L'équipe de Macron dénonce un piratage « massif et coordonné »
Et évoque une tentative de déstabilisation de l'élection présidentielle française

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Dans un communiqué diffusé dans la nuit du vendredi 5 mai au samedi 6, l’équipe du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron a dénoncé une « action de piratage massive et coordonnée » d’informations « internes de natures diverses (mails, documents comptables, contrats…) » de sa campagne électorale.

L'équipe de campagne a confirmé que « les fichiers qui circulent ont été obtenus il y a plusieurs semaines grâce au hacking de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs responsables du mouvement ». Néanmoins, elle précise que « ceux qui font circuler ces documents ajoutent à des documents authentiques nombre de faux documents afin de semer le doute et la désinformation ».

« Intervenant dans la dernière heure de la campagne officielle, cette opération relève manifestement de la déstabilisation démocratique, comme cela s’est déjà vu aux États-Unis pendant la dernière campagne présidentielle. Pendant toute cette campagne, En Marche ! a constamment été le mouvement le plus visé par de telles initiatives, de façon intense et répétée. L’ambition des auteurs de cette fuite est de toute évidence de nuire au mouvement En Marche ! à quelques heures du second tour de l’élection présidentielle française », a assuré l’équipe.

Son communiqué intervient après la publication en ligne, plus tôt dans la soirée,
de nombreux documents présentés comme des « #MacronLeaks » sur les réseaux sociaux. Les documents, au format. eml, sont apparus sous la forme de liens publiés sur le site Pastebin, sorte de bloc-notes public qui permet de publier des documents de manière relativement anonyme.

« Bien évidemment, les documents provenant du piratage sont tous légaux et traduisent le fonctionnement normal d’une campagne présidentielle. Leur diffusion rend publiques des données internes, mais n’est pas de nature à nous inquiéter sur la remise en cause de la légalité et de la conformité des documents concernés », précise le mouvement.

Et de prévenir « qu’il ne s’agit en effet pas d’une simple opération de piratage, mais bel et bien d’une tentative de déstabiliser l’élection présidentielle française. Il importe par conséquent de prendre en considération la nature des documents fuités, de bien prendre conscience de ce qu’une grande partie d’entre eux sont purement et simplement des faux et l’opportunité de l’écho à donner à cette opération de déstabilisation ».

« Nous prendrons toutes les initiatives nécessaires auprès des acteurs publics et privés pour faire la clarté sur cette opération inédite dans une campagne électorale française.
La gravité des faits est d’ores et déjà une certitude et nous ne saurions tolérer que les intérêts vitaux de la démocratie soient ainsi mis en danger ».

Dans un communiqué publié dans la nuit, la Commission de contrôle de la campagne électorale a indiqué qu'elle avait été saisie par le mandataire d'Emmanuel Macron concernant cette attaque informatique. Dans l’immédiat, compte tenu de l’entrée dans la période de réserve depuis vendredi minuit, et dans l’attente de la réunion de la Commission qui interviendra dans les prochaines heures, son président appelle l’attention des médias sur le sens des responsabilités dont ils doivent faire preuve, alors que sont en jeu la libre expression du suffrage des électeurs et la sincérité du scrutin.

Évoquant la fin de la campagne officielle, qui contraint les responsables politiques à un devoir de réserve, la Commission a demandé aux organes de presse, et notamment à leurs sites internet, « de ne pas rendre compte du contenu de ces données, en rappelant que la diffusion de fausses informations est susceptible de tomber sous le coup de la loi, notamment pénale ».

Ces derniers mois, M. Macron avait dénoncé des « attaques répétées » sur le site Internet de sa campagne, allant d’attaques visant à bloquer le site à des tentatives de vol de données nettement plus élaborées. En mars, En marche ! avait été la cible de tentatives de hameçonnage. L’opération a été attribuée à un groupe russe par l’entreprise japonaise de cybersécurité Trend Micro, au terme d’une longue enquête.

Dans la soirée, aux alentours de 21 h 30, l'organisation Wikileaks a révélé avoir repéré sur le forum 4chan plusieurs gigaoctets de données internes appartenant à l'équipe d'Emmanuel Macron. L’organisation de Julian Assange a indiqué qu'elle découvrait les données en temps réel, sans donner plus de détails sur leur contenu. L'information s'est rapidement étendue sur Twitter sous le mot-clé #MacronLeaks.


