Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Comment combattre les fausses actualités ?
Un groupe d'humains ou les algorithmes informatiques seront-ils les futurs arbitres de la « vérité » ?

Le , par Stéphane le calme

135PARTAGES

8  0 
Comment combattre les fausses actualités ?
La notion de « fausses actualités » a fait couler beaucoup d’encre suite à l’élection présidentielle américaine. Elle a tellement alimenté les débats que les plateformes les plus imposantes en termes de nombre d’utilisateurs à l’instar de Facebook et Google ont été contraintes de prendre des mesures.

Voici quelques solutions qui ont été proposées pour endiguer ce problème avec les avantages et les inconvénients associés.

Les éditeurs humains :

Ceux-ci vont s’appuyer sur un jugement éditorial ainsi que leur expérience dans le domaine qu’ils vont combiner à la vérification de faits pour déterminer le degré de fiabilité de nouveaux éléments.

Les pour : le jugement d’un éditeur est plus fiable dans la mesure où il est moins susceptible au trolling et mieux apte à gérer les nuances.

Les contre : les éditeurs coûtent cher, ils ne sont pas aussi rapides que pourraient l’espérer les médias sociaux et en plus ils sont subjectifs. Les éditeurs humains dans cette position détiendraient tout simplement trop de pouvoir et pourraient en abuser.

Un partenariat avec les sites de vérification de faits :

Les « actualités » pourraient être vérifiées sur des sites de vérification de faits populaires dans la catégorie de l’actualité comme Politifact, un site internet qui vérifie la véracité des promesses et engagements pris par les politiques américains en les classant dans l’une de ses six catégories (vrai, essentiellement vrai, à moitié-vrai, essentiellement faux et pants on fire pour les déclarations outrancièrement fausses), ou Snopes, un site Web créé dans le but de limiter la propagation des canulars informatiques (hoax) et des rumeurs infondées qui circulent sur Internet.

Les pour : cela pourrait permettre de faciliter la détection de fausses actualités et sensibiliser sur la vérification de faits.

Les contre : à la longue, cela pourrait soulever par exemple des accusations de biais politique.

Le crowdsourcing :

Le principe est assez simple : à l’instar de Wikipédia, la collaboration est la base pour aider les internautes à faire le tri dans le flux d’informations qu’ils reçoivent et distinguer les fausses actualités des vraies. À chaque fois qu’un internaute se trouve confronté à une source inconnue, il peut, à terme, solliciter la plateforme pour obtenir des réponses.

Les pour : cela a bien marché pour Wikipédia, malgré quelques ratés. Aussi, certains estiment que ce système pourrait être plus démocratique et moins enclin à être accusé de biais politique.

Les contre : ce système est plus simple à manipuler dès lors que les personnes qui valident sont payées pour promouvoir des biais.

L’initiative Décodex de Le Monde, qui revendique de s’appuyer sur cette forme de vérification, explique que « Nous avons conscience qu’il ne permettra pas de vérifier toutes les informations qui circulent en ligne, mais nous pensons qu’il offrira à chacun les moyens de discerner les plus évidentes d’entre elles, et d’être averti lors de la consultation d’un site connu pour diffuser de fausses informations ».

Ajouter un drapeau « fake news » sur des plateformes à fort trafic comme Facebook


Cela fonctionnerait comme les reports d’abus le font déjà : les utilisateurs ont la possibilité de signaler une actualité comme étant fausse. Et si suffisamment d’utilisateurs le font, elle pourra alors être marquée du drapeau « fake news ».

Les pour : ne nécessite pas de grands changements pour son implémentation et pourrait avoir un effet de dissuasion et contenir la propagation de fausses actualités.

Les contre : les utilisateurs pourraient s’organiser pour signaler en masse que de vraies actualités sont des fausses.

L’utilisation d’algorithmes et d’autres solutions techniques :

Voici quelques propositions

Un standard Open Graph

En 2008, Facebook a lancé le Facebook Connect, bouton grâce auquel il est possible de se connecter sur un site grâce à son profil Facebook. Suite à son succès, le réseau social a décidé d'aller plus loin pour lancer en avril 2010 son API Open Graph. L'Open Graph est un protocole qui permet à des sites tiers d'interagir avec les informations d'un profil Facebook et avec les relations de ce dernier.

Selon le site officiel, ce protocole « permet à n'importe quelle page web de devenir l'objet enrichi d'un graphe social. Par exemple, il est utilisé sur Facebook pour permettre à une page web de bénéficier des mêmes fonctionnalités que n'importe quel autre objet sur Facebook ».

Les moteurs de recherches utilisent ce protocole pour mieux comprendre le contenu d'une page web. Aussi, en créant un standard Open Graph qui va se servir de microdonnées pour associer aux sources originales, chaque actualité publiée va inclure des balises HTML qui vont indiquer aux moteurs de recherche comment aller à l’article d’origine.


