Polémique sur les inégalités de genre dans la tech : des chercheurs défendent l'employé de Google
Ses arguments seraient prouvés scientifiquement

Le , par Michael Guilloux

86PARTAGES

10  0 
Le vendredi dernier, un employé de Google a attiré la colère des autres employés de la firme, après avoir exprimé une opinion minoritaire sur la diversité. James Damore a en effet essayé d’expliquer les inégalités de genre au sein de la tech par des « différences biologiques ». Dans un mémo de dix pages, il a déclaré qu’il faut « arrêter de prétendre que la différence de salaire [entre hommes et femmes] implique forcément du sexisme. » Il a soutenu également que « les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et que ces différences pourraient expliquer pourquoi les femmes ne sont pas représentées de manière égale dans la tech et [aux postes de responsabilité]. »

Sa note a toutefois créé un déluge de critiques au sein de Google et sur la toile après que cela a été rendu public. Il a également été viré de chez Google pour avoir « perpétré des stéréotypes sexistes ». Si la plupart des réactions visaient à le fustiger, l’ex-ingénieur de Google semble avoir le soutien de la communauté des scientifiques. Dans un article publié par Quillette Magazine, mais qui semble ne plus être accessible en ligne, plusieurs chercheurs en psychologie et sur le comportement se sont en effet rangés du côté de James Damore.

Lee Jussim


Lee Jussim est professeur de psychologie sociale à l'Université Rutgers et a été chercheur au centre d'études avancées en sciences comportementales de l'Université de Stanford. Lee Jussim estime que « l'auteur de l'essai de Google sur les questions liées à la diversité tire presque tous ses arguments de la science et ses implications sont tout à fait exactes. » En ce qui concerne les commentaires négatifs, il pense également qu’il n'a vu que des insultes et que très peu de commentaires visaient à démonter les arguments de James Damore. « Même la réponse du nouveau vice-président de Google en charge de la diversité fait fi de tous les arguments de l'auteur [du mémo] et affirme vivement l'engagement de Google envers la diversité », a-t-il ajouté. Le professeur en psychologie sociale pense que le texte de l'ex-ingénieur de Google « peut ne pas dire correctement les choses à 100 %, mais ce n'est certainement pas [irrationnel]... L'essai est beaucoup plus réfléchi, soutenu par la science et mieux raisonné que presque tous les commentaires. »

Debra W. Soh


Debra W. Soh est titulaire d'un Ph. D. en neurosciences comportementales et auteur d'écrits scientifiques. Sur la polémique qui a éclaté au sein de Google ces derniers jours, elle partage la même position que Lee Jussim. « En tant que femme qui a travaillé dans le milieu universitaire et dans le domaine des STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), je n'ai en aucun cas trouvé le mémo offensant ou encore sexiste. J'ai trouvé que c'était un document bien pensé », dit-elle. « Dans le domaine des neurosciences, les différences sexuelles entre les femmes et les hommes – en ce qui concerne la structure et le fonctionnement du cerveau et les différences associées dans la personnalité et les préférences professionnelles – sont vraies, car la preuve (des milliers d'études) est forte », explique Debra Soh. « Ce n'est pas une information qui est considérée comme controversée ou à débattre ; si vous essayez de faire valoir autre chose, vous ferez l'objet de raillerie. »

Elle précise également que les chercheurs dans le domaine « reconnaissent que ces différences ne soutiennent pas intrinsèquement le sexisme ni les possibilités de stratification basées sur le sexe […] Certaines de ces idées ont été publiées dans des revues neuroscientifiques ». Quelle que soit la controverse, elle pense qu’il « est important de discuter des vérités scientifiques », car si nous ne pouvons pas le faire, elles ne nous mènent nulle part.

Geoffrey Miller


Geoffrey Miller est professeur de psychologie à l'Université du Nouveau-Mexique. Ses recherches ont porté sur divers thèmes comme sur la sélection sexuelle, les traits de personnalité, la génétique du comportement, etc. « Parmi les commentateurs qui affirment que les faits empiriques du mémo sont faux, je n'ai pas lu un seul qui comprend la théorie de la sélection sexuelle, le comportement animal et la recherche sur les différences sexuelles », dit-il.

« Pour ce qu'il vaut, je pense que presque toutes les revendications empiriques du mémo sont scientifiquement exactes. En outre, ils sont énoncés avec précaution et impartialité. Ses principales revendications concernant les différences de genre sont particulièrement bien soutenues par de nombreuses recherches », a-t-il ajouté.

