Le Bitcoin émet autant de carbone qu'un petit pays
à quoi doit-on s'attendre dans les prochaines années ?

Le , par Bill Fassinou

328PARTAGES

12  0 
Le Bitcoin est non seulement la première des cryptomonnaies, mais également celle qui connait le plus de succès depuis son apparition en 2009. La blockchain, la technologie sous-jacente du bitcoin, a révolutionné en grande partie les transactions en ligne ces dernières années. Dans le monde des cryptomonnaies, la blockchain a conduit vers un pourcentage presque zéro les risques liés à la fraude et à la sécurité, car les transactions sont plus transparentes. Néanmoins, nous semblons être en présence d’une monnaie à double face. Le minage, le procédé par lequel les transactions bitcoin sont sécurisées fait de plus en plus réfléchir à cause de sa consommation grandissante en énergie.

Le minage est le procédé par lequel les transactions bitcoin sont sécurisées. À cette fin, les mineurs effectuent avec leur matériel informatique des calculs mathématiques pour le réseau bitcoin. Comme récompense pour leurs services, ils collectent les bitcoins nouvellement créés ainsi que les frais des transactions qu’ils confirment. Actuellement, cette récompense est de 12,5 bitcoins par bloc. Elle est divisée par deux tous les quatre ans environ. De nouveaux ensembles de transactions (blocs) sont ajoutés à la blockchain du bitcoin toutes les 10 minutes environ par les mineurs. Le processus de production d’un bloc valide repose en grande partie sur des essais et des erreurs.

Les mineurs tentent de nombreuses fois par seconde de trouver la valeur correcte pour un composant de bloc appelé « nonce », et espèrent que le bloc ainsi obtenu répondra aux exigences ( car il n’existe aucun moyen de prédire le résultat). Pour cette raison, le minage est parfois comparé à une loterie où vous pouvez choisir vos propres numéros. Le nombre de tentatives (hashes) par seconde est donné par le hashrate de votre équipement minier. Cela sera généralement exprimé en gigahash par seconde (1 milliard de hachages par seconde).

Sur le long terme, la consommation en énergie électrique du bitcoin par les activités de minage a atteint un seuil critique et a donc commencé à soulever d'innombrables questions liées au réchauffement climatique. Au mois d’octobre de l’année passée, les scientifiques ont émis des conclusions selon lesquelles le Bitcoin pourrait bien nous conduire à un chaos dans vingt ans, en augmentant la température globale au-delà de la limite critique. En effet, ces derniers craignent que si le Bitcoin est adopté à des taux similaires à ceux d’autres technologies, telles que les cartes de crédit, il puisse augmenter les températures mondiales de 2°C en moins de deux décennies.

La conclusion provient d’une étude publiée dans la revue Nature Climate Change en 2018. « Bitcoin est une cryptomonnaie avec de grandes exigences matérielles, ce qui se traduit évidemment par une demande d'électricité importante », a déclaré Randi Rollins, étudiant en master à l'université d'Hawaii à Manoa (UH Manoa) et coauteur de l'étude. Plus encore, un autre rapport des Nations Unies sur les changements climatiques a révélé qu'une augmentation de la température de plus de 1,5°C aurait des effets climatiques irréversibles et catastrophiques. Et de penser que le Bitcoin seul pourrait augmenter la température globale de 2°C d'ici deux décennies à cause du minage, cela va plus loin qu’une simple question d’inquiétude.


De ce fait, le site Digiconomist, une plateforme dédiée à exposer les conséquences non voulues des tendances numériques, généralement d'un point de vue économique, s’est penché à nouveau sur la question et il a publié un nouvel index dédié à la consommation énergétique du bitcoin. À en croire le rapport, les besoins énergétiques de l’activité du minage du bitcoin pour assurer la survie de la cryptomonnaie ont bien évolué. Digiconomist estimait , il y a deux ans, qu’une seule transaction du bitcoin consomme autant d'électricité nécessaire pour alimenter huit ménages américains pendant toute une journée. Aujourd’hui, cela semble être passé de l’énergie nécessaire à huit ménages à environ 18 ménages selon le tableau récapitulatif joint à l’index.

