Inégalités de genre dans la tech : c'est une erreur de vouloir à tout prix embaucher plus de femmes
Explique une ancienne Lead Tech de Google

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Après le mémo sur la diversité de James Damore, la directrice générale de YouTube Susan Wojcicki a décidé de réagir, en tant que femme travaillant chez Google. Elle a affirmé que le sexisme est omniprésent dans la tech et que la question de savoir si les femmes sont faites pour ce domaine a beaucoup pesé sur sa carrière dans la tech. Susan Wojcicki a révélé que ses capacités et son engagement envers son travail ont été mis en doute à plusieurs reprises. Elle dit également avoir été mise à l'écart dans des événements clés de l'industrie et des rassemblements sociaux. « J'ai eu des rencontres avec des leaders externes où ils s'adressaient principalement aux collègues masculins les plus juniors. On m'a souvent coupé la parole et mes idées ont été ignorées jusqu'à ce qu'elles soient reformulées par des hommes », a-t-elle expliqué.

Une autre femme qui est également familière à l’environnement de travail de Google a décidé de s’inviter dans ce débat sur la diversité de genre dans la tech. Vidya Narayanan est cofondatrice d'une startup, mais est passée par des grandes entreprises de la tech comme Qualcomm et Google. Chez Google, où elle était juste avant d'aller créer sa startup, Vidya Narayanan était Lead Tech. Elle a donc dirigé des projets d'ingénierie à la tête d'équipes de 20-30 hommes, des ingénieurs notamment. Contrairement à la directrice générale de YouTube, Vidya s’est attaquée à l’approche qu’ont les gens de la diversité, en expliquant que cela la « rend malade ».


Vidya Narayanan

L’inégalité de genre dans la technologie s’explique et n’est pas forcément le résultat de sexisme ou d’une forme de discrimination quelconque

Pour Vidya Narayanan, essayer de recruter plus de femmes dans la tech pour corriger les problèmes d’inégalités ne peut qu’empirer la situation. Pour expliquer cela, elle partage trois expériences différentes qu’elle a vécues. La première était chez Google. « Au cours des recrutements que j'ai faits chez Google, 97 % des personnes que j'ai embauchées étaient des hommes », dit-elle. Et de préciser : « Ce n'est pas comme si je n'essayais pas d'embaucher des femmes. Mais j'avais affaire à des candidats dont 90 % étaient des hommes ». Vidya explique donc qu’avec un tel pourcentage de candidats masculins, il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse embaucher un pourcentage de femmes plus important que ce qu’elle a fait.

Elle a ensuite quitté Google pour créer sa startup. Là encore, elle a voulu embaucher plus de femmes dans son équipe de technologie, mais l’expérience n’a été qu’un échec. « En tant que femme entrepreneur, je voulais créer une entreprise qui avait une équipe diversifiée. J'ai honte d'admettre que j'ai échoué jusqu'à maintenant », dit-elle. « Nous avons beau essayer, mais nous nous sommes retrouvés avec un groupe de candidats avec 98 % d'hommes. Nous sommes une startup en phase de démarrage qui ne peut pas se permettre les salaires du marché. En dépit de cela, nous avons proposé des salaires plus élevés pour embaucher quelques femmes qui ont bien réussi dans nos entretiens. Mais, elles manquaient d'énergie... Pire encore, elles commencèrent à drainer l'énergie du reste de l'équipe. Finalement, nous avons dû faire la bonne chose pour l'entreprise et les laisser partir. Je suis maintenant à nouveau la seule femme de l'équipe (technologique). »

L’ancienne Lead Tech de Google est également mère de deux enfants : un garçon de 7 ans et une fille de 9 ans. Elle dit que les deux ont en général une bonne compréhension des mathématiques et de la logique. On pourrait dire que ces derniers sont biologiquement destinés à maîtriser les mathématiques et les analyses. Vidya explique en effet que ses enfants ont une mère qui a obtenu un score 800 au GRE Analytics et un père qui a eu un score de 800 au GRE Quant. Mais en essayant de les initier à la programmation, le garçon s’est montré plus apte que la fille. « Cet été, nous avons débuté avec Python », dit-elle. Si « le garçon ne peut pas arrêter d'essayer de résoudre les problèmes, la fille a déclaré qu'elle détestait cela ». Elle dit toutefois avoir remarqué que sa fille est très enthousiasmée lorsqu’il s’agit de créer des autocollants avec Photoshop.

Essayer de résoudre les problèmes de diversité en embauchant plus de femmes nous fait tomber dans un cercle vicieux

Après ses tentatives de diversité pour de grandes entreprises et sa startup, et ses tentatives pour initier ses enfants tôt à la technologie, elle conclut donc que l’obsession de la diversité et les tentatives actuelles de résoudre les problèmes de diversité ne feront qu’empirer la situation des femmes dans le domaine de la technologie. Pour Vidya, on tombe en effet dans un cercle vicieux, une boucle sans fin qu’elle décrit comme suit :

  • nous nous inquiétons de l'état de la diversité de genre dans la technologie ;
  • nous faisons un pacte pour embaucher plus de femmes alors que parmi les candidats, il y a beaucoup plus d'hommes que de femmes ;
  • nous commençons donc à faire un compromis et embaucher des femmes simplement parce que nous devons le faire et non sur la base du mérite ;
  • le travail de ces femmes n'est pas aussi bien que nous l’aurions voulu ;
  • en voyant cela, les hommes qui pensent déjà que les femmes ne sont pas faites pour la technologie ont une raison de plus de croire cela ;
  • ils généralisent donc cette observation sur l'ensemble des femmes dans la communauté technologique ;
  • tôt ou tard, certaines de ces opinions se répandent ;
  • les féministes parmi nous s'enflamment ;
  • les défenseurs de la diversité sont pris dans une frénésie et font à nouveau un pacte pour embaucher plus de femmes ;
  • nous revenons ainsi au point de départ.

Au nom de la diversité, les entreprises se mettent à embaucher plus de femmes, juste pour remplir des quotas qui leur sont réservés. En agissant ainsi, Vidya explique que ce sont toutes les femmes dans le domaine qui vont en subir les conséquences.

S’attaquer au problème de diversité des genres à la racine

Vidya se présente comme une personne qui est 100 % favorable à la lutte contre les préjugés subliminaux contre les femmes dans la technologie. Cela couvre un large éventail de préjugés comme le fait de dire que « parce qu'on est une femme, on ne peut pas devenir ingénieur » ou encore que « parce qu'on est une femme, on est biologiquement prédisposée à être un ingénieur moins bon » que les hommes. Elle dit ne pas non plus être favorable au fait d'essayer de combler l'écart dans la diversité dans la technologie alors que le pipeline (les demandeurs d'emploi et les nouveaux diplômés en ingénierie) est intrinsèquement dominé par les hommes.

Pour résoudre le problème de diversité des genres, elle propose donc de commencer à la source du problème, c'est-à-dire encourager les femmes à poursuivre des études en ingénierie. « Si nous augmentons l'afflux de femmes dans la formation technologique, nous augmenterons automatiquement la diversité dans l'embauche... Quand nous décidons de corriger les problèmes de la diversité sans aller la racine du problème, nous aliénons tout le monde, même ceux qui veulent aider. »

Source : Billet de blog de Vidya Narayanan

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Blizzard veut recruter plus de femmes et de personnes issues de groupes minoritaires pour combattre les inégalités dans l'industrie des jeux vidéo
Le sexisme dans la tech est « omniprésent », affirme la CEO de YouTube qui profite du débat sur les inégalités de genre pour partager son expérience


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de TallyHo TallyHo - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 15/08/2017 à 20:31
Enfin un peu de raison dans ce débat en mettant de côté l'hypocrisie idéologique... J'espère qu'elle ne subira pas les conséquences de sa sortie...

C'est ce que je disais sur le fil de Blizzard avec un exemple dans le bâtiment. Si le patron demande d'embaucher plus de maçonnes, ça va être compliqué car il n'y en a pas qui sont formées. Résoudre les soucis de diversité au niveau de l'entreprise est déjà trop tard.

Mais bon... Je crois que c'est peine perdue, ça n'intéresse pas les "leaders". En ce moment, il y a surtout des effets d'annonce pour rassurer les pros-machins car il y a un vent contraire sur l'informatique au niveau des accusations de sexisme.

Cette cacophonie noie complétement les vrais débats de fond et la sérennité des dialogues ou des recherches de vraies solutions...
Avatar de SuperLow SuperLow - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 15/08/2017 à 22:16
Merci a developpez.com d'avoir relayer cette merde, ca change du rapport de merde de l'autre crétin.
L’ancienne Lead Tech de Google est également mère de deux enfants : un garçon de 7 ans et une fille de 9 ans. Elle dit que les deux ont en général une bonne compréhension des mathématiques et de la logique. On pourrait dire que ces derniers sont biologiquement destinés à maîtriser les mathématiques et les analyses. Vidya explique en effet que ses enfants ont une mère qui a obtenu un score 800 au GRE Analytics et un père qui a eu un score de 800 au GRE Quant. Mais en essayant de les initier à la programmation, le garçon s’est montré plus apte que la fille. « Cet été, nous avons débuté avec Python », dit-elle. Si « le garçon ne peut pas arrêter d'essayer de résoudre les problèmes, la fille a déclaré qu'elle détestait cela ». Elle dit toutefois avoir remarqué que sa fille est très enthousiasmée lorsqu’il s’agit de créer des autocollants avec Photoshop.
Cette fois ci, il y a une pointe d'eugenisme mélangé a du sexisme.

Cette cacophonie noie complétement les vrais débats de fond et la sérennité des dialogues ou des recherches de vraies solutions...
La solution est simple, est déjà en place depuis plusieurs décénie.
Mais ca prend du temps de laisser passer plusieurs génération ... la preuve dans cette news, une génération en plus de manquée.
Avatar de 23JFK 23JFK - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 15/08/2017 à 22:28
La seule explication raisonnable, c'est qu'il s'agit d'un transsexuel
Avatar de TallyHo TallyHo - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 1:06
Citation Envoyé par SuperLow Voir le message
La solution est simple, est déjà en place depuis plusieurs décénie.
Si tu penses à la formation, tu la rejoins sur sa conclusion. Sinon tu peux préciser svp ?
Avatar de joublie joublie - Membre averti https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 3:50
Citation Envoyé par SuperLow Voir le message
Cette fois ci, il y a une pointe d'eugenisme mélangé a du sexisme.
Des études génétiques réalisées en Grande-Bretagne ont montré que l'hérédité a une part plus importante dans l'intelligence d'une personne (de l'ordre de 55 à 60 %) que l'environnement dans lequel elle s'est développée, qu'il s'agisse d'un surplus d'intelligence par rapport à la moyenne de la population ou d'un déficit. Il n'y a là aucun rapport avec l'eugénisme, aucun non plus avec les propos que vous blâmez.

Cependant, je précise que le hasard n'est pas aboli par le fait d'avoir eu des géniteurs très intelligents : les chances qu'un enfant soit génétiquement doué (pléonasme...) sont simplement meilleures qu'avec des parents eux-mêmes moins doués car le déterminisme n'est pas total.
Avatar de Excellion Excellion - Membre actif https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 7:28
Merci à elle d'amener un peu de bon sens, dans ce qui est un océan de bêtise.
Que l'on lutte contre la discrimination est une bonne chose.
Que chaque personne puisse être libre de faire le travail qu'elle souhaite est une bonne chose.

Vouloir faire de quotas sur tout et pour tout est une ânerie qui amènera irrémédiablement à une autre forme de discrimination.
Avatar de Bubu017 Bubu017 - Membre averti https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 9:23
Citation Envoyé par SuperLow Voir le message
Merci a developpez.com d'avoir relayer cette merde, ca change du rapport de merde de l'autre crétin.

Cette fois ci, il y a une pointe d'eugenisme mélangé a du sexisme.

La solution est simple, est déjà en place depuis plusieurs décénie.
Mais ca prend du temps de laisser passer plusieurs génération ... la preuve dans cette news, une génération en plus de manquée.
Que dire devant tant d'arguments apportés ? Quelle prose je suis impressionné.
L'autre comme tu dis, que tu sois d'accord ou pas avec lui, au moins étayait son propos et amenait des sources. et en quoi ce qu'elle dit, elle, est de la merde ? parce que cela va à l'encontre de ce que tu penses ? Bravo pour l'ouverture d'esprit

Sinon de quelle solution tu parles ? si c'est de la formation, celles d'informatique existent depuis quoi ? 20-30 (je suis large) ans ? alors parler de plusieurs décennies oui, mais 3 décennies c'est peu. De plus, vu le nombre de filles dans les écoles, on ne peut pas dire que ce soit très efficace non ?
Avatar de SuperCed SuperCed - Membre actif https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 9:53
J'ai personnellement vécu ce type de sexisme dans mon équipe il y a quelques années.

Une femme qui avait les mêmes compétences que certains hommes travaillait dans mon équipe. Tout roulait assez bien, il se trouve juste qu'elle était sur des projets demandant plus de temps de dev par rapport aux autre (dev mobile Vs web).

Et bien, coté direction, les gens ont trouvé qu'elle n'allait pas assez vite et qu'elle avait du mal à comprendre. Je pense que c'est dû à la conjonction du fait qu'elle faisait un travail qui demandait plus de temps de dev, et du fait que ce soit une femme. La direction a mis de la pression sur elle, puis elle est partie. Dans ce cas précis, le sexisme y était pour beaucoup, c'est très dommage. Encore aujourd'hui, les femmes sont malheureusement désavantagées et chaque erreur leur coûte très chère comparé aux hommes. J'espère que ce n'est pas comme ça dans toutes les boites, mais sachez que ça existe vraiment.
Avatar de ManusDei ManusDei - Membre expert https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 10:21
Bref, on va accumuler quelques témoignages personnels et ignorer quelques décennies de recherche.
Recherches qui n'ont clairement pas de résultats définitifs mais qui montrent bien que oui il y a bien des discriminations contre les femmes, suffisamment bien implantées pour qu'on ne puisse pas attendre que le problème se règle "tout seul" (par magie ?).
Avatar de karobwe karobwe - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 16/08/2017 à 10:33
Je trouve ce débat très pertinent mais les gens en font un peu trop, enfin surtout les fameux "Googlers". Je rejoins l'avis de la dame dessus, on ne peut pas forcer les femmes à s'intéresser à la tech juste pour équilibré les proportions. Et ce serait ridicule qu'un employeur se dise qu'il vient de recruter un homme donc il faut absolument que la prochaine personne soit du sexe opposé par ce qu'il ne faut pas faire de discrimination sexuelle.

L'orientation professionnels on nous y conditionne dès l'enfance sans s'en rendre compte avec les hommes pour tout ce qui est physique et les femmes pour tout ce qui demande de l'affection par exemple, et ça ne se limite pas à l'informatique. Et d'ailleurs parlant d'informatique et les sciences en général, le déséquilibre homme/femme c'est quelque chose qui a toujours existé il me semble, ce n'est pas du jour au lendemain que ça va changer. On pensera notamment à l'équipe de Alan Turing qui ne comptait qu'une seule femme Joan Clark, dont d'après le film The Imitation Game, n'aurait pas eu la tâche facile alors que l'informatique prenait juste son envol à l'époque. Je cite le film: "Parfois ce sont les personnes qu'on imagine capable de rien qui font des choses que personnes n'aurais imaginer".
Tant qu'on n'interdit pas à quelqu'un un métier juste à cause de son sexe (après ça dépend de cas par cas), je vois pas ou est le souci.
Offres d'emploi IT
Ingénieur Développement logiciel (Model based) H/F
Safran - Ile de France - Vélizy-Villacoublay (78140)
Ingénieur Développement logiciel H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)
Chef de Projet SSI H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil