Ingérence étrangère dans les élections US de 2016 : 12 officiers russes accusés
D'avoir piraté le Comité national démocrate et la campagne Clinton

Le , par Bill Fassinou

138PARTAGES

15  0 
Depuis 2016, les rumeurs selon lesquelles les pirates russes auraient influencé les élections présidentielles américaines par des attaques informatiques ne cessent de s’amplifier. Hillary Clinton aurait même perdu les élections à cause de ces attaques informatiques et du piratage de ses mails, d'après les démocrates US. Et c'est la Russie qui a été le plus souvent pointée du doigt par les autorités américaines pour ces attaques observées lors des élections présidentielles américaines de 2016.

Le directeur du renseignement américain, James Clapper, dans un communiqué commun avec le département de la sécurité intérieure avait en effet déclaré en 2016 que « L’USIC (U.S. Intelligence Community) est certaine que le gouvernement russe a dirigé les récentes fuites d’emails de citoyens et institutions américains, incluant des organisations politiques. Les publications récentes des emails piratés sur des sites comme DCLeaks.com et Wikileaks et par Guccifer 2.0 sont conformes aux méthodes et aux motivations d’efforts russes. Ces vols et ces piratages ont pour but d’interférer dans le processus électoral américain ».

La CIA aurait même intercepté les « instructions spécifiques » de Poutine pour pirater les élections présidentielles de 2016. Il y a quelques mois, le Procureur général des États-Unis Jeff Sessions a mis en place une équipe pour enquêter sur les cyberingérences suite à ces inquiétudes. Et comme on pouvait s'y attendre, le département américain de la Justice a déposé ce vendredi, des accusations criminelles qui accusent 12 officiers des renseignements russes d'avoir exécuté les attaques de 2016 contre le Comité national démocrate et la campagne d'Hillary Clinton.


Le Département de la Justice a annoncé qu' « un grand jury du district de Columbia a renvoyé un acte d'accusation présenté par le bureau du conseiller spécial. L'acte d'accusation accuse douze ressortissants russes pour avoir commis des crimes fédéraux qui étaient destinés à interférer avec l'élection présidentielle américaine de 2016. Les douze accusés sont membres du GRU, une agence de renseignements de la Fédération de Russie au sein de la Direction des renseignements de l'armée russe. Ces officiers du GRU, dans leurs fonctions officielles, se sont engagés dans un effort soutenu pour pirater les réseaux informatiques du Comité de la campagne du Congrès démocratique, du Comité national démocrate et de la campagne présidentielle de Hillary Clinton et ont publié ces informations sur Internet sous les noms "DCLeaks" et "Guccifer 2.0" et à travers une autre entité ».

Les actes d'accusation ont été déposés par le procureur spécial Robert Mueller et divulgués par le sous-procureur général Rod Rosenstein lors d'une conférence de presse à Washington DC. À travers ces actes, les États-Unis d’Amérique déclarent la guerre à tous les pirates et acteurs impliqués dans la cyberingérence de 2016. « Ensemble avec nos partenaires de l'application de la loi, le Département de la Justice est résolu à trouver, identifier et à traduire en justice toute personne qui interfère avec les élections américaines », a déclaré Rosenstein.

Selon l'acte d'accusation, « l'objectif de la conspiration était de pirater les ordinateurs des personnes et des entités américaines impliquées dans l'élection présidentielle américaine de 2016, voler des documents à partir de ces ordinateurs et mettre en scène les documents volés pour interférer avec l'élection présidentielle américaine de 2016 ». L'équipe de Mueller aurait déterminé qu'une personne s'appellant Guccifer 2.0 et qui a divulgué des documents DNC sensibles dans les mois qui ont précédé les élections de 2016 est un officier de renseignement russe. Mais Guccifer 2.0 aurait nié cela et a indiqué avoir piraté la DNC de manière indépendante sans aucune implication de la Russie.

Cependant, les procureurs disent avoir la preuve du contraire. Car, Guccifer 2.0 aurait oublié d'utiliser un réseau privé virtuel pour accéder à une plateforme de médias sociaux basée aux États-Unis et son adresse IP serait située à Moscou. « Les membres de l'unité 74455 ont également conspiré pour pirater les ordinateurs des conseils d'État des élections, les secrétaires d'État et les entreprises américaines qui fournissaient des logiciels et d'autres technologies liées à l'administration des élections pour voler les données des électeurs stockées sur ces ordinateurs », selon la Justice américaine.