La nouvelle étude Digiconomist révèle que la consommation annuelle en énergie du bitcoin a atteint des proportions inquiétantes. Pourquoi ? Les responsables de l’étude ont indiqué que le cycle continu du minage en bloc incite les populations du monde entier à exploiter le bitcoin. Le minage pouvant générer un important flux de revenus, les gens sont très disposés à utiliser des machines gourmandes en énergie pour en obtenir une partie. Ainsi, au cours des années, la consommation totale d'énergie du réseau bitcoin a atteint des proportions épiques, le prix de la monnaie ayant atteint de nouveaux sommets. Selon un rapport publié par l'Agence internationale de l'énergie, l'ensemble du réseau bitcoin consomme désormais plus d'énergie qu'un certain nombre de pays.


Dans un tableau, Digiconomist a recensé les faits qui retiennent le plus l’attention. La consommation énergétique minimale annuelle du bitcoin est passée d’environ 30 TWh (térawatt/heure) il y a deux ans pour atteindre aujourd’hui 37,3 TWh en 2019 et cette consommation peut atteindre les 66,73 TWh l'an. De ce fait, la consommation d'électricité du bitcoin exprimée en pourcentage de la consommation mondiale d'électricité est estimée à 0,33 % de la consommation mondiale par an. Si le Bitcoin était un pays, sa consommation énergétique serait comparable à celle des pays comme l’Australie, le Chili la République Tchèque ou même la Colombie. Digiconomist place le Bitcoin en tant que le 42e pays qui consomme le plus d’électricité dans le monde avec une consommation énergétique estimée à un peu plus de 66 TWh par an.

Outre cela, un autre aspect critique des activités de minage du bitcoin est son empreinte carbone. Le site Digiconomist cite que le plus gros problème de bitcoin n’est peut-être même pas sa consommation d’énergie massive, mais la plupart des installations minières du réseau bitcoin sont situées dans des régions (principalement en Chine) fortement dépendantes du charbon (directement ou à des fins d’équilibrage de la charge). Pour le dire simplement, « le charbon alimente le Bitcoin ».

Son impact sur le climat augmente. L’année passée, les chercheurs de l’Université d’Hawaï ont déterminé que le Bitcoin avait généré 69 millions de tonnes de CO2 l'année dernière. Pour prédire l’empreinte environnementale du Bitcoin, ils ont examiné le taux d’adoption d’autres nouvelles technologies populaires aux États-Unis, certaines ayant connu une adoption extrêmement rapide (comme les cartes de crédit) et d'autres ayant connu une adoption lente (comme les lave-vaisselles). D’après Digiconomist, en supposant que 70 % du minage de bitcoin se déroule en Chine et que 30 % soit totalement propre, cela donne une intensité de carbone moyenne pondérée de 490 gCO2eq/kWh.

Ce nombre peut ensuite être appliqué à une estimation de la consommation d'énergie du réseau bitcoin afin de déterminer son empreinte carbone. Selon les estimations, les émissions de carbone générées par l'utilisation du bitcoin dépassent largement aujourd’hui les 70 millions de tonnes d'émission équivalentes à celles de dioxyde de carbone (CO2) en 2017. Une autre préoccupation est, a souligné Digiconomist, alors que les énergies renouvelables sont une source d'énergie intermittente, les mineurs du bitcoin ont un besoin en énergie constant. Une fois activé, un mineur ASIC Bitcoin ne sera pas éteint tant qu’il ne tombera pas en panne ou ne deviendra plus incapable d’exploiter bitcoin avec un profit.


