La Hadopi rend disponible son rapport annuel d'activité
Marqué par une augmentation du nombre des transmissions au parquet

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi), autorité chargée de la lutte contre le piratage de contenus, a rendu public son rapport d’activité sur la période allant de 2016 à 2017 ce jeudi 30 novembre.

La Hadopi rappelle que la réponse graduée a d’abord pour objectif de rappeler aux titulaires d’abonnements à Internet leur responsabilité quant à leur connexion qui ne doit pas être utilisée à des fins de mise à disposition d’œuvres protégées par un droit d’auteur ou un droit voisin (« piratage »).

Elle explique que ce dispositif offre une souplesse d’exécution qui permet à la Commission de protection des droits d’ajuster, au cas par cas, l’équilibre nécessaire entre pédagogie et répression. La sanction pénale est envisagée lorsque les avertissements n’ont pas permis de prévenir le renouvellement des faits illicites.

Selon elle, ce mécanisme combine la pédagogie, qui permet de dissuader la grande majorité des contrevenants de réitérer les téléchargements illégaux, et la saisine des parquets lorsque la pédagogie s’avère impuissante. Il constitue une réponse originale qui permet de faire face à un contentieux à la fois massif et qui trouve sa solution le plus souvent sans avoir à saisir l’Autorité judiciaire. Il permet en effet à la fois de traiter la masse - la CPD adresse plusieurs centaines d’avertissements chaque jour) sans noyer les parquets sous le flot des manquements. Elle ne renvoie devant les parquets que les cas les plus graves (la CPD saisit les parquets d’environ cinq cas par jour en moyenne), que ce soit par l’ampleur des manquements ou leur répétition malgré les avertissements.


Comme vous pouvez le constater, la Haute Autorité a annoncé avoir envoyé 1 853 323 premières recommandations aux internautes signalés par les ayants droit entre le 1er novembre 2016 et le 31 octobre 2017. Sur la même période, elle a envoyé 160 000 deuxièmes recommandations, a constaté 2497 cas de négligences caractérisées et a transmis à la justice 847 dossiers. .


« Depuis le lancement de la réponse graduée [mise en place en 2009-2010], plus de 2000 dossiers ont été transmis par la Hadopi aux procureurs de la République pour l’engagement de poursuites éventuelles au 31 août 2017 », souligne l’autorité dans son rapport annuel, ajoutant que « le nombre de dossiers envoyés au parquet a augmenté chaque année, avec une montée en charge significative ces deux dernières années puisque les trois quarts des dossiers transmis l’ont été depuis juillet 2015. »

Il faut noter que, dans la pratique, si les deuxièmes recommandations sont expédiées en lettres recommandées avec accusé de réception du titulaire de l’abonnement Internet, la Hadopi explique avoir mis en place une étape intermédiaire entre ces deux avertissements en adressant aux contrevenants une simple lettre « de rappel » avant l’envoi d’une deuxième recommandation en bonne et due forme.
« Cette lettre dite “de rappel” vise à faire cesser les manquements constatés en expliquant au titulaire d’abonnement le fonctionnement des logiciels de pair à pair ainsi que la méthode à employer afin de les désinstaller et de faire cesser les partages de fichiers non autorisés », précise le rapport, qui explique que cette initiative a été mise en œuvre depuis 2015 lorsque les agents se sont rendu compte que les avertissements par courrier postal avaient bien plus d’impact sur les internautes que le simple avertissement électronique envoyé en première recommandation.

Concernant les suites judiciaires, la Haute autorité juge « encourageantes » les réponses judiciaires connues à ce jour : « On constate en effet un taux de réponse pénale de 80 % pour les dossiers transmis par l’Hadopi. »


Les réponses pénales observées sont de natures diverses. Il peut s’agir, notamment en cas de saisine du tribunal par le ministère public, du prononcé d’une peine d’amende. Tenant compte de la situation individuelle des personnes mises en cause, le parquet recourt aussi, et de façon fréquente, à des mesures alternatives aux poursuites aboutissant également le plus souvent au paiement d’une amende (dans le cadre de compositions pénales) ou se traduisant par des décisions de classement sans suite sous condition (demande de régularisation du parquet, indemnisation de la victime, etc.). Certaines personnes se sont également vu proposer un stage de citoyenneté dans le cadre d’une mesure de composition pénale.

