La fin de l'anonymat sur les réseaux sociaux n'est « pas souhaitable et pas possible » pour Mounir Mahjoubi
Qui vient clarifier les propos de Macron

Le , par Michael Guilloux

81PARTAGES

15  0 
Le 18 janvier, Emmanuel Macron a plaidé en faveur d'une « levée progressive de tout anonymat » devant les maires réunis pour le deuxième acte du grand débat national au Palais des congrès de Souillac (Lot). Le Président français a déclaré que pour améliorer la qualité de la démocratie participative, l'on « doit aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat » en faisant mention de « processus où on sait distinguer le vrai du faux et où on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ». Macron pense que cela est nécessaire étant donné qu'aujourd'hui, « on a beaucoup d’informations, tout le temps, mais on ne sait pas d’où elles viennent. »


Avec de tels propos, le Président français n'a pas échappé aux critiques des internautes et des défenseurs des droits et libertés des citoyens sur Internet, comme la Quadrature du Net. Une réaction similaire s'est produite en avril 2017 quand Emmanuel Macron s'est attaqué au chiffrement pendant les campagnes présidentielles. Heureusement, Mounir Mahjoubi, qui s'occupait du volet numérique de l'équipe En Marche a fait une sortie le lendemain pour apporter des compléments d'information afin de corriger le tir de son candidat. Encore une fois, Mounir Mahjoubi vient à la rescousse du Président français.

Invité sur RMC le 25 janvier, le Secrétaire d'État chargé du numérique a tenu à clarifier les propos de Macron relatifs à la fin de l'anonymat en ligne, en distinguant plusieurs cas de figure. « Sur un site de rencontres, je veux bien que tout le monde s’appelle Robert234 ou Angeline2828. Chacun doit pouvoir choisir son pseudo et sa vie virtuelle », dit-il. « Mais quand on est sur un site de démocratie participative, notamment les dispositifs numériques pour que les citoyens puissent s’exprimer régulièrement, faire des pétitions légales, je ne veux plus que ce soit anonyme », a-t-il tranché, en indiquant que l’État proposerait dès 2020 à tous les citoyens une identité numérique publique à utiliser volontairement pour participer à tous les services publics en ligne. « C’est la réponse qu’a voulu donner Emmanuel Macron dans son débat avec les maires. Ce n’était pas l’anonymat en général, mais l’anonymat lié à la démocratie participative en ligne », a expliqué le Secrétaire d'État chargé du numérique. « Sur les réseaux sociaux, je ne souhaite pas qu’on mette fin à l’anonymat », a-t-il ajouté.

D'ailleurs, sur les réseaux sociaux, Mounir Mahjoubi avertit que la question d'anonymat est relative. « Cet anonymat, il est tout relatif. Quand quelqu’un insulte, harcèle en ligne, croyant qu’il est anonyme derrière un pseudonyme », en réalité, il y a beaucoup de chance qu'il ne soit pas du tout anonyme. Cette année, dit-il, « c’est plus de 500 d’entre eux qu’on a attrapés et condamnés », alors qu'ils pensaient être cachés sous un pseudonyme.

Enfin, il estime qu'il est impossible de mettre fin à toute forme d'anonymat en ligne comme le déclarait Macron. « Pour ceux qui maîtrisent deux microgrammes de technicité, c’est impossible ! Si l'on disait demain sur Twitter qu'on levait l'anonymat, les gens iraient ailleurs, prendraient d'autres identités. Aujourd’hui ce n’est techniquement pas souhaitable et pas possible. » Plutôt que de s'attaquer à l'anonymat pour mettre fin aux discours de haine ou harcèlement en ligne, il appelle donc à adopter des lois qui exigeront la suppression de tels contenus dans les 24h par exemple.


Source : BFM TV

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Lutte anti-terroriste : 44 organisations exhortent Macron à renoncer à un projet de règlement européen qui pourrait porter préjudice à Internet
L'administration Macron confirme sa loi contre la haine sur Internet en 2019 par la voix de la Secrétaire d'État auprès du Premier ministre
Macron lance « l'Appel de Paris » pour remédier aux problèmes d'Internet, la France va coopérer avec Facebook pour examiner ses efforts de modération
UE : le président Emmanuel Macron veut sévir contre les positions dominantes des entreprises et dit vouloir d'un dispositif antitrust plus fort
Présidentielle en France : Emmanuel Macron s'attaque au chiffrement et à la propagande en ligne dans son programme de lutte contre le terrorisme

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cassoulatine
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 18:43
il appelle donc à adopter des lois qui exigeront la suppression de tels contenus dans les 24h par exemple
1) demander 1984
2) mais non juste un peu plus de censure voila.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 22:17
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
l’État proposerait dès 2020 à tous les citoyens une identité numérique publique à utiliser volontairement pour participer à tous les services publics en ligne.
Oui, c'est bien connu, lorsqu'on paye nos impôts en ligne, on est anonyme.

https://franceconnect.gouv.fr/
Avatar de schlebe
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/01/2019 à 23:52
et pourquoi pas une loi contre les mensonges politiques temps qu'il y est ?
Avatar de Ericou
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 8:58
Avatar de candide02
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 10:17
devrais tous simplement être relié a notre numéro de sécurité social.
je peux inventer autant de "vrai" numéro de SS pour vous permettre de créer des comptes bidons
Avatar de candide02
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 10:25
1) les réseaux sociaux comme FB Tweter et autres être payant (rien n'est gratuit !) et l'inscription soumis à des règles de connaissance d'identité avec interdiction de les divulguer.
2) de vrais modérateurs HUMAINS devrait modérer les contenus pour signaler les contenus haineux, racistes ou incitant à la violence.
3) les vrais journalistes sont tenus de vérifier les sources de leurs infos sinon leurs média journaux , radio, télé sont responsables en cas mensonge. Les réseaux sociaux devraient être soumis aux mêmes règlements (ça rapporterait plus que les radars)
JP
Avatar de Claude40
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 10:30
Il y a, sous couvert d’anonymat, beaucoup plus d’atteintes à la liberté qu’on ne le croit. La liberté d’expression a toujours été encadrée par des dispositifs comme la lutte contre la diffamation, la condamnation à l’incitation à la haine ou au meurtre ou la protection de la vie privée. Derrière son pseudo, on peut échapper à la loi et il n’est pas tout à fait vrai de dire que l’on peut retrouver tout le monde grâce à son adresse IP. En tout cas, même si certains peuvent être retrouvés, le mal est fait et, souvent, il n’y a pas de réparation véritable pour les victimes, malgré une condamnation (souvent légère par rapport au préjudice subi). Comme toute liberté, la liberté d’expression ne peut s’exercer sans limite et l’anonymat rend plus facile certains abus et plus difficile l’application des sanctions en cas de dépassement des limites.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 10:35
Citation Envoyé par candide02 Voir le message
1) les réseau sociaux comme FB Tweter et autres être payant (rien n'est gratuit !)
Le but de ces sites c'est de générer un maximum de trafic et pour cela il faut que ce soit gratuit.
Facebook et Twitter gagnent de l'argent grâce à la pub (pour apparaître sur ces réseaux il faut payer) et au commerce d'informations personnelles.
Si tu rends Twitter payant, tout le monde va se barrer et une alternative va apparaître.

Citation Envoyé par candide02 Voir le message
2) de vrais modérateurs HUMAINS devrait modérer les contenus pour signaler les contenus haineux, racistes ou incitant à la violence.
En gros : chaque minute il y a 400h de vidéos de plus sur YouTube, chaque seconde il y a 6000 tweets de plus sur Twitter.
Donc humainement c'est impossible.

Les IA peuvent retrouver le contenu raciste, les utilisateurs peuvent signaler les publications racistes, il n'y a aucun problème.
Avatar de candide02
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 10:40
Citation Envoyé par Dabz00 Voir le message
Je sais que cela me vaudra des pouces rouges. Mais je trouve que cela fait sens de, au moins, réduire l'anonymat sur internet.
Sur beaucoup de forum je vois des commentaires xenophobes, racistes et sexistes et on voit le nombre de "fake news" augmenter.

Je suis pour la liberté d'expression, mais je pense qu'il doit y avoir des limites, et c'est limites existent dans la loi (exemple: injure ou diffamation), je ne vois pas pourquoi ces limites ne sont pas sur internet...
et bien moi j'ai mis un pouce vert , les réseaux sociaux sont des défouloirs. on peut un speudo pour garder une forme d'anonymat mais obliger les réseaux à connaitre votre identité pour leur éviter des sanctions, car les Coupables ce sont les FB et autres de ne mettre aucune surveillance.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/01/2019 à 10:56
Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
Il y a, sous couvert d’anonymat, beaucoup plus d’atteintes à la liberté qu’on ne le croit.
Et supprimer l'anonymat est une atteinte à la liberté en elle-même.

Ce n'est pas parce que certaines personnes utilisent mal une chose qu'il faut la supprimer.
Certaines personnes font n'importe quoi au volant de leur voiture, ce n'est pas pour autant qu'on va interdire tout le monde d'utiliser leur voiture, c'est ridicule.

Encore plus quand on parle "d'atteintes à la liberté", en soutenant une proposition qui porte encore plus atteintes à la liberté…

Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
Derrière son pseudo, on peut échapper à la loi […]
Et aussi et surtout être libre d'expression.
Ce n'est pas parce qu'une liberté permet à quelques délinquant/criminels de s'échapper qu'il faut la supprimer.

Déjà le fait qu'il y ai quelques criminels/délinquants impuni est vital pour une société démocratique, cela permet de donner une certaine "marge" permettant de faire évoluer la loi (e.g. la dépénalisation de l'homosexualité). Ce qui permet d'ailleurs la "résistance à l'oppression" (cf article 2 des droits de l'Homme): si tu es directement retrouvé et puni, tu ne peux pas "résister à l'oppression".

Et enfin, parce qu'il y a aussi des droits fondamentaux comme le droit à la vie privée. On ne va pas se mettre à placer des caméras dans toutes les maisons, sous la surveillance de la police, au prétexte que dans quelques couples, certains actes restes impunis. On ne va pas placer des microphones dans chaque bars parce que certaines discussions de piliers de bars sont diffamatoires.

Si le droit à la vie privée, au respect de la correspondance, etc. font parti intégrante des droits de l'Homme, c'est loin d'être un simple caprice de ceux qui les ont écrit. S'ils font parti intégrante des droits de l'Homme, c'est parce qu'ils sont vitaux à toute société démocratiques, parce qu'une société démocratique ne saurait exister sans.

Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
En tout cas, même si certains peuvent être retrouvés, le mal est fait et, souvent, il n’y a pas de réparation véritable pour les victimes, malgré une condamnation (souvent légère par rapport au préjudice subi).
La réparation insuffisante du préjudice subit est une problématique différente de celle de l'anonymat.
Que le mal soit déjà fait, est un peu normal… on ne peut pas punir avant que l'acte délictuel/criminel n'ai été perpétré. Quand tu juges, e.g., un homicide, le mal est déjà fait.

Citation Envoyé par Claude40 Voir le message
l’anonymat rend plus facile certains abus et plus difficile l’application des sanctions en cas de dépassement des limites.
De même que de ne pas placer une puce GPS sur chaque citoyens rend plus facile certains abus, et plus difficile l'application des sanctions… ce n'est pas pour autant souhaitable dans une société démocratique.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web