En comparant la consommation en énergie du bitcoin à d’autres sources de paiement comme par VISA par exemple, le site Digiconomist a rapporté que VISA a consommé une quantité totale de 674 922 gigajoules d'énergie (provenant de diverses sources) dans le monde pour toutes ses opérations. Cela signifie que VISA a un besoin en énergie équivalent à celui d'environ 17 000 ménages américains. De plus, VISA aurait traité 111,2 milliards de transactions en 2017. Sur la courbe de comparaison, on remarque que cent mille transactions VISA ont nécessité environ 150 kilowattheures alors qu’une seule transaction bitcoin nécessitait plus de 500 (environ 540) kilowattheures. La différence est bien énorme. L’exploitation minière du bitcoin est vorace en énergie et émet des quantités astronomiques de CO2 par an.

Existe-t-il des alternatives ? Selon le site Digiconomist, il est possible que d’autres algorithmes ne soient pas aussi gourmands en énergie que proof-of-work, l'algorithme de consensus actuellement utilisé par le minage du bitcoin, proof-of-stake serait tout aussi capable de faire l’affaire. Avec proof-of-stake, a expliqué Digiconomist, les propriétaires de pièces créent des blocs plutôt que ce rôle soit laissé uniquement aux mineurs. Cela ne nécessite donc pas de machines gourmandes en énergie produisant autant de hachages par seconde que possible. De ce fait, la consommation d'énergie de proof-of-stake est négligeable par rapport à celle de proof-of-work. Le Bitcoin pourrait potentiellement passer à un tel algorithme de consensus, ce qui améliorerait considérablement la durabilité.


Néanmoins, a continué Digiconomist, le seul inconvénient est qu'il existe de nombreuses versions différentes de proof-of-stake et qu'aucune d'entre elles n'a encore fait ses preuves. Les travaux sur ces algorithmes offrent cependant de bons espoirs pour l'avenir. Selon d’autres prévisions de Digiconomist, le minage du bitcoin serait tellement vorace en énergie que les mineurs seront amenés à dépenser en fin de compte 60 % de leurs revenus en électricité. En janvier 2019, les mineurs ont dépensé beaucoup plus en électricité, selon Digiconomist. Le 22 janvier 2019, le Bitcoin Energy Index estimait que 100 % des revenus des mineurs (2,3 G$) étaient réellement dépensés en coûts d'électricité. Cela peut se produire après une baisse importante des revenus miniers, où l'exploitation devient généralement non rentable. Dans cette situation, les machines sont supprimées du réseau (plutôt qu’ajoutées à celui-ci).

Puisque les investissements en machines peuvent être considérés comme des coûts irrécupérables (qui ne sont plus pertinents pour la décision de poursuivre le minage), les mineurs continueront à utiliser leurs machines jusqu’à ce que le coût de l’électricité dépasse le montant des revenus du minage (près de 100 %).

Source : Digiconomist

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Trouvez-vous les chiffres de Digiconomist pertinents ou pas ?
Quelles alternatives ou solutions préconiseriez-vous pour diminuer la consommation d'énergie du Bitcoin ?

Voir aussi

Réchauffement climatique : le Bitcoin pourrait nous conduire au chaos dans 20 ans en augmentant la température globale au-delà de la limite critique

L'énergie consommée par une transaction Bitcoin équivaut à celle de 8 foyers en un jour selon une étude de Digiconomist

Richard Stallman critique Bitcoin et vante une alternative développée au sein du projet GNU qui s'appelle Taler

L'Ohio devient le premier État à permettre aux entreprises de payer des impôts en Bitcoin et s'associe à BitPay

Le Bitcoin est toujours loin d'être utilisé principalement pour les achats de tous les jours. Parviendra-t-il à devenir une alternative à la monnaie ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sergio_is_back
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 13:57
Jolie collection de sites climato-sceptiques ma foi....
Une fois de plus beaucoup ne comprennent rien au réchauffement climatique... C'est pas le fait que le climat se réchauffe qui pose problème... De tout temps il y a eu une alternance de période chaudes (voir très très chaudes) et froides (glacières)... Le problème c'est que ces phénomènes prennent des dizaines de milliers d'années (voir centaines de milliers d'années à l'échelle de la planète). Les éco-systèmes s'adaptent, se modifient, ceux qui ne peuvent pas disparaissent mais la vie résiste... Là nous somme sur un phénomène identique qui se produit en quelques dizaines d'années, c'est ça qui est problématique, pour qu'une espèce de mammifère évolue il faut des générations et des générations (quelques milliers d'années, quelques centaines au mieux pour des petits mammifères comme les rongeurs)... Et nous combien nous faudra t-il pour nous adapter ? Qui peut répondre ?

