Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Macron : « Je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet »
Le Président français confirme qu'il veut bien la fin de l'anonymat en ligne

Le , par Michael Guilloux

483PARTAGES

17  0 
« Moi je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet », a insisté le Président français le 7 février, dans le cadre du grand débat après qu'une jeune fille lui a demandé comment il comptait s'attaquer au problème de harcèlement en milieu scolaire. Ces propos d'Emmanuel Macron montrent qu'il pensait vraiment ce qu'il disait la première fois sur l'anonymat en ligne, et en même temps balaient du revers de la main les explications données par Mounir Mahjoubi dans une tentative de faire croire que Macron ne parlait pas de l'anonymat en général.

Comme nous l'avons rapporté, le 18 janvier, Emmanuel Macron avait plaidé en faveur d'une « levée progressive de tout anonymat » devant les maires réunis pour le deuxième acte du grand débat national au Palais des congrès de Souillac (Lot). Le Président français a déclaré que pour améliorer la qualité de la démocratie participative, l'on « doit aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat » en faisant mention de « processus où on sait distinguer le vrai du faux et où on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ». Macron pense que cela est nécessaire étant donné qu'aujourd'hui, « on a beaucoup d’informations, tout le temps, mais on ne sait pas d’où elles viennent. »

Avec de tels propos, le Président français n'a pas échappé aux critiques des internautes et des défenseurs des droits et libertés des citoyens sur Internet, comme la Quadrature du Net. Mais Mounir Mahjoubi, le Secrétaire d'État chargé du Numérique, invité sur RMC quelques jours plus tard, a essayé de clarifier les déclarations de Macron. Selon lui, le Président français ne voulait pas parler de l’anonymat en général, mais plutôt de l’anonymat lié à la démocratie participative en ligne. Sur les réseaux sociaux, Mounir Mahjoubi dit souhaiter qu'on ne mette pas fin à l’anonymat. « Sur un site de rencontres, je veux bien que tout le monde s’appelle Robert234 ou Angeline2828. Chacun doit pouvoir choisir son pseudo et sa vie virtuelle. Mais quand on est sur un site de démocratie participative, notamment les dispositifs numériques pour que les citoyens puissent s’exprimer régulièrement, faire des pétitions légales, je ne veux plus que ce soit anonyme », disait-il.

Que faut-il penser à présent avec les nouvelles déclarations de Macron ? Interpelé dans le cadre du grand débat sur la question du harcèlement en milieu scolaire, le Président s’est à nouveau attaqué, et en des termes très clairs, à l’anonymat sur Internet. « On se bat contre », dit-il à propos du harcèlement en milieu scolaire. « On va continuer à travailler avec les plateformes Internet, pour sanctionner ce qui est fait sur ces plateformes. Moi je ne veux plus de l’anonymat sur les plateformes Internet, et je veux une vraie responsabilité des parents et l’interdiction, c’est le seul moyen », a-t-il ajouté.


On peut donc mieux comprendre pourquoi des députés LREM ont récemment proposé d'imposer une pièce d'identité à la création de comptes sur les réseaux sociaux, alors que le Secrétaire d'État chargé du Numérique disait quelques jours plutôt qu'il n'y était pas favorable. « Nous proposons que soit envisagée l’hypothèse de créer une obligation légale de recueil des pièces d’identité à l’occasion de la création de comptes sur les réseaux sociaux, à l'image de ce qui existe sur d'autres plateformes telles que AirBnb », avaient suggéré les députés Laurence Vanceunebrock-Mialon, Raphael Gérard et Gabriel Serville, en rebondissant sur les agressions qu'a connues le chanteur LGBT Bilal Hassani sur Twitter. Leur proposition fait bien écho de la position d'Emmanuel Macron sur la fin de l'anonymat en ligne. Ainsi, comme pour la loi sur la manipulation de l'information en période électorale, les élus vont-ils entamer un processus législatif pour la suppression de l'anonymat en ligne ?

Source : CNEWS (Twitter)

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Vu la détermination d'Emmanuel Macron, la fin de l'anonymat en ligne en France est-elle évitable ?

Voir aussi :

Lutte anti-terroriste : 44 organisations exhortent Macron à renoncer à un projet de règlement européen qui pourrait porter préjudice à Internet
L'administration Macron confirme sa loi contre la haine sur Internet en 2019 par la voix de la Secrétaire d'État auprès du Premier ministre
Macron lance « l'Appel de Paris » pour remédier aux problèmes d'Internet, la France va coopérer avec Facebook pour examiner ses efforts de modération
UE : le président Emmanuel Macron veut sévir contre les positions dominantes des entreprises et dit vouloir d'un dispositif antitrust plus fort
Présidentielle en France : Emmanuel Macron s'attaque au chiffrement et à la propagande en ligne dans son programme de lutte contre le terrorisme

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/02/2019 à 17:34
Suppression du pseudonymat en ligne (utilisons les bons mots, l'anonymat n'existe pas), mise sous tutelle de la presse, volonté de mettre en avant les déclarations officiels aux détriments des contradicteurs, arrestation préventive sous ordre du préfet, mise sous écoute de 150 gilets jaunes, main mise sur une partie de la justice grâce à des magistrats aux ordres, répression forcenée des manifestations. Et bha on est mal barré.
12  0 
Avatar de ptitloup690
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 14/02/2019 à 8:46
"Si Hitler avait eu l'informatique il aurait réduit la résistance à néant"
Jacques Fauvet, ancien Président de la CNIL..