L’auteur de l’infraction s’expose en général à une amende de 1500 euros. Initialement, une suspension de la connexion à Internet pouvait être également prononcée, mais cette peine complémentaire a été supprimée en 2013. Dans les cas les plus extrêmes, la Hadopi peut demander qu’un internaute soit poursuivi pour « contrefaçon », délit passible de trois ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende.

Source : Hadopi

Et vous ?

Pensez-vous que la Hadopi maintient le cap ou alors la Haute Autorité est dépassée par les réalités ?

Voir aussi :

HADOPI fournit la preuve de son échec dans la lutte contre le téléchargement illégal, les sites pirates ne meurent jamais après leur fermeture


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de mm_71 mm_71 - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 30/11/2017 à 21:46
Pensez-vous que la Hadopi maintient le cap ou alors la Haute Autorité est dépassée par les réalités ?
Je pense que si on pouvait connaître le nombre de ceux qui sont passés du P2P au DDL et au streaming on constaterait qu'ils sont totalement à la ramasse...
Avatar de Paul_Le_Heros Paul_Le_Heros - Membre habitué https://www.developpez.com
le 01/12/2017 à 4:57
Faites les calculs et voyez qu’ils ont largement récupéré le montant de la subvention !

Ils rêvent sans doute de faire sur Internet l’équivalent des flasheurs automatiques d’excès de vitesse. C’est pas gagné, mais c’est pas grave, les subventions seront payées par l’impôt des retraités. Donc, ça valait le coup d'essayer !
Avatar de Pierre GIRARD Pierre GIRARD - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 01/12/2017 à 6:50
Citation Envoyé par Paul_Le_Heros Voir le message
Faites les calculs et voyez qu’ils ont largement récupéré le montant de la subvention !
Je ne pense pas, une fois retiré les frais de justice et les frais de fonctionnement de la Hadopi. Supposons que la Hadopi emploie (seulement) 10 personnes avec un salaire moyen de 1 500 € brut par mois (avec les prélèvement sociaux, ça fait beaucoup plus et ça m'étonnerait que les salaires moyens soient aussi bas) :
  • Ça fait dans l'année : (1 500 € x 12) x 10 = 180 000 € (certainement beaucoup plus et même au moins 10 fois plus)
  • Sur ce, il faut ajouter des frais pour les locaux, le chauffage/climatisation, l'entretient, l'informatique, la paperasserie etc... (sans compter le temps passé par les députés et sénateurs)
  • 85 jugements de condamnation et 5 CRPC, ça fait (en gros) 1 500 € x (84 + 5) = 133 500 €. Même en ajoutant les 33 ordonnances pénales et 67 compositions pénales (je ne sais pas bien à quoi ça correspond), ça reste très faible.
  • Sachant qu'une partie des sommes récoltées va vers les "Ayant droit" => ça fait un énorme trou dans la caisse qui sera compensée par de nouvelles subventions payées par les contribuables
  • Conclusion, c'est toujours pas rentable. En plus, comme dit par "mm_71", c'est une goutte dans un océan qui ne résoudra jamais rien


Bref, avant de parler de gains, il manque un élément essentiel dans ce bilant de la Hadopi : Quelles sont exactement les dépenses. Je serais curieux de savoir combien gagne le président de la Hadopi à lui tout seul.
Avatar de Neckara Neckara - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 01/12/2017 à 10:44
Attendez... presque 1 français sur 6 ont reçu une première "recommandation" ?

