La Russie aurait utilisé tous les principaux outils de médias sociaux pour favoriser l'élection de Donald Trump
Selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

63PARTAGES

13  0 
Un nouveau rapport, qui fournit une analyse de la campagne de désinformation menée par la Russie lors des l'élection présidentielles américaines de 2016, révèle que toutes les grandes plateformes de médias sociaux ont été utilisées pour diffuser des mots, des images et des vidéos dans le but d'influencer les électeurs pour favoriser l'élection du président Donald Trump et le soutenir dans l'exercice de ses fonctions. Ce rapport est la suite d'une recherche menée par le Computational Propaganda Project de l’Université d’Oxford et Graphika, une entreprise d’analyse de réseaux sociaux. Le rapport, dont le quotidien américain The Washington Post a obtenu un brouillon, est le premier à analyser les millions de postes fournis par les grandes entreprises de technologie au Comité du renseignement du Sénat dirigé par le sénateur républicain Richard Burr, qui en est le son président, et le sénateur démocrate Mark Warner. Le Sénat n'a pas précisé s'il approuvait les conclusions de ce rapport et prévoit de le rendre publique plus tard cette semaine.

Le rapport offre de nouveaux détails sur la manière dont les Russes travaillant à l’Internet Research Agency auraient influencé les Américains lors des élections présidentielles de 2016 avec des infox. Les données utilisés par les chercheurs pour cette analyse ont été fournis par Facebook, Twitter et Google et couvraient plusieurs années jusqu'à mi-2017, lorsque les sociétés de médias sociaux ont réprimé les comptes russes connus. Précisons que le rapport, qui a également analysé les données fournies séparément aux membres du Comité du renseignement de la Chambre, ne contient aucune information sur des événements politiques plus récents, tels que les élections de mi-mandat de novembre dernier par exemple.


Le rapport présente certaines des premières analyses détaillées du rôle joué par YouTube et Instagram dans la campagne russe, ainsi que des anecdotes sur la manière dont les Russes utilisaient d'autres plates-formes de médias sociaux à savoir Google+, Tumblr et Pinterest, dont on a très peu parler. Les Russes auraient également utilisé des comptes de messagerie provenant de Yahoo, du service Hotmail de Microsoft et de Gmail de Google. Les chercheurs, bien qu'ils se sont basés sur les données fournies par les sociétés de technologie, ont également souligné dans le rapport la « réponse tardive et non coordonnée » des sociétés à la campagne de désinformation et, une fois découvert, leur échec à en partager davantage les informations avec les enquêteurs.

Facebook a fourni au Sénat des copies des publications de 81 pages Facebook et des informations sur 76 comptes utilisés pour acheter des publicités, mais n'a pas partagé les publications d'autres comptes d'utilisateurs gérés par l'IRA, indique le rapport. Twitter, quant à lui, rend difficile pour les chercheurs extérieurs la collecte et l’analyse de données sur sa plateforme via son flux public, ont indiqué les chercheurs. Google a soumis les informations d'une manière particulièrement difficile à gérer pour les chercheurs, en proposant des contenus tels que des vidéos YouTube, mais pas les données associées qui auraient permis une analyse plus complète. Car les informations sur YouTube étaient si difficiles à étudier pour les chercheurs, ont-ils écrit.

« Les médias sociaux sont devenus l’infrastructure naturelle de partage des revendications collectives et de coordination de l’engagement civique pour devenir un outil informatique de contrôle social, manipulé par des consultants politiques avisés et à la disposition des politiciens des démocraties et des dictatures », indique le rapport. Au cours des trois années couvertes par le rapport, les publications russes sur Instagram auraient généré 185 millions de « like » et 4 millions de commentaires d'utilisateurs.

Bien que les chercheurs aient eu du mal à interpréter les données YouTube soumises par Google, ils ont pu suivre les liens d'autres sites vers YouTube pour comprendre le rôle joué par la plateforme vidéo. « L'utilisation intensive par l'IRA de liens vers des vidéos YouTube ne laisse aucun doute sur son intérêt à tirer parti de la plateforme vidéo de Google pour cibler et manipuler le public américain », indique le rapport. L'utilisation de YouTube, à l'instar des autres plateformes, semble avoir augmenté après l'élection de Trump. Selon les données, les liens Twitter vers des vidéos YouTube ont augmenté de 84 % au cours des six mois qui ont suivi l'élection.

Le rapport montre que les Russes ont travaillé astucieusement sur plusieurs plates-formes afin d'affiner leur tactique visant des groupes particuliers, en affichant des liens entre comptes et sites afin de renforcer le succès de l'opération d'influence sur chacune d'elles. "Black Matters US", un des sites indexés par le rapport, avait des comptes sur Twitter, Facebook, Instagram, YouTube, Google+, Tumblr et PayPal, selon les chercheurs. En reliant les postes sur ces plateformes, les agents russes ont pu solliciter des dons, organiser des manifestations et des rassemblements dans le monde réel et diriger le trafic en ligne vers un site Web contrôlé par les Russes.

Les chercheurs ont constaté que lorsque Facebook a fermé sa page en août 2016, un nouveau site appelé « BM » est apparu avec beaucoup plus de messages culturels et moins de messages politiques. Selon le rapport, des agents ont également commencé à acheter des publicités Google pour promouvoir le site Web « Black Matters US » avec des messages provocateurs tels que « les flics tuent des enfants noirs. Etes-vous sûr que votre fils ne sera pas le prochain ? ». Le compte Twitter associé s'est plaint de la suspension de la page Facebook, accusant la société de technologie de « soutenir la suprématie blanche ».

Rappelons que depuis 2016, les rumeurs selon lesquelles les pirates russes auraient influencé les élections présidentielles américaines par des attaques informatiques ne cessent de s’amplifier. Hillary Clinton aurait même perdu les élections à cause de ces attaques informatiques et du piratage de ses mails, d'après les démocrates US. Et c'est la Russie qui a été le plus souvent pointée du doigt par les autorités américaines pour ces attaques observées lors des élections présidentielles américaines de 2016. Le directeur du renseignement américain, James Clapper, dans un communiqué commun avec le département de la sécurité intérieure avait en effet déclaré en 2016 que « L’USIC (U.S. Intelligence Community) est certaine que le gouvernement russe a dirigé les récentes fuites d’emails de citoyens et institutions américains, incluant des organisations politiques.

Les publications des emails piratés sur des sites comme DCLeaks.com et Wikileaks et par Guccifer 2.0 sont conformes aux méthodes et aux motivations d’efforts russes. Ces vols et ces piratages ont pour but d’interférer dans le processus électoral américain ». La CIA aurait même intercepté les « instructions spécifiques » de Poutine pour pirater les élections présidentielles de 2016. Il y a quelques mois, le Procureur général des États-Unis Jeff Sessions a mis en place une équipe pour enquêter sur les cyberingérences suite à ces inquiétudes. Et comme on pouvait s'y attendre, le département américain de la Justice a déposé ce vendredi, des accusations criminelles qui accusent 12 officiers des renseignements russes d'avoir exécuté les attaques de 2016 contre le Comité national démocrate et la campagne d'Hillary Clinton.

Source : The Washington Post

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Ingérence étrangère dans les élections US de 2016 : les agents russes auraient utilisé le bitcoin pour financer le piratage du DNC

Ingérence étrangère dans les élections US de 2016 : 12 officiers russes accusés d'avoir piraté le Comité national démocrate et la campagne Clinton

L'ingérence russe dans l'élection américaine sous-estimée par Facebook, Twitter et Google ? Les entreprises seront entendues au Sénat

Facebook aurait transmis aux autorités des informations relatives aux pubs achetées par un troll russe pour influencer la campagne présidentielle

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 16:19
ben, c'est un peu le principe des jeux de pouvoir depuis l'antiquité, non? Il n'y a que moi que ça ne surprend pas?
Avatar de Cpt Anderson
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 16:36
On parle du coup d'état en Ukraine ou pas ?
Avatar de Cassoulatine
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 18:11
On en parle des grands médias US qui étaient et sont unanimement anti-Trump, qui ont relayé tout et n'importe quoi contre lui ?

On en parle des US qui interfèrent dans les pouvoirs politiques de l'intégralité de la planète ? Qui bombardent et font des coup d'Etat (Iraq, Lybie, tentative en Syrie avant Trump) ?

Ah tiens ça non, étonnant.
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 18:31
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
À part qu'il y avait une femme russe dans la NRA, cela ne m'apprend pas grand chose de concret.

On pourrait même y trouver des femmes chinoises, canadiennes, hongroises, cela ne signifie rien en soit.
Tiens, depuis cette femme a plaidé coupable de conspiration envers les états unis : https://www.theguardian.com/us-news/...lty-conspiracy

Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
ben, c'est un peu le principe des jeux de pouvoir depuis l'antiquité, non? Il n'y a que moi que ça ne surprend pas?
Je suis d'accord qu'il n'y a pas de quoi sauter au plafond, ça reste tout de même intéressant d'enquêter pour comprendre a posteriori toutes les ficelles d'une élection.

Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
On en parle des grands médias US qui étaient et sont unanimement anti-Trump, qui ont relayé tout et n'importe quoi contre lui ?
Raté. En deux mots : Fox News.

Citation Envoyé par Cassoulatine Voir le message
On en parle des US qui interfèrent dans les pouvoirs politiques de l'intégralité de la planète ? Qui bombardent et font des coup d'Etat (Iraq, Lybie, tentative en Syrie avant Trump) ?

Ah tiens ça non, étonnant.
Au moins avec Trump, il est tellement cinglé et lunatique que les liens diplomatiques avec les autres pays s'effritent, ce qui a pour effet de faire reculer un peu le rôle de super police de la planète (politique et économique) que se donne les USA. On remet de plus en plus en cause l'extra territorialité du dollar, du jeu des sanctions empêchant d’investir dans certains pays, etc.
Avatar de ultimatemanu
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 18:40
Je vais certainement pas être très politiquement correct là, mais j'ai envie de dire "et alors ???"
Cette polémique sur l'élection de Trump me fait un peu penser à celle que l'on a en France avec des gens qui ne digèrent pas les résultats de la dernière élection.
Aux U.S. si les démocrates avaient compris les enjeux du numérique et des réseaux sociaux couplés avec le ciblage des quelques comtés qui ont fait basculer l'élection, ils auraient gagnés. Ils étaient trop sûrs d'eux, Hillary se voyait déjà première présidente de l'histoire et s'affichait à longueur de temps avec le tout Hollywood et autres stars.
Trump en ayant tous les médias conventionnels contre lui, en étant hyper-vulgaire et misogyne a été élu. C'est pas la circulation de qqs fake-news et l'utilisation de FB qui lui a apporté 10% de plus, non? J'ai l'impression que ses adversaires se sont pris les pieds dans le tapis tous seuls, et que ça ils ne l'ont toujours pas digéré. Maintenant ils feront attention la prochaine fois.
Donc alors oui cela peut être problématique parce que c'est une puissance étrangère qui a aidé, mais sinon, rien à dire. L'autre camp a perdu.
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 18:42
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message

Raté. En deux mots : Fox News.
Bah évident, étant donné que la nouvelle tape sur le monde du numérique qui a soutenu Clinton dans l'ensemble.
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 18:48
Citation Envoyé par ultimatemanu Voir le message
Je vais certainement pas être très politiquement correct là, mais j'ai envie de dire "et alors ???"
Cette polémique sur l'élection de Trump me fait un peu penser à celle que l'on a en France avec des gens qui ne digèrent pas les résultats de la dernière élection.
Aux U.S. si les démocrates avaient compris les enjeux du numérique et des réseaux sociaux couplés avec le ciblage des quelques comtés qui ont fait basculer l'élection, ils auraient gagnés. Ils étaient trop sûrs d'eux, Hillary se voyait déjà première présidente de l'histoire et s'affichait à longueur de temps avec le tout Hollywood et autres stars.
Trump en ayant tous les médias conventionnels contre lui, en étant hyper-vulgaire et misogyne a été élu. C'est pas la circulation de qqs fake-news et l'utilisation de FB qui lui a apporté 10% de plus, non? J'ai l'impression que ses adversaires se sont pris les pieds dans le tapis tous seuls, et que ça ils ne l'ont toujours pas digéré. Maintenant ils feront attention la prochaine fois.
Donc alors oui cela peut être problématique parce que c'est une puissance étrangère qui a aidé, mais sinon, rien à dire. L'autre camp a perdu.
Tu as en partie raison. La polémique en elle même n'est effectivement qu'une polémique. La vrai question étant est-ce que des lois ont été bafoués. C'est ce sur quoi le procureur spécial Mueller est en trains d'enquêter. Si des faits seront reproché à Trump on ne sera plus dans la simple polémique, sinon on y restera. Pour le moment ce qu'on peut tirer de l'enquête, à la vue de tous ses associés qui sont tombés, c'est que Trump s'est entouré depuis 20 ans d'une belle bande de truands.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 21:27
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Tiens, depuis cette femme a plaidé coupable de conspiration envers les états unis : https://www.theguardian.com/us-news/...lty-conspiracy
Je viens de lire rapidement… c'est franchement pauvre.
N'importe quel militant rejoint un parti politique pour changer les choses, le faire gagner, bref l'influencer.
Tu as des personnes sont très opportunistes, qui vont essayer de gravir les échelons, bref, des politiciens.
Rien de vraiment nouveau sous le soleil.