L'acte d'accusation

Source : Département de la justice, The Daily Beast

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

USA : la CIA avait intercepté les « instructions spécifiques » de Poutine pour pirater les élections présidentielles de 2016 selon le Washington Post

Russie et USA s'accusent mutuellement d'ingérence dans les élections mais ce sont leurs entreprises technologiques qui en font les frais

L'ingérence russe dans l'élection américaine sous-estimée par Facebook, Twitter et Google ? Les entreprises seront entendues au Sénat

États-Unis : la Russie est responsable du piratage du DNC et les cyberattaques liées à la campagne présidentielle américaine

La Russie serait à l'origine d'attaques informatiques contre des organismes du parti des Démocrates visant à influencer les élections aux États-Unis

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/07/2018 à 16:29
Les américains et le reste du monde n'ont pas supporté l'élection de Trump, et cherchent à l'enfoncer par tous les moyens, que ce soit directement ou indirectement.

Un peu comme un mauvais perdant qui accuse la manette, le vent, ou le soleil, et cherche tout prétexte pour justifier sa défaite.

Que ce soit des petites piques gratuites dans sur sujets qui n'ont rien à voir, ou des critiques fondées, ils sont tellement content quand ils ont une occasion de l'enfoncer. Tant qu'on ne sait même plus si le but des journalistes est de nous informer, ou d'enfoncer Trump. Ainsi, même quand la critique est fondée, on retient plus le comportement jubilatoire du journaliste, que la critique en elle-même, jusqu'à être plus choqué par le comportement du journaliste, que du scandale.

Pourtant, on peut critiquer Trump sur beaucoup de choses, or de l'attaquer gratuitement ne fera que lui donner un statu de victime, et de donner une impression d'injustice. Jamais le parti adverse ne s'est remis en question depuis sa défaite, qu'ils attribuent au sexisme, racisme des électeurs, ou à l'ingérence russe. Je vous le prédits, s'ils continuent comme cela, ils vont aussi perdre la prochaine.
Avatar de agripp
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 14/07/2018 à 17:27
Des pirates qui pirates tout et n'importe quoi, il y en a partout dans le monde ! Des info confidentielles et compromettantes ont été publiées sur tout le monde en 2016 et quand certaines se faisaient "attraper par la chatte" il fait bien dite qu'un candidat à la présidence se faisait "attraper par la queue". On pourrait presque évoquer un échange de mauvais procédés, non entre les candidats mais entre leurs partisans. De là à accuser l’État Russe d'avoir influencé le résultat des élections, il y a un pas immense que je ne franchirais pas ! A mon avis, les chantres du "politiquement correct" ont perdu les élections parce qu'ils étaient (et sont toujours) complètement déconnectés de la pensée et de la sensibilité et de la vision du monde de "l'américain populaire" ! Quand le "politique correct" s'indigne des boutades de Trump, l'américain populaire reconnaît ses propos de vestiaire ou de bistro et voit un candidat qui va peut-être desserrer l'étau d'un certain "puritanisme social". Il n'approuve surement pas toutes les positions de Trump mais il y a de grandes chances qu'à ses yeux, ce candidat est traîné dans la boue pour des vétilles...
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/07/2018 à 4:57
Une mise en accusation ne veut pas dire grand chose. Et comme la Russie n'a aucun traité d'extradition. C'est tout simplement du spectacle pour tenter de justifier son enquête.
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/07/2018 à 15:10
Ingérence étrangère dans les élections US de 2016 : les agents russes auraient utilisé le bitcoin
pour financer le piratage du DNC

Pour rappel, le vendredi dernier, le Département de la Justice a annoncé qu' « un grand jury du district de Columbia a renvoyé un acte d'accusation présenté par le bureau du conseiller spécial. L'acte accuse douze ressortissants russes d'avoir commis des crimes fédéraux qui étaient destinés à interférer avec l'élection présidentielle américaine de 2016. Les douze accusés sont membres du GRU, une agence de renseignements de la Fédération de Russie au sein de la Direction des renseignements de l'armée russe. Ces officiers du GRU, dans leurs fonctions officielles, se sont engagés dans un effort soutenu pour pirater les réseaux informatiques du Comité de la campagne du Congrès démocratique, du Comité national démocrate et de la campagne présidentielle de Hillary Clinton et ont publié ces informations sur Internet sous les noms "DCLeaks" et "Guccifer 2.0" ».


L'un des chefs d'accusation indique que les accusés auraient utilisé le bitcoin pour financer cette opération de piratage. « Pour faciliter l'achat d'infrastructures utilisées pour leur activité de piratage, y compris le piratage informatique des personnes et entités américaines impliquées dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et la diffusion des documents volés, les accusés ont conspiré pour blanchir l'équivalent de plus de 95 000 dollars des transactions structurées pour capitaliser sur l'anonymat perçu des cryptomonnaies telles que le bitcoin », selon l'acte d'accusation.

Cette somme aurait servi pour l'achat des serveurs, l'enregistrement des noms de domaine et « bon nombre de ces paiements ont été traités par des sociétés situées aux États-Unis, fournissant des services de traitement des paiements aux sociétés d'hébergement, d'enregistrement de domaines et à d'autres fournisseurs, tant nationaux qu'internationaux », précise l'acte d'accusation. La cryptomonnaie aurait permis aux conspirateurs d'éviter les relations directes avec les institutions financières traditionnelles et d'échapper ainsi à un examen plus minutieux de leurs identités et de leurs sources de financement.

« Pour éviter de laisser de traces de tous leurs achats, les conspirateurs ont acheté les infrastructures en utilisant des centaines de comptes de messagerie différents, en utilisant dans certains cas un nouveau compte pour chaque achat. Les conspirateurs ont utilisé des noms et des adresses fictifs afin d'obscurcir leurs identités et leurs liens avec la Russie et le gouvernement russe », selon l'acte d'accusation. Cependant, les enquêteurs auraient réussi à lier les messages de « plusieurs comptes email dédiés » aux transactions correspondantes sur la blockchain Bitcoin. Selon l'acte d'accusation, les accusés faisaient parfois les paiements en bitcoin sur les mêmes ordinateurs qu'ils utilisaient pour mener leur attaque.

Voilà qui peut relancer le débat sur la régulation de la cryptomonnaie. Ce n'est pas la première fois que les personnes malintentionnées se servent de la monnaie cryptographique pour mener des attaques. Plusieurs personnes associent le bitcoin aux activités criminelles surtout à cause de ces actes-là. En 2017, lorsque les ransomwares WannaCry et Petya ont fait parler d’eux, les malfaiteurs cachés derrière ces maliciels ont réclamé des paiements en bitcoin à leurs victimes pour déverrouiller les ordinateurs qu'ils ont infectés.

Le bitcoin est utilisé de différentes façons à des fins criminelles. Cette monnaie est utilisée par certains pour acheter sur internet des articles prohibés en toute quiétude. D'autres l'utilisent aussi, du fait de l’anonymisation des transactions, pour introduire dans le circuit légal, de l’argent obtenu frauduleusement. Les fraudeurs utiliseraient le système de paiement en bitcoin pour cacher des fonds sur la toile afin de payer moins d’impôts. À tout cela s'ajoute son influence sur les indices boursiers. Cela inquiète les autorités et gouvernements qui sonnent l'alerte pour la régulation des cryptomonnaies notamment le bitcoin.

En février dernier, la France et l'Allemagne ont officiellement appelé le G20 à se saisir du dossier des cryptomonnaies et de leur impact économique et monétaire. Depuis l'année passée déjà, les gouvernements britannique et américain envisageaient d’adopter de nouvelles règles afin de réprimer les utilisateurs qui feraient usage du bitcoin à des fins frauduleuses. Les autorités britanniques pensaient même « mettre à jour la réglementation afin d’intégrer les plateformes virtuelles d’échange de devises dans la lutte contre le blanchiment d’argent et la réglementation du financement du terrorisme ».

L'acte d'accusation

Source : MIT Technology Review

Et vous ?

Que pensez-vous de l'utilisation criminelle de la cryptomonnaie ?
Comment les autorités peuvent-elles parvenir à réglementer l'utilisation des cryptomonnaies ?