Le problème n'est PAS le réchauffement, c'est la VITESSE de ce réchauffement
9  2 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 15:21
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Vouloir construire des politiques répressives, liberticides, spoliatrices sur un truc aussi aléatoire est juste du foutage de gueule !
Avant de te plaindre des "politiques répressives, liberticides, spoliatrices" mises en place pour le climat, commence par te plaindre de celles qui sont mises en place uniquement pour sauver le derche de quelques uns.

Accessoirement, je ne vois pas en quoi ces lois sont "répressives, liberticides, spoliatrices" : elles ont pour but d'interdire aux gens et aux entreprises de polluer. Oulala, quelle honte.
6  2 
Avatar de sergio_is_back
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/07/2019 à 9:18
Je vais quand même prendre le temps de répondre et sans abreuver mon aimable correspondant de liens et sources plus ou moins sérieuses.

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Vous en êtes un bel exemple !
Et bien comme ça on sera deux !!

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Toutes les prévisions alarmistes du GIEC se sont avérées fausses par les mesures effectuées.

Être à tout le moins sceptique sur la propagande réchauffiste est un minimum, rien qu'en regard de ce fait.
Une partie des prévisions est confirmée, l'autre est infirmée, d'autres ne sont pas encore vérifiées à l'instant...
Le GIEC donne des pistes, des tendances et des scénarios : Rien ne dit que l'un ou l'autre se vérifiera totalement ou même partiellement, bien malin est celui qui peut prédire l'avenir avec une précision de 100%. Cependant je ne vois pas pourquoi cela empêcherai de faire des recherches sur le sujet et d'essayer de présenter des hypothèses.

Il n'y a que deux faits qui peuvent faire l'unanimité :

- La planète se réchauffe
- L'homme est un acteur de ce réchauffement, même il est difficile de dire si nous sommes responsable de 100% ou juste d'une partie et que d'autres phénomènes se conjuguent à notre activité pour enclencher le phénomène.

Quand aux conséquences à plus ou moins long terme ce sont des HYPOTHESES (montée des océans de 1m, 2m, etc...)

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
La météo et les climats sont des trucs extrêmement complexes et chaotiques dont nous ne connaissons que très peu de choses. Vouloir construire des politiques répressives, liberticides, spoliatrices sur un truc aussi aléatoire est juste du foutage de gueule !
Vouloir envoyer une mission habitée sur Mars aussi c'est du foutage de gueule dans ce cas, car c'est extrêmement complexe... Donc on ne devrai pas chercher à comprendre mais juste subir...

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Rien que les vocabulaires employés montrent qu'il s'agit de propagande insidieuse. Ce qu'on appelait autrefois avec justesse des événements météorologiques (tempêtes, ouragans, canicules passagères, orages violents...) sont devenus dans tous les médias des événements climatiques.
Là au moins il y a un fond de réflexion dans ton propos : à trop vouloir en faire, parler de tempête du siècle, etc... On perd un peu la notion de ce qui est normal pour une saison de ce qui ne l'est pas...
Un bête exemple : J'habite en Auvergne et il y a toujours eu des épisodes neigeux en hiver... Faire des alertes météo orange pour 5cm de neige c'est abusif, la neige fait partie du climat
Utiliser des termes trop "forts" rend mal compte de la situation et peut avoir l'effet inverse de celui recherché...
Il faut juste appeler un chat un chat et pas "un félin domestiqué"...