Un algorithme de fiabilité de source :

L’idée ici est de prendre une approche scientifique face à une source. Par exemple, des recherches récentes ont proposé un modèle et un framework d’optimisation pour résoudre les conflits parmi de multiples sources de données où la fiabilité de la source et de la donnée sont des inconnues. Dans ce modèle appelé CRH, les chercheurs ont défini comme étant « vraie » la valeur qui subit peu de déviations de multiples sources mises en entrée, et le poids définit le degré de fiabilité d’une source.

Un système de réputation


Conclusion

On pourrait affirmer que l’une des meilleures choses à propos d'Internet est qu'il décentralise le contenu, permettant à toute entreprise de médias ou même des blogs de stimuler une discussion, proposer de nouvelles idées. Internet a permis à des millions de nouveaux entrants de changer le paysage médiatique. Ce qui a eu un impact tellement fort que les médias traditionnels ont dû se battre pour trouver des façons d'ajuster les modèles de revenus tout en conservant leur influence.

Si nous estimons que la « vérité » ne peut être vérifiée que par un mécanisme centralisé (un groupe de personnes ou un algorithme développé par un groupe de personnes), ne sommes-nous pas en train d’accepter l'idée que des sources arbitraires doivent être préférées, tandis que d'autres ne le doivent pas (à moins qu’elles ne soient conformes à certaines normes) ?

Et vous ?

Quelles seraient, selon vous, les meilleures méthodes pour détecter les fausses actualités ?

Voir aussi :

Fausses actualités : « les gens sont clairement plus bêtes, ils ne vérifient rien », conclut un professionnel des fausses actualités
Décodex, la réponse française pour lutter contre les fausses actualités, propose aux internautes de vérifier la fiabilité des sites d'information

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TallyHo
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/05/2017 à 14:09
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Quelle serait, selon vous, les meilleures méthodes pour détecter les fausses actualités ?
Aucune... On ne peut pas combattre la rumeur sans entrer dans l'arbitraire. Et même dans ce cas il y en a encore, elle va muter, prendre d'autres formes. Personnellement, je suis plutôt pour une sensibilisation à l'utilisation du net, comment repérer les rumeurs, etc... Et après aléa jacta est, chacun est libre de ses actes après tout, on ne peut pas tout régenter.
6  0 
Avatar de NSKis
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 26/05/2017 à 9:23
La "Fake news" a toujours existé: Dans le village le plus reculé, depuis la nuit des temps, il y a la rumeur, l'histoire inventée de toute pièce pour dénigrer son voisin ou faire chuter son adversaire politique.

Ce qui est nouveau aujourd'hui, ce n'est pas internet qui est à l'origine de la "Fake News", c'est le statut des "média officiels" qui autrefois étaient la référence pour dire le vrai et nier le faux.

Aujourd'hui ces média n'ont plus la confiance du public pour la bonne et simple raison qu'ils manipulent l'information au profit de certains, nient les réalités au profit du "politiquement correct"

Inutile de bricoler des usines à gaz pour éviter la "Fake News"... Que les médias et les "journaleux" fassent à nouveau leur travail, regagnent la confiance du public et les "Fake news" disparaîtront d'elles-même
6  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 26/05/2017 à 9:09
Citation Envoyé par ParseCoder Voir le message
J'ai voté pour "autres".

Tout le monde a droit à défendre ses idées et opinions sans avoir à se faire taxer de "fake news" tout ça par ce que ça ne va pas dans le sens de l'opinion générale.
Je pense que tu n'as pas compris le concept de la fake news...

Une fake news, c'est comme un hoax, ce n'est pas juste une opinion, ce sont des faits affirmés comme étant réels alors qu'il n'y a aucune source pour le prouver, (ou au contraire, alors qu'il existe des éléments prouvant que c'est faux), ou affirmés à partir d'une phrase prise complètement hors contexte.

Alors à côté de ça, je suis d'accord que ce n'est pas à un organisme ou un algorithme quelconque de nous dire ce qui est une fake news ou non, car comme signalé dans l'article et par certains intervenants, il y a des risques d'erreurs, de biais, etc etc.

Mais de la à dire que les fakes news n'existent pas, et qu'il ne s'agit systématiquement que de délit d'opinion, je pense que tu franchis un peu vite le pas.
5  0 
Avatar de ParseCoder
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/05/2017 à 9:44
Citation Envoyé par Zirak Voir le message
Je pense que tu n'as pas compris le concept de la fake news...

