IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Le bitcoin est répugnant et contraire aux intérêts de notre civilisation », d'après le milliardaire Charlie Munger
Qui fait suite à Bill Gates qui est d'avis qu'il est mauvais pour la planète

Le , par Patrick Ruiz

456PARTAGES

23  0 
Le bitcoin peut-il mener l’humanité au chaos dû au changement climatique ? C’est possible, si son adoption se fait à des taux similaires à ceux de technologies comme les cartes de crédit. C’est l’une des raisons pour lesquelles une entreprise de Bill Gates, fondateur de Microsoft, s’apprête à pulvériser de la poussière dans l’atmosphère. La raison : compenser le réchauffement climatique. Ces efforts prennent un coup de neuf avec une déclaration de l’investisseur et milliardaire américain Charlie Munger : « Le bitcoin est répugnant et contraire aux intérêts de notre civilisation. »

« Je déteste le succès du bitcoin et je ne suis pas favorable à une monnaie qui est si utile pour les hors-la-loi. Je n'aime pas non plus l'idée de distribuer des milliards de dollars supplémentaires à quelqu'un qui vient d'inventer un nouveau produit financier à partir de rien. Je pense modestement que tout ce satané développement est répugnant et contraire aux intérêts de la civilisation et je laisserai la critique aux autres », a-t-il déclaré dans le cadre l'assemblée annuelle des actionnaires de la holding Berkshire Hathaway dont il est le vice-président sous Warren Buffet.

Le bitcoin figure dans la liste des potentielles causes de coupures d’électricité en Iran. Si l’on considère le réseau Bitcoin comme un pays, alors ce dernier consomme plus d’énergie électrique par an que l’Argentine tout entière. C’est l’une des plus grosses tares que le réseau sous-jacent à la célèbre monnaie cryptographique traîne.

La consommation d’énergie du réseau Bitcoin n’est pas un bogue. Elle est liée au mécanisme d’émission des jetons. Dans le jargon de la cryptomonnaie, le processus prend le nom de minage. Le principal problème qui découle de cette méthode de validation des transactions est sa lourdeur de fonctionnement. La preuve de travail, qui demande un consensus global de chaque nœud sur la blockchain, requiert une quantité d’énergie considérable. Cet algorithme demande à chaque nœud de résoudre un puzzle cryptographique.

Ce puzzle est résolu par les mineurs qui entrent dans une sorte de compétition de laquelle le gagnant ressort avec une récompense en bitcoins. Cette récompense lui est accordée lorsqu’il trouve le hash qui permettra la création d’un nouveau bloc. Mais trouver ce hash devient de plus en plus compliqué et nécessite l’usage d’un nombre chaque fois plus élevé de machines. C’est la raison pour laquelle certains construisent des fermes de minage, d’où les publications qui s’enchaînent et qui font état d’importantes consommations du « pays Bitcoin » À date, il consomme 121,36 TWh par an, selon l’analyse de l’université de Cambridge. Cette consommation devrait être revue à la hausse à l’avenir quand on prend en compte le fait qu’une augmentation du prix de la cryptomonnaie entraîne une augmentation de l’énergie nécessaire pour le minage. De même, les émissions de gaz a effet de serre dues au fonctionnement du réseau Bitcoin iront croissant.


C’est en raison de l’importance de cette consommation que ses détracteurs sont d’avis que « le bitcoin ne rend pas de réel service à l’humanité. » « C’est juste un énorme et inutile casino. Le bitcoin est exclusivement utilisé pour la spéculation et de façon marginale pour l’économie réelle », lançait Frank Leroy – défenseur de l’environnement – au premier trimestre de l’année en cours.

L’une des solutions envisageables dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique est que les autorités de régulation de divers pays trouvent un moyen de rendre le bitcoin plus coûteux de sorte à réduire la ruée vers ce dernier et ainsi provoquer une réduction des sollicitations du réseau Bitcoin. Le cofondateur de Microsoft est pour sa part d’avis qu’il faut explorer de nouveaux moyens de mise sur pied des monnaies cryptographiques.