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
<< Pensez donc : des températures qui fricotent avec les 34° en plein mois de Juin, c’est ahurissant ! C’est bien simple, pour un peu, on se croirait en été ! À l’évidence et tout en se rappelant bien évidemment que ♩ lorsqu’il fait froid, ♪ ce n’est pas le climat et lorsqu’il fait chaud ♫, ce n’est pas la météo ♬, cet épisode caniculaire abominable est le fruit inévitable d’un dérèglement climatique complètement fou qui provoque de la neige en hiver et des canicules en été. >>
http://h16free.com/2019/06/26/63980-...-insurmontable
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Je maintiens ce que j'ai écrit : cette propagande est une escroquerie pour nous faire les poches et nous priver de liberté !
Ras le bol de la propagande escrolo-pastèque !
Ce que je sais c'est que Bercy n'a pas besoin de monter une telle opération de com pour nous tondre... Nos fonctionnaires et hommes politiques sont passés maîtres dans l'art d'inventer des taxes soi-disant indolores... Rien qu'a voir tout ce qui est rajouté sur une facture de gaz ou d'électricité ou sur un bulletin de salaire... Ils sont bien plus efficaces que le GIEC dans ce domaine...

Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Des dizaines d'articles sourcés sur le sujet depuis des années. Bonne lecture !
https://www.contrepoints.org/?s=r%C3...ent+climatique
Trop de liens tuent le lien !!!!
5  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 16:19
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
@Cinémachin : Sinon, t'as de vrais arguments à avancer pour défendre ton droit de polluer ?
Aucun, de mémoire, c'est un libéral à tendance je sais plus quoi, bref, moins l'état gère de trucs, mieux il se porte, et si il est un minimum, droit dans ses bottes, il doit être contre un certain nombre de loi "liberticide" et qui pourtant sembleront pleines de bon sens au reste des gens.

Alors si en plus, cet état qui devrait en faire le moins possible, se permet de lui taxer de l'argent en mentant sur la raison, tu imagines bien le drame.

Le problème, c'est que le fait que l'état utilise l'argent de ces taxes pour tout autre chose que l'écologie, n'a rien à voir avec les problèmes de climat et le fait que ceux-ci soient réels ou non. Ce n'est pas parce que l'état ne se préoccupe pas de l'écologie, que cela signifie que tout va bien sur ce sujet ou que le GIEC raconte des cracks...

Après oui, les chiffres du GIEC ne sont pas tous fiables à 100%, je ne contredirais pas ça MAIS :

- le fait qu'au réel, les chiffres soient plus bas que leurs prévisions alarmistes, n'empêche pas qu'il puisse y avoir un problème sur lequel on a une possible responsabilité, et même, cela n'empêche pas de chercher à résoudre ce problème même si on en est pas responsable hein.

- Annoncé des gros chiffres à une échéance courte, ça permet également de faire en sorte que les gens se bougent plus activement pour y faire quelque chose. Plein de monde fonctionne comme ça, et attend le dernier moment avant la date butoir de se magner le cul à finir le boulot. Alors je n'ai aucune idée si cela a été fait dans ce sens (j'en doute tout autant que vous), mais si en soit, ça permet de chercher (ou de commencer à chercher) des solutions pour éviter la catastrophe complète, avant d'être dos au mur sans pouvoir rien y faire, je ne considère pas cela comme un problème.

- Maintenant, j'aimerai bien que notre ami nous explique comment un petit groupe de scientifiques à réussi à propager sa "propagande" au niveau mondial, en faisant en sorte que la majorité des gouvernements, des autres scientifiques et de la grande majorité des établissements renommés en science, soient d'accord avec eux, et surtout, qu'il nous explique leur mobile car ils ne bénéficient même pas de tout cet argent soutiré aux gens.
4  2 
Avatar de Jiji66
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 20:58
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
Ce qui est statistiquement faux. Faudrait que je retrouve la source mais pas le temps. On doit en parler parmi les liens que j'ai déjà donnés.

Ça reste à prouver !

Oui : la pollution !
Et je rappelle que le CO2 N'EST PAS UN POLLUANT ! C'est la nourriture des plantes !
Une partie du Sahel reverdit depuis que le CO2 augmente. C'est mal ?