Dans l'un des commentaires, Wikileaks se demande qui en bénéficie et note que le timing va certainement être utilisé pour booster les hostilités contre la Russie et augmenter le budget dédié aux activités de renseignements.

Source : communiqué En Marche !, communiqué cnccep


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de pierre-y pierre-y - Membre averti https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 13:55
Entre ça, la mairie de Paris qui essai de te faire croire que greenpeace a put accrocher une banderole sans autorisation, le généalogiste qui essai de te caler Maohmet a l'une et Hugues Capet a l'autre, les fake de Philipport, le débat présidentielle pourrie, les agressions diverse d'une côté comme de l'autre, le matraquage médiatique, les affaires de justice qui sorte pile au bon moment, les assistants parlementaires(oublié depuis en passant, plus personne n'en parle), etc ça laisse songeur sur les 5 prochaine années.
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 16:12
Ce vote n'est pas un vote pour 5 ans mais pour bien plus longtemps.
Regardez les PS dans différents pays, c'est le carnage et le pillage depuis +60 ans.
Les guerres n'ont jamais cessées, même après la WW2.
Alors qui mettent cela en place, qui les entretiennent...
Avatar de Mingolito Mingolito - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 16:13
Les «Macron Leaks», une boule puante venue de l'extrême droite américaine

<<Des utilisateurs se revendiquant de l'extrême droite américaine ont mis en ligne des milliers de documents piratés dans les ordinateurs de l'équipe de campagne d'En Marche!. Ce leak a ensuite été très vite relayé sur les réseaux sociaux par les mêmes communautés à l'origine de la fausse rumeur lancée il y a quelques jours sur l'existence d'un compte offshore du candidat.

C’est la dernière boule puante de la campagne. Et elle est venue, une nouvelle fois, du site 4Chan et de l’extrême droite américaine. Vendredi 5 mai dans la soirée, des utilisateurs du forum anglophone anonyme, déjà à l’origine de plusieurs fausses rumeurs, ont mis en ligne 9 gigaoctets de documents dérobés à des membres de l’équipe d’Emmanuel Macron.

Vers 20 h 30, un utilisateur de 4Chan, un site proposant divers forums non modérés et assurant une liberté d’expression totale, a posté dans la rubrique « Politiquement incorrect » un lien permettant de télécharger des milliers de documents, mails, fichiers comptables, notes, factures, documents bancaires…



Dans un communiqué diffusé dans la soirée, l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron a confirmé l’authenticité des documents, tout en précisant que plusieurs fausses informations avaient été glissées dans la masse. « Le mouvement En Marche! a été victime d’une action de piratage massive et coordonnée donnant lieu ce soir à la diffusion sur les réseaux sociaux d’informations internes de nature diverse (mails, documents comptables, contrats…). Les fichiers qui circulent ont été obtenus il y a plusieurs semaines grâce au hacking de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs responsables du mouvement », précise le communiqué de l’équipe du candidat, ajoutant : « Ceux qui font circuler ces documents ajoutent à des documents authentiques nombre de faux documents afin de semer le doute et la désinformation. »

Il est encore trop tôt pour dire si des informations potentiellement compromettantes se trouvent dans cette masse considérable de documents qui, pour beaucoup, sont sans aucun intérêt. Il est en revanche relativement facile de retracer la diffusion de ce leak, à quelques heures seulement de la clôture officielle de la campagne pour l’élection présidentielle.

Cela n’a pris que quelques heures à Nicolas Vanderbiest pour cartographier la propagation des documents sur les réseaux sociaux. Ce chercheur belge, spécialiste des phénomènes d’influence et auteur du site Reputatio Lab, développe depuis quatre ans des techniques d’analyse des attaques dont peuvent faire l’objet les organisations. Sa méthodologie lui permet « d’aller au-delà du bruit » des réseaux sociaux et de cartographier la propagation d’une attaque en identifiant les relais et en les classant par communautés.