Je ne connais personne de mon entourage qui ai reçu une telle "recommandation" d'HADOPI, je suis donc quelque peu sceptique face à ces chiffres. Je pensais d'ailleurs qu'HADOPI était mort.
Avatar de AndMax AndMax - Membre averti https://www.developpez.com
le 01/12/2017 à 10:53
autorité chargée de la lutte contre le piratage de contenus
Pure propagande. La HADOPI ne s'en prend JAMAIS aux "pirates" mais toujours aux abonnés.

"le nombre de dossiers envoyés au parquet a augmenté chaque année"
Au parquet ils font quoi avec les "dossiers" sachant que ce ne sont rien d'autre que des affabulations de TMG ? Direct à la poubelle ?

Car pour prouver une "négligence caractérisée" il faudrait donner des moyens aux abonnés de sécuriser une ligne. Où sont les spécifications fonctionnelles pertinentes pour les "logiciels de sécurisation" ?
Avatar de EpiTouille EpiTouille - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 01/12/2017 à 11:25
Je ne connais personne de mon entourage qui ai reçu une telle "recommandation" d'HADOPI, je suis donc quelque peu sceptique face à ces chiffres. Je pensais d'ailleurs qu'HADOPI était mort.
Moi aussi, avant de recevoir la mienne :'(
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 01/12/2017 à 11:34
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Je ne connais personne de mon entourage qui ai reçu une telle "recommandation" d'HADOPI
La première recommandation et la deuxième recommandation sont des emails envoyé sur l'adresse email lié à l'abonnement internet.
C'est facile de les louper.
Par contre après c'est une lettre qu'il faut signer, là c'est plus dur à louper.

Si tu changes de FAI ton compteur est remis à 0.
Et il y a peut être une règle du genre "si tu ne te fais plus reprendre pendant 6 mois le compteur revient à 0" ou quelque chose...

Il y a plein de gens qui n'ont jamais rien téléchargé qui ont eu plusieurs recommandations...
Avatar de deathman8683 deathman8683 - Membre actif https://www.developpez.com
le 02/12/2017 à 19:54
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Et il y a peut être une règle du genre "si tu ne te fais plus reprendre pendant 6 mois le compteur revient à 0" ou quelque chose...
Oui je confirme, en tout cas c'est ce que le standard de l'Hadopi m'a dit lorsque je leur ai fait une réclamation suite à la réception d'un de leur courrier.
Avatar de Hizin Hizin - Modérateur https://www.developpez.com
le 05/12/2017 à 9:33
Dans les 9 millions d'envoi, ceux-ci sont sur 7 ans, et ne sont pas des envois à une seule personne.
De mon côté, j'en ai reçu 2 en 4 ans. Je compte donc pour 2 là-dedans.
Avatar de skillas skillas - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 07/12/2017 à 22:08
j'en ai reçu une au tout début de leur mise en route. Peerblock a solutionné la question depuis ces années là; meme pas eu besoin de migrer du p2p au ddl. La "non-affaire" suivante c'est l'attribution de leurs missions au CSA. Dramas parlementaires en vue ^^
Avatar de orygynz orygynz - Membre averti https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 9:35
Citation Envoyé par skillas Voir le message
j'en ai reçu une au tout début de leur mise en route. Peerblock a solutionné la question depuis ces années là; meme pas eu besoin de migrer du p2p au ddl. La "non-affaire" suivante c'est l'attribution de leurs missions au CSA. Dramas parlementaires en vue ^^
Avatar de Grogro Grogro - Membre expert https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 9:40
Citation Envoyé par skillas Voir le message
j'en ai reçu une au tout début de leur mise en route. Peerblock a solutionné la question depuis ces années là; meme pas eu besoin de migrer du p2p au ddl. La "non-affaire" suivante c'est l'attribution de leurs missions au CSA. Dramas parlementaires en vue ^^
D'après ce que j'ai lu, Peerblock permet de bloquer des connexion entrantes spécifiques.
" PeerBlock est un outil qui vous permet de bloquer certaines adresses IP d'accéder à votre ordinateur, les empêchant de vous espionner ou de savoir ce que vous téléchargez."

