Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon teste l'utilisation de robots pour emballer les commandes dans ses entrepôts
Encore des milliers d'emplois menacés par l'automatisation

Le , par Michael Guilloux

299PARTAGES

11  1 
Amazon, qui est rapidement devenu l'un des plus gros employeurs US grâce à ses nombreux entrepôts installés dans le pays, est aujourd'hui l'un des plus gros consommateurs mondiaux de l'automatisation. Du coup, des milliers d'emplois créés par l'entreprise sont menacés de disparition les années à venir.

Aux dernières nouvelles, selon un rapport exclusif de Reuters, le géant de l'e-commerce est en train de déployer des machines pour automatiser un travail occupé par des milliers de ses employés : l'emballage des commandes des clients. La société a commencé ces dernières années à doter quelques-uns de ses entrepôts d'une technologie qui analyse les marchandises acheminées sur les convoyeurs (tapis roulant servant à transporter automatiquement les marchandises) et les emballent quelques secondes plus tard dans des boîtes personnalisées pour chaque article. C'est ce qu'auraient confié à Reuters deux personnes ayant travaillé sur le projet.


Amazon aurait envisagé d'installer deux machines dans des dizaines d'entrepôts supplémentaires, en supprimant au moins 24 rôles dans chacun d'entre eux. Cela équivaudrait à plus de 1300 emplois qui seraient détruits dans 55 centres de traitements de commandes aux USA. Le projet n'est pas encore finalisé, car la validation de la technologie avant un déploiement majeur peut prendre beaucoup de temps.

Les nouvelles machines, connues sous le nom de CartonWrap de la société italienne CMC Srl, emballent les commandes beaucoup plus rapidement que les humains : une performance de 600 à 700 emballages par heure, soit quatre à cinq fois plus qu’un conditionneur humain, ont indiqué les sources. Les robots nécessitent juste une personne pour charger les commandes des clients dans le système de traitement de commandes, une autre pour stocker du carton et de la colle et un technicien pour les problèmes techniques qui se pourraient subvenir. Selon l'une des sources, la société décrit cela comme un effort visant à « réaffecter » les travailleurs.


« Nous testons cette nouvelle technologie dans le but d'accroître la sécurité, d'accélérer les délais de livraison et d'accroître l'efficacité sur l'ensemble de notre réseau », a déclaré une porte-parole d'Amazon dans un communiqué. « Nous prévoyons que les économies d’efficacité soient réinvesties dans de nouveaux services pour les clients, où de nouveaux emplois continueront d’être créés. »

Si avec cette automation de ses entrepôts, ce sont des milliers d'emplois qui seront détruits, Amazon n'a pas l'intention de procéder à des licenciements. Selon les sources de Reuters, l'entreprise veut utiliser l'attrition (le départ volontaire des employés) comme stratégie de réduction de ses effectifs. Plutôt que de licencier des travailleurs, le plus grand détaillant en ligne au monde va en effet simplement s'abstenir de pourvoir à des postes de conditionnement (emballage de produits) à l'avenir. Ceux-ci ont un taux de rotation élevé, car emballer plusieurs commandes à la minute sur 10 heures est pénible. Beaucoup devraient donc partir d'eux-mêmes au bout d'un certain temps. Et les employés qui resteront dans l'entreprise pourront être formés pour assumer des rôles plus techniques.

L'automatisation pour réduire les délais de livraison ou augmenter ses profits ?

Bien qu'Amazon ait annoncé son intention d'accélérer la livraison dans le cadre de son programme Prime, cette dernière phase d'automatisation ne viserait pas la rapidité. « C’est vraiment une question d’efficacité et d’économie », a déclaré une des sources. Précisons qu'Amazon s’attendrait à recouvrer les coûts en moins de deux ans.