Voir aussi

USA : la CIA avait intercepté les « instructions spécifiques » de Poutine pour pirater les élections présidentielles de 2016 selon le Washington Post

Russie et USA s'accusent mutuellement d'ingérence dans les élections mais ce sont leurs entreprises technologiques qui en font les frais

L'ingérence russe dans l'élection américaine sous-estimée par Facebook, Twitter et Google ? Les entreprises seront entendues au Sénat

États-Unis : la Russie est responsable du piratage du DNC et les cyberattaques liées à la campagne présidentielle américaine

La Russie serait à l'origine d'attaques informatiques contre des organismes du parti des Démocrates visant à influencer les élections aux États-Unis
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2018 à 2:53
Bientôt la presse du monde libre nous apprendra que ces agents russes avaient établit des contacts avec la NRA et les climatos-sceptiques

Je suis heureux que l'Amérique agisse ainsi pour protéger la jeunesse
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2018 à 8:34
Trump n'y croit pas trop et tout le monde le déteste pour ça ^^ (d'après les médias).
«La plus grave erreur de sa présidence», Trump crucifié après sa rencontre avec Poutine
Une avalanche de critiques déferle sur le président américain après sa rencontre avec Vladimir Poutine. Elles viennent de partout, des démocrates, évidemment, mais aussi des républicains et de ses plus farouches supporteurs. Alors qu’il a refusé de condamner les actions de la Russie, semblant accepter les propos de Vladimir Poutine, qui a juré que Moscou n’avait « jamais tenté d’interférer » avec l’élection américaine, Donald Trump a fait « la plus grave erreur de sa présidence ». C’est le républicain Newt Gingrich, qui défend Trump depuis le premier jour, qui l’affirme.

Vendredi, 12 agents du renseignement russe ont été inculpés pour avoir piraté les emails du parti démocrate et d’Hillary Clinton. Tous les services du renseignement américain, ainsi qu’une commission du Sénat, ont conclu que Moscou avait « interféré avec l’élection » dans le but de « favoriser » la candidature de Donald Trump. Alors qu’un journaliste lui demandait s’il tenait la Russie responsable, Donald Trump a esquivé, répondant « We’re all to blame » (Nous avons tous notre part de responsabilité). Il a préféré attaquer l’enquête du procureur spécial sur les soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie qui est « un désastre pour nos pays, et creuse un fossé » avec la Russie.
Je pense que les services de renseignement savent pertinemment qu'il n'y a pas eu d'ingérence Russe dans les élections US de 2016, mais les politiques et les médias veulent que les étasuniens y croient.
C'est marrant d'entendre les USA parler d'ingérence, alors que ce sont les spécialistes et qu'ils font ça dans plein de pays.
Avatar de slowsaz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/07/2018 à 10:46
Ca devient véritablement blasant de lire du conditionnel à chaque fois sur cette affaire.
Avatar de ztor1
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2018 à 10:53
Et pendant ce temps Mercer et Cie ... Passent sous les radars ...

C'est tellement cool une ingérence russe ...
Avatar de omen999
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 17/07/2018 à 10:58
Ils auraient aussi contacté Monsanto
Avatar de benjani13
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/07/2018 à 13:15
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Les américains et le reste du monde n'ont pas supporté l'élection de Trump, et cherchent à l'enfoncer par tous les moyens, que ce soit directement ou indirectement.
Ce n'est pas le "reste du monde" qui enquête sur l'élection de 2016 et procède à des arrestations mais les services américains...

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Bientôt la presse du monde libre nous apprendra que ces agents russes avaient établit des contacts avec la NRA et les climatos-sceptiques
Je ne sais pas si ton message était une référence à l'actualité ou une prémonition mais effectivement une agent russe a été arrêté pour avoir infiltré la NRA afin de peser sur l'élection. Diverses personnes sont aussi mises en causes pour leur lien avec cette femme. Un article de CNN Fil twitter d'un journaliste

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Trump n'y croit pas trop et tout le monde le déteste pour ça ^^ (d'après les médias).
Pourquoi dis tu d'après les média alors que dans ta propre citation du souligne bien le fait que sa râle dans sons propre camp???

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que les services de renseignement savent pertinemment qu'il n'y a pas eu d'ingérence Russe dans les élections US de 2016, mais les politiques et les médias veulent que les étasuniens y croient.
Encore une fois, est-ce les médias et les politiques qui procèdent à des arrestations? Non. Si il y a ces arrestations et ces enquêtes c'est qu'il y a un doutes assez fort pour qu'elles aient lieu. En attendant il n'y a pas vraiment d'opinion à avoir (qu'est ce qu'on en sais franchement), wait & see comme ils diraient.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web