Donc Hadopi n'a qu'une plage d'IP publiquement connues et limitées pour espionner les vilains pirates ? Combien ça nous coûte en argent public cette drôlerie ?
Avatar de SurferIX SurferIX - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 10:10
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
Donc Hadopi n'a qu'une plage d'IP publiquement connues et limitées pour espionner les vilains pirates ?
Bien sûr. HADOPI n'est qu'une excuse (parmi tant d'autres) pour détourner les fonds publiques.

Citation Envoyé par Grogro Voir le message
Combien ça nous coûte en argent public cette drôlerie ?
Personnellement j'aurais pas mis le smiley ptdr parce que moi, ça ne me fait pas rire, de donner une partie de mes impôts pour ça.
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 10:20
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
D'après ce que j'ai lu, Peerblock permet de bloquer des connexion entrantes spécifiques.
" PeerBlock est un outil qui vous permet de bloquer certaines adresses IP d'accéder à votre ordinateur, les empêchant de vous espionner ou de savoir ce que vous téléchargez."

Donc Hadopi n'a qu'une plage d'IP publiquement connues et limitées pour espionner les vilains pirates ? Combien ça nous coûte en argent public cette drôlerie ?
Point du tout, ce sont les majors qui espionnent les réseaux, repèrent les IP françaises impliquées dans du P2P et les remonte à Hadopi. Hadopi associe l'IP au nom et continue la procédure.
C'est très con ce système car les majors ne surveillent que les blockbuster qui sont déjà rentabilisés rien qu'au passage au cinéma, et les petits réalisateurs ou musiciens indépendant n'ont pas les moyens de protéger leurs créations, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 10:33
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
et les petits réalisateurs ou musiciens indépendant n'ont pas les moyens de protéger leurs créations, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin.
Ça dépend comment on regarde.
Télécharger des morceaux d'un petit groupe les fait connaître.
Aujourd'hui ils mettent leur morceaux sur SoundCloud ou YouTube et ce n'est pas monétisé.
Tu peux télécharger des morceaux d'un groupe et acheter leur album ou aller les voir en concerts.

Il y a une histoire sympa, c'est celle du film "La Classe américaine : Le Grand Détournement" la Warner Bros a autorisé Canal + a le diffusé une seule fois.
Le film a ensuite était partagé en copiant des VHS.
Après il a été partagé sur les réseaux P2P.
Et aujourd'hui il doit être sur YouTube.
Aujourd'hui ce film est mythique.

C'est marrant de voir 3 ères de piratage.

En tout cas l'industrie du disque est à la ramasse, ils doivent se mettre à jour, mais ils n'ont pas d'idée...
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 11:49
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça dépend comment on regarde.
Télécharger des morceaux d'un petit groupe les fait connaître.
Evidement, je suis partisan aussi du "piratage publicité", mais cette stratégie à une grosse inertie financière : tu pirate à T-0 et c'est à T+3/4 mois que tu commence a avoir des retombées en concert ou des trucs comme ça... alors que tu si achète le disque à T-0, tu as le pognon à T-0.

Ce sont les deux faces d'une même pièce. et quand on regarde l'objectif d'hadopi, avec leur point de vue, qui est "Limiter le piratage de ces pauvres artistes qui ne peuvent subsister", et bien cet objectif n'est pas atteind car c'est exactement les artistes qui on les moyen de se protéger, et qui ne font pas que "subsister" qui profitent du système.
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 11:53
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
alors que tu si achète le disque à T-0, tu as le pognon à T-0.
Dans l'ancien système les artistes ne gagnaient que dalle par CD vendu, tout était ramassé par la maison de disque.
Mais maintenant je crois que ça va beaucoup mieux car les groupes se débrouillent sans maison de disque.
Aujourd'hui on peut s'en passer, donc c'est cool.