Avec cette méthodologie, Nicolas Vanderbiest avait déjà retracé le parcours de la rumeur, propagée le soir du débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, selon laquelle le candidat d’En Marche! posséderait un compte offshore aux Bahamas. Vendredi soir, il s’est très vite rendu compte que les documents piratés avaient suivi exactement le même chemin. Dans le cas de la rumeur sur le compte aux Bahamas, l’info avait été propagée dans un article du site pro-Trump The Rebel TV qui se fondait sur un document diffusé sur le forum « Politiquement incorrect » de 4Chan. Cette fois encore, c’est le rédacteur en chef de The Rebel TV, Jack Posobiec, qui a été le premier à annoncer la mise en ligne des documents sur Twitter et à lancer le hashtag #MacronLeaks.

« La similitude entre les deux est assez incroyable, explique à Mediapart Nicolas Vanderbiest. Ça part du compte @JackPosobiec et tout de suite, c’est repris par les cadres de la propagande numérique du FN. Ce sont exactement les mêmes comptes de riposte du FN, suivis par la communauté russophile pro-Trump, comme @Messmer ou @KimJongUnique, ou encore WikiLeaks. Et ensuite, on a les cadres du FN, comme Philippot, qui s’affichent avec ces gens en les relayant. »

Ce n’est pas la première fois que la campagne d’Emmanuel Macron est la cible d’attaques numériques, qu’il s’agisse de piratage ou de propagation de fausses rumeurs. L’équipe d’En Marche! avait annoncé à plusieurs reprises avoir fait l’objet de tentatives d’intrusion. À la fin du mois d’avril, la société de sécurité informatique Trend Micro avait confirmé ces craintes dans un rapport consacré à Pawn Storm, un groupe de hackers à l’origine du piratage des mails du parti démocrate américain et suspecté d’agir pour le compte des services secrets russes.

Les tentatives de déstabilisation de ces derniers jours de campagne sont pourtant surprenantes. Jusqu’à présent, les hackers tels que ceux de Pawn Storm diffusaient leurs informations en tentant de se faire passer pour des lanceurs d’alerte, contactant soit des médias, soit des organisations telles que WikiLeaks. Cette fois-ci, même si l’organisation de Julian Assange a très vite relayé l’information, il s’agit d’une diffusion « sauvage » et reprise de manière grossière par des militants d’extrême droite. « C’est trop gros. C’est tout simplement énorme, acquiesce Nicolas Vanderbiest. Je ne comprends pas le but. »

Ce mode de diffusion pose également un problème de vérification des documents. Dans le cadre de la diffusion de mails du parti démocrate, leur authenticité avait été établie par WikiLeaks et les médias américains. Concernant, les « Macron Leaks », rien ne dit que de faux documents n’ont pas été ajoutés aux vrais. La rumeur sur le compte offshore d'Emmanuel Macron aux Bahamas était en effet fondée sur un document mis en ligne sur 4Chan, qui s’est révélé être un faux grossier, comme le rapporte Numerama.

Cela faisait plusieurs jours que la rubrique « politiquement incorrect » de 4Chan bruissait de rumeurs sur des révélations à venir sur Emmanuel Macron. Lors de son débat avec Marine Le Pen, la candidate avait évoqué ces leaks dans un échange prémonitoire. « J’espère qu’on apprendra rien sur vous dans quelques jours, quelques semaines », avait-elle notamment lancé.

À quelques heures du second tour, la publication d’une telle masse de documents risque d’avoir assez peu d’effet. Dans la nuit de vendredi à samedi, la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale a publié un communiqué appelant les médias au « sens des responsabilités dont ils doivent faire preuve, alors que sont en jeu la libre expression du suffrage des électeurs et la sincérité du scrutin ». Jusqu’à présent, les principaux médias français ont respecté cet appel en ne publiant aucun article évoquant le contenu des documents. Et la masse publiée rend de toute manière peu probable toute enquête crédible d’ici dimanche. De son côté, Mediapart expertise les données, leur contenu et leur éventuel intérêt public à être publiées. Source >>
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 16:16
Peu importe qui a fait l'attaque.
Si les documents sont authentiques, nous avons des preuves authentiques.
Avatar de Mingolito Mingolito - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 16:37
Preuve de quoi ?

Il y à rien la dedans, que des emails sans intérêts de gens d'en marche. Et pour ce qui est du sois disant compte offshore de Macron c'est un grossier Fake qui à été démonté par la presse. Le fait que des gens essaient de lancer de fausses boules puantes pour fausser une élection tout en hackant les gens est très grave...

Le fait que Marine ait osé relayer un fake devant toute la France est une honte pour elle.
C'est une menteuse et une escroc, donc ne pas voter pour elle.
Avatar de ddoumeche ddoumeche - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 16:57
Pour l'instant, on n'a pas appris grand chose de vraiment croustillant,

hormis que l'équipe d'En Marche appelle les spectateurs de ses meetings "des crevards", qu'un de ces responsable signe ses mails d'un "je baise le Peuple"
et qu'ils se font livrer de la drogue de synthèse à l'assemblé nationale (ce qui est illégal bien sur et passible de 5 ans de prison rappelons-le).

Mais le déballage continue.

PS: et on a pas toujours pas trouvé son programme antiterroriste
Avatar de mh-cbon mh-cbon - Membre habitué https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 17:46
Roh non la grosse blague !!!

J'espère que ces documents sont financièrement compromettant

Ceci dit le coup de l’extrême droite sonne comme un écho à la déclaration de soutien d'obama pour E-merde.
Avatar de kilroyFR kilroyFR - Membre actif https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 19:18
Imaginons qu'il nous refasse le coup de cahuzac, on serait bien con !

l'histoire le dira ou pas !

que le moins mauvais gagne
Avatar de solstyce39 solstyce39 - Membre régulier https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 20:35
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Preuve de quoi ?

Il y à rien la dedans, que des emails sans intérêts de gens d'en marche. Et pour ce qui est du sois disant compte offshore de Macron c'est un grossier Fake qui à été démonté par la presse. Le fait que des gens essaient de lancer de fausses boules puantes pour fausser une élection tout en hackant les gens est très grave...

Le fait que Marine ait osé relayer un fake devant toute la France est une honte pour elle.
C'est une menteuse et une escroc, donc ne pas voter pour elle.
Alors pour commencer je ne remet pas en cause le fait que ce soit un fake ou non.

Par contre, que ce soit démonté par la presse ne prouve absolument rien, c'est limite le contraire.

Les groupes de presses sont possédés par les mêmes groupes qui soutiennent macron, il semble donc logique qu'ils démontent cette affaire.

Il y avait sur youtube un reportage très instructif sur le sujet qui a malheureusement été supprimé, je vous invite par ailleurs à aller le consulter via un autre site :

http://www.inexplique-endebat.com/20...vissement.html

il faut vraiment prendre avec beaucoup de recul les informations divulguées par les médias qui n'ont au final aucune valeur mais sont plutôt un outils de manipulation de masse.
Avatar de Mingolito Mingolito - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 06/05/2017 à 21:08


Tous les éléments de la fake news sont ainsi réunis

<<Tous les éléments de la fake news sont ainsi réunis : une source anonyme, un message invérifiable, un timing parfait pensé pour perturber le débat, des relais dans les médias de propagande russe et chez les trolls de l’extrême droite américaine, une petite dose de méfiance vis-à-vis des médias qui refuseraient la vérité et une impossibilité complète de vérifier ces informations — les pays cités étant, coup de chance, peu enclins à communiquer ce genre de données. Notez également le côté potache du nom choisi par les personnes ayant créé le document pour la société : La Providence est le nom du lycée dans lequel le candidat Macron a fait ses études

D’autres éléments, relevés par d’autres anonymes de 4chan, tendent à montrer qu’il s’agit d’un fake réalisé sur un logiciel de montage — les différentes zones floues, les termes non alignés et la graisse des polices pourraient être les signes d’une tentative de faux mal exécutée — le document a probablement été monté dans l’urgence.>>

Source
Offres d'emploi IT
Ingénieur développement électronique H/F
Safran - Ile de France - 100 rue de Paris 91300 MASSY
Ingénieur produit (Landing gear) H/F
Safran - Ile de France - MASSY Hussenot
Responsable de projet (calculateur moteur) H/F
Safran - Ile de France - Massy (91300)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil