La loi contre la manipulation de l'information adoptée par les députés
Mais ils suspectent aussi les algorithmes de diffuser les fausses informations

Le , par Michael Guilloux

21PARTAGES

17  0 
« Pour 40 000 euros, vous pouvez lancer des opérations de propagande politique sur les réseaux sociaux et pour quelques milliers d'euros, vous pouvez acheter des dizaines de milliers de commentaires haineux ou de followers sur Twitter », avait rappelé en juin le député de La République en marche (LaRem) Pieyre-Alexandre Anglade. « À ce prix-là, la relation de confiance entre les citoyens et leurs élus se trouve sapée », disait-il.

Cela donne le contexte dans lequel a été conçue cette fameuse loi dont l'objet initial de lutte contre les « fausses informations » a été finalement modifié pour lutter « contre la manipulation de l'information ». Elle est en effet destinée à empêcher la diffusion « artificielle » de fausses nouvelles en période électorale. Dans sa dernière version, c'est donc l'intention « délibérée » de diffuser de fausses informations qui sera sanctionnée.

À l'origine, rappelons que c'était l'un des vœux d'Emmanuel Macron qui estime avoir été victime pendant la dernière présidentielle de campagnes de fake news. Les campagnes de désinformation en question, propagées via les réseaux sociaux, auraient émané de médias russes après un piratage "massif et coordonné" de l'équipe En Marche. Cela dit, le projet vise notamment à :

  • mettre en place de nouveaux outils qui permettront de mieux lutter contre la diffusion de fausses informations durant la période électorale ;
  • imposer aux plateformes des obligations de transparence renforcée en vue de permettre, d’une part, aux autorités publiques de détecter d’éventuelles campagnes de déstabilisation des institutions par la diffusion de fausses informations et, d’autre part, aux internautes de connaître l’annonceur des contenus sponsorisés ; et
  • de permettre que soit rendue une décision judiciaire à bref délai visant à faire cesser leur diffusion.


Dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4 juillet, c'est un texte très controversé que les députés ont adopté. Dès le début de l'examen de ce projet, certains parlementaires avaient en effet critiqué les mesures prévues qu'ils ont jugées inutiles vu que des lois existent déjà pour répondre à ce problème. D'autres encore ont averti des dangers du projet pour la liberté d'expression et celle de la presse. Mais pour la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, « ce texte ne crée aucune interdiction nouvelle », mais il vise à « mieux faire respecter les règles existantes en les adaptant aux nouvelles réalités caractérisées par le poids croissant des réseaux sociaux, la viralité de l'information et le développement du sponsoring ».

Les algorithmes des plateformes en ligne ont-ils tendance à mettre en avant les fausses informations ?

Dans le texte adopté par l'Assemblée nationale figure également un amendement qui stipule que les opérateurs de plateforme en ligne qui ont recours à des algorithmes de recommandation, classement ou référencement de contenu doivent publier des statistiques agrégées sur leur fonctionnement. Pour chaque contenu hébergé, il doit être mentionné la part d'accès direct au contenu (c'est-à-dire via l'URL ou un moteur de recherche extérieur) et les parts d'accès indirects, dus à chacun des algorithmes de recommandation, de classement ou de référencement de la plateforme qui sont intervenus dans l’accès aux contenus.

L'objectif est de pouvoir vérifier si ces algorithmes ont tendance à mettre en avant les fausses informations. « Au cours de la lutte contre les fausses informations, de nombreux acteurs ont constaté que celles-ci sont souvent mises en avant par les algorithmes des plateformes (réseaux sociaux, moteurs de recherche) », peut-on lire dans l'exposé sommaire de l'amendement proposé par Paula Forteza, Éric Bothorel et Cédric Villani.

Cette idée se fonde, entre autres, sur le travail d'un ancien ingénieur de YouTube qui indique que la plateforme favoriserait les vidéos sur lesquelles les internautes passent plus de temps, car celles-ci rapportent plus en termes de revenus publicitaires. « Or, ce choix a un effet pervers qui a un impact majeur sur l’information mondiale », écrivent les députés en citant l'ingénieur. « Autrement dit, les algorithmes déduiraient que les contenus les plus efficaces pour capter l’attention de l’utilisateur sont des contenus polémiques, pas nécessairement vérifiés, aux formats courts et susceptibles de véhiculer de fausses nouvelles, et en proposeraient davantage », ont-ils ajouté.