Il penche pour des cryptomonnaies émises par des banques centrales et qui mettent de côté l’une des plus-values les plus importantes du bitcoin : le transfert de valeur entre individus sans nécessité de l'intervention d'un tiers dit de confiance (banque). « Une telle monnaie ne pourra pas être utilisée pour exiger des rançons ou pour du blanchiment », indique-t-il. Sa fondation fait partie de l’équipe qui a piloté le projet de monnaie cryptographique de l’Inde. Elle travaille en sus avec des pays d’Afrique dans le but de l’atteinte du même objectif. Les écologistes pour leur part préconisent la destruction du réseau Bitcoin.

Le bitcoin au centre d’une révolution monétaire amorcée ?

Dans un rapport de décembre 2019, la Bank of America (BofA) classe le bitcoin comme l’investissement le plus abouti de la dernière décennie. Grosso modo, de 2010 à 2021 c’est une hausse soutenue par l'intérêt croissant d'un certain nombre de grandes entreprises d'investissement et de fournisseurs de services financiers :

  • MicroStrategy a investi 425 millions de dollar : Michael Saylor, le fondateur de MicroStrategy, a déclaré que son entreprise avait acquis 175 millions de dollars supplémentaires en bitcoins (BTC) en un seul achat : « le 14 septembre 2020, MicroStrategy a finalisé son acquisition de 16 796 bitcoins supplémentaires pour un prix d'achat total de 175 millions de dollars. À ce jour, nous avons acheté un total de 38 250 bitcoins pour un prix total de 425 millions de dollars qui incluent les frais et dépenses ».
  • Square a annoncé un investissement de 50 millions de dollars en bitcoins en octobre 2020 : le 8 octobre 2020, Square a annoncé avoir acheté environ 4709 bitcoins à un prix d'achat global de 50 millions de dollars. Square estime que la cryptomonnaie est un instrument d'autonomisation économique et offre un moyen pour le monde de participer à un système monétaire mondial, qui s'aligne avec l'objectif de l'entreprise. L’investissement représente environ 1 % de l’actif total de Square à la fin du deuxième trimestre de 2020.
  • PayPal est entré sur le marché de la cryptomonnaie : en octobre, PayPal Holdings a annoncé son entrée sur le marché de la cryptomonnaie, selon plusieurs rapports. Les clients PayPal pourront utiliser des cryptomonnaies pour faire leurs achats chez les 26 millions de marchands de son réseau à partir de début 2021, a déclaré la société. Le nouveau service fait de PayPal l'une des plus grandes entreprises américaines à fournir aux consommateurs un accès aux cryptomonnaies, ce qui pourrait aider le bitcoin et les cryptomonnaies concurrentes à être plus largement adoptées en tant que méthodes de paiement viables. Les token initialement pris en charge comprendront Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), Bitcoin Cash (BCH) et Litecoin (LTC), a déclaré la société. La grande enseigne des paiements s'est associée à Paxos pour fournir le service et a obtenu une licence de cryptomonnaie conditionnelle du Département des services financiers de l'État de New York, communément appelé BitLicense.
  • Le milliardaire mexicain Ricardo Salinas Pliego a récemment révélé qu'il avait 10 % de son portefeuille liquide investi dans la cryptomonnaie : dans un tweet en date du mercredi 18 novembre 2020, le fondateur de Grupo Salinas a répondu aux questions que « beaucoup de gens » lui posent sur le bitcoin en disant : « OUI. J'ai 10 % de mon portefeuille liquide qui y est investi ». Et de continuer en disant « Bitcoin protège le citoyen de l'expropriation gouvernementale », tout en recommandant El Patron Bitcoin, un livre qui est « le meilleur et le plus important pour comprendre le Bitcoin ».

La destruction du réseau Bitcoin telle que voulue par les écologistes pourrait donc priver l’humanité de ce que certains observateurs considèrent déjà comme une révolution monétaire qui est amorcée. Neil Ferguson – chroniqueur pour Bloomberg – indique à ce propos que :

« Nous vivons une révolution monétaire si multiforme que peu d'entre nous en comprennent toute l'étendue. La transformation technologique d'Internet est le moteur de cette révolution. La pandémie de 2020 l'a accélérée. Pour illustrer l'étendue de notre confusion, considérons les performances divergentes de trois formes de monnaie cette année*: le dollar américain, l'or et le bitcoin.