Cela tend à confirmer les propos d'Ellen Ruppel Shell, professeur de journalisme scientifique et auteur du livre "The job: work and its future in a time of radical change". S'invitant en novembre dernier dans le débat sur l'impact de l'automatisation sur le niveau général de l'emploi, elle a affirmé avec plus de certitude que l'IA et l'automatisation vont remplacer la plupart des travailleurs humains, c'est-à-dire à une plus grande échelle qu'on le pense. Si les économistes sont sceptiques quant à la possibilité que les robots puissent remplacer les humains à grande échelle, elle estime qu'on peut s'apercevoir qu'ils ont tort, juste en regardant ce qui se passe pour les emplois dans le commerce de détail ; un secteur dans lequel Amazon pousse à l'extrême l’automatisation depuis ses entrepôts jusqu'aux magasins sans caisse.

Pour Ellen Ruppel Shell, si Amazon est si efficace, ce n'est pas seulement grâce à un « modèle économique qui tue », mais c'est aussi grâce à l’automatisation. Dans le monde entier, l'entreprise utilise déjà plus de 100 000 robots pour travailler dans ce qu'elle appelle une « symbiose parfaite » avec les humains dans ses entrepôts. Et Amazon prévoit d’en utiliser plusieurs milliers d’autres. Bien que cette symbiose parfaite ne soit pas clairement définie, les robots feraient économiser 22 millions de dollars par an, par entrepôt. Et la société compte aller plus loin dans l'automatisation en livrant des produits par drones et véhicules autonomes. L'automatisation permet donc certes d’accroître la productivité, mais surtout de faire beaucoup d'économie (y compris en réduisant le coût de l'emploi humain), deux avantages, qui selon elle, sont pleinement expérimentés par Amazon.

Le plan, jusque-là non annoncé, montre comment Amazon s'emploie à réduire la main-d'œuvre et à augmenter les profits. Mais précisons que le géant US de l'e-commerce n'est pas le seul à tester la technologie d’emballage de CMC. JD.com Inc et Shutterfly Inc ont également utilisé les machines, tout comme Walmart Inc.

Source : Reuters

Et vous ?

Existe-t-il aujourd'hui des métiers présentant un risque zéro d'automatisation (partiellement ou totalement) ?
Si les métiers sous-qualifiés sont menacés par les robots ? Les plus qualifiés ne sont-ils pas aussi menacés par l'IA ?

Voir aussi :

US : en 2019, 10 % des emplois seront perdus au profit de l'automatisation, et seulement 3 % seront créés, selon les prévisions de Forrester Research
Uniqlo a remplacé 90% du personnel humain de son nouvel entrepôt par des robots, et prévoit de faire pareil dans ses autres entrepôts
Qui doit bénéficier des fruits de l'automatisation des tâches sur le lieu du service ? Les programmeurs ? Leurs employeurs ? Les deux ?
Une étude révèle que l'automatisation pourrait détruire plus de 2 millions d'emplois en France, mais va-t-elle en créer beaucoup plus ?
Une banque suédoise ayant opté pour l'automatisation poussée réalise des bénéfices record, le secteur bancaire prochain eldorado de l'automatisation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de coolspot
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/05/2019 à 23:40
C'est tout le problème quand on a basé notre société sur le dogme de "il faut avoir un emploi pour vivre". On en viens à se poser la question de conserver ces emploi inutile et aliénant pour forcer les gens à faire ces job de merde sans aucun intérêt alors que ca sera beaucoup mieux de les payer à pas travailler et qu'a la place il s'occupe d'élevé leur gosse ou travaille dans des emploi utile comme l'associatif.

Enfin un jour va falloir que nos politicien arrete d'avoir comme seul objectif de se servir et de sérieusement réfléchir à l'organisation d'une société qui n'est plus basé sur l'emploi et de conserver ce genre d'emploi à la noix à tout prix. Parce que le "progrès" les attendra pas et quand il y aura la moitié de la population au minima sociaux, le mouvement des gilet jaune à coté ca va être bisounours land.
9  1 
Avatar de axel584
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/05/2019 à 8:50
Le vrai problème, c'est que cette entreprise ne paye pas ses impôts... Car c'est le manque d'argent dans l'état qui nous empêche de faire la semaine de 32 heures ou la retraite à 60...58 ans
6  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/05/2019 à 9:00
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Si les métiers sous-qualifiés sont menacés par les robots ? Les plus qualifiés ne sont-ils pas aussi menacés par l'IA ?
Les traders ont été remplacé par des algorithmes, mais ça on s'en fout.

