Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les Etats-Unis accusent Huawei d'avoir volé la technologie de test de téléphone portable de T-Mobile
Et vendu de la technologie américaine à l'Iran

Le , par Stéphane le calme

1.4KPARTAGES

13  0 
Les procureurs américains ont dévoilé lundi deux actes d'accusation contre Huawei, intensifiant le combat de l'administration Trump contre le géant chinois des smartphones. L’un des chefs d’accusation mentionne également Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei et fille du fondateur de la société, et l'accuse, ainsi que la société, de vendre de la technologie américaine à l'Iran, en violation des lois américaines en matière de sanctions.

L’autre acte d’accusation reproche à Huawei d’avoir volé la technologie de test de téléphone portable de T-Mobile. Et Huawei est accusé d'avoir volé la technologie au sens le plus littéral du monde : selon l'acte d'accusation, un employé de Huawei est entré dans un laboratoire de test T-Mobile, a caché un bras de robot dans son sac et est sorti. Le hold-up était la dernière étape des efforts de plus en plus agressifs de Huawei pour comprendre le fonctionnement du système de test de smartphone de T-Mobile.

Les procureurs américains font valoir que les deux actes d'accusation révèlent une culture de tromperie chez le géant chinois des smartphones.

« Huawei et ses dirigeants ont à plusieurs reprises refusé de respecter les lois des États-Unis et les pratiques commerciales internationales habituelles », a déclaré le directeur du FBI, Christopher A. Wray. Le gouvernement américain a donc pris la décision extraordinaire de déposer non pas un, mais deux actes d'accusation contre une grande entreprise chinoise.

Tappy, le robot testeur

Pour garantir la qualité des smartphones qu’il revendait à ses clients, T-Mobile a développé un robot appelé "Tappy". Il possédait un "doigt" mécanique capable de simuler des heures d'utilisation dans le monde réel. Le robot a été conçu pour détecter les défauts des nouveaux smartphones avant qu'ils ne soient vendus aux clients, aidant ainsi T-Mobile à améliorer le niveau de satisfaction de ses clients et à réduire les retours. Les fournisseurs de smartphones comme Huawei ont eu accès à un laboratoire contenant des robots qu'ils pourraient utiliser pour tester leurs propres smartphones.

Selon l'acte d'accusation, Huawei souhaitait ardemment se doter d'un robot de test, à la fois pour l'aider à réussir les tests de T-Mobile et pour tester les téléphones vendus aux autres opérateurs du monde entier. T-Mobile avait accordé à un petit nombre d'employés spécifiques de Huawei USA l'accès au laboratoire d'essais conformément à des accords de confidentialité très stricts. À la mi-2012, les dirigeants de Huawei en Chine ont commencé à faire pression sur ces employés pour qu'ils recueillent plus d'informations sur le fonctionnement.


Au début, ces efforts se limitaient à demander aux employés de T-Mobile des informations complémentaires sur le robot. Mais en janvier 2013, T-Mobile en avait assez des employés de Huawei qui les harcelaient pour avoir des détails sur le fonctionnement de Tappy.

« Nous ne POUVONS poser aucune question au TMO sur le robot », a écrit un employé de Huawei aux États-Unis dans un courrier électronique au siège. « Le TMO est TRÈS en colère à propos des questions que nous avons posées. Désolé de ne pouvoir vous fournir plus d'informations ». En avril, T-Mobile menaçait d'interdire aux employés de Huawei de se rendre au laboratoire s'ils n'arrêtaient pas de poser des questions sur le robot.

Plutôt que d’y mettre un terme, Huawei aurait intensifié ses efforts d’espionnage industriel

Huawei aurait envoyé un ingénieur de Chine à Seattle, où se trouvait le laboratoire d'essais, pour inspecter personnellement le robot T-Mobile. Les employés autorisés par T-Mobile ont aidé l'ingénieur à entrer dans le laboratoire de T-Mobile. Un employé de T-Mobile a découvert qu'il était dans le laboratoire et lui a demandé de partir.

Sans se décourager, ils sont retournés au laboratoire le lendemain. Une fois encore, les employés autorisés de Huawei auraient utilisé leurs badges pour donner accès à l'ingénieur chinois. L'ingénieur « a pris de nombreuses photographies non autorisées de Tappy et a rassemblé des informations techniques sur le robot ». Une fois encore, un employé de T-Mobile a découvert ce qui se passait et a ordonné au groupe de partir.

Furieux, T-Mobile a banni la plupart des employés de Huawei de son laboratoire, permettant à un seul employé de continuer à tester les téléphones Huawei qui devaient déjà être mis à la vente par T-Mobile. Quelques semaines plus tard, cet employé a volé le bras d'un des robots T-Mobile du laboratoire.

« Au moment où il s'apprêtait à quitter le laboratoire », l'employé « a placé subrepticement un des bras du robot Tappy dans son sac d'ordinateur portable et l'a secrètement retiré du laboratoire » , selon l'acte d’accusation.

De nuit, selon les procureurs, l’ingénieur chinois a procédé à une analyse technique détaillée du bras du robot et a pris de nombreuses photographies. « Certaines des photographies montrent la largeur précise de certaines parties du bras du robot en montrant un appareil de mesure à côté des pièces » , indique l'acte d'accusation.

L'employé a rendu le bras du robot le lendemain matin, affirmant qu'il l'avait emporté chez lui par accident. T-Mobile a décidé de bannir tout le personnel de Huawei de son laboratoire.

Huawei craignait que cet incident ne mettent en colère T-Mobile au point d’anéantir ses espoirs d'entrer sur le marché lucratif des États-Unis (il faut préciser que T-Mobile avait été le premier opérateur américain majeur à commencer à vendre les téléphones de Huawei).

Ainsi, l’acte d’accusation reproche à Huawei d’avoir induit T-Mobile en erreur sur ce qui s’est passé. En effet, Huawei aurait mené une « enquête interne » frauduleuse, puis rédigé un rapport affirmant que les vols de secrets avaient été perpétrés par « deux individus qui agissaient de leur propre chef » et « qui ont violé les politiques de notre société et ont donc été renvoyés pour ce motif ». En réalité, selon les procureurs, de nombreuses personnes à Huawei étaient au courant et soutenaient les actions des employés.

Le second acte d’accusation

Les procureurs ont dévoilé un deuxième acte d'accusation, aux côtés de celui alléguant le vol des secrets commerciaux des robots de T-Mobile. Celui-ci a accusé Huawei, et plus particulièrement la directrice financière Meng, d'avoir menti aux institutions financières occidentales au sujet des transactions de Huawei en Iran.

La loi américaine interdit aux entreprises américaines de vendre de la technologie à l'Iran et aux entreprises de pays tiers tels que la Chine de revendre à l'Iran une technologie de fabrication américaine. Les entreprises qui ne respectent pas cette interdiction risquent de perdre totalement accès à la technologie américaine, une sanction que l'administration Trump a brièvement imposée à un autre géant chinois du smartphone, ZTE, pour des problèmes similaires.


Meng Wanzhou, directrice financière de la société chinoise Huawei Technologie

Les institutions financières américaines ne sont pas non plus censées fournir de services aux entreprises qui font des affaires illicites en Iran. Ainsi, lorsque Reuters a annoncé que Huawei vendait de la technologie américaine à l'Iran via une société écran en 2012, les partenaires bancaires occidentaux de Huawei se sont retrouvés dans une position délicate. En juin 2013, Meng a rencontré des personnes dans le secteur financier au sein d’une banque faisant affaire avec Huawei.

Selon les procureurs, elle aurait menti sur les transactions de Huawei en Iran. Elle a affirmé que Huawei se conformait à la loi américaine et a nié que la société écran (dont elle siégeait au conseil d’administration) avait été créée pour échapper aux sanctions imposées par les États-Unis. Elle s'est rendue aux États-Unis au début de 2014 et a présenté des affirmations similaires, selon les points de discussion obtenus par les procureurs américains. Les procureurs disent que les mensonges de Meng ont convaincu la banque de continuer à faire affaire avec Huawei.

Le bras de fer entre Beijing et Washington

Meng, la fille du fondateur de Huawei, a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre. La Chine a ensuite arrêté deux Canadiens pour des raisons de sécurité nationale.

Meng, qui a été mise en liberté surveillée, doit comparaître devant un tribunal canadien mardi pour discuter des modifications à apporter à ses conditions de mise en liberté sous caution, selon le programme de la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

Le radiodiffuseur public canadien CBC a déclaré mardi que le Canada avait reçu une demande d’extradition officielle, citant le ministère de la Justice du Canada.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé sa « grave préoccupation » à propos de ces accusations et a exhorté les États-Unis à abandonner le mandat d’arrêt et à mettre fin à la « suppression déraisonnable » de sociétés chinoises.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré que les accusations étaient « totalement distinctes » des négociations commerciales. Toutefois, cette évolution risque de bouleverser les pourparlers de haut niveau entre Beijing et Washington cette semaine dans le cadre de négociations destinées à atténuer les tensions commerciales entre les deux plus grandes économies du monde.

Selon les procédures juridiques en vigueur au Canada, le ministre de la Justice disposera de 30 jours à compter de la réception de la demande d’extradition pour décider s’il convient ou non d’accorder une autorisation. S'il accepte, l'affaire de Meng sera renvoyée devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique pour une audience d'extradition, ce qui pourrait prendre des semaines, voire des mois.

Sources : Reuters, acte d'accusation (1 et 2)

Voir aussi :

Huawei prévoit une enveloppe de 2 milliards USD sur cinq ans pour la cybersécurité afin de rassurer ses clients occidentaux
L'Europe doit se méfier de Huawei, dit un responsable technique européen après l'arrestation d'un dirigeant de Huawei dans le cadre d'une enquête
Après Huawei, Apple va doter ses smartphones de puces gravées en 7 nm, elles seront embarquées dans les nouveaux iPhone Xs et Xs Max
Huawei a été accusé d'avoir triché sur les tests de plusieurs flagships, en se servant d'un « mode performance » pour booster ses appareils
Huawei réussit également à s'imposer comme second vendeur de smartphones au 2T18 en Europe, malgré un essoufflement dans la région EMEA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Loceka
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/05/2019 à 10:34
Moi ce que je remarque surtout c'est à quel point les USA ont la mainmise sur les technologies.

Si une entreprise déplaît aux USA et qu'ils décident de lui faire du tort, ça peut entraîner des "sanctions" allant de l'impossibilité d'utiliser certains produits (processeurs, ...) au refus de validation de normes (WiFi, ...), en plus de ne pas pouvoir être vendus sur le sol des USA.

Pour le coup je ne m'en fais pas trop pour Huawei qui doit avoir les reins assez solides pour faire face à ça. Mais très peu d'entreprise seraient dans ce cas-là.

Et je trouve que ça devrait surtout faire réfléchir les différents gouvernements et entreprises sur le danger que représentent les USA dans leur monopole sur les produits technologiques, et donc l'urgence de leur retirer ce monopole en "libérant" les organismes de certifications et en créant des alternatives viables à certains constructeurs.

My 2 yuans.
12  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 12:12
La Chine comme les Etats-Unis disposent de différentes cartes à jouer dans ce contexte de guerre économique. L'une de ces cartes est représentée par les terres rares utilisées dans tous les produits de nouvelles technologies. Si la Chine abat cette carte, je ne donne pas cher de l'industrie de la tech dans le reste du monde.
9  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:24
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
Pour une fois, je dirais que Trump est dans la même ligne que ses prédécesseurs. Les lois internationales ne sont valables pour les USA que si ça les arrange.
9  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/02/2020 à 22:56
Qu’en pensez-vous ?

Que Huawei est surement coupable de ce dont l’accuse les USA, mais, et c'est un gros mais, il y a deux choses que je trouve cocasse :
- D'un je ne pense pas que le gouvernement US est la moindre preuve de ce dont il accuse Huawei, sinon ils les auraient volontiers fait "fuité"
- Et de deux, le gouvernement US accuse Huawei et donc la Chine de choses dont il est lui même coupable, par le biais des boites US / Israélienne et autres rachats effectué par leurs services d' "Intelligence" depuis une 30e d’année.

Donc, en suivant le raisonnement du gouvernement US retranscrit dans les plaintes déposés et si la sécurité et véritablement leurs but, alors personnes ne devraient utiliser de technologies US et associés, non ?

Il est schizophrènes le gouvernement US ou bien ?
9  0 
Avatar de Acheumeuneu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 19:22
Les européens ont compris que Trump est un gros bidon et que les Etats-Unis apparaissent de moins en moins comme un allié fiable en tout cas tant que Moumoutte sera au pouvoir.
9  0 
Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/05/2019 à 20:42
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
je préfère mourir libre que dans l'enfer du PC
Moi, c'est plutôt le Mac qui me file de l'urticaire
8  0 
Avatar de Coeur De Roses
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 11:44
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça dépend comment on regarde, parce qu'à la fin il y a l'armée et ce sont les USA qui ont la plus grosse.
Ils ne savent pas très bien s'en servir, mais c'est eux qui ont la dépense militaire la plus importante et de très très loin, depuis des lustres.
"Ils ne savent pas très bien s'en servir" Tu as l'air d'en savoir plus sur leur propre management de leur l'armée, mieux qu'eux même, sans même avoir mis les pieds dans une quelconque organisation US relative à l'armée, je dois dire que je suis impressionné.
8  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 08/06/2019 à 15:16
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
bof, je vois pas l’intérêt de la 5G par rapport à la 4G, donc pour moi dépenser des milliards dans la 5G à huawei ou un autre c'est débile...
Si vous avez un cas pratique dite le moi. On me dit que la 5G vas révolutionner les objects connecté, pourquoi ? pourquoi la 4G ne peut elle pas le faire ?
les voitures autonomes ? bah si elles sont autonome elles n'ont pas besoin d'une connection internet justement.
Regarder des videos en 8K ? pourquoi faire la 4K est largement suffisante sur nos écran de smartphones 7 pouces... et meme sur nos télé de 65 pouces
Ca, c'est la surface de l'iceberg qui t'est visible...
Sortons donc de l'anecdoctique...

Déjà, quelques specs :
- débit max 20 Gb/s contre 1 Gb/s,
- latence 1 ms contre 10 ms,
- densité de connexion 1000000 d'équipements au km² contre 100000.

D'un point de Networking, c'est également une multitude de changements structurants qui vont se banaliser chez les opérateurs:
- backbones basés sur des infras de type Software Defined (Control et User planes complètement dissociés et donc augmentation des performances des équipements Core),
- agilité et richesse fournie par la virtualisation de fonctions réseau, l'opérateur sera en mesure de tailler sur mesure certains services de façon granulaire par client sur son infra mutualisée (dans le jargon, c'est le "network slicing",
- de nouveaux protocoles de routage conçus pour ces grosses infras planétaires (Segment Routing notamment)

Couplée avec le big data, le machine learning et l'IA, c'est une multitude de nouveaux services et d'applications qui vont émerger dans notre quotidien futur.

Dans le domaine de la santé, avec la télémédecine, la télésurveillance et même la téléchirurgie.
Dans le divertissement et les medias avec la banalisation de la réalité virtuelle/augmentée.
Dans les transports, et ça va au-delà de la voiture simplement connectée, c'est la régulation de trafic en temps réel et les liaisons permanentes voiture à voiture. Et puis bien sûr que si que la voiture autonome aura besoin d'accès au net, la navigation relèvera du "Edge Computing" qui sera en mesure de fournir de nouveaux services en fonction du lieu.
Je pense également au monde urbain (les fameuses smart cities) pour notre maîtrise énergétique et la sécurité publique par exemple.
Et puis il y aussi toutes les industries du futur qui ont une forte adhérence au télépilotage temps réel et à la robotique.
Sans parler de l'accélération naturelle qui va s'opérer dans le monde de la recherche avec les nouvelles solutions qui vont stimuler le travail collaboratif et le traitement massif des données.

Dans moins de 10 ans, on pourra échanger en temps réel avec d'autres humains qui ne parlent pas notre langue, c'est quelque part dans le réseau que se fera la trduction instantanée. On pourra aussi amener l'éducation de façon interactive vers les gosses qui doivent se taper 10 bornes à pied tous les jours pour se rendre dans des écoles pourries. On pourra aussi marquer, tracer des espèces en voie en disparition et étudier en temps réel leurs déplacements et leurs migrations en aménageant, pourquoi pas, des couloirs maritimes/aériens de façon temporaire pour leur sauvegarde. On pourra également quadriller quasiment toute la planète avec des balises 5G air/mer/terre qui collecteront les données qui pourront être traitées en temps réel et mieux anticiper les cataclysmes et affiner les modèles. Quand on voyagera, finies les galères avec le Wifi à l'aéroport, au café ou à l'hôtel et le changement d'opérateur puisque notre connectivité au monde digital deviendra une constante basique, transparente et homogène de notre quotidien.

Des exemples, je peux encore en fournir à la pelle.
Je veux bien qu'on m'explique comment on pourrait faire ça avec la 4G... Comment on pourra connecter les 60 milliards d'équipements dans les 10 ans à venir, quasiment en full-meshed à temps réel avec une techno comme la 4G qui suffoque dès qu'on a besoin de faire un peu de qualité de service...

Les temps modernes aspirent l'homme à aller toujours plus haut et plus vite. La 4G sera bientôt à bout de souffle...

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
Ensuite l'europe ferais mieux de faire comme les USA et de faire du protectionnisme en déployant la 5G avec un constructeur européen (genre nokia, alcatel... si il en existe encore avec la délocalisation massive des savoirs vers la chine)
L'article que j'ai cité donne un état de la situation plutôt clair.
Huaweï a eu une très forte pénétration du marché 4G en Europe. Et pour de nombreux opérateurs, la migration va en partie consister à procéder à des upgrades matériels/logiciels. Si Huaweï est mis à l'écart, il va falloir décommissionner et remplacer... Et ça coûte très très cher de refaire des backbones opérateurs "from scratch" avec du nouveau matos, ça relève d'un redesign complet, donc de testing, de misères d'interopérabilités, d'intégration, sans parler de tous les process qu'il va falloir revisiter pour faire le BUILD/RUN de tout ce nouveau bazar. Tu es codeur, tu dois certainement savoir de quoi je parle...
Huaweï a également une longueur d'avance en termes de stabilité de technologie et surtout en retour d'expérience sur les gros déploiements qu'ils ont déjà effectués en Asie. Ca également, c'est d'une importance capitale quand on veut déployer des infras à très large magnitude...

Enfin, comme j'ai tenté d'expliquer plus haut, il y a de nombreux nouveaux marchés à conquérir parce que les attentes vis-à-vis de la 5G sont très hautes. Des retards de plusieurs mois de déploiement de la 5G vont forcément pénaliser l'Europe. Parce que les autres auront déjà commencé à domestiquer les usages de cette nouvelle techno et à innover, et une fois déployée en Europe, leur avantage compétitif sera certain.

Ce qu'il y a derrière la 5G va au-delà de la technique pure. Ce sont des écosystèmes complets qui vont se former avec probablement de nouvelles dynamiques humaines et sociétales. Quand je regarde les 30 années passées dans le secteur de l'IT, j'ai vu chronologiquement quatre grandes révolutions technologiques qui ont profondément impacté l'humanité:
- la victoire d'Ethernet et d'IP,
- l'explosion de l'Internet,
- la banalisation de la téléphonie mobile,,
- la nécessité du Cloud.

Je pense que le prochain point d'inflexion viendra par la 5G et qu'il est très très loin d'être débile...

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
A un moment donné la techno deviens suffisamment puissante pour ne plus avoir la nécessité de la changer souvent et la 4g est je trouve suffisante, inutile de sauter le pas vers la 5g autant attendre un bon technologique plus important (6G ou 7G ou meme un réseau satellite basse altitude)
c'est comme pour les smartphones qui sont aujourd'hui tres puissant et ne nécessite plus de les changer chaque années, ou meme les pc aussi.
Là, ça me rappelle quelqu'un qui me disait il y a quelques années que la fibre à la maison c'est de la merde.
Maintenant, ça fait partie de ses critères de sélection pour le nouvel appartement qu'il veut acheter.

Par contre, je te rassure. Ceux qui n'auront pas besoin de ce progrès technologique pourront utiliser la 4G encore longtemps, elle ne sera pas décommissionnée du jour au lendemain.

-VX
8  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 7:59
Subventionner Ericsson et Nokia ? Pourquoi pas, à condition que l'argent aille dans la R&D (les ingénieurs) et pas dans la poche des dirigeants et des commerciaux...
8  1 
Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 9:05
Ils ont des preuves mais ne veulent pas les diffuser, je vois donc deux possibilités :
- pas de preuve réelle, simple discrimination, ou
- ils peuvent utiliser ces failles pour le propre intérêt.
7  0