« Le dollar est la monnaie préférée du monde, non seulement dominante dans les réserves des banques centrales, mais aussi dans les transactions internationales. C'est une monnaie fiduciaire, son offre est déterminée par la Réserve fédérale et les banques américaines. On peut calculer sa valeur par rapport aux biens achetés par les consommateurs, selon quelle mesure elle s'est à peine dépréciée cette année (l'inflation tourne à 1,2 %), ou par rapport aux autres monnaies fiduciaires. Sur cette dernière base, selon l’indice au comptant du dollar de Bloomberg, il est en baisse de 4 % depuis le 1er janvier. L’or, en revanche, a augmenté de 15 % en dollars. Mais le prix en dollars d'un bitcoin a augmenté de 139 % depuis le début de l'année.

« Le rallye Bitcoin de cette année a surpris de nombreuses personnes intelligentes. Le sommet de la semaine dernière était juste en dessous du sommet du dernier rallye (19 892 $ US selon la bourse Coinbase) en décembre 2017. Lorsque le bitcoin s'est vendu par la suite, l'économiste de l'Université de New York Nouriel Roubini n'a pas hésité. Bitcoin, a-t-il déclaré à CNBC en février 2018, avait été la "plus grande bulle de l'histoire de l'humanité". Son prix "tomberait désormais à zéro". Huit mois plus tard, Roubini est revenu à la charge dans un témoignage au Congrès, dénonçant Bitcoin comme la "mère de toutes les escroqueries". Dans les tweets, il l'a appelé "Shitcoin".

« Avance rapide jusqu'en novembre 2020 et Roubini a été contraint de changer d'avis. Le Bitcoin, a-t-il concédé dans une interview avec Yahoo Finance, était "peut-être une réserve de valeur partielle, parce que ... il ne peut pas être aussi facilement dégradé, car il existe au moins un algorithme qui décide de combien l'offre de bitcoins augmente avec le temps." Si j'aimais autant l'hyperbole que lui, j'appellerais cela la plus grande conversion depuis Saint Paul.

« Roubini n'est pas le seul à avoir été contraint de changer de perspective face au Bitcoin cette année. Parmi les investisseurs de renom qui sont devenus optimistes, on trouve Paul Tudor Jones, Stan Druckenmiller et Bill Miller. Même Ray Dalio a admis qu'il "manquait peut-être quelque chose" à propos du Bitcoin.

« Les journalistes financiers capitulent également : mardi, Izabella Kaminska, du Financial Times, sceptique de longue date en matière de cryptomonnaie, a admis que Bitcoin avait un cas d'utilisation valide comme couverture contre une dystopie "vers lequel le monde se dirige à travers l'autoritarisme et les libertés civiles qui ne peuvent pas être tenues pour acquises".

« Alors, que se passe-t-il ?

« Premièrement, il ne faut pas s'étonner qu'une pandémie ait accéléré le rythme de l'évolution monétaire. À la suite de la peste noire, comme l'historien Mark Bailey l'a noté dans ses conférences magistrales à Oxford Ford en 2019, il y a eu une monétisation accrue de l'économie anglaise. Avant les ravages de la peste bubonique, le système féodal avait lié les paysans à la terre et les obligeait à payer un loyer en nature, en remettant une part de tous les produits à leur seigneur. Avec les pénuries chroniques de main-d'œuvre, il y a eu un virage vers des loyers fixes annuels payés en espèces. En Italie également, l'économie après les années 1340 est devenue plus monétisée : ce n'est pas un hasard si la famille italienne la plus puissante des XVe et XVIe siècles était les Médicis, qui ont fait fortune en tant que changeurs florentins.

« De la même manière, COVID-19 a été bon pour Bitcoin et pour la cryptomonnaie en général. Premièrement, la pandémie a accéléré notre progression vers un monde plus numérique : ce qui aurait pu prendre 10 ans a été réalisé en 10 mois. Les personnes qui n'avaient jamais risqué une transaction en ligne ont été obligées d'essayer, pour la simple raison que les banques étaient fermées. Deuxièmement, et par conséquent, la pandémie a considérablement accru notre exposition à la surveillance financière ainsi qu'à la fraude financière. Ces deux tendances ont été bonnes pour Bitcoin.

« Je n'ai jamais souscrit à la thèse selon laquelle Bitcoin irait à zéro après avoir chuté de prix fin 2017 et 2018. Dans l'édition 2018 mise à jour de mon livre, «The Ascent of Money» – dont la première édition est apparue plus ou moins simultanément avec le document fondamental Bitcoin du pseudonyme Satoshi Nakamoto – j'ai soutenu que Bitcoin s'était imposé comme "une nouvelle réserve de valeur et d'actif d'investissement – un type d'or numérique – qui offre aux investisseurs une rareté garantie et une mobilité élevée, ainsi qu'une faible corrélation avec d'autres classes d'actifs".

« "L'objectif de Satoshi", ai-je soutenu, "n'était pas de créer une nouvelle monnaie, mais plutôt de créer l'actif sûr ultime, capable de protéger la richesse de la confiscation dans les juridictions où la protection des investisseurs est médiocre, ainsi que du fléau quasi universel de la dépréciation de la monnaie ... Le Bitcoin est portable, liquide, anonyme et rare".

« Il y a deux ans, j'ai estimé qu'environ 17 millions de bitcoins avaient été minés. Le nombre de millionnaires dans le monde, selon le Credit Suisse, était alors de 36 millions, avec une richesse totale de 128,7 billions de dollars. "Si les millionnaires décidaient collectivement de ne détenir que 1 % de leur richesse sous forme de bitcoins", ai-je soutenu, "le prix serait supérieur à 75 000 USD – plus élevé, si un ajustement était effectué pour tous les bitcoins perdus ou accumulés. Même si les millionnaires ne détenaient que 0,2 % de leurs actifs sous forme de bitcoins, le prix serait d'environ 15 000 USD". Nous avons dépassé 15 000 dollars le 8 novembre.

« Ce qui se passe, c'est que le bitcoin est progressivement adopté non pas tant comme moyen de paiement que comme réserve de valeur. Non seulement les particuliers fortunés, mais aussi les entreprises technologiques investissent. En juillet, Michael Saylor, le*milliardaire fondateur de MicroStrategy, a ordonné à son entreprise de détenir une partie de ses réserves de trésorerie dans des actifs alternatifs. En septembre, la trésorerie d’entreprise de MicroStrategy avait acheté des bitcoins d’une valeur de 425 millions de dollars. Square, la société de paiement basée à San Francisco, a acheté des bitcoins d'une valeur de 50 millions de dollars le mois dernier. PayPal vient d'annoncer que les utilisateurs américains peuvent acheter, conserver et vendre des bitcoins dans leur portefeuille PayPal.

« Ce processus d'adoption a encore beaucoup de chemin. Selon les mots de Wences Casares, l'investisseur technologique né en Argentine qui est l'un des plus fervents défenseurs de Bitcoin, "Après 10 ans de bon fonctionnement sans interruption, avec près de 100 millions de détenteurs, ajoutant plus d'un million de nouveaux détenteurs par mois et faisant transiter plus d'un milliard de dollars par jour dans le monde", il a 50 % de chances d'atteindre un prix de 1 million de dollars par bitcoin dans cinq à sept ans […] ».

Source : Assemblée Berkshire Hathaway

Et vous ?

Que pensez-vous des cryptomonnaies en général et du bitcoin en particulier ?
Détenez-vous des actifs ou avez-vous l'intention d'en disposer ?
Que pensez-vous de son argumentation autour d'un bitcoin qui ferait partie d'une révolution monétaire ?

Voir aussi :

La valeur du bitcoin plonge à 3800 dollars et entraine une perte globale de 163 milliards de $ chez les utilisateurs. Bitcoin, une arnaque déguisée ?

Le bitcoin est le meilleur investissement de ces dix dernières années, selon un rapport de Bank of America

La majorité du marché de bitcoin est une tromperie, 95 % du volume des échanges de cette monnaie étant truqué, selon une nouvelle étude

Le bitcoin vaut moins que le coût d'extraction, selon JPMorgan. Le coût de revient moyen pondéré d'un bitcoin étant estimé à environ 4060 $

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 11:33
Citation Envoyé par BleAcheD Voir le message
Je crois qu'on aurai pu s'arrêter là. Il a juste le giga seum. Comme si la monnaie fiduciaire n'était pas utile pour les hors-la-loi... ça lui profite pas alors il est pas content
C'est l'argument qui est répété partout, alors qu'en fait le bitcoin est plus facile à surveiller, une fois ton compte étant identifié, on peut retracer toutes les opérations que tu as effectué.

