Inégalités du genre dans la tech : Google poursuivi par son ex-employé
Et bientôt pour discrimination salariale basée sur le genre

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
L’ingénieur James Damore a été licencié ce lundi par son employeur Google pour avoir violé le code de conduite de l’entreprise et « perpétré des stéréotypes sexistes ». Cette sanction fait suite à un mémo de James Damore qui a été rendu public au cours du weekend dernier. Dans cette argumentation de dix pages, l’ancien employé de Google s’efforçait d’expliquer les inégalités du genre au sein de la tech par des « différences biologiques ». Il s’est érigé contre l’idée selon laquelle la différence de salaire entre hommes et femmes impliquait forcément du sexisme. En effet, de son point de vue, « les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et ces différences pourraient expliquer pourquoi les femmes ne sont pas représentées de manière égale dans la tech et [aux postes de responsabilité]. »

Cela lui a toutefois coûté son emploi alors que la plupart des employés de Google et la presse ont qualifié ses propos de sexistes. Mais le jugement initial à l’égard de l’avis de James Damore semble en train de changer, surtout que des experts en psychologie et neuroscience comportementale ont attesté la validité scientifique des idées défendues dans son mémo.

Cela va donc jouer en faveur de l’ancien ingénieur de Google qui envisageait des recours légaux contre le géant de l’Internet pour son licenciement. Comme promis, James Damore a effectivement déposé une plainte auprès des responsables fédéraux du Travail. La plainte est répertoriée sur le site du Conseil national des relations de travail (NLRB). Si le nom de Damore n’est pas mentionné sur le site du NLRB, on peut toutefois voir le cabinet d’avocats Paul Hastings LLP qui fait office de représentant de Google. Un représentant du cabinet a également confirmé qu’il s’agit de l’affaire contre James Damore, sans toutefois donner plus de détails. Pour le moment, aucune information n’est disponible sur le contenu de la plainte.


Pendant ce temps, un cabinet d'avocats de San Francisco prépare un recours collectif contre Google pour discrimination salariale basée sur le genre. L’affaire avec James Damore pourrait donc renforcer ses preuves pour attaquer le géant de la recherche en ligne en justice.

Notons que Google était déjà accusé, par le département américain du Travail, de discrimination salariale « extrême » basée sur le genre ; ce que la firme a démenti. Toutefois, le cabinet d’avocats a lancé un mouvement Equal Pay for Google Women depuis la mi-juillet. L’objectif de ce mouvement est de demander aux femmes employées de Google de s’unir pour initier un recours collectif relatif aux écarts de rémunération basés sur le genre au sein de l'entreprise.

Déjà 70 femmes ont contacté le cabinet qui, à l’heure actuelle, examine les éléments fournis afin de mettre en évidence une preuve des allégations selon lesquelles les femmes seraient moins payées que les hommes pour le même travail chez Google.

Sources : Business Insider, NLRB, Equal Pay for Google Women

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de arond arond - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 11:23
Grab Popcorn and watch the show !!!

Et a part quelques troll y a pleins d'arguments pertinents ici

(+1 RyzenOC)
Avatar de Kikuts Kikuts - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 12:04
"Préférons la méritocratie à la diversité qui fait abstraction des compétences" amen.
Avatar de Gumichan01 Gumichan01 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 12:10
Je ne sais pas si quelqu'un a trouvé le texte original et l'a posté, mais dans le doute je le mets ici. J'ai galéré pour le trouver.

https://assets.documentcloud.org/doc...ho-Chamber.pdf
Avatar de ZenZiTone ZenZiTone - Membre expert https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 12:27
Citation Envoyé par RyzenOC Voir le message
Il faut arrêter de croire que l'homme à les pleins pouvoir dans cette société et que la femme est assujettis. L'homme aussi subit de la discrimination mais on en parle peu...
Tu en as oublié un : Ce qui est discriminatoire, c'est de d'autoriser les femmes à porter des shorts/jupes et chaussures ouvertes, mais pas les hommes
Avatar de Marco46 Marco46 - Modérateur https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 12:43
Citation Envoyé par gagaches Voir le message
la vache ... le propos extrême et non argumenté.

Le mec essaye au maximum de préparer ses propos (10% de son texte explique les précautions à prendre avant de lire) et demande qu'on fasse bien une compréhension de son texte mais non, guizmodo et les autres journaleux ne prennent pas le temps de chercher à comprendre.
un article rapidement fait pour tirer à boulets rouges, ça fera un max de vues, youpiiiii

La différence entre ceux qui lisent et ceux qui comprennent est tellement édifiante.
la toile se déchaine sur des interprétations et des propos qu'il n'a pas tenu
"Openness directed towards feelings and aesthetics rather than ideas."

Si ça c'est pas un préjugé misogyne c'est quoi ?

Le fondement de son raisonnement est misogyne. Toute la page 4 est à jeter aux chiottes.
Avatar de math_lab math_lab - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 12:49
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message

Si ça c'est pas un préjugé misogyne c'est quoi ?
Et toi, tu en sais quoi ? Tu as des preuves ? Le gars de Google cite ses sources, lui.

Moi j'y connais rien, donc je prend tout avec des pincettes et j’évite de sortir mes idées et préjugés comme des vérités absolues. Et c'est un peu ce dont l'auteur parle, il dit qu'il y a un moment il faut arrêter de suivre ses émotions et essayer de raisonner (surtout quand on est un gros business et que les décisions sont énormes).
Avatar de Marco46 Marco46 - Modérateur https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 13:05
Le mec dit que les femmes sont moins rationnelles que les hommes et c'est à moi de prouver qu'il a tord ?!?

Avatar de laerne laerne - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 13:41
Mais mince, on a pas besoin d'une deuxième tempête de caca comme gamergate. Personne s'en est trouvé grandi alors et tout ce qu'on a fait c'est créer plus d'extrémiste intolérants “féministes” ou “anti-féministe”.

Et si on doit en discuter, est-ce qu'on pourrait dans la discussion avoir des sources crédible (genre publications scientifiques, pas des blogs ou des articles de presses) que tel comportement est génétique, socialement construit à la petite enfance, qu'on hésite ou autre ? Et si on sait pas, on sait pas.
Avatar de TallyHo TallyHo - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 13:46
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
"Openness directed towards feelings and aesthetics rather than ideas."

Si ça c'est pas un préjugé misogyne c'est quoi ?
Si je te dis que les femmes sont plus sensibles à la couleur que les hommes, c'est discriminatoire aussi ? Pourtant il y a des études qui le prouvent. Et ce n'est pas parce que je dis ça que je vais me faire tirer le portrait uniquement par des femmes par exemple.

Donc ça dépend sur quelle base il a fait son mémo. Si il dit ça avec une argumentation sérieuse, aucun souci. Par contre, si c'est une affirmation gratuite, c'est limite...

Le souci est que la société est de plus en plus radicale. Pour ne pas tomber dans un extrême sexiste raciste ou autre, elle bascule sur un autre avec de la discrimination positive et de l'indignation à outrance qui empêche les vrais débats équitables (voir les exemples de RyzenOC dont on ne parle jamais).

Comme l'a dit math_lab au-dessus, il ne faut pas tomber dans ces raisonnements émotionnels sur certains sujets sinon tu passes à côté.
Avatar de Bubu017 Bubu017 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 09/08/2017 à 13:48
ben on n'en sait rien. Peut-être. et même si c'est le cas en quoi est-ce un mal ? A croire que les sentiments sont à proscrire
Contacter le responsable de la rubrique Accueil