Mais comme Google a réfuté ces affirmations, les députés estiment que ces statistiques (qui doivent être publiées en ligne et accessibles à tous, dans un format libre et ouvert) devraient permettre de vérifier les faits. Si ce genre d’algorithmes a un effet sur la diffusion de fausses nouvelles, on doit pouvoir en étudier les biais, pour mieux les contrôler, disent-ils. Ils précisent toutefois qu'il ne s'agit nullement d’accéder au fonctionnement de l’algorithme en lui-même.

Sources : Challenges.fr, Amendement N° 136

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Les algorithmes des plateformes en ligne ont-ils tendance à mettre en avant les fausses informations ?
Si oui, croyez-vous que c'est l'effet attendu par les plateformes d'hébergement de contenu en ligne ?
Si les soupçons des députés sont confirmés, mettre en place une solution technologique ne va-t-il pas entraîner plus de censure ?

Voir aussi

Cambridge Analytica français : François Fillon accusé de ciblage électoral portant sur 2,5 millions de personnes, The Optin Machine mise en cause
Macron Leaks : les pirates russes auraient utilisé Facebook pour tenter d'espionner la campagne Macron d'après un congressiste et d'autres sources US
Facebook commence à tester son outil pour bloquer les fake news en Allemagne où les autorités craignent de la désinformation lors des élections
La Commission européenne s'invite dans le combat contre les « fake news » et annonce un ensemble de mesures pour lutter contre ce problème
Comment combattre les fausses actualités ? Un groupe d'humains ou les algorithmes informatiques seront-ils les futurs arbitres de la « vérité » ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de herdans
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 04/07/2018 à 18:43
Ne peut-on appliquer les lois existantes? La diffamation est déjà répréhensible.

macron a des amis à recaser, en créant une hadopi V2 pour censurer le web, en dehors de tout garde fou juridique?

Tout ça pour remédier à un ministère de la justice, lent, inefficace et inefficient?
Avatar de Gil01
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 04/07/2018 à 20:13
Pour l'internet, qui a juridiction ? La France, l'Europe, le pays où est enregistrè le nom de domaine ? Celui qui héberge le serveur ? Que se passe-t-il si le message est posté de Belgique ou du Canada? Et comment faire respecter une comdamnation ? Je pense que ça va coûter plus cher aux victimes d'essayer d'appliquer cette loi qu'aux coupables en supposant qu'il y en ait de condamnés un jour.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 8:40
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Qu'en pensez-vous ?
Internet et les sites d'information alternatif ont joué un grand rôle dans l'élection de Trump, dans le Brexit et d'autres choses qui ne vont pas dans le sens des "progressistes".
Par conséquent le système réagit et se défend.

Il faut que les gens ne s'informent qu'auprès des médias validé. Il devrait y avoir une sorte de sceau de qualité.
Donc TF1, Canal +, BFM TV, Le Monde, Le Figaro c'est bien, Les Crises c'est mal (ainsi que RT et Sputnik parce que c'est Russe).

Ignorance is strength.

Écoutez ce que vous dit le Ministère de la Vérité.
Avatar de Itachiaurion
Membre actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 12:53
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Internet et les sites d'information alternatif ont joué un grand rôle dans l'élection de Trump, dans le Brexit et d'autres choses qui ne vont pas dans le sens des "progressistes".
Par conséquent le système réagit et se défend.

Il faut que les gens ne s'informent qu'auprès des médias validé. Il devrait y avoir une sorte de sceau de qualité.
Donc TF1, Canal +, BFM TV, Le Monde, Le Figaro c'est bien, Les Crises c'est mal (ainsi que RT et Sputnik parce que c'est Russe).

Ignorance is strength.

Écoutez ce que vous dit le Ministère de la Vérité.
C'est beau de dire que les media mainstream font de la propagande des "puissants" quand on dit a coté que les média alternatif diffuse la bonne parole... La poutre et la paille encore. Je défends pas pour autant ces médias il en font des bourdes et certain mériterais de recopier 10 000 fois "je vérifie mes info avant de dire des âneries", mais a nouveaux c'est loin d'être les seuls faut pas pousser mémé dans les orties. C'est beau d'avoir des avis nuancé.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 13:07
Ben disons que là on aura plus rien avec quoi comparer.
Il n'y aura que la vision TF1 / Canal + / BFM TV et rien pour s'opposer à cette vision.
Sur internet il y a peut être principalement des conneries, mais au moins on le sait.
Les gens ont confiance dans les médias mainstreams et ne se méfient pas.
Ils boivent les paroles de BFM (Le Monde/Le Figaro/etc).