Pour commencer plein de métiers vont être aidé par des IA, comme docteur, chirurgien, avocat, secrétaire, etc.
Pour le moment on ne peut pas savoir si un jour un robot chirurgien sera totalement autonome, on est loin d'en être encore là, mais on ne sait pas si ça restera toujours impossible.

Citation Envoyé par coolspot Voir le message
quand il y aura la moitié de la population au minima sociaux, le mouvement des gilet jaune à coté ca va être bisounours land.
Le gouvernement n'aura qu'à utiliser des robots tueurs pour calmer la révolte. (si on envoie des soldats humains ils pourraient refuser de tuer des civils et se retourner contre le gouvernement)
Il y a de plus en plus de Français qui n'ont pas de travail, ils finiront aux RSA.

Les dépenses de l'état ne peuvent que baisser car on doit garder un déficit public inférieur à 3 % du PIB, donc les minimas sociaux ne vont pas augmenter.

Citation Envoyé par Rizzen Voir le message
Des milliers d'emploies qui disparaissent peut-être mais des emploies précaires pour faire du travail peu gratifiant contre l'ouverture d'emploies plus technique
Ok les caissières de 50 ans et les opérateurs de 55 ans, vont se reconvertir dans la robotique...

Je suis d'accord pour dire qu'à cause de l'industrialisation des métiers inhumains sont apparu (bosser dans une usine, ou dans une grand surface c'est véritablement horrible), la productivité à explosé et les salaires ont diminué. C'est un peu chiant "produire plus pour gagner moins", mais la suite c'est "survivre au RSA" et c'est pas très fun non plus.

Citation Envoyé par Rizzen Voir le message
car les robots faut les programmer, faut les entretenir, les réparer ?
Ça emploi beaucoup beaucoup beaucoup moins de monde. (il n'y a pas besoin de millions de concepteurs)
Et il y aura des robots pour faire la maintenance des robots.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/05/2019 à 12:35
Citation Envoyé par gandalflemaia Voir le message
Comme tout changement, on a droit à la fin du monde.
Non mais ok on peut trouver ça chouette qu'au lieu que des gens se détruisent la santé pour emballer des cartons ce soit des robots qu'il le fassent.
Mais ce job leur permettait d'avoir un salaire, d'être actif, intégré à la société, etc.
Donc ils ne se péteront plus le dos, mais ils seront au RSA, ils gagneront beaucoup moins, ils se sentiront mis à l'écart, si ils ont acheté une maison comment vont-il rembourser le prêt ?

Sans travail on a pas de revenu et sans revenu on ne vit pas correctement.
Est-ce que vous avez des exemples de métiers qui pourraient apparaître ? (Sachant que les robots n'achètent rien et ne vont pas en vacances)
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/05/2019 à 14:47
L'automatisation a outrance est un futur mouvement de chômage de masse qui ne dit pas son nom.

On utilise des travailleurs pauvres et précaires, CDD , intérims, stagiaires ... payés au ras du sol. Qui plus avec toutes les contraintes que l'on connait. Travail pénible, charge lourde , horaire décalé, difficulté de concilier vie privée et pro . Qui plus est ces travailleurs pauvres gagnent bien souvent moins que le smic avec des volumes horaires à la con , 20 , 25 ou 30h ... a la disposition de l'employeur et dans l'heure .

Dans quelques temps tout ce beau monde sera une fois de plus aux chômages ...

Quid de l'univers de la logistique ? Ajouter à cela un nombre incalculable de travailleurs des pays de l'est qui viennent chasser sur le terrain pour avoir du boulot. On tire tout vers le bas ... et Amazon fait des bénéfices record !

Mais bon cela ne choc personne.

Je préfère avoir 50 PME avec 1000 salariers que 1 sociétés mastodontes et 1000 salariers ... Qui crée les valeurs ajoutées ? Les PME ou le monopole ?
2  0 
Avatar de gandalflemaia
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 15/05/2019 à 10:10
Je crois que je vais arrêter là le débat, c'est stérile.

Entre l'article sur le moyen âge un peu léger : "une fois le bois coupé et rentré, c’est assez tranquille au coin du feu". Ah bah oui, suffit de couper le bois et de le rentrer pour tenir tout l'hiver YakaFoCon. Et puis, quand on ne sait même pas lire, qu'est ce qu'on s'amuse à attendre la mort au coin du feu. Mais admettons, ça ne traduit que ce que je dis depuis le début : niveau de vie ; sans aucun doute possible ; moins bien et SURTOUT DIFFÉRENT !

Et Ryu2000 qui dit tout et son contraire, "c'est nul, on consomme trop, les années après guerre c'était fantastique parce que tout le monde pouvait consommer". Il doit avoir son petit jardin et s'imagine que se nourrir toute l'année de sa propre production c'est du pareil au même...

Donc je vais conclure en deux points :
1. Ce n'est pas parce que vous ne vous sentez pas à l'aise dans votre époque que celle-ci est pire que le passé (d'ailleurs tous les indicateurs le montre : économique, santé, confort, peinibilité du travail...).
2. Personne ne sait de quoi demain sera fait. La situation peut être pire ou meilleure. Mais une chose est sûr, un tel pessimisme ne peut rien engendrer de bon (dans votre propre vie et si il est majoritairement partagé dans notre avenir commun).

Vouloir le meilleur, ce n'est pas une utopie, c'est un combat.
2  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/05/2019 à 13:20
Citation Envoyé par gandalflemaia Voir le message
Une petite analogie pour que tu comprennes pourquoi ta vision des 30 glorieuses est faussée
Moi j'ai juste réagit à :
Citation Envoyé par gandalflemaia Voir le message
Le présent est sans doute mieux que le passé
En disant que pendant les 30 glorieuses les gens se disaient «C'est chouette la guerre est derrière nous, il y a du boulot parce qu'il faut tout reconstruire, etc».

Ça ne se mesure pas, mais je pense que globalement les gens étaient plus heureux en 1960 qu'aujourd'hui.
Ils devaient se sentir plus libre et ils ne s'inquiétaient pas pour le futur.

Citation Envoyé par gandalflemaia Voir le message
Maintenant la croissance est beaucoup plus faible.
Je suis d'accord avec les économistes qui disent que plein de gros pays (comme les USA) sont plus ou moins en récession.
Mais ça finira par être officiel.
La crainte d'une récession aux Etats-Unis n'a pas disparu
La récession aux Etats-Unis aura lieu l'an prochain, selon 41% des assureurs sondés par Goldman Sachs AM. Ces investisseurs, qui placent 13.000 milliards de dollars sur les marchés, estiment que les actions figureront dans la liste des actifs les plus performants en 2019. Ils augmentent la duration des portefeuilles obligataires.
La récession est-elle aux portes de l'Europe?
Les indicateurs macroéconomiques et la confiance des entreprises sont en berne. L’économie allemande est touchée et l’incertitude qui entoure le Brexit perdure. Le risque d’une récession susceptible de contaminer l’ensemble de la zone euro est bien réel. L’Europe dispose toutefois des outils nécessaires pour éviter ce scénario.
Brexit : les Sages n'excluent plus un risque de récession en Allemagne
Le groupe de cinq économistes qui conseille le gouvernement allemand ne prévoit plus qu'une croissance de 0,8 % du PIB cette année. Mais les négociations difficiles sur le Brexit leur font craindre une spirale protectionniste défavorable aux exportations allemandes.
Dans le système capitaliste actuel on a besoin de croissance pour pouvoir rembourser les retraites et ce genre de chose.
Il y a plus en plus de gens qui pensent qu'il faut changer de système et viser la décroissance, mais comme ils n'ont pas le pouvoir ils ne peuvent rien faire.
Je viens de voir qu'il y avait une liste "Décroissance 2019" pour les éléctions européennes, dommage que le parlement européen n'ait aucun pouvoir.
1  0 
Avatar de gandalflemaia
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 14/05/2019 à 16:00
Le vrais défis comme toujours avec l'inovation, c'est la transition.

Il ne faut pas oublier qu'au début du siècle dernier, le travail, c'était 56h/semaines avec peu ou pas de vacances.
Que contrairement aux idées reçues, les femmes travaillaient déjà (exploitation agricoles, commerce, santé, éducations etc...).

La productivité a explosé alors que dans le même temps, le confort de vie (temps libre, peinibilité etc...) s'est grandement amélioré aussi.

Le chômage, c'est complexe, mais il est surtout lié à la pyramide de âge et à la conjoncture économique.

Petit truc à cogiter, sous F. Hollande, le nombre de personne trouvant un emplois n'a cessé d'augmenter alors que le chômage aussi.

Ensuite, pour la partie "RSA/payer sa maison/etc", tu décris ça avec une vision uniquement contemporaine des choses.
Tu ne peux pas savoir comment se structurera la société dans le futur. C'est un peu comme si tu revenais dans le passé, tu vas voir un mec et tu lui dis "Dans le futur, on a plus de minitel !", si il réfléchit il te dira "Par quoi vous l'avez remplacé?", si il a peur du changement il te dira "Ah ouais, donc plus moyen d'aller sur 3615 ula, bah bravo la regression" .

Le marché du travail sera peut-être totalement différent, sans doute beaucoup plus fluide.
Un coup dure dans la vie, on se trouve un travail pour compléter son revenu minimum. On ne travaillerai que si besoin ou par passion..
Ca semble peut être utopique et ça l'est sans doute. Et il y a une raison à ça, on ne peut pas savoir.

Le présent est sans doute mieux que le passé et sans conteste très différents.
Pour le futur, sans l'insulter, je gage qu'il en sera de même.
Et bien d'autres auront ce même genre de débat autour des inovations auquels ils seront confrontés.
1  1 
Avatar de 10_GOTO_10
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/05/2019 à 21:51
Citation Envoyé par gandalflemaia Voir le message
Il ne faut pas oublier qu'au début du siècle dernier, le travail, c'était 56h/semaines avec peu ou pas de vacances.
Que contrairement aux idées reçues, les femmes travaillaient déjà (exploitation agricoles, commerce, santé, éducations etc...).
Très bien, retournons au moyen âge, alors :

Au Moyen-âge, la semaine de travail aurait été de 35 heures avec 190 jours de congés

https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1108

il devient évident que l’on n’exigeait pas de l’ouvrier du Moyen Age un travail sensiblement supérieur à celui de l’ouvrier du XIXe siècle : l’artisan du XIIIe siècle paraît même avoir été sous ce rapport plus favorisé que celui du XIXe siècle. L’énumération suivante des chômages obligatoires démontrera cette proposition.
1  1 
Avatar de gandalflemaia
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 15/05/2019 à 10:23
Au fait un peu de lecture :
https://fr.reuters.com/article/compa.../idFRL5N22L7RQ

"L'économie française se trouve ainsi en situation de créations nettes d'emploi dans le secteur privé pour le 17e trimestre consécutif."

"l'industrie, qui enregistre une septième trimestre consécutif positif, 4.900."

Et enfin le finish him :

"De son côté, l'indice du salaire horaire de base des ouvriers et des employés (SHBOE) a progressé de 0,8% sur trois mois et de 1,6% sur un an. A titre de comparaison, le taux d'inflation annuelle (hors ) s'élevait à 1,0% sur les douze mois à fin mars 2019."
0  0