Par contre je pense quand même que le bitcoin est une aberration, ce n'est que du gâchis d'énergie pour produire une monnaie virtuelle.
12  2 
Avatar de gros_rougeot
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 14:30
Ce n'est pas parce qu'un machin a été désigné "monnaie" par on ne sait qui, que le machin est une monnaie. Enrobé sous un emballage de "liberté et d'indépendance des banques centrales qu'il est" cela n'en fait pas pour autant une monnaie.
Le bitcoin est un outil spéculatif, dont le cours ne repose que sur la spéculation et l'appétit idéaliste ou cupide de plus en plus de gens qui se bercent d'illusions et qui ne comprennent rien à l'évolution du cours. Tant que ça monte, ils pensent être des dieux de la finance.

Comme les tulipes (voir wikipédia), la bulle explosera tôt ou tard. Le plus probable étant le coup de sifflet final donné par un ou deux états importants.
10  3 
Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 03/05/2021 à 21:35
L’une des solutions envisageables dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique est que les autorités de régulation de divers pays trouvent un moyen de rendre le bitcoin plus coûteux de sorte à réduire la ruée vers ce dernier
Non, la solution est d'interdire le change entre bitcoin et monnaies fiduciaires, ce qu'a déjà fait la Chine soit dit en passant. Il ne faudra pas venir pleurer si la spéculation sur les cryptomonnaies provoque à terme une énorme crise mondiale, et que la Chine s'en sort beaucoup mieux que l'Occident.
8  6 
Avatar de BleAcheD
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 11:15

Je déteste le succès du bitcoin et je ne suis pas favorable à une monnaie qui est si utile pour les hors-la-loi
Je crois qu'on aurai pu s'arrêter là. Il a juste le giga seum. Comme si la monnaie fiduciaire n'était pas utile pour les hors-la-loi... ça lui profite pas alors il est pas content
6  4 
Avatar de youtpout978
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 11:42
Citation Envoyé par virginieh Voir le message
C'est l'argument qui est répété partout, alors qu'en fait le bitcoin est plus facile à surveiller, une fois ton compte étant identifié, on peut retracer toutes les opérations que tu as effectué.

Par contre je pense quand même que le bitcoin est une aberration, ce n'est que du gâchis d'énergie pour produire une monnaie virtuelle.
Je pense que beaucoup de monnaie virtuelle ne sont pas génial pour l'environnement mais de nouvelle façon de "miner" apparaissent moins énergivore
2  0 
Avatar de QSdF53OKrj34
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 13:20
"C'est l'argument qui est répété partout, alors qu'en fait le bitcoin est plus facile à surveiller, une fois ton compte étant identifié, on peut retracer toutes les opérations que tu as effectué."

Théoriquement oui mais dans la pratique ce n'est pas tout à fait le cas. Il existe par exemple des services de "machines à laver" qui mixent les BTC de nombreuses personnes différentes de nombreuses fois entre de nombreux comptes pour blanchir l'argent en rendant le traçage impossible.
De plus le fait que cette monnaie soit utilisée par des hors la loi est une réalité, en plus d'être moins traçable qu'un virement bancaire si je lance une attaque par ransomware, si je veux acheter n'importe quelle drogue je peux le faire en une heure en BTC alors que l'offre en euro est beaucoup plus restreinte.
3  1 
Avatar de jcop_fr
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 18:25
Un article qui fait plaisir à lire. Tellement juste et pertinent !

Malheureusement la cupidité n'a pas de limites...

Quand ça va crasher, il ne faudra pas venir pleurer.
4  2 
Avatar de arnofly
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/05/2021 à 18:40
Je me sens moins seul !

Évidemment que ce truc est une aberration, à l'heure où l'homme commence à intégrer que certaines ressources naturelles ne sont pas inépuisables. L'autre aberration, c'est que les états laissent faire, alors qu'en France par exemple, le gouvernement ne manque pas d'imagination pour inventer des taxes servant soi-disant à lutter contre la pollution. Quant à savoir si l'interdiction de ces pseudos monnaies serait une atteintes aux libertés de l'individu, je pense que pour reprendre l'exemple de la France, cette question ne serait de toutes façons pas abordée. En tous cas, visiblement le Bitcoin n'inquiète pas la banque Rothschild, sinon son valet serait déjà dans les starting-block...
3  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 9:53
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
« Je déteste le succès du bitcoin et je ne suis pas favorable à une monnaie qui est si utile pour les hors-la-loi.
Pour les hors la loi le bitcoin restera toujours moins utile que le dollar…