Geoffrey Miller dit ne pas connaitre assez les recherches sur les différences sexuelles. Il dit toutefois avoir beaucoup étudié l'évolution et la sexualité humaine, enseigné pendant 28 ans dans ce domaine, écrit quatre livres et plus de 100 publications universitaires, et encadré onze étudiants en Ph. D. Il pense donc que « peu importe l'auteur du mémo, il a clairement lu une bonne partie de ces sujets ». Ainsi, « une évaluation juste de son mémo serait au moins un A dans un cours de psychologie de niveau supérieur. Cela correspond à l'état de l'art sur les différences sexuelles », dit-il.

David P. Schmitt


Titulaire d'un Ph. D. en psychologie de la personnalité, David P. Schimtt reconnait aussi le fondement scientifique des propos de James Damore, mais contrairement aux autres, prend plus de distance en ce qui concerne la réalité chez Google. Il faut noter que l'ex-ingénieur de Google avait même fait référence à certaines recherches de Schimtt.

« Un employé de Google a récemment partagé un mémo qui faisait référence à certaines de mes recherches universitaires sur les différences sexuelles psychologiques (par exemple, les traits de personnalité, les préférences du partenaire, la recherche d'un statut)... Dans le cas des traits de personnalité, la preuve que les hommes et les femmes peuvent avoir des niveaux différents pour certains traits est plutôt forte », dit-il, avant de remettre en cause l'application de ses résultats de recherches chez Google : « Mais il n'est pas clair pour moi comment ces différences de genre peuvent être pertinentes pour le lieu de travail de Google », poursuit-il. « Et même si les différences sexuelles [...] étaient pertinentes pour la performance professionnelle (par exemple, ne pas être capable de gérer le stress), l'impact de ces différences de genre [...] n'est pas très important », a-t-il relativisé.

Source : Quillette Magazine (cache Google)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 11:10
Ce qui est discriminatoire, c'est d'avoir un ministère entier dédié aux femmes, et pas de ministère dédié aux hommes. (NB : plutôt que d'avoir les 2, je préfèrerais bien entendu avoir ni l'un ni l'autre, on jette assez d'argent public par les fenêtres)

Ce qui est discriminatoire, c'est de gonfler le salaire des femmes même si elles travaillent moins, pour avoir une égalité de salaire à tout prix et non une égalité de salaire à travail égal.

Ce qui est discriminatoire, c'est de considérer que toutes les femmes sont ou doivent être féministes (quel soutien à l'indépendance et à la libre pensée de chacune !)

Ce qui est discriminatoire, c'est de considérer que tout homme est un violeur jusqu'à preuve du contraire, que le père est un moins bon parent que la mère (cf la distribution des droits de garde), etc.

Il faut arrêter de croire que l'homme à les pleins pouvoir dans cette société et que la femme est assujettis. L'homme aussi subit de la discrimination mais on en parle peu...
19  4 
Avatar de GilbertLatranche
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 20:09
Il n'y a pas moyen que l'ingénieur foute un procès au cul de Gizmodo ? Le fait que ce site poubelle existe encore est une aberration.

On appréciera également le magnifique job des journalistes divers. Toute la meute s'est réunie en une micro-seconde pour abattre ce pauvre gars.

Slate a été d'une intelligence rare en prenant sa défense dans un deuxième temps.

Je ne peux pas encore dire si j'approuve le texte incriminé, mais il est beaucoup plus nuancé que ce que les hystériques veulent faire croire.
13  0 
Avatar de math_lab
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 14:13
Non, il ne porte pas de jugement de valeur. Il explique que tout le monde a sa spécialité, et que, en général, pour les femmes c'est plutôt le coté émotionnel et esthétique. Que ce soit vrai ou pas, ça n'a rien de méprisant, ou alors ça marche dans les deux sens et ça veut dire qu'il pense qu'aucun homme n'aurait le droit d’être écrivain, architecte, infirmier, etc... Mais du coup c'est toujours sexiste si les deux camps s'en prennent autant dans la gueule ? Apres, tu dis que c'est infondé mais les experts du domaines disent que c'est correct (je précise que n'ai jamais lu leur travaux, ni leur défense de du mémo).
13  0 
Avatar de Darktib
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 19:25
En lisant le mémo, jamais l'auteur ne dit que les femmes sont supérieures ou inférieures aux hommes. D'ailleurs, la figure page 4 résume bien sa pensée:



Grosso modo, tout est dans la nature, mais ce qui compte c'est la distribution. Prenons un critère à la con: la possibilité de soulever 100kg pendant 1min. Il est tout à fait possible de trouver des femmes capable de cela, seulement elle seront un peu moins nombreuses que les hommes (si on connais la distribution, on peu connaître cette proportion). Et ça va dans les deux sens (par exemple: la longévité, meilleure pour les femmes). Seulement, si on ne considère que la moyenne, on met les gens dans 2 cases, et c'est stupide. Ça induit en erreur pour tous les raisonnements que l'on pourrait être tenté d'avoir...

L'argument du gars, c'est que connaître ces distributions dans le domaine de l'info, ça peut aider à trouver pourquoi il y a moins de femmes, et d'agir à la source, sans utiliser de discriminations artificielles (bon, après il rajoute de la politique, et ça l'a probablement desservi).

Enfin, quand il est dit que les femmes sont plus empathiques et privilégient plus l'esthétique que les hommes, ça veut dire que les moyennes ne sont pas égales, mais n'interdit pas des situations avec des hommes des empathiques, des femmes qui ne le sont pas du tout, voire (plus fréquent) des situations où les hommes et le femmes ont le même niveau d'empathie. Et accessoirement, cela ne veut pas dire que les femmes sont moins intelligentes, à moins de considérer que les artistes sont des idiots...

Citation Envoyé par Marco46

Un individu incapable de penser et seulement de ressentir n'est par définition pas un individu, c'est un animal ou un enfant.
Non. Juste non.
1. Il y a pas mal de recherche sur la faculté de penser des animaux autres que les humains (elle est réelle). Avec des réunions d'experts internationaux.
2. Tu as extrapolé, passant de "préférence pour l'empathie contrairement aux hommes" à "incapacité à penser". Un grand pas pour dénaturer le propos...
3. Les enfants pensent (et même plus, le raisonnement critique arrive vers 11 ans)
13  0 
Avatar de gagaches
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 23:04
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message
Les femmes préfèrent faire la vaisselle et s'occuper des gamins c'est bien connu
Allez je vous laisse à vos préjugés machistes pour ce soir !
la vache ... le propos extrême et non argumenté.

Le mec essaye au maximum de préparer ses propos (10% de son texte explique les précautions à prendre avant de lire) et demande qu'on fasse bien une compréhension de son texte mais non, guizmodo et les autres journaleux ne prennent pas le temps de chercher à comprendre.
un article rapidement fait pour tirer à boulets rouges, ça fera un max de vues, youpiiiii

La différence entre ceux qui lisent et ceux qui comprennent est tellement édifiante.
la toile se déchaine sur des interprétations et des propos qu'il n'a pas tenu
12  0 
Avatar de RyzenOC
Inactif https://www.developpez.com
Le 08/08/2017 à 23:23
Il ne me semble pas qu'en France on incite les femmes à ne pas aller en informatique... enfin je n'ai jamais entendu une fille se plaindre que ces parents lui déconseille d'aller en info.
Si les femmes ne font pas des études dans la tech c'est que tous simplement parce que la majorité d'entre elles s'en fiche éperdument de l'informatique. De même qu'une majorité d'homme se fiche éperdument du métier d’infirmière.

Je vais peut être lancer une polémique mais en lisant la note original, le type parle à un moment donnée des métiers physique (mineur de charbon) et je ne puis qu’être d'accord avec lui, les femmes étant majoritairement moins forte que les hommes, il semble évidement que ces métiers soient peuplés d'hommes.
L'auteur parle à chaque fois de généralisation ou de moyenne, pas de cas particulier. Il est évident qu'une femme peu devenir mineuse dans les mines de charbons ou maçon si elle à le physique approprié (moi qui suis un homme je ne l'ai pas et j'ai pas honte).

Et globalement l'auteur dit que les femmes travail différemment que les hommes en étant plus axé sur la coté social/collaboratif/humains et donc pour faciliter leurs intégration modifier les méthodes de travail en les rendant plus humaines/sociale. Il n'a jamais dit que les femmes devraient rester au foyer à faire la popote.
Il conclue même en disant qu'il faut féminiser les hommes alors bon.

Sa lui brise juste les cou**** de voir des "minorités" jouir de privilèges (file d'attente moins longue à la cantine, ateliers qui leurs aient exclusivement réservées...) et pas lui, que cela ne peut pas rendre le monde moins sexistes/racistes au contraire que cela créaient des tentions. En exagérant je dirais qu'il subit une sorte d'apartheid instauré par google histoire de bien se faire voir auprès des bobos.

C'est ce que j'ai compris de sa note.
15  3 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/08/2017 à 15:26
Citation Envoyé par ZenZiTone Voir le message
Il s'agirait plus de la forme que du contenu (dont les compétences requises pour en débattre nous dépasse tous - sauf bien-sûr, si vous êtes experts en psychologie, génétique, comportemental, etc..).
Donc c'est bien qu'il a été viré pour avoir dévié du "bon sentiment" et de l'apparence, le contenu est relégué au second plan (sauf à sortir des phrases du mémo en les interprétant). On est dans cette bien-pensance stigmatisante qui consiste à faire taire un contradicteur en le désignant comme le méchant à abattre. Et la lecture du mémo me conforte dans cette idée.

Son contenu porte sur les biais de GG par rapport à la diversité. Il essaye d'expliquer son point de vue avec des sources et il fait aussi des propositions (ce dont on parle peu...). Qu'on soit d'accord ou pas avec son argumentation, c'est un bon mémo comme j'aimerais en voir plus souvent. Ca discute ouvertement, sans tabou. C'est ça qui fait avancer et pas les non-dit et autres dictatures de la pensée.

Voici l'introduction des suggestions qu'il émet :


I hope it’s clear that I'm not saying that diversity is bad, that Google or society is 100% fair, that
we shouldn't try to correct for existing biases, or that minorities have the same experience of
those in the majority. My larger point is that we have an intolerance for ideas and evidence that
don’t fit a certain ideology. I’m also not saying that we should restrict people to certain gender
roles; I’m advocating for quite the opposite: treat people as individuals, not as just another
member of their group (tribalism).
Ca ne peut pas être plus clair que ça...
12  0 
Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/08/2017 à 21:53
Citation Envoyé par quanta Voir le message
ça me rappel furieusement le débat sur l'adoption par les homosexuels.
Ca me rappelle furieusement les raccourcis faciles en prêtant des intentions aux gens afin de les discréditer...

C'est parti pour ce balancer des études dans chaque camps
On n'en est plus au stade d'études mais de vérités scientifiques, les hormones jouent sur le psychique. On connait quand même un certain nombre de processus dans le corps humain. Parle avec un endocrinologue pour t'en convaincre.

Vous (car je ne te vise pas spécialement) restez accrochés à ce soi-disant sexisme, vous contre-argumentez uniquement sur un plan personnel, sans même donner de liens pour contrer ses références. Il y a un article sur ce fil qui va dans le sens de cet ex-employé GG. Pourquoi n'en parlez vous pas ?

Vous ne pouvez même pas donner une phrase qui est clairement désobligeante pour les femmes, tout ce que vous montrez, c'est de l'interprétation selon vos convictions. A la limite, c'est même vous qui faites de la discrimination en vous indignant quand il dit que les femmes sont plutôt disposées aux émotions que les hommes. Est ce que vous pensez que l'émotion est inférieure à l'idée ?

Tout ce que vous lui reprochez, en lui prêtant un bashing des femmes, peut être aussi pris dans l'autre sens. En tant qu'homme, je pourrais aussi me sentir vexé qu'il pense que je n'ai pas d'émotion, que je suis moins sociable, etc... Sauf que si je pense ça, c'est uniquement dû à l'interprétation et l'extrapolation de ses propos.

Alors je veux bien que chacun donne son avis mais, s'il vous plait, faites le sérieusement et avec un minimum d'honnêteté. Déjà en lisant le mémo et en discutant sérieusement avec des vrais contre-arguments sur le fond et pas avec des interpétations, des parallèles douteux sur les homos ou le vote des femmes et des convictions bien-pensantes.
14  2 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/08/2017 à 8:43
Allez hop, un pti témoignage :



Bon ok, elle ne parle pas d'informatique, mais bon

Accessoirement, personnellement je ne pense pas que la génétique est un argument merdique, mais que dans le sujet présent, son impact est beaucoup moins important (voire sans intérêt) comparé à l'environnement social des enfants. C'est plus l'influence des parents et des adultes en général qui va influencer les enfants, la génétique va éventuellement plus apporter des atouts à tel ou tel individu dans un domaine. Mais si les femmes ne s'orientent que très peu dans l'informatique dans l'occident, c'est parce qu'elles ne sont pas incitées à le faire, de part leur environnement proche.
12  0 
Avatar de BenoitM
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/09/2017 à 15:49
Citation Envoyé par Zirak Voir le message

- dans les années 50/60, c'était un métier plutôt féminin, que 20 ans après, c'était devenu un métier presque exclusivement masculin, et que de nos jours, petit à petit, ça se re-féminise ?
Les femmes ont le gêne de l'informatique qui mute en mode yo-yo et qui retourne sa veste tous les 15/20 ans ?
C'est simple :
Avant c'était des cartes perforées avec des trous, donc les femmes étaient plus compétentes.
Maintenant c'est des bits donc les hommes sont plus compétents.

Vendredi power
12  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web