damore dit avoir été licencié pour avoir « perpétué des stéréotypes sexistes » et envisage des recours légaux.

Tôt ce lundi, le PDG d’Alphabet, Sundar Pichai, a pour sa part envoyé une note aux employés pour s’exprimer au sujet de la polémique qui a éclaté pendant le weekend. « Tout d'abord, permettez-moi de dire que nous soutenons fermement le droit des Googlers de s'exprimer, et une bonne partie de ce mémo mérite d'être débattue, en dépit du fait que la grande majorité des Googlers ne soit pas d'accord avec lui », explique le PDG de Google. « Cependant, certaines parties de la note violent notre Code de conduite et vont jusqu'à faire croire que nous entretenons de dangereux stéréotypes de genre dans notre milieu de travail », dit-il.

En même temps, le licenciement de l’employé de Google va sans doute refroidir tous ceux qui voudront exprimer leurs idées, notamment si elles ne sont pas partagées par une majorité. Sundar Pichai estime en effet qu’il existe « des gens qui se demandent maintenant s'ils peuvent exprimer leur point de vue sur le lieu de travail, en particulier ceux qui ont un point de vue minoritaire. Ils se sentent également menacés, et ce n'est pas bien non plus », dit-il. « Les gens doivent se sentir libres d'exprimer leur désaccord. Donc, pour être clair encore, de nombreux points soulevés dans le mémo sont des sujets importants. L'auteur avait le droit d'exprimer son point de vue sur ces sujets. » Il ne s’exprime toutefois pas sur le sort de James Damore en tant qu’employé de Google.

Sources : Bloomberg, Google

Et vous ?

Que pensez-vous de l’opinion de James Damore et de son licenciement ?
D'après vous, pourquoi les femmes sont-elles sous-représentées dans le milieu de la technologie ?
D'un point de vue professionnel, comment les trouvez-vous en général aux postes de développeurs et IT Pro ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 13:59
je suis évidement contre ces propos, cependant je trouve tous aussi débile de vouloir la parité juste pour avoir la parité...
Notre gouvernement actuel par exemple s'en réjouit chaque jour d'avoir comme ministre 50% d'hommes et 50% de femmes. Cela peut induire que plutôt que d'embaucher un homme talentueux on préfère embaucher une femme histoire de faire bonne impression.

Biologiquement l'homme != d'une femme, c'est indéniable et je serais prêt à parier que le sexe influe sur les méthodes de travail/d'analyse (ce qui ne veut pas dire méthode improductive)
Pour les postes à haute responsabilité, il y'a des femmes très nul comme Marisssa Mayer ou très talentueuses comme Lisa Su, même chose chez les hommes.

Dans le secteur de la tech il y'a peu de filles car il y'a peu de filles dans les écoles, ce n'est pas la faute des entreprises (en France en tous cas mais je doute que se soit différent ailleurs)
trouvez moi une école d'ingé avec > 50% de filles dans la promo !

Histoire d'ne rajouter une couche, il n'est pas journal que dans les hôpitaux il n'y ai quasi que des infirmières et pas d'infirmiers ! on peut se dire que c'est un scandale mais pourtant tous le monde s'en fou. Meme chose au bureau des RH que des femmes. Au passage RH/DRH sont des postes à "haute responsabilité" et on y trouvent souvent des femmes, de même il n'est pas rare de trouver des directrices marketing ou des expertes en communications.
18  2 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 14:48
Même si je ne suis pas d'accord avec ses propos je suis de son avis quant aux aberrations de directives de recrutement des grandes entreprises...
Dans la mienne on a une centaine de postes ouverts, dont 85% destinés à des confirmés ou experts.
Et la directive de recrutement de l'an prochain c'est :
- 80% de -30ans, pour les autres il faut obtenir une dérogation
- 50% de femmes

Quand on sait qu'il y a très peu de femmes en informatique et qu'il y a peu d'expert de moins de 30ans on sait très bien que la politique est de la poudre aux yeux et qu'elle est débile...
15  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 11:10
Ce qui est discriminatoire, c'est d'avoir un ministère entier dédié aux femmes, et pas de ministère dédié aux hommes. (NB : plutôt que d'avoir les 2, je préfèrerais bien entendu avoir ni l'un ni l'autre, on jette assez d'argent public par les fenêtres)

Ce qui est discriminatoire, c'est de gonfler le salaire des femmes même si elles travaillent moins, pour avoir une égalité de salaire à tout prix et non une égalité de salaire à travail égal.

Ce qui est discriminatoire, c'est de considérer que toutes les femmes sont ou doivent être féministes (quel soutien à l'indépendance et à la libre pensée de chacune !)

Ce qui est discriminatoire, c'est de considérer que tout homme est un violeur jusqu'à preuve du contraire, que le père est un moins bon parent que la mère (cf la distribution des droits de garde), etc.

Il faut arrêter de croire que l'homme à les pleins pouvoir dans cette société et que la femme est assujettis. L'homme aussi subit de la discrimination mais on en parle peu...
18  4 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 14:56
Si on commence à licencier toutes les personnes avec qui on est pas d'accord, c'est la fin de l'entreprise.
Déjà qu'il n'est pas forcément évident d'être tjrs d'accord avec soit même

Je ne suis pas en phase avec ses propos mais de là à le licencier, faut pas pousser.

Ce n'est pas parce que je réprouve certains comportements et/ou certaines idées de mes collègues que je peux pas travailler en intelligence avec eux.
La tolérance n'est aucunement l’uniformisation des idées mais au contraire, accepter les différences et aller au delà d'elles.
13  0 
Avatar de GilbertLatranche
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 20:09
Il n'y a pas moyen que l'ingénieur foute un procès au cul de Gizmodo ? Le fait que ce site poubelle existe encore est une aberration.

On appréciera également le magnifique job des journalistes divers. Toute la meute s'est réunie en une micro-seconde pour abattre ce pauvre gars.

Slate a été d'une intelligence rare en prenant sa défense dans un deuxième temps.

Je ne peux pas encore dire si j'approuve le texte incriminé, mais il est beaucoup plus nuancé que ce que les hystériques veulent faire croire.
13  0 
Avatar de pauljacob7xfop
Inactif https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 14:16
Moi ce que je comprends pas c'est qu'on donne une tribune pour discuter et on vire le mec qui dit ce qu'il pense tout en restant correct.

Peu importe nos avis sur la question, ya franchement rien de blessant dans ce qu'il dit, il ne cite personne. C'est pas insultant fin je sais pas.

Vive la dictature de la pensée unique.
14  2 
Avatar de math_lab
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 14:13
Non, il ne porte pas de jugement de valeur. Il explique que tout le monde a sa spécialité, et que, en général, pour les femmes c'est plutôt le coté émotionnel et esthétique. Que ce soit vrai ou pas, ça n'a rien de méprisant, ou alors ça marche dans les deux sens et ça veut dire qu'il pense qu'aucun homme n'aurait le droit d’être écrivain, architecte, infirmier, etc... Mais du coup c'est toujours sexiste si les deux camps s'en prennent autant dans la gueule ? Apres, tu dis que c'est infondé mais les experts du domaines disent que c'est correct (je précise que n'ai jamais lu leur travaux, ni leur défense de du mémo).
12  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 15:26
Citation Envoyé par ZenZiTone Voir le message
Il s'agirait plus de la forme que du contenu (dont les compétences requises pour en débattre nous dépasse tous - sauf bien-sûr, si vous êtes experts en psychologie, génétique, comportemental, etc..).
Donc c'est bien qu'il a été viré pour avoir dévié du "bon sentiment" et de l'apparence, le contenu est relégué au second plan (sauf à sortir des phrases du mémo en les interprétant). On est dans cette bien-pensance stigmatisante qui consiste à faire taire un contradicteur en le désignant comme le méchant à abattre. Et la lecture du mémo me conforte dans cette idée.

Son contenu porte sur les biais de GG par rapport à la diversité. Il essaye d'expliquer son point de vue avec des sources et il fait aussi des propositions (ce dont on parle peu...). Qu'on soit d'accord ou pas avec son argumentation, c'est un bon mémo comme j'aimerais en voir plus souvent. Ca discute ouvertement, sans tabou. C'est ça qui fait avancer et pas les non-dit et autres dictatures de la pensée.

Voici l'introduction des suggestions qu'il émet :


I hope it’s clear that I'm not saying that diversity is bad, that Google or society is 100% fair, that
we shouldn't try to correct for existing biases, or that minorities have the same experience of
those in the majority. My larger point is that we have an intolerance for ideas and evidence that
don’t fit a certain ideology. I’m also not saying that we should restrict people to certain gender
roles; I’m advocating for quite the opposite: treat people as individuals, not as just another
member of their group (tribalism).
Ca ne peut pas être plus clair que ça...
12  0 
Avatar de Darktib
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 19:25
En lisant le mémo, jamais l'auteur ne dit que les femmes sont supérieures ou inférieures aux hommes. D'ailleurs, la figure page 4 résume bien sa pensée:



Grosso modo, tout est dans la nature, mais ce qui compte c'est la distribution. Prenons un critère à la con: la possibilité de soulever 100kg pendant 1min. Il est tout à fait possible de trouver des femmes capable de cela, seulement elle seront un peu moins nombreuses que les hommes (si on connais la distribution, on peu connaître cette proportion). Et ça va dans les deux sens (par exemple: la longévité, meilleure pour les femmes). Seulement, si on ne considère que la moyenne, on met les gens dans 2 cases, et c'est stupide. Ça induit en erreur pour tous les raisonnements que l'on pourrait être tenté d'avoir...

L'argument du gars, c'est que connaître ces distributions dans le domaine de l'info, ça peut aider à trouver pourquoi il y a moins de femmes, et d'agir à la source, sans utiliser de discriminations artificielles (bon, après il rajoute de la politique, et ça l'a probablement desservi).

Enfin, quand il est dit que les femmes sont plus empathiques et privilégient plus l'esthétique que les hommes, ça veut dire que les moyennes ne sont pas égales, mais n'interdit pas des situations avec des hommes des empathiques, des femmes qui ne le sont pas du tout, voire (plus fréquent) des situations où les hommes et le femmes ont le même niveau d'empathie. Et accessoirement, cela ne veut pas dire que les femmes sont moins intelligentes, à moins de considérer que les artistes sont des idiots...

Citation Envoyé par Marco46

Un individu incapable de penser et seulement de ressentir n'est par définition pas un individu, c'est un animal ou un enfant.
Non. Juste non.
1. Il y a pas mal de recherche sur la faculté de penser des animaux autres que les humains (elle est réelle). Avec des réunions d'experts internationaux.
2. Tu as extrapolé, passant de "préférence pour l'empathie contrairement aux hommes" à "incapacité à penser". Un grand pas pour dénaturer le propos...
3. Les enfants pensent (et même plus, le raisonnement critique arrive vers 11 ans)
12  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/08/2017 à 21:53
Citation Envoyé par quanta Voir le message
ça me rappel furieusement le débat sur l'adoption par les homosexuels.
Ca me rappelle furieusement les raccourcis faciles en prêtant des intentions aux gens afin de les discréditer...

C'est parti pour ce balancer des études dans chaque camps
On n'en est plus au stade d'études mais de vérités scientifiques, les hormones jouent sur le psychique. On connait quand même un certain nombre de processus dans le corps humain. Parle avec un endocrinologue pour t'en convaincre.

Vous (car je ne te vise pas spécialement) restez accrochés à ce soi-disant sexisme, vous contre-argumentez uniquement sur un plan personnel, sans même donner de liens pour contrer ses références. Il y a un article sur ce fil qui va dans le sens de cet ex-employé GG. Pourquoi n'en parlez vous pas ?

Vous ne pouvez même pas donner une phrase qui est clairement désobligeante pour les femmes, tout ce que vous montrez, c'est de l'interprétation selon vos convictions. A la limite, c'est même vous qui faites de la discrimination en vous indignant quand il dit que les femmes sont plutôt disposées aux émotions que les hommes. Est ce que vous pensez que l'émotion est inférieure à l'idée ?

Tout ce que vous lui reprochez, en lui prêtant un bashing des femmes, peut être aussi pris dans l'autre sens. En tant qu'homme, je pourrais aussi me sentir vexé qu'il pense que je n'ai pas d'émotion, que je suis moins sociable, etc... Sauf que si je pense ça, c'est uniquement dû à l'interprétation et l'extrapolation de ses propos.

Alors je veux bien que chacun donne son avis mais, s'il vous plait, faites le sérieusement et avec un minimum d'honnêteté. Déjà en lisant le mémo et en discutant sérieusement avec des vrais contre-arguments sur le fond et pas avec des interpétations, des parallèles douteux sur les homos ou le vote des femmes et des convictions bien-pensantes.
14  2