Les banques aident les gros trafiquants à blanchir leur argent.
Deux milliards d’euros contre la banque suisse UBS pour blanchiment de fraude fiscale
Les banques qui ont écopé des plus grosses amendes dans le monde en 2020
La plus lourde amende infligée à une banque européenne l'an passé revient à Swedbank et s'élève à 360 millions d'euros, selon Finbold. L'établissement suédois a été condamné pour de graves lacunes dans sa gestion du risque de blanchiment d'argent, en lien avec des transactions atteignant plusieurs dizaines de milliards d'euros au total sur des comptes de clients dans les pays baltes.

La banque Westpac a de son côté négocié le paiement d'une amende record en Australie de 770 millions d'euros pour avoir violé la loi sur le blanchiment d'argent et ne pas avoir déclaré correctement plus de 19 millions de transactions, dont certaines potentiellement liées à l'exploitation d'enfants.

Bank Hapoalim, l'une des plus importantes banques israéliennes, a dû quant à elle verser plus de 900 millions de dollars aux Etats-Unis en échange de l'abandon de poursuites dans deux dossiers distincts. Le premier est lié au scandale de corruption à la FIFA, alors que la banque a admis avoir participé au blanchiment de 20 millions de dollars de pots-de-vin versés à des responsables de la plus haute instance du football entre 2010 et 2015.

Le second concerne une affaire d'évasion fiscale : Hapoalim a reconnu avoir aidé des Américains à dissimuler au fisc 7,6 milliards de dollars, cachés sur plus de 5 500 comptes en Suisse et en Israël.
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Je n'aime pas non plus l'idée de distribuer des milliards de dollars supplémentaires à quelqu'un qui vient d'inventer un nouveau produit financier à partir de rien.
La bourse ce n'est que du vent.
Il y a des bulles de partout, il y a des actions surévalués, il n'y a rien de réel qui justifie (comme pour Tesla par exemple). Tesla pèse plus en bourse que Toyota ce qui n'a strictement aucun sens.

C'est comme dans la blague des pantalons à une jambe, les actions c'est fait pour acheter et pour vendre, au final les investisseurs s'en foutent de ce qu'il y a derrière, ça pourrait être 100% virtuel ça ne changerait rien pour eux, tant qu'ils gagnent de l'argent.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Que pensez-vous des cryptomonnaies en général et du bitcoin en particulier ?
Il existe beaucoup de cryptomonnaies différentes, chacune à sa propre philosophie. Il doit y avoir des cryptomonnaies sans minage.
Il y a des choses sympa dans le bitcoin :
- le nombre de bitcoin est limité (ce n'est pas comme le dollar, le yen, l'euro, qui peuvent être créé à l'infini, ce qui historiquement produisait de l'hyper inflation et ce qui aujourd'hui produit des taux négatif (bientôt on perdra tous de l'argent en le laissant à la banque, aujourd'hui on ne perd que du pouvoir d'achat )).
- Ce n'est pas dirigé par un état et une banque

Après c'est devenu un produit spéculatif. C'est bien pour ceux qui en ont acheté quand ça ne valait rien.
6  5 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 15:07
Citation Envoyé par gros_rougeot Voir le message
Comme les tulipes (voir wikipédia), la bulle explosera tôt ou tard.
Tant que les états et les banques ne possèdent pas beaucoup de bitcoin ce n'est pas trop grave. Il y a des bulles qui feraient largement plus mal que ça.
Par contre si les banques se mettent à investir massivement dans le bitcoin, là ça deviendra un problème plus grav.

Citation Envoyé par gros_rougeot Voir le message
Le plus probable étant le coup de sifflet final donné par un ou deux états importants.
Je ne crois pas qu'il soit possible de stopper le bitcoin, c'est un système décentralisé, il n'y a pas d'histoire d'état, à la limite on peut forcer les banques et les entreprises à refuser le paiement en bitcoin, mais on ne pourra jamais empêcher des personnes d'échanger des biens ou des services contre des bitcoins.

Cela dit si le bitcoin redevenait difficilement accessible comme avant, la spéculations stopperait probablement.
3  2