Une fake news, c'est comme un hoax, ce n'est pas juste une opinion, ce sont des faits affirmés comme étant réels alors qu'il n'y a aucune source pour le prouver, (ou au contraire, alors qu'il existe des éléments prouvant que c'est faux), ou affirmés à partir d'une phrase prise complètement hors contexte.
Alors effectivement c'est comme ça que c'est présenté. Forcément quand certains ont pour projet peu avouable de discréditer des sources alternatives d'informations parce qu'ils s'aperçoivent qu'ils sont eux de moins en moins crédibles, ils le font en prétendant défendre la vérité, la déontoogie ... etc. (cf. Decodex)

Après bien sûr sur il y a Facebook. On y trouve absolument tout et n'importe quoi. Mais qu'est ce que Facebook à part une machine à propager les ragots? C'est bien comme ça que ça a été conçu non? Ca a été conçu pour rendre les gens plus intelligents? Quoi que ça aurai pu, mais le but c'est seulement de faire du fric. Donc si on veut eviter de devenir bête c'est très simple: il faut décoller le nez de Facebook. Pas besoin d'IA pour détecter les hoax!

Ah! Et puis un site absolument grandiose dans le foutage de gueule: http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule
2  0 
Avatar de quanta
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/05/2017 à 13:48
Pour moi il n'y a pas de solution, notons d'ailleurs que le système facebook (comme google) de part le temps d'attention qu'il impose (de l'ordre de la seconde) sont responsable indirectement de ces "fakes news" dans lequel ont englobe les "clic a pute" (on s'adresse en priorité au cerveau reptilien qu'a la raison, ce n'est pas un "complot" c'est juste la conséquence de la temporalité imposée).
Je ne suis optimiste pour la qualité de l'information dans le futur.
2  0 
Avatar de CodeurPlusPlus
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 25/05/2017 à 20:30
Je ne reconnais à personne, et encore moins à un algorithme, le droit de me dire si une info est fiable ou pas.

A-t-il fallu attendre 2017 pour entendre parler de ce genre de connerie ?

Avons-nous à ce point besoin d'être assistés ?

EDIT : et ceux qui sont prêts à gober n'importe quoi, ça les renforcera encore plus dans leurs certitudes de paranos / complotistes. Plus une info sera étiquetée douteuse, plus ils y croiront !
2  1 
Avatar de escartefigue
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/05/2017 à 9:21
Voici un exemple récent de falsification de l'information dont l'auteur, F. Philippot interrogé sur ce sujet, c'est défendu en disant : d'accord c'est faux mais ça aurait pu être vrai !
http://www.20minutes.fr/elections/pr...ke-apres-tweet
1  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 25/05/2017 à 11:35
Je suis à 100% pour le combo décentralisé-centralisé, l'idée étant d'avoir un système global décentralisé, offrant donc à chacun la possibilité de faire sa propre tambouille, tout en permettant à des autorités (officielles ou officieuses) de se former sur cette structure globale, de façon à fournir une base pour ceux qui préfèrent se fier à la compétence des autres. De la même manière qu'on peut voter pour la personne qui nous plaît ou laisser notre vote à un autre.
0  0 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/05/2017 à 15:56
en fait, le problème n'est pas tellement le support ou le média mais la manière dont chacun traite l'information... et à part les professionnels de l'IT, pour ça, personne n'est formé, au mieux sensibilisé.
Une méthodologie ? rester critique, dicerner les possibles influences/intérêts, juger la crédibilité... ca devient vite fastidieux et demande des connaissances précises pour chaques sujets.

Finalement c'est comme plur la sécurité... c'est juste une question de confiance (en qui).
0  0 
Avatar de steflinux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/05/2017 à 17:29
Ne pas publier de fake news est dans le fond le plus simple. Qu'une armée d'humains (trolls ou non) ou IA s'agitent
autour d'un magma de n'importe quoi informationnel, c'est déjà le cas aujourd'hui.

Pour moi, c'est surtout l'obligation de citer des sources qui est important. Si une publication veut propagander le mythe de la pénurie d'informaticiens,
elle voudra bien citer ces sources : la société AlCapone sur Paris recherche DBA Oracle, SQL Server, DB2, MySQL, SAP Hana et
aussi certifié Expert Red Hat, avec connaissance de la comptabilité financière, pour SMIC, conditions cadre ou freelance
. Là, au moins, on progresse.

Benoît Hamon semblait pencher pour une diversification des actionnaires des journaux.
Sur cette même ligne, j'ai aussi toujours dit que renationaliser les télécoms permettrait d'éviter que deux magnats des télécoms
et leurs amis ne rachètent l'essentiel de la presse française, et autres médias.

En conclusion, je suis donc surtout pour le jugement éditorial : un citoyen français ne doit pas voir son temps libre fagocité par des pigistes inexpérimentés
qui publient n'importe quoi à pas cher sur commande. Ceci dit, pour les jounaux low-cost, un citoyen devrait pouvoir demander le retrait d'un
article en ligne s'il s'avère faux.
0  0