Entre ça, la loi anti-casseurs et la levée de l'anonymat des sources des journalistes et d’autres trucs qu’il doit nous préparer, il crée les conditions idéales pour la mise en place d’une didacture
Que dire des refus de lever secret défense sur des dossiers qui datent de plus de 50 ans?

+-------------------
10  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/02/2019 à 8:56
Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
JJe ne doute pas que vous ne serez pas d’accord, mais ça n’a pas d’importance : ce que je dis adviendra, tôt ou tard.
Pour la énième fois, c'est déjà plus ou moins le cas : dans le cadre d'une instruction judiciaire, un juge peut réclamer la levée de l'anonymat d'un compte suspect. On peut aussi te retrouver via ton adresse IP. T'es juste anonyme pour le commun des mortels, et pour l'état tant que tu ne fais / dit pas quelque chose sortant du cadre de la loi.

La "levée de l'anonymat" sur internet est juste illusoire : si on doit poster sous notre vrai nom, quelque soit la plate forme, c'est simple : on tue internet.

Mais c'set pas comme si tout ça avait déjà été dit et répété dans les pages précédentes, hein...
10  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/02/2019 à 15:48
En gros, le Secrétaire d'État chargé du Numérique essai de se dépêtrer comme il peut avec les âneries que raconte le président, et ils se contredisent les uns les autres afin que tout le monde soit perdu, et que le truc passe en loosdé à 2h du matin.

Ils n'ont qu'à faire comme en Chine et interdire les réseaux sociaux, on gagnera 2 ou 3 ans sur leur programme vu au train où cela va...

Cela dit, je trouve cela encore une fois plutôt cocasse ce genre de déclarations, quand on sait que par exemple 52% des comptes qui suivent Macron sur Twitter sont des bots, et qu'il y a des flopées de comptes anonymes créées régulièrement pour montrer leur "soutient" au gouvernement...

Si on supprime l'anonymat, tout le monde va se rendre compte qu'il n'y a plus pratiquement personne qui soutient Macron.
10  1 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/02/2019 à 4:54
Yay, encore un qui poste sans avoir lu les messages précédant.

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
On a le droit de dire ce qu’on veut, mais on assume le risque qui va avec.
Sérieusement, arrêtez avec cette connerie.

Si tu dois "assumer le risque", ce n'est pas un droit.
Si tu as le droit e.g. d'être homosexuel, cela ne veut pas dire que tu dois en "assumer le risque", et te faire tabasser dans la rue, virer de ton travail, recevoir des menaces de morts, te faire harceler, te faire insulter, etc.

C'est comme avoir la liberté de la presse, mais devoir "assumer le risque", et se retrouver dans un fossé, une balle dans le dos.

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
Les contre arguments habituels ne tiennent pas.
Et ils tiennent encore moins quand on ne les lit pas...

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
Si on contraint les gros réseaux à exiger les preuves d’identité (voire un moyen de paiement), on coupe une grosse partie des fake et du harcèlement.
Oui...
Et tu vas me dire qu'ils sont aussi très anonymes dans le service publique : https://www.esprit-critique.org/2017...ervice-public/

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
Que des petits malins aillent «*sur un autre réseau*» n’est pas grave du moment que les grosses plateformes sont régulées.
C'est bien connu, les rumeurs, c'est comme la radio-activité, ça s'arrête à la frontière des sites...

De plus, qu'est-ce qui empêche cet "autre réseau", de devenir une "grosse plateforme", que ce soit en terme d'effectifs ou d'influence ?
Sachant aussi que les "grosses plateformes" ne sont pas nécessairement française, et comme je l'ai dit, une application extra-territoriale de la loi risque d'être compliqué.

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
La «*protection des lanceurs d’alerte*» ne tient pas non plus. Facebook ou tweeter n’ont pas à être des outils pour des lanceurs anonymes : sinon c’est la porte ouverte à n’importe quelle diffamation.
Une alerte est une diffamation, elle va d'ailleurs surtout jouer sur l'exception de vérité.

D'ailleurs, lancer l'alerte est une chose, discuter de, et propager, l'alerte en est une autre.

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
Les lanceurs d’alertes peuvent passer par la presse papier ou en ligne qui a le devoir de protéger les sources.
Ce que les français lisent de moins en moins...

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
Et la démocratie est bien davantage menacée par l’ingénierie sociale des puissances étrangères (suivez mon regard) qui infiltrent nos élections et l’opinion, que par le fait d’obliger les lanceurs d’alerte à passer par la presse.
Le besoin de l'anonymat ne se limite pas au lancement d'alerte...

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
L’anonymat à tout va sur internet ne pouvait être qu’une situation transitoire dans notre monde : le droit et la régulation reprendront leurs droits à terme, et on y trouvera tous benefice, sauf ceux qui appréciaient le fait d’avoir cet immense haut parleur pour déverser leurs nuisances.
Le droit et la régularisation... parlons-en.

RGPD, Droits de l'Homme et du citoyen, Convention des Droits de l'Homme, Déclaration Universelle des droits de l'Homme, secret médical, secret de l'instruction, secret du scrutin, ...
Ça te dit quelque chose ?

J'en ai pourtant bien parlé dans mes interventions précédentes.

Citation Envoyé par renaudbb Voir le message
Je ne doute pas que vous ne serez pas d’accord, mais ça n’a pas d’importance : ce que je dis adviendra, tôt ou tard.
Traduction: Je ne doute pas que vous ne serez pas d’accord, mais ça n’a pas d’importance : de toute façon j'ai raison.
9  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/02/2019 à 10:23
Citation Envoyé par FMJ Voir le message
Je ne vois pas en pourquoi dans la vie de tous les jours, on est responsable individuellement de ses propos et pourquoi sur Internet on ne le serait pas ?!
Dans ta vie de tous les jours, si tu t'engueule avec quelqu'un dans la rue (avec un chauffard ou autre, par exemple), tu lui donnes tes nom et prénom avant de le faire ?

Non, donc tu seras effectivement responsable de ce qu'il t'arrive si tu vas trop loin (et que le type t'en colle une lol), mais tu tiens des propos de façon anonyme.

De plus comme cela a déjà été répété maintes et maintes fois dans ce fil, responsabilité et anonymat sont deux notions différentes qui ne sont pas systématiquement corrélées.
8  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/02/2019 à 22:09
C'est tellement affligeant d’entendre des trucs comme ça de la part d'un président... Ca plus tout le reste concernant sa vision de l'information ou de la justice est on a un petit dictateur en herbe.
7  0 
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/02/2019 à 14:00
Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
C'est là toute l'origine du problème. Dans une démocratie, un président serait le serviteur de son peuple alors que là il s'agit d'un comportement de monarque.
Il faut supprimer ce poste de président monarque qui permet toutes les dérives. Il faut dissocier le pouvoir de la figure symbolique. Je pense qu'il est préférable d'avoir un personnage symbolique sans pouvoir, incarnation de la France, qui la représente officiellement, type roi d'Espagne ou d'Angleterre même si je pencherais plus pour le modèle Suisse n'étant pas friand d'aristocratie, et un premier ministre responsable de la politique du pays.

Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
Si quelqu'un devait abandonner tout anonymat et adopter la transparence la plus totale, ce sont bien les élus, et ce durant toute la durée de leurs mandats.
Exact. TOUT devrait être tracé chez les élus. Il devrait y avoir des instances de contrôles permanentes, ainsi qu'une justice indépendante dédiée qui a les moyen d'enquêter directement sur les dossiers. Et cela serait aussi bénéfique pour les élus eux même. Comment pouvez vous pratiquer sereinement votre mandats d'élus avec des soupçons et des enquêtes qui trainent pendant des années? Ces élus doivent être rapidement blanchis si rien ne leur est reproché, ou virés et condamnés sinon. Je rajouterais une peine plancher pour trahison pour toute personne élue qui commet un crime/délit dans le cadre de son mandat.

Citation Envoyé par VivienD Voir le message
Malheureusement, notre monarque avec ses rodomontades semble faire des émules au sein de sa cour, et ce par populisme...
Laetitia Avia est la caricature du produit du macronisme. On passera sur le fait qu'elle promeut le fait d'abolir l'anonymat sur les réseaux en prenant pour appuie une affaire de harcèlement où presque tous les protagonistes utilisaient leur nom et prénom.
7  0 
Avatar de Gabrieel
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/02/2019 à 10:37
Ce qui va être trés drole c'est quand le prochain(e) président(e) de la république qui peut être un fou furieux va heriter de tout cet arsenal juridique introduit au nom de la "democratie"
7  0 
Avatar de JackIsJack
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2019 à 9:01
Je ne comprends pas en quoi la levée de l'anonymat serait une solution.

Le volume d'information est tellement élévée que même avec des noms et prénoms en clair, cela ne semble pas traitable.

La moindre affaire en justice dure des années, y compris pour des crimes avérés et sérieux.

Par ailleurs on sait bien que les forces de polices ont la possibilité de connaitre l'identité d'une personne via internet, via son IP ou autres.
6  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web