Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un niveau modéré de piratage des contenus protégés peut avoir un effet positif sur les ventes légales de ces œuvres
D'après des chercheurs

Le , par Michael Guilloux

325PARTAGES

14  0 
Le piratage a-t-il vraiment un effet négatif sur la vente des œuvres protégées par le droit d'auteur ? Les études qui se succèdent nous rendent de plus en plus réticents à répondre par l'affirmative. Parmi ces études, il y en a même une qui a été financée par la Commission européenne, l'institution de l'UE à l'origine de la réforme en cours sur les droits d'auteur sur Internet.

En janvier 2014, la Commission européenne a en effet payé 360 000 euros à un cabinet-conseil pour étudier la relation entre les téléchargements illégaux sur les ventes légales d'œuvres protégées par le droit d'auteur. Le rapport final a été remis en mai 2015 à la Commission européenne, mais les résultats n'ont jamais été publiés. La raison, comme la révélée l'eurodéputée du Parti Pirate Julia Reda, est que l'étude n'a trouvé aucune preuve pour soutenir l'idée selon laquelle le piratage a un effet négatif sur les ventes de contenu protégé.

En résumé, le rapport de l’étude indique qu’en général, « les résultats ne montrent pas de preuve statistique solide d'une réduction des ventes par les infractions de droit d'auteur en ligne. Cela ne signifie pas nécessairement que le piratage n'a aucun effet, mais seulement que l'analyse statistique ne prouve pas avec une fiabilité suffisante qu'il y ait un effet. » Au contraire, dans le cas des jeux vidéo, l'étude a trouvé le lien opposé, indiquant une influence positive des téléchargements illégaux de jeux sur les ventes légales. La Commission européenne aurait donc dissimulé le rapport pour ne pas compromettre son projet de réforme du droit d'auteur sur Internet.

Une nouvelle étude vient encore montrer que le piratage peut ne pas être mauvais, mais au contraire bénéfique pour les entreprises impliquées dans la chaine d'approvisionnement de contenus protégés par droits d'auteur. L'étude menée par des professeurs de la Kelley School of Business de l’Université d’Indiana et de deux autres écoles a en effet révélé qu’un niveau modéré de piratage pouvait avoir un impact positif sur le résultat net du fabricant et du distributeur d'un contenu protégé, et non aux dépens des consommateurs.

« Lorsque des produits d'information sont vendus aux consommateurs par l'intermédiaire d'un détaillant, dans certaines situations, un niveau modéré de piratage semble avoir un impact étonnamment positif sur les bénéfices du fabricant et du détaillant, tout en améliorant le bien-être des consommateurs », a écrit Antino Kim, professeur à la Kelley School of Business, avec les co-auteurs de l'étude. « Une telle situation gagnant-gagnant-gagnant est non seulement bénéfique pour la chaîne d'approvisionnement, mais également pour l'ensemble de l'économie. »

À titre d'exemple, l'étude indique que Game Of Thrones, une émission à succès de HBO, bat régulièrement des records de piratage à cause du partage de fichiers intensif sur BitTorrent. Mais l'entreprise n'a pas adopté une approche plus agressive pour lutter contre les services de streaming et téléchargements illégaux. C'est peut-être parce que cela lui est avantageux...


Les chercheurs indiquent également que le piratage peut agir comme une main invisible qui permet de maintenir le marché dans une situation optimale pour tous. Alors qu'ils ne toléraient pas le piratage, Kim et ses collègues ont en effet été surpris de constater que cela pouvait effectivement réduire, voire éliminer complètement, l’effet néfaste de la double marginalisation, un concept économique dans lequel les fabricants et les détaillants d’une même chaîne d’approvisionnement augmentent leur marge, ce qui conduit à un prix élevé qui sera supporté par les consommateurs. Les chercheurs ont constaté que le piratage pouvait affecter le pouvoir de fixation des prix du fabricant et du détaillant. Le piratage introduisait donc une concurrence fictive sur un marché qui serait autrement monopolistique. En effet, si les prix sont trop élevés, les utilisateurs vont tous se tourner vers le piratage, ce qui entraînera des pertes encore plus importantes.

Comme dans d'autres études, les chercheurs ont constaté que lorsque le piratage est généralisé, les fabricants et les détaillants en souffrent. Mais au vu des autres résultats de leur étude, ils déconseillent d'être trop agressif dans la lutte contre le piratage, car cela pourrait nuire au marché.

Les chercheurs précisent toutefois que leurs conclusions avaient leurs limites et qu'ils ne préconisaient pas ouvertement que les entreprises adhèrent pleinement au piratage. « Nos résultats ne signifient pas que le canal légal [de distribution de contenu protégé] devrait tout d'un coup commencer à encourager activement le piratage. Cela signifie simplement que, situés dans un contexte réel, nos fabricants et nos détaillants devraient reconnaître qu'un certain niveau de piratage ou sa menace pourraient en réalité être bénéfiques et devraient donc faire preuve d'une certaine modération dans leurs efforts de lutte contre le piratage », disent-ils. « Cela pourrait se manifester en tolérant le piratage à un certain niveau, peut-être en fermant les yeux dessus... Une telle stratégie serait en effet cohérente avec la façon dont d'autres ont décrit l'attitude de HBO à l'égard du piratage de ses produits », ont-ils ajouté.

Sources : Université de l'Indiana, Rapport de l'étude

Et vous ?

Partagez-vous les conclusions de cette étude ?

Voir aussi :

La Hadopi commande une analyse de l'écosystème des sites pirates au terme de laquelle elle s'avoue désarmée « face à ces nouveaux services »
Copyright sur Internet : la Commission européenne proscrit son propre centre de recherche de publier une étude qui pourrait ruiner ses plans
Réforme de l'audiovisuel : la députée Aurore Bergé veut muscler Hadopi pour mieux lutter contre le piratage des œuvres intellectuelles sur Internet
La HADOPI pourrait bientôt s'intéresser au streaming et au Direct Download (DDL) afin de gagner en efficacité
HADOPI++ : la ministre de la Culture Françoise Nyssen présente son plan d'action de lutte contre le piratage, et voici ce qu'elle propose

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 8:09
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
« Lorsque des produits d'information sont vendus aux consommateurs par l'intermédiaire d'un détaillant, dans certaines situations, un niveau modéré de piratage semble avoir un impact étonnamment positif sur les bénéfices du fabricant et du détaillant, tout en améliorant le bien-être des consommateurs », a écrit Antino Kim, professeur à la Kelley School of Business avec ses co-auteurs. « Une telle situation gagnant-gagnant-gagnant est non seulement bénéfique pour la chaîne d'approvisionnement, mais également pour l'ensemble de l'économie. »

Partagez-vous les conclusions de cette étude ?
Oui, copier des œuvres illégalement va motiver plein de gens à acheter des coffrets DVD ou Bluray, à aller à des concerts ou au cinéma, etc.
Plus tu regardes d’œuvres, plus t'as envie de regarder d'autres œuvres.
2  0 
Avatar de Christian Olivier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 8:54
Entièrement d'accord...
1  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 13:00
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
De toute façon on empêchera jamais les gens de faire des copies... Déjà du temps des VHS les gens copiaient. Les gens copiaient des disquettes Atari ST et Amiga, non ?
Certes, mais l'échelle n'était pas la même.
1  0 
Avatar de Kikuts
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 11:11
Super d'accord. Il n'y a pas un artiste/groupe que j'ai vu en concert dont j'ai acheté un album / single. Et j'en ai fait pas mal.

Heureusement qu'aujourd'hui, grâce à la 4G combiné à tous les services du genre youtube, listenonrepeat + tous les services de streaming licite gratuit (avec pub). Le besoin de piratage en musique est quasi nul.

Pour ce qui est des films / séries, je pense que sans piratage la majorité des oeuvres qui ne sont pas des block buster auraient fait un flop.
Idem pour les jeux. Car les pirates font beaucoup de bouche à oreille.
Si personne n'avait regardé Games of Throne via piratage, ça n'aurait certainement pas prit de la même façon.
Si aucun pirate n'avait téléchargé un jeu en avant première pour en parler (sur youtube, forum, entourage), moins de clients auraient fait l'achat.

Les pirates participent au fait qu'une série est dans le coup ou non :
quand quelqu'un vous dit "ah oui j'ai vu cette série, elle est géniale !"
il ne vous dit pas "ah oui j'ai vu cette série en la piratant, elle est géniale !". Juste qu'elle est géniale.
Donc après avoir entendu différentes personnes vous faire le même retour, vous avez envie de faire partie de cet engouement social et participer aux conversations à la machine à café, donc soit vous achetez soit vous téléchargez
Et vous allez ensuite en parler autour de vous.
Admettons qu'une personne sur mille achète, plus il y a de piratage, plus il y a buzz autour d'un produit et donc le nombre de clients augmente.

Par contre, c'est super pour l'argument du concurrent invisible : sans les pirates, le prix des œuvres seraient encore plus cher
0  0 
Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 11:24
Si ça fixe les prix à un niveau raisonnablement bas/moyen et que ça permet de goûter à une oeuvre avant achat, je n'y vois que des avantages. Ca permet de tuer le marketing (dans le sens tromperie sur la marchandise) dans l’œuf. Les réseaux sociaux sont aussi très forts pour permettre le bouche à oreille instantané.

J'ai toujours été contre le piratage en tant que tel, mais penser que ça fait perdre du chiffre aux grosses boîtes, c'est très mal connaître les internettes.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/01/2019 à 12:06
Citation Envoyé par sebastiano Voir le message
J'ai toujours été contre le piratage en tant que tel
De toute façon on empêchera jamais les gens de faire des copies... Déjà du temps des VHS les gens copiaient. Les gens copiaient des disquettes Atari ST et Amiga, non ?

Bon après c'est vrai que l'arrivée du P2P a révolutionné la copie, un paquet de PC sous Windows 98 / Windows XP ont été vérolés à cause de KaZaA ou Limewire
Tout à coup les gens avaient accès à énormément de musiques, de films, de livres, de logiciels, etc. J'aimais bien l'époque d'eMule. Les torrents ce n'est pas la même chose... (mais ça restera toujours mieux que le streaming illégal )
0  0