Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei se préparerait à poursuivre le gouvernement des États-Unis,
Pour avoir interdit aux agences fédérales d'utiliser ses produits

Le , par Stan Adkens

420PARTAGES

12  0 
Le gouvernement américain et le géant chinois de télécommunication Huawei ne sont pas en bon terme depuis quelques années déjà. Pendant longtemps, les responsables américains ont déclaré que Pékin pouvait utiliser l'équipement de télécommunication de Huawei pour espionner et perturber les réseaux de communication. L'entreprise a nié ces allégations, mais des manœuvres menées par Washington pour saper l'entreprise, que les responsables américains considèrent comme une menace pour la sécurité nationale, ne se sont pas arrêtées depuis lors.

Cependant, Huawei ne se contente plus de nier les accusations américaines portées contre lui. L’entreprise a décidé de se défendre désormais dans le conflit qui bat son plein entre elle et le gouvernement américain. Le géant chinois de l'électronique s'apprêterait à poursuivre le gouvernement des États-Unis pour avoir interdit aux agences fédérales d'utiliser les produits de l'entreprise, selon deux personnes au courant de l’affaire qui se sont confiées au New York Times.

Selon le New York Times, le procès prévu pour être annoncé au cours de cette semaine par la société sera intenté dans le district est du Texas, où se trouve le siège social américain de Huawei. Cette poursuite fait partie des efforts conduits par le géant chinois qui s’est lancé dans des campagnes marketing afin de redorer le blason de l’entreprise auprès des consommateurs contre une vaste campagne de dénigrement des Etats-Unis.


En effet, au cours de l’année écoulée, le gouvernement américain a intensifié ses pressions sur l'entreprise. Le Congrès a accusé Huawei d’être lié au pouvoir chinois et d’utiliser ses smartphones à des fins d’espionnage. Le gouvernement avait fait pression sur l’opérateur AT&T pour annuler un contrat avec la firme asiatique. L'année dernière la National Defense Authorization Act (NDAA) – une loi d'autorisation de dépenses de la défense des États-Unis – avait, par ailleurs, été autorisée afin d’isoler davantage Huawei du marché américain. Des responsables américains ont même exhorté d'autres gouvernements à interdire l'utilisation des produits de Huawei, même si certains Etats comme l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont refusé de céder aux pressions américaines pour bannir Huawei, en citant l'absence d'élément de preuves de l'espionnage dont Huawei est accusé.

Cette année, le ministère de la Justice a déposé des accusations criminelles contre l'entreprise et son directeur financier pour n’avoir pas respecté les sanctions américaines contre l'Iran. Cette semaine aura lieu au Canada l’audience qui déterminera si le directeur financier de Huawei et fille du fondateur de l'entreprise, Meng Wanzhou, sera extradé vers les États-Unis pour faire répondre à ces accusations.

Dans une interview accordée à BBC en février, Ren Zhengfei, fondateur de Huawei, s’est insurgé contre le gouvernement américain. M. Zhengfei s’est opposé aux accusations américaines contre le directeur financier et a qualifié l'arrestation de Meng Wanzhou d’être politiquement motivée. Les avocats de Mme Meng ont poursuivi le gouvernement canadien et la police, soutenant que les circonstances de son arrestation et de sa détention en décembre avaient violé ses droits.

Lors de l’interview, M. Zhengfei a marqué une confiance absolue en son entreprise qui s'apprête à jouer un rôle majeur dans la construction de réseaux sans fil de nouvelle génération à travers le monde. « Il n'y a aucun moyen pour que les Etats-Unis puissent nous écraser », a-t-il dit. « Le monde ne peut pas nous quitter parce que nous sommes plus avancés. Même s'ils persuadent d'autres pays de ne pas nous utiliser temporairement, on peut toujours réduire un peu les choses. », a-t-il ajouté. En effet, certains partenaires comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande se sont déjà joints aux États-Unis pour interdire ou empêcher Huawei de fournir de l'équipement pour leurs futurs réseaux mobiles à large bande 5G.

Huawei n’a pas répondu à une demande de commentaire, mais une poursuite intentée par Huawei contre les États-Unis devrait être pour contester une section d'une loi d'autorisation de dépenses de la défense qui a été approuvée l'an dernier, d’après le New York Times. Cette disposition empêche les agences gouvernementales d'utiliser les équipements de télécommunications fabriqués par Huawei et ZTE, une autre société chinoise. L’entreprise serait en train de prévoir de soutenir que l'interdiction américaine sur son équipement est un acte législatif nommé « bill of attainder », qui vise à le punir sans procès. La Constitution des Etats-Unis interdit au Congrès d'adopter de telles lois.

