US : en 2019, 10 % des emplois seront perdus au profit de l'automatisation, et seulement 3 % seront créés
Selon les prévisions de Forrester Research

Le , par Bill Fassinou, Chroniqueur Actualités
Selon Gartner, l’entreprise de conseil et de recherche dans le domaine des technologies de l’information, le terme « Intelligence Artificielle » ne figurait pas dans le classement du top 100 des mots les plus recherchés sur Gartner.com en 2016. Un an plus tard et plus précisément au mois de mai 2017, ce terme a été classé numéro sept dans le classement des mots les plus recherchés par les clients de l’entreprise. Pour Gartner, cela démontre que les entreprises affichent une volonté manifeste de comprendre la manière dont les technologies liées à l’intelligence artificielle (IA) pourraient être intégrées dans leurs activités. En continuant son analyse sur les perspectives de l’IA, Gartner prévoyait que « d’ici 2020, l’intelligence artificielle sera la priorité d’investissement de plus de 30 % des investisseurs », et bien plus encore.

Selon les prévisions de l'entreprise de conseil, « d'ici 2020, les technologies de l'IA seront pratiquement omniprésentes dans presque tous les nouveaux produits et services logiciels ». Si ces prévisions sont exactes, des changements importants pourraient être envisagés à l’horizon 2020. L’intelligence artificielle occupera ainsi une place non négligeable dans les solutions offertes par les entreprises. Si ce n’est pas le cas, les entreprises technologiques useront de techniques marketing pour pousser les clients à le croire, une tendance que l’on observe déjà sur le marché, une pratique qualifié d’ « AI Washing » en référence au « Cloud Washing » ou « Green Washing » qui avaient également cours il y a quelques années.


Une nouvelle prévision de Forrester Research, une entreprise indépendante qui fournit à ses clients des études de marché sur l'impact des technologies dans le monde des affaires, indique que « AI Washing » continuera de croître en 2019, ce que le cabinet d'étude qualifie de « battage médiatique ». Dans ses prédictions de 2019, Forrester tente de tempérer cette « exubérance irrationnelle » pour l'adoption de l'IA avec une dose de réalité, regardant de manière prospective comment les entreprises automatisent leur travail aujourd'hui tout en essayant d'ajouter de l'intelligence artificielle et humaine à l'analyse des données et à la prise de décisions.

Dans un premier rapport intitulé « Predictions 2019 : Artificial Intelligence », le cabinet retrace les cinq prévisions qui guideront les décisions des DSI en matière de données, de talents, d'automatisation, de gouvernance et d'apprentissage automatique. Dans un second rapport, « Predictions 2019 : Automation », le cabinet parle d'un ensemble varié de technologies d’automatisation reposant sur l’intelligence artificielle et le Machine Learning, "Robotic Process Automation (RPA)", de la gestion des processus métier (BPM) et de l'intelligence artificielle (IA).

Forrester Research indique que « le déploiement de l'automatisation est en train de remodeler les tâches des employés qui voient de plus en plus les logiciels effectuer des tâches répétitives. Pour 2019, l'automatisation deviendra la partie émergée de la transformation numérique, affectant tout, des infrastructures aux clients en passant par les modèles commerciaux ». Rappelons qu'en octobre dernier, un rapport de Microsoft qui s'est basé sur les témoignages de près de 5000 employés et patrons d'entreprises britanniques a indiqué que près de 41 % des entreprises britanniques pensent que l’intelligence artificielle causera la disparition de leurs modèles économiques actuels d’ici 5 ans. Selon Forrester Research, la plupart des entreprises découvriront que pour concrétiser leurs attentes vis-à-vis de l'IA, exagérées ou non, elles doivent investir dans la création « d'un environnement de données digne de l'IA ». 60 % des décideurs qui adoptent l'IA indique qu'avoir des données de qualité pour l'IA est un véritable challenge.