Les requins, je ne sais pas.
Les abeilles, le problème a souvent deux pieds et se tient (peut-être pas assez souvent) à côté de la ruche :
http://seppi.over-blog.com/2017/12/m...-la-ruche.html

Les continents de plastique proviennent d'une dizaine de fleuves d'Asie, Afrique et Amérique du Sud. Ce n'est pas en réduisant nos plastiques ici (pour les remplacer par quoi de moins polluants ? La réponse n'est pas toujours évidente) qu'on va y changer quelque chose !

Je suppose qu'il manque un verbe ?
"de faire chier les gens" ?
"de faire payer les gens" ?
"de faire culpabiliser les gens" ?

En fait, tout ça à la fois ! #CePaysEstFoutu !

Tant mieux ! Ça limite les coûts de toute manière payés par le client final, c'est à dire nous tous !
Pour les évènements météorologiques, il est statistiquement constaté que les évènements extrèmes sont en augmentation.
http://www.meteofrance.fr/climat-pas...eteorologiques
Bonne lecture

Quant à trouver qui en est le responsable .... Etant donné que l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère vient de l'oxydation du carbone et que celui-ci sort du gaz-pétrole-charbon (Chaines CH...) qui se trouve naturellement dans les profondeurs de la Terre, le responsable est celui qui le fait remonter en surface ....

Le CO2 est effectuvement la nourriture des plantes, reste à définir ce qu'est un poluant. Pour moi un poluant c'est ce que mon voisin jette et que je ne veux pas dans mon jardin
Si l'on considère que le réchauffement climatique lié au CO2 amène plus de mal que de bien, alors le CO2 est un poluant.

Pour les abeilles avec le site que tu donnes en référence :
http://seppi.over-blog.com/2017/12/m...-la-ruche.html
Comme le gus explique que mettre des transpondeurs sur le dos des abeilles perturbe leurs déplacements j'ai quelques doutes sur la taille des abeilles dont il parle. Sont-elles transgéniques ? ou est-ce une affabulation d'apiculteur ?

La pollution au plastique vient de fait qu'il y a production, consomation et rejet du plastique. Il parait évident que si le consomateur arrète de consommer il y aura moins de production pour le satisfaire et moins de rejets.

Si les taxes n'existaient pas, il n'y aurait pas de ponts, pas d'autoroutes, pas de chemin de fer, pas d'hopitaux, pas d'Aéroports De Paris, pas de centrales électriques, pas d'armée, etc .... Et les gens comme toi auraient l'impression d'être riches et en sécurité.
Si il n'y avait pas de lois communes, ce serait le FarWest ou la poudre à canon serait la loi. Depuis on a inventé quelques lois communes

Pour le pétrole consommés par les avions voitures et bateaux, ne pas payer de taxes c'est juste donner des sous uniquement pour les pays producteurs. Comme en France on n'a pas de pétrole on ne recoit pas de sous .... Et contrairement à la célèbre pub on manque d'idées ....

4  1 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/07/2019 à 7:11
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
quand l'europe aura des leaders comme donald trump, là, l'europe pourra enfin avancer
trump, l'imbécile qui ne voit pas plus loin que le bout du nez des nazes qui votent pour lui* et s'amusent à ce genre de jeu :



C'est ce modèle que tu nous proposes ?

De bon matin tu me mets de mauvaise, de très mauvaise humeur.

Et on va avancer dans quelle direction ? Encore plus de plastiques dans les océans, d'OGM dans les cultures, d'antibiotiques dans les viandes ?
Tu devrais retourner jouer aux billes dans la cour de récré en attendant de grandir, àmha.
---
* : "dis-moi qui t'a élu, je te dirai qui tu es".
4  2 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/07/2019 à 10:46
Citation Envoyé par CinePhil Voir le message
J'y ai répondu plus haut. Comme quoi vous répondez sans lire !

Autant jouer aux échecs avec un pigeon !
Non c'est juste que j'ai été interrompu pendant que je tapais mon message, et que je l'avais commencé avant que vous ne répondiez, et concernant l'ad-hominem, vous êtes bien placé pour en parler, la preuve avec ce message.

Quant à votre réponse, bah rien de plus qu'avant niveau argument, juste une liste de liens qui disent "gris", alors qu'il existe tout autant de liens qui disent "blanc". J'attend toujours votre étude qui viendra dire "noir" et démontrer que tout ce que raconte le GIEC est faux, et que l'homme a strictement aucune influence.

Après comme dit précédemment, si la réalité est moins grave que les prévisions du GIEC, bah tant mieux j'ai envie de dire, mais comme je l'ai dit, cela ne signifie pas qu'il n'y a aucun problème ni qu'il ne faut rien faire, ça montre juste qu'on a peut-être un peu plus de temps que prévu pour rectifier le tir.

Après si vous décidez de considérer que tout cela c'est du vent, et que l'on peut faire ce que l'on veut, c'est votre choix à vous, en fonction de votre morale et en vôtre âme et conscience comme on dit. Mais pour le moment, vous n'avez strictement rien pour prouver que ce que dit le GIEC (et pas que le GIEC d'ailleurs, oui au départ cela part de leur rapport, mais il y a des milliers de scientifiques qui ont été dans leur sens) est 100% bullshit.

Mais admettons, au GIEC, il y a 100% de clowns qui n'y connaissent rien. Comment expliquez-vous le point de vue et les études de tous les autres scientifiques qui ne sont pas climato-sceptique ?

Quant à

Citation Envoyé par CinePhil
Tu es chercheur ; tu as besoin de pognon pour continuer à faire ton métier.
1) Tu fais tes recherches dans l'air du temps : tu as des sous ; tu es publié.
2) Tu vas à contre courant : pas évident que tu trouves des budgets et pas évident que tu sois aussi facilement publié.
Donc un rapport du GIEC complètement foireux a réussi à convaincre tous les gouvernements du monde, que c'est un problème majeur, et qu'il faut que cela soit le sujet "dans l'air du temps", et ceux-ci sont tous tombés d'accords en même temps pour modifier leurs financements en conséquence (du coup quid des études qui ne sont pas financées par le gouvernement ?), et tout ce petit monde a réussi à son tour à convaincre la majorité de la population mondiale ? Tout ça avec un rapport bidon ? Et tout ça pour pouvoir bénéficier de budgets pour refaire des études, sur le même sujet bidonné ? Et strictement personne n'a rien vu, en dehors de quelques climato-sceptiques, qui au final, malgré qu'ils aillent contre le sujet dans l'air du temps, arrivent quand même à trouver des budgets pour publier leurs études ?

Effectivement, tout se tient, et mon copain Ockham me souffle dans l'oreille que cette hypothèse a tout ce qu'il faut pour être la plus probable possible comparé à toute autre explication éventuelle.
4  2 
Avatar de Kulvar
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 11:25
Qu'en pensez-vous ?

Le système va se casser la figure quand plus personne ne voudra faire les calculs car les bitcoins reçus vaudront moins que le coût du matériel et la consommation électrique.
3  0 
Avatar de sergio_is_back
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 11:49
Moi je trouve que c'est encore trop peu....

Tant que le minage de bitcoins ne consommera pas autant que les US et la Chine réunis on n'interdira pas cette imbécilité !!!
3  0 
Avatar de bizulk
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/07/2019 à 14:16
Citation Envoyé par sergio_is_back Voir le message
Jolie collection de sites climato-sceptiques ma foi....

Le problème n'est PAS le réchauffement, c'est la VITESSE de ce réchauffement

Non le problème c'est l'origine de ce développement ! Et l'Homme en est surement la cause vu l'émission de gaz a effet de serre lié à notre activité (déboisement, forage ....)
Et vous parlez de sa vitesse, mais il est encore en phase d'accélération c'est ce inquiète les écolos.
Si nous en sommes à l'origine à alors c'est de notre responsabilité de l'étouffer au plus tôt, ou plutôt de ralentir sa progression car on a surement déjà atteint un point de non retour.
3  2 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web