Pour le moment elle semble juste avoir plaidé coupable, mais je n'ai pas vu de grandes révélations choquantes.
De même, ce n'est pas parce qu'elle plaide coupable qu'elle confirme l'entièreté de la thèse de l'accusation, il faudrait qu'on ai ses aveux complets pour juger. De ce que j'ai lu rapidement, là on n'a vraiment rien.

Ensuite, rappelons tout de même que même en Justice, témoignage et aveux ne sont pas preuves, et qu'on essaye au maximum d'avoir des preuves matérielles. Notamment parce que les faux-témoignages et faux-aveux existent. Que ce soit e.g. pour protéger quelqu'un, pour bénéficier des réductions de peines si on se sent déjà condamné, pour faire cesser un harcèlement/torture, pour cacher un crime plus grand, etc.
C'est pour cela qu'il nous faut des preuves matérielles.

/!\ Je vous sens venir à des kilomètres, je précise donc pour ceux qui en ont besoin. Je ne dis pas qu'elle a été torturée/harcelée, etc. Je ne dis pas que ses aveux sont des faux-aveux. Je dis juste que les faux-aveux existent, et que c'est parce qu'ils existent qu'on ne se contente pas de simples aveux, et que la Justice requiert généralement des preuves matérielles. Je précise juste le fonctionnement "normal" de la Justice, et donne juste des indications sur les raisons de ce fonctionnement.
Merci donc de ne pas me faire dire ce que je ne dis pas.

Si l'accusée est coupable et a décidée de coopérer, j'ai nul doute que les preuves matérielles nous seront bientôt disponibles.
Mais jusqu'à ce que ce moment arrive, je reste sur ma faim.
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 21:36
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Pour le moment ce qu'on peut tirer de l'enquête, à la vue de tous ses associés qui sont tombés, c'est que Trump s'est entouré depuis 20 ans d'une belle bande de truands.
Je ne veux pas tomber dans du "tous des pourris", mais dès qu'on mélange politique et argent, les truands ne sont jamais bien loin.
Il n'y a qu'à voir en France le nombre de scandales qu'on peut avoir sur nos politiques.

S'étonner de voir des truands dans l'entourage d'un politicien… c'est juste découvrir la politique.

Je ne dis pas que c'est normal, je ne dis pas que c'est bien, je ne dit pas qu'il ne faut pas lutter contre, je ne minimise pas les faits, juste qu'il ne faut pas non plus redécouvrir l'eau chaude.
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/12/2018 à 21:55
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Je ne veux pas tomber dans du "tous des pourris", mais dès qu'on mélange politique et argent, les truands ne sont jamais bien loin.
Il n'y a qu'à voir en France le nombre de scandales qu'on peut avoir sur nos politiques.

S'étonner de voir des truands dans l'entourage d'un politicien… c'est juste découvrir la politique.

Je ne dis pas que c'est normal, je ne dis pas que c'est bien, je ne dit pas qu'il ne faut pas lutter contre, je ne minimise pas les faits, juste qu'il ne faut pas non plus redécouvrir l'eau chaude.
Ce qui me surprend en fait c'est la rapidité avec lesquelles les enquêtes et les jugements sont menés aux Etats Unis. Pour Michael Cohen je crois que cela a pris à peine 6 mois entre sa mise en examen et son jugement, avec 7 ou 8 charges différentes à la base. Il s'agit d'une procédure musclée (pas mal d'enquêteurs épaulant Mueller), les plea deals ont permis d'aller plus vite, mais cela reste une justice extrêmement efficace. En France le peu de politiques qui se font attrapé décèdent avant qu'une procédure soit terminée...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web