Toutes les informations seront orienté dans la même direction.
Il n'y aura plus d'alternative.
Avatar de F6EEQ
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 14:26
C'est vrai que sur Internet on trouve tout et n'importe quoi, que Face de Livre (ou plutôt livre de tête!!) est pris par de nombreuses personne comme argent comptant.
Les médias "classiques ne sont pas tous irréprochables. Mais au moins quand on lit Le Figaro, on sait que c'est de droite, quand on lit Le Monde ou Libération c'est de gauche.

Le vrai problème tient à l'éducation des gens et à une réflexion sur l'information, ou plutôt à un manque complet de discernement. Et là c'est loin d'être gagné.
De plus l'homme (au sens général, pas de sexisme!!) a plus tendance à croire les mauvaises nouvelles que les bonnes, à foutre le bazar qu'à tempérer...

Donc, quoi qu'on puisse faire le combat semble perdu d'avance, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut rien faire.
Mais je suis d'accord avec un commentaire précédent: il y a suffisamment de lois applicables, pourquoi en rajouter. D'autant plus que les moyens de diffusions sont "diffus" (pardon pour l'allitération!!) par essence, donc difficile de savoir qui ou quoi sanctionner.

On n'a pas fini.

Gérard.
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 14:34
Citation Envoyé par F6EEQ Voir le message
Mais je suis d'accord avec un commentaire précédent: il y a suffisamment de lois applicables, pourquoi en rajouter.
Parce qu'il y a des sites de ré-information qui dérangent le gouvernement, ils génèrent beaucoup de trafic (si on compare aux sites mainstreams d'actualité et de politique) et présentent parfois les choses sous un angle qui n'arrange pas le gouvernement.
Ces sites sont pour le moment inattaquable, avec la législation actuelle.
Donc il faut des nouvelles lois pour supprimer des libertés.

Citation Envoyé par F6EEQ Voir le message
Mais au moins quand on lit Le Figaro, on sait que c'est de droite, quand on lit Le Monde ou Libération c'est de gauche.
Ils doivent choisir de lire quoi les gens de LREM, vu qu'ils sont ni de gauche ni de droite en principe ?
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 14:53
Les sites dit de ré-informations c'est comme les chercheurs de vérités, ils ne veulent ni informer ni chercher la vérité, juste exposer leurs délires.

Ça me fait rire les personnes qui se pensent au dessus des autres en rejetant les média mainstreams mais qui gobent tous les sites des propagandes et de complots à deux balles.

Il y a un mince filet d'informations de qualités entre les deux torrents de désinformations que sont les média mainstream et les sites complotistes/de propagandes. Il faut lire un peu tout et rester critique...

Sinon pour revenir à la loi, oui c'est probablement un outil dangereux, il faudra surveiller de près les conséquences.
Avatar de F6EEQ
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 14:55
+1 !!!
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2018 à 15:05
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Les sites dit de ré-informations c'est comme les chercheurs de vérités, ils ne veulent ni informer ni chercher la vérité, juste exposer leurs délires.
En fait les sites de ré-information citent très souvent les sites mainstreams.
Est-ce que si un article du Monde se retrouve sur un site pas mainstream, ça fait du Monde un site complotiste parce qu'il se fait citer ?

Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Ça me fait rire les personnes qui se pensent au dessus des autres en rejetant les média mainstreams mais qui gobent tous les sites des propagandes et de complots à deux balles.
Alors déjà qu'est-ce que ça peut faire si des gens croient en une terre mi-plate, mi-ronde et re mi-plate derrière contrôlé par des lézards ?
Ils font bien ce qu'ils veulent les gars, ils dérangent personne, tant qu'ils ne deviennent pas aussi chiant que les végans extrémistes.

Il faut prendre l'information un peu partout et faire le filtrage soi même.
Ça fait travailler sa capacité à analyser les articles.

Plus tu aura un horizon large plus t'auras d’éléments pour comprendre ce qu'il ce passe.
Si t'as que TF1 et Canal +, ou Libération et le Figaro t'es mal barré.
C'est qu'une copie de source comme l'AFP, c'est toujours le même angle, sur les sujets internationaux.
Par exemple, on a jamais vu le point de vue des Syriens anti rebelle sur ces médias.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web