D'ici fin 2019, l'automatisation éliminera 20 % de tous les centres d'assistance chargé de répondre aux demandes d'assistance émanant des utilisateurs de produits ou de services grâce à une combinaison réussie de systèmes cognitifs, de RPA et de diverses technologies de chatbot. Forrester Research souligne également que les deux tiers des décideurs en intelligence artificielle ont du mal à trouver des talents en intelligence artificielle et 83 % en ce qui concerne la rétention. Or, plus de 40 % des entreprises créeront du travail numérique à la pointe de la technologie en combinant l'intelligence artificielle avec l'automatisation des processus robotisés (RPA). Le marché des RPA atteindra 1,7 milliard de dollars US en 2019 et 2,9 milliards de dollars US en 2021.

À ce titre, rappelons qu'une étude relayée par la BBC en octobre 2017 a indiqué que les besoins en experts dans le domaine de l'IA ont augmenté de 485 % entre 2014 et 2017 au Royaume-Uni. Et dans ce contexte de quête prononcée des « cerveaux de l’IA », les cycles supérieurs universitaires seuls à fournir les talents requis ne peuvent suivre le rythme. Une autre publication du New York Times a souligné que le soleil brille très fort au-dessus de la tête des professeurs d’université spécialisés en intelligence artificielle. De véritables boulevards vers l’industrie sont ouverts pour ces derniers avec des incitatifs financiers importants en termes de salaires. Microsoft avait décidé d’opter pour la formation en interne afin de réduire la dépendance à ces derniers et par là même sauver l’industrie qui souffrirait de l’absence de ces derniers dans les amphithéâtres. La firme avait lancé un programme interne d’éducation à l’intelligence, « une université de l’IA » pour emprunter à son vocabulaire.

Forrester Research indique que 10 % des entreprises mettant en œuvre des applications d'intelligence artificielle ajouteront une ingénierie de connaissances des experts en IA pour mettre en place des règles d'inférence (règles qui fondent le processus de déduction, de dérivation ou de démonstration) et créer des graphiques de connaissances de leurs employés et clients. Le cabinet indique aussi que 1/10 des startups débute leurs activités avec plus de besoin de travail numérique que de besoins en ressources humaines. Toutefois, 45 % des décideurs en IA disent que faire totalement confiance à l'IA est un vrai challenge. Aux USA par exemple, selon Forrester Research, l'automatisation entraînera la perte de 10 % des emplois, mais l'équivalent de 3 % des emplois actuels sera créé.


Or, rappelons qu'en septembre dernier, un rapport du World Economic Forum (WEF), une fondation suisse à but non lucratif, a établi une estimation selon laquelle la robotique et l’intelligence artificielle généreraient 58 millions d’emplois de plus qu’elles n’en coûteront au cours des cinq prochaines années. Ainsi, selon le rapport « The Future of Jobs 2018 », d’ici 2022, les technologies d’automatisation et d’intelligence artificielle pourraient entraîner la suppression de 75 millions d’emplois. Pendant ce temps, elles pourraient potentiellement en créer 133 millions. Le rapport précise cependant que la qualité, l’emplacement et le format de ces nouveaux emplois pourraient subir de grosses modifications, suggérant ainsi que l’offre d’emploi permanent à temps plein pourrait éventuellement diminuer. Certaines entreprises pourraient opter pour les travailleurs temporaires, les travailleurs indépendants ou encore les entrepreneurs spécialisés, tandis que d’autres pourraient opter pour l’automatisation tous azimuts des tâches.

En somme, les prévisions pour 2019 des principales enquêtes publiées par Forrester Research renseignent donc sur l’impact considérable de l’intelligence artificielle sur la gestion du processus des métiers au sein des entreprises dans les mois à venir. Même si le cabinet semble prédire des effets largement positifs dans l’ensemble, il met en garde sur le fait que la marche vers l’adoption de l’IA ne se fera pas sans heurte occasionnel. À propos de l'IA, Michele Goetz, un analiste du cabinet Forrester Research, déclare qu'il s'attendais « à ce que les entreprises reconnaissent que l'intelligence artificielle était un moyen d'obtenir de meilleurs résultats commerciaux plutôt que de traiter l'intelligence artificielle comme son propre projet analytique. Au lieu de cela, les entreprises avaient tendance à continuer à tester et à expérimenter l'apprentissage automatique au sein de laboratoires scientifiques de données ». Pour lui, les entreprises considèrent l'intelligence artificielle comme un outil analytique et informatique, plutôt que de la considérer comme un accélérateur d'activité ou une innovation.

vous pouvez trouver ici le « Predictions 2019 : Artificial Intelligence » et le « Predictions 2019 : Automation »

Source : Forbes

Et vous ?