Une précédente poursuite du gouvernement américain pour les mêmes motifs

L'affaire Huawei semble avoir eu un précédent. La société russe de cybersécurité Kaspersky Lab, une autre entreprise qui a suscité des inquiétudes en matière de sécurité aux États-Unis avait intenté deux poursuites contre le gouvernement américain après l’interdiction de ses produits. En effet, les responsables américains ont commencé à s'inquiéter du fait que Moscou pourrait utiliser le logiciel de l'entreprise pour recueillir des renseignements. En juin 2017, les sénateurs américains ont demandé d'interdire les produits de l’éditeur russe, utilisés par les militaires, en raison de la crainte que l'entreprise soit vulnérable à l'influence du gouvernement russe, le lendemain du jour où le FBI avait interrogé plusieurs de ses employés américains dans le cadre d'un sondage dans ses opérations.

Kaspersky Lab avait rejeté les allégations, mais en septembre 2017, le Département de la sécurité intérieure a demandé aux organismes fédéraux de commencer à retirer les produits de l'entreprise des systèmes gouvernementaux. Et pour faciliter l’opération de retrait, le Congrès a codifié l'interdiction dans une loi d’autorisation de dépenses. Un juge du District de Columbia a ensuite rejeté les poursuites de Kaspersky Lab, jugeant que le Congrès était motivé par le désir légitime de protéger les réseaux informatiques du gouvernement contre l'intrusion russe. Le juge a également déclaré que les ventes de Kaspersky au gouvernement américain ne représentaient qu'une si petite fraction des affaires de la société que l'interdiction n'était pas particulièrement sévère.

La décision de rejet des poursuites de Kaspersky a été confirmée plus tard par une cour d'appel. Et le juge d'appel, David S. Tatel, a écrit que « Compte tenu de la probabilité non négligeable que les produits de Kaspersky aient pu compromettre les systèmes fédéraux et de l'ampleur des dommages qu'une telle intrusion aurait pu causer, la décision du Congrès de retirer Kaspersky des réseaux fédéraux représente une réponse raisonnable et équilibrée ».

Selon le News York Times, l'affaire pénale contre le directeur financier de Huawei aux États-Unis pourrait être compliquée vu les commentaires du président Trump alors que la Maison-Blanche a entamé des négociations commerciales avec la Chine. En effet, bien que les affaires criminelles aient traditionnellement été des affaires indépendantes, M. Trump aurait indiqué que le sort de Huawei pourrait être un objet de marchandage.

« Nous prendrons cette décision », c’est ainsi qu’aurait répondu le président Trump, lors d’une réunion avec une délégation de responsables chinois le mois dernier, lorsqu'on lui a demandé s'il abandonnerait les accusations criminelles contre Huawei dans le cadre de l’accord commercial qui se prépare entre les Etats-Unis et la Chine. « Nous allons parler au procureur général. », a-t-il ajouté.

Source : The New York Times

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quelle suite donnez-vous à cette poursuite de Huawei ?

Lire aussi

Huawei clone des composants Apple, récompense les employés pour vol de technologie, d'autres concurrents ont aussi été victimes, selon un rapport
Huawei présente le Kunpeng 920, le processeur le plus complexe au monde, mais il ne sera disponible que sur les plateformes Huawei
USA : un projet de loi prévoit d'interdire la vente de technologie aux entreprises chinoises, qui commettent des vols de propriété intellectuelle
Kaspersky porte plainte contre le décret américain, interdisant explicitement l'achat de ses produits au sein de l'administration publique
Les Etats-Unis accusent Huawei d'avoir volé la technologie de test de téléphone portable de T-Mobile, et vendu de la technologie américaine à l'Iran

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Loceka
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/05/2019 à 10:34
Moi ce que je remarque surtout c'est à quel point les USA ont la mainmise sur les technologies.

Si une entreprise déplaît aux USA et qu'ils décident de lui faire du tort, ça peut entraîner des "sanctions" allant de l'impossibilité d'utiliser certains produits (processeurs, ...) au refus de validation de normes (WiFi, ...), en plus de ne pas pouvoir être vendus sur le sol des USA.

Pour le coup je ne m'en fais pas trop pour Huawei qui doit avoir les reins assez solides pour faire face à ça. Mais très peu d'entreprise seraient dans ce cas-là.

Et je trouve que ça devrait surtout faire réfléchir les différents gouvernements et entreprises sur le danger que représentent les USA dans leur monopole sur les produits technologiques, et donc l'urgence de leur retirer ce monopole en "libérant" les organismes de certifications et en créant des alternatives viables à certains constructeurs.

My 2 yuans.
10  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 12:12
La Chine comme les Etats-Unis disposent de différentes cartes à jouer dans ce contexte de guerre économique. L'une de ces cartes est représentée par les terres rares utilisées dans tous les produits de nouvelles technologies. Si la Chine abat cette carte, je ne donne pas cher de l'industrie de la tech dans le reste du monde.
9  1 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 20:42
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
je préfère mourir libre que dans l'enfer du PC
Moi, c'est plutôt le Mac qui me file de l'urticaire
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 14:16
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si tout va bien, la troisième guerre mondiale devrait débuter dans un futur relativement proche.
Comment est-ce possible de souhaiter une troisième guerre mondiale ?
7  0 
Avatar de Refuznik
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 17:52
Et puis bien sur ce n'est pas les USA qui justement avait espionné les téléphones des dirigeants européens comme celui de Merkel ?
6  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 11:58
Pour les Etats Unis, le commerce mondialisé fonctionne que quand ils le dominent. Si une multinationale, quelle que soit son origine, fait un peu d'ombre à leurs grosses structures, on l'accuse de n'importe quoi. Une bonne guerre commerciale bien dégueulasse à l'américaine. Et le pire, c'est qu'ils imposent à l'occident tout entier de suivre leurs prérogatives sous peine de sanctions. On appelle ça une dictature.
7  1 
Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 17:19
Citation Envoyé par slowsaz Voir le message
Menacer ses "alliés', merci de nous rappeler que le mot allié n'a pas la même définition en politique que dans le dictionnaire ou que les Etats-Unis ne sont pas nos alliés ?
Le meilleur des alliés n'est il pas celui qui est soumis et a juré de servir sans réfléchir ? Oh wait (ceci n'est pas un discours anti USA, juste un fait par rapport à la politique étrangère et le jeu politique mondial depuis l'avènement des USA comme "gendarmes du monde") ...
5  0 
Avatar de NBoulfroy
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/03/2019 à 20:29
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
les chine est un pays mauvais qui utilise des pratiques ultra déloyale
les état unis ne sont pas gentil mais sont bien moins mauvais que les chinois, je préfére un monde américain qu'un monde chinois.

depuis l'élection de donald Trump les état unis devienne meilleurs ils se retire de l'afrique par exemple, tandis que les chinnois eux arrivent... mais aux achète carrément des pays africains entiers et font entrer leurs ouvriers chinois pour bosser...
mais rigoler pas car les chinois font aussi la même chose en France, en France vous n'aurez bientôt plus rien, tous sera la propriété insaisissable de la république populaire de chine.
LA chine a des part non négligeable de Peugeot ou encore de Air France ou encore contrôle totalement l'aéroport de Blagnac

Les américain aux aujourd'hui reste chez eux ou rentre chez eux et laissent les peuples face à leurs destin.
Si il y'a quelques années je chrachait sur les américians nottament sur la politque immonde bush ou pire encore d’Obama, aujourd'hui je regrette presque cette époque..
je préféré être payer pour cirer les bottes de l'oncle sam que être enchaîner et non payer à cirer les bottes que Zhen Bao dans un camp
Il est tout a fait vrai que les USA se retirent petit à petit et adoptent, sous Trump, une politique autarcique, ce qui n'est pas un mal mais attention : beaucoup de pays restent dépendant des USA comme le Japon ou même la Corée du Sud qui ont besoin de sa présence militaire pour garantir l'intégrité territoriale face à des nations belliqueuses et revanchardes (on va pas non plus dire que les japonais sont des victimes mais ils essaient de "réparer" les erreurs passées depuis l'arrivée au pouvoir de Shinzō Abe qui reste le premier ministre du Japon ayant eu la plus longue durée en poste à ce jour, ce qui confirme une réelle confirmation de la population japonaise dans le programme politique en cours bien qu'il faille faire attention car en réalité, la participation électorale au Pays du Soleil Levant est assez faible).

L'achat des terres en Afrique n'est pas un fait nouveau et ce processus, appelé je crois "néo colonialisme" a débuté bien avant l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping au pouvoir pour la Chine (nous même, la France, gardons main basse sur nos anciennes colonies car nous y avons des intérêts d'où la présence militaire important, je parle évidemment pas de nos DOM-TOM (oui, cela n'existe plus mais je me ferai jamais à leur nouveau nom)).

Alors en effet, la Chine investit énormément dans les entreprises occidentales, ce qui est un mal (R.I.P. Volvo) mais n'oublions pas que sans l'introduction au capital de ce pays au sein de Peugeot, la société aurai probablement été dévoré par ses concurrents compte tenu de son état lors de la crise de 2008.

Non, les USA ne laissent pas les peuples face à leur destin : on a l'exemple d'Israël avec la problématique de la Palestine dont tout le monde sait que ce n'est pas normal mais personne ne lève le doigt par peur de se faire taxer d'antisémitisme ou de racisme notoire alors que dans les faits et avant, environ, Kennedy et sa montée au pouvoir (le processus électoral j'entends), les USA (comme les anglais avant de partir suite à l'explosion de leur quartier général et les français qui sentaient que c'était pas un bon plan et dieu seul sait qu'on était des billes au Moyen-Orient) étaient contre l'idée d'un état hébreux car ils savaient que cela allaient provoquer des tensions inutiles dans une région du monde déjà assez instable car soumis aux lutes de pouvoir entre l'Iran, l'Irak et l'Arabie Saoudite qui se disputaient alors le rôle de leadership de la zone (aujourd'hui, il reste l'Iran et l'Arabie Saoudite, compte tenu des tensions avec l'Iran, on sait vers qui les puissantes nations se tournent alors que l'Iran serai un bien meilleur partenaire car ne fournissant pas des financements aux fondamentalismes musulmans bien qu'aucune preuve à ce jour n'a été donné mais il y a de fortes présomptions, ce qui explique pourquoi les terroristes se tiennent loin d'eux).

Obama a tenté une ouverture mais certaines lobbies, comme celui pro Israël qui gangrène le système électoral américain permettant l'injection de millions de dollars (voir des milliards, je ne sais plus) d'aide à Israël alors que ce pays ne le mérite pas, qui influencent bien trop ce pays.

La Chine est, comme tout pays développer de ce monde et ayant un poids sur la scène internationale, à surveiller car elle n'a pas les mêmes aspirations idéologiques que les pays "démocratiques" dans lesquels nous vivons (oui, j'ai mis des guillemets, cela ne concerne que mon avis et il est assez dur). Aujourd'hui, l'avenir se joue probablement dans les choix qu'il va falloir faire : trouver de nouveaux partenaires fiables et suffisamment puissant pour ainsi forger de nouvelles alliances politiques et économiques. La Chine et la Russie l'ont bien compris, ils travaillent de concert pour liquider tous les dollars qu'ils ont et établir une sorte d'union européenne à leur sauce. La grande question étant maintenant de savoir : la construction européenne qui vise à créer un super état fédéral au final réussira t'elle à s'imposer ?
5  0 
Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 10:24
au rythme auquel ces deux états se pilonnent, ça ne peut aller qu'en empirant.
Par ailleurs, les 40 dernières années à servir d'usine du monde ont permis aux Chinois d'acquérir en 10 fois moins de temps le savoir et la technologie pour devenir autonome dans presque tous les domaines.

Je vous donne une des raisons pour laquelle cela s'envenime : Huawei se libère d’Intel en créant son propre processeur de serveurs, à ça vous rajoutez le bordel en mer de Chine, l'avance technologique et industrielle sur la 5G et l'expansionnisme dont fait preuve l'empire du milieu et vous avez tous les ingrédients pour une super télé-réalité avec des milliards de spectateurs.

L'arme la plus destructrice détenue par la Chine est le dollar : Les plus grosses réserves de change en dollars américain sont détenues par la Chine (et de loin), il leur suffirait de les lâcher dans la nature pour que les USA se trouvent en difficulté. Attaquer les USA sur leur monnaie c'est quasiment déclarer la guerre (militairement parlant).

Le reste, c'est que dalle. Il y aura de nouvelles puces entièrement made in China (conception, architecture et fabrication). Ils doivent quand même se marrer en haut lieu.
6  1 
Avatar de Coeur De Roses
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 11:44
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça dépend comment on regarde, parce qu'à la fin il y a l'armée et ce sont les USA qui ont la plus grosse.
Ils ne savent pas très bien s'en servir, mais c'est eux qui ont la dépense militaire la plus importante et de très très loin, depuis des lustres.
"Ils ne savent pas très bien s'en servir" Tu as l'air d'en savoir plus sur leur propre management de leur l'armée, mieux qu'eux même, sans même avoir mis les pieds dans une quelconque organisation US relative à l'armée, je dois dire que je suis impressionné.
6  1 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web