Bon par contre les radios et la TV sont à la ramasse, heureusement que les gens les écoutent de moins en moins.
Avatar de Michedou Michedou - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 11:57
Si vous cherchez du boulot et avez quelques connaissances parmi certains politiciens créez une structure comme Hadopi (Mais il y en a plein d'autres, thèmes: Ecologie, défense du consommateur, lutte contre la contrefaçon, défense d'autres trucs à la mode...) et vous vous retrouverez patron d'une boîte payée par l'Etat avec un bon salaire sans devoir faire preuve de rentabilité!

Posté par un Belge, pays dans lequel la police bloque l'accès à The PirateBay... mais tous le monde connais the proxy Bay... encore un coup dans l'eau, et ils sont payés faire pour ça!
Avatar de AoCannaille AoCannaille - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 13:14
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Dans l'ancien système les artistes ne gagnaient que dalle par CD vendu, tout était ramassé par la maison de disque.
Pas grand chose, c'est plus que rien du tout.
Mais maintenant je crois que ça va beaucoup mieux car les groupes se débrouillent sans maison de disque.
On est d'accord.
Avatar de orygynz orygynz - Membre averti https://www.developpez.com
le 08/12/2017 à 14:34
Citation Envoyé par Grogro Voir le message
D'après ce que j'ai lu, Peerblock permet de bloquer des connexion entrantes spécifiques.
" PeerBlock est un outil qui vous permet de bloquer certaines adresses IP d'accéder à votre ordinateur, les empêchant de vous espionner ou de savoir ce que vous téléchargez."

Donc Hadopi n'a qu'une plage d'IP publiquement connues et limitées pour espionner les vilains pirates ? Combien ça nous coûte en argent public cette drôlerie ?
C'est la raison de mon smiley, j'ai du mal à croire que Peerblock empêche de se faire choper par l'Hadopi.
On sait qu'ils surveillent des fichiers, dès que tu récupères un fichier, ton IP est listé donc je ne vois pas trop l'intervention de Peerblock dans ce cas précis vu qu'elle ne se connecte pas à ton PC.
C'est une société (TMG au dernières nouvelles) qui gèrent la collecte.
Sachant qu'ensuite, ton FAI doit fournir les noms qui vont avec les IPs récoltés...

http://www.numerama.com/politique/12...aq-savoir.html

En pratique, pour détecter une adresse IP la société TMG commence un téléchargement d’une œuvre (parmi une liste secrète déterminée par les ayants droit) sur BitTorrent ou eMule, et note l’adresse IP de tous ceux qui la partagent. Ces détections font alors l’objet de procès verbaux de la part des agents assermentés des organisations qui l’ont mandatée.
Du coup, je veux bien une explication de skillas car d'un point de vue réseau, ça m'intéresse ... Sans réponse, pour moi, ce sont des grosses c****...

Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Point du tout, ce sont les majors qui espionnent les réseaux, repèrent les IP françaises impliquées dans du P2P et les remonte à Hadopi. Hadopi associe l'IP au nom et continue la procédure.
C'est très con ce système car les majors ne surveillent que les blockbuster qui sont déjà rentabilisés rien qu'au passage au cinéma, et les petits réalisateurs ou musiciens indépendant n'ont pas les moyens de protéger leurs créations, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin.
Même si la majorité vient des blockbusters, ce n'est pas exclusif...
Au lancement d'Hadopi, ils avaient analysés les fichier surveillés et il y avait un mélange avec plusieurs choses dont les films qui passaient à la TV la semaine avant par exemple. Et là, tu pouvais retrouver des films français tout pourri...
Au démarrage d'Hadopi, tu étais aussi tranquille à partir du moment où tu partais sur du VOST car ce n'était pas la majorité du choix des pirates français, etc... etc... (ce qui n'est plus le cas aujourd'hui)
Avatar de MClerc MClerc - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 11/12/2017 à 9:06
Pour info :
L'Hadopi compte environ 70 employés, coûtant à l'État plus de 3 millions/an.
Le salaire moyen est donc plutôt élevé, mais je n'ai pas le salaire médian.

Le secrétaire général d'Hadopi a, pour sa part, un salaire de 180 000 €/an

Bon an mal an, cette institution absorbe 8 à 10 millions d'€ de subventions.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil