Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Réforme de l'audiovisuel : la députée Aurore Bergé veut muscler Hadopi
Pour mieux lutter contre le piratage des œuvres intellectuelles sur Internet

Le , par Michael Guilloux

196PARTAGES

14  0 
La loi de 1986 qui régit l’audiovisuel français étant désormais obsolète, le gouvernement français veut se doter d’un nouveau cadre législatif en 2019. En prélude aux débats à venir, des parlementaires ont donc présenté jeudi 4 octobre un rapport qui devrait servir de base aux discussions sur la prochaine loi.

À l’issue de six mois de travaux, c'est un rapport formulant quarante propositions que la mission d’information « sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique » et son rapporteur la députée LREM Aurore Bergé ont remis. Le document touche aux multiples défis du secteur de l'audiovisuel depuis le financement de la création jusqu’à la lutte contre le piratage, en passant par la publicité ciblée ou encore la fiscalité.

Sans surprise, la lutte contre le piratage a été notamment mise en avant dans le rapport. « Il y a urgence à agir, car c’est 1,3 milliard d’euros de pertes », soit l’équivalent du chiffre d’affaires des exploitants de cinéma, affirme Mme Bergé. Soixante-cinq millions de vidéos illégales sont consultées chaque mois en France, en particulier par les 15-24 ans. Mais le rapport rappelle qu'en 2017, seules 88 amendes ont été infligées, dont une d’au moins 2000 euros, alors que 17 millions de plaintes d’ayants droit ont été adressées à la Hadopi (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet).

Partant de ce constat, les parlementaires recommandent de renforcer les pouvoirs de la Hadopi et de la doter d’un pouvoir de transaction pénale, c’est-à-dire la possibilité d’infliger une sanction pécuniaire sans passer par le juge pour ceux qui utilisent les sites de streaming et de téléchargement. Ils plaident aussi pour que l’autorité indépendante puisse bloquer temporairement les liens de live streaming. L’enjeu est d’importance pour des opérateurs comme SFR, qui débourse 350 millions d’euros par an pour la diffusion de la Ligue des champions de football, et des chaînes comme Canal+, qui estime que la baisse du piratage lui permettrait de conquérir 500 000 abonnés en plus.

La mission propose aussi de fusionner la Hadopi avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) « pour créer une autorité unique de régulation des contenus audiovisuels ». C'est une idée qui avait déjà été proposée lors du quinquennat précédent avant d'être abandonnée. « Il est cohérent de fusionner le CSA (qui doit veiller au respect des conventions des chaînes et des stations, protéger le pluralisme, les jeunes publics et, demain, participer à la lutte contre la manipulation de l’information) et la Hadopi (qui a développé une expertise technique et juridique extrêmement forte) pour disposer d’une autorité de régulation vraiment puissante », estime Mme Bergé.


« Plusieurs années d’immobilisme ont contribué à laisser se développer des pratiques délétères pour la création et les créateurs, que seule l’action judiciaire d’ayants droit déterminés a pu limiter », écrit-elle encore dans le rapport en faisant allusion à la politique publique menée dans le domaine du piratage. « Il est temps, aujourd’hui, d’aller au bout de la logique de la réponse graduée et de doter Hadopi de nouvelles compétences pour lutter plus efficacement contre les autres formes de consommation de biens culturels contrefaits, tels que la lecture en ligne et le téléchargement direct », des évolutions que la rapporteure considère comme prioritaires.

En ce qui concerne la lutte contre le piratage, le rapport Bergé rejoint donc certaines des grandes idées présentées dans le plan d'action de la ministre de la Culture en avril dernier où Françoise Nyssen avait plaidé pour que le rôle et les pouvoirs de Hadopi soient renforcés. Le mois passé, la ministre a encore eu l'occasion de développer sa stratégie. Et pour elle, si les mesures actuelles de lutte contre le piratage ont produit des résultats, elles « n'ont pas permis d'endiguer le développement du piratage sous toutes ses formes. La transformation rapide des usages conduit à s'interroger sur la pertinence d'un mécanisme de réponse graduée qui cible uniquement les échanges de pair-à-pair et ignore les autres formes de piratage telles que la lecture en flux (streaming) ou le téléchargement direct ». Autrement dit, il faudrait que la Hadopi s'intéresse au streaming et au téléchargement direct pour gagner en efficacité, ce que recommande le rapport de la députée Aurore Bergé.

Sources : Le Monde, Le Figaro, Rapport de la mission

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Hadopi : « Il faut que la sanction soit absolument certaine pour être dissuasive », la transaction pénale couplée à la riposte graduée sera étudiée
La Hadopi bénéficie d'un budget de 9 millions d'euros pour son exercice de 2019, elle aura donc coûté près de 90 millions d'euros au contribuable
La HADOPI pourrait bientôt s'intéresser au streaming et au Direct Download (DDL) afin de gagner en efficacité
Protection des droits d'auteur sur Internet : Hadopi envoie beaucoup d'avertissements, mais il y a peu de condamnations, comment expliquer cela ?
La Hadopi rend disponible son rapport annuel d'activité marqué par une augmentation du nombre des transmissions au parquet

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/09/2019 à 18:34
Ben ouais, on va fusionner deux trucs qui marchent pas et qui ne comprennent rien à Internet... et paff ça va faire des chocapics.
14  0 
Avatar de Paul TOTH
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 8:45
On dépense un fric de dingue dans Hadopi (9 millions d'euros), il est donc grand temps de raboter un peu plus les prestations sociales, augmenter la CSG, généraliser la redevance audiovisuelle voir créer un nouvel impôt car c'est tout de même une prestation dont on ne saurait se passer...contrairement aux hôpitaux (3 milliards d’économies) ou à l'éducation (suppression de 1800 postes) par exemple.
14  1 
Avatar de Pierre GIRARD
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/09/2019 à 19:49
Si ils en profitent pour diviser par deux le personnel, c'est une bonne chose. Dans la foulée, ils peuvent diviser par deux les subventions, ça sera encore meilleur.
12  0 
Avatar de survivals
Membre actif https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 8:26
Je me demande vraiment si les oeuvres Française sont si touché que ça, vu les daubes qu'ils nous pondent, et les étrangères n'ont pas l'air de souffrir de cela, je dirais plutôt qu'ils bénéficient de pub gratuite.
Je suis pas prêt de retourner au cinéma vu que la dernière fois où j'y ai été, j'ai failli partir avant la fin du film tellement c'était inconfortable que ce soit au niveau de l'assise que du son et de la vue, sans parler de devoir supporter les autres personnes.

Toujours pas de loi ou de réformes pour lutter contre le vol des impôts des Français pour des intérêts privés ?
9  1 
Avatar de Picarunix
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 11:03
Jusqu'alors la surveillance se portait sur le peer to peer, car on voyait les ip.
Comment la Hadopi fera-t-elle pour savoir qui stream un film, ou le télécharge en téléchargement direct ? Qui regarde les chaînes payantes gratuitement en iptv ?
Si pour sauver une partie des recettes du cinéma et des abonnements, l'état accroît encore ses pouvoirs sur le net, nous nous approcherons de ce que fait la Chine aujourd'hui.

Il serait bien temps que developpez.com nous prépare un test sur les meilleurs VPN afin que nous puissions continuer à naviguer sans l'œil de Big Brother pour nous punir ...
8  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 8:13
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Qu'elle raconte autant d'âneries à l'AN que sur Twitter.
7  0 
Avatar de darklinux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/09/2019 à 1:23
Alors l ' HADOPI est notoirement inefficace et couteuse , le CSA , entité purement politique , ne comprend rien au monde actuelle ... La fusion entre les deux es tout , sauf la bonne santé de la politique culturelle en France , et c 'est la seule réponse qu ' ont nos politiques 1.0 ( pour cité monsieur Bliot ) pour faire une ligne Maginot fasse au GAFA /BATX et à la révolution permanente d ' Internet
7  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 10:34
Citation Envoyé par survivals Voir le message
Je me demande vraiment si les oeuvres Française sont si touché que ça, vu les daubes qu'ils nous pondent, et les étrangères n'ont pas l'air de souffrir de cela, je dirais plutôt qu'ils bénéficient de pub gratuite.
Je suis pas prêt de retourner au cinéma vu que la dernière fois où j'y ai été, j'ai failli partir avant la fin du film tellement c'était inconfortable que ce soit au niveau de l'assise que du son et de la vue, sans parler de devoir supporter les autres personnes.
Je pense que c'est là l'explication de l'obsession de la classe jacassante française à poursuivre la même politique "culturelle" anti-internet. Qui n'a pourtant jamais donné le moindre résultat probant y compris en matière de répression. Quand l'idéologie échoue, c'est que l'on a pas été assez loin (c'est comme le socialisme ou le libéralisme).

Leur constat est que le cinéma, la musique, l'audiovisuel français semblent en crise (le sont-ils vraiment du point de vue commercial ?). Si plus personne ne veut aller voir les médiocrité abyssale du cinéma français, ou acheter de la variétoche nombriliste sans voix et sans mélodies, la classe jacassante ne se dira pas que CDLM, mais que le méchant internaute pirate les gentils producteurs de contenus. Ca évite de se remettre en cause.
6  0 
Avatar de JeanBond
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 05/10/2018 à 15:31
Qu'est-ce que elle peut raconter comme connerie Mme Bergé.. Enfin, bref passons.

la possibilité d’infliger une sanction pécuniaire sans passer par le juge pour ceux qui utilisent les sites de streaming et de téléchargement.
On y arrive enfin, la surveillance de masse legitimé sous des prétextes falacieux, on utilise bien le pretexte du "terro", donc, oui, pourquoi pas mettre en place du DPI contre les vilains pirates.

D'ailleurs, je me demande si leurs boites noires dans les DSLAM sera toujours efficace avec openvpn installé sur un routeur passant par le port 443/tcp.

Au passage, si vous voulez embeter les boites noirs : https://github.com/1tayH/noisy
6  0 
Avatar de disedorgue
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/10/2018 à 17:49
Et à quand une loi hadopi contre le vol et le rackette de nos données personnelles ?

Ah, c'est vrai, elle existe maintenant et ils l'appliquent tous puisque c'est des gentils...

Et d'ailleurs, pourquoi pas une loi qui rémunère le particulier lorsque l'on exploite ces données personnelles ?

Et comment vont-ils faire pour me certifier que le flux de streaming que j'ose regarder est légale et que je ne vais pas être un contrevenant ?

Bon, après, si ce n'est que sur des productions françaises, je devrais pouvoir leur prouver que j'ai cliqué sur le mauvais lien par erreur en toute bonne fois...
4  0