Que pensez-vous de ces prévisions ?

Voir aussi

39 % des projets informatiques aboutissent dans les délais et budgets impartis, Forrester suggère aux développeurs une autre façon de penser

Le marché des tablettes va continuer d'être phagocyté par les smartphones disposant d'écrans de grandes tailles d'après les projections de Forrester

Microsoft lance un programme interne de formation à l'intelligence artificielle, un palliatif à la pénurie des talents dans le domaine

L'IA et la robotique vont générer près de 60 millions d'emplois de plus qu'elles en détruiront d'ici 2022 selon un rapport du World Economic Forum

IA : 41 % des entreprises britanniques pensent que d'ici 5 ans, l'IA fera disparaître leurs modèles économiques actuels selon un rapport


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 8:14
Sur un site d'offres d'emploi, il y a 745 postes à pourvoir comme Data Scientist juste sur la région parisienne.
Aux Etats-Unis, il y en a plus de 32 000. En comparant les rémunérations, même si le niveau de vie est différent, cela va de 30% à 200% mieux payé aux Etats-Unis. Un administrateur linux reste quand même mieux payé et plus recherché avec près de 80 000 offres.
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 12:10
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Sur un site d'offres d'emploi, il y a 745 postes à pourvoir comme Data Scientist juste sur la région parisienne.
Aux Etats-Unis, il y en a plus de 32 000. En comparant les rémunérations, même si le niveau de vie est différent, cela va de 30% à 200% mieux payé aux Etats-Unis. Un administrateur linux reste quand même mieux payé et plus recherché avec près de 80 000 offres.
Le nombre de postes à pourvoir sur les sites d'offres d'emploi n'est pas un vrai état de la situation:

1. Parce que 1 même poste vacant chez un client final va faire l'objet de plusieurs dizaines d'annonces de la part de SSII qui espère fourguer l'un de leur poulain

2. Parce que de nombreuses annonces d'emploi sont publiées dans le seul but de se faire de la publicité (aucun poste à pourvoir, mais on fait parler de son entreprise pour un coût dérisoire)

3. Parce que de nombreuses annonces d'emploi sont publiées par des SSII sans qu'elles correspondent à un poste à pourvoir (la SSII peut interroger les candidats pour en savoir plus sur la concurrence ou des clients finaux qu'elle veut cibler, la SSII enrichit sa collection de profils au cas où)

Au final les 745 postes de Data Scientist risquent bien de se transformer dans la réalité en une dizaine de postes effectivement à pourvoir

Il en va de même pour les annonces à répétition que les médias nous abreuvent à longueur d'année du style "il manque 150'000 informaticiens, blabla...". Si c'était vraiment le cas soit l'ensemble des contributeurs de developpez.com seraient millionnaires vu l'ampleur de leur salaire, soit les entreprises fermeraient les une après les autres faute de trouver une des ces raretés que nous sommes
Avatar de marsupial marsupial - Membre émérite https://www.developpez.com
le 12/11/2018 à 16:41
Cela reste une tendance et une comparaison entre les 2 marchés de l'emploi. J'ai passé suffisamment de temps à répondre à des offres "viviers" en galérant avant de tomber en adéquation avec un de mes anciens employeurs pour ne pas être d'accord avec toi. D'autant qu'ayant parcouru certaines offres, ils cherchent des Data Scientist Senior (8-10 ans d'expérience) alors que les technos sont toutes neuves (Scikit et Tensor Flow). Même si nous avons des pointures dans le domaine ayant surtout oeuvrer aux Etats-Unis, elles doivent être très prisées vu qu'en France l'IA pointes le bout de son nez depuis guère plus de 3 à 5 ans.

Par contre, les offres linux sont très souvent liées à la sécurité, et là, je doute que ce soit pour faire joli. Mais j'avoue qu'un site de petites annonces doit être pris avec des pincettes bien que cela informe d'une tendance : comme dit dans l'article, Gartner n'a vu pointé Data Scientist qu'en 2016.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil