Facebook aurait transmis aux autorités des informations relatives aux pubs achetées par un troll russe
Pour influencer la campagne présidentielle

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Dans sa politique relative à la transmission d’informations aux autorités judiciaires américaines et à la police, Facebook explique qu’il divulgue seulement les données des comptes en accord avec ses conditions de service et les lois applicables, notamment la SCA (Stored Communications Act) fédérale, 18 U.S.C. Sections 2701-2712. Conformément à la loi des États-Unis :
  • une injonction valable émise dans le cadre d’une enquête officielle est nécessaire avant toute communication des données de base concernant un utilisateur (conformément à la définition dans le titre 18 U.S.C. Section 2703(c)(2)), ce qui peut inclure : le nom, la durée du service, les informations de carte de crédit, la ou les adresses e-mail et une ou plusieurs adresses IP récentes, le cas échéant ;
  • une requête des tribunaux, conformément au titre 18 U.S.C. Section 2703(d) est nécessaire avant toute communication de certaines données ou autres informations concernant le compte, hors contenu de communications, qui peuvent comprendre les en-têtes de messages et les adresses IP, en plus des données de base identifiées plus haut ;
  • un mandat de perquisition émis dans le cadre des procédures décrites dans les règles Federal Rules of Criminal Procedure ou un mandat équivalent basé sur une « cause probable » est requis pour la communication des données enregistrées pour tout compte, données qui peuvent comprendre des messages, des photos, des vidéos, des publications sur les journaux et des informations de géolocalisation.
  • Nous interprétons la disposition sur les lettres de sécurité nationale, telle qu’elle s’applique à Facebook, comme nécessitant la production de deux catégories d’informations seulement : le nom et la durée du service.

Aussi, dans le respect de cette politique, le conseiller spécial Robert Mueller et son équipe seraient entrés en possession de copies d’annonces liées à la Russie lancées sur Facebook lors des élections présidentielles après avoir obtenu un mandat de perquisition.

Les sources du Wall Street Journal assurent que Facebook a également fait parvenir à l’équipe de Mueller des informations connexes qu'il a découvertes sur son site et qui sont liées à un troll russe, ainsi que des informations détaillées sur les comptes qui ont acheté les publicités et la façon dont les publicités étaient destinées aux utilisateurs américains de Facebook.

Une divulgation qui pourrait donner au bureau de Mueller une image plus complète des personnes derrière les achats publicitaires et de la façon dont ces annonces ont pu influencer les intentions de votes lors des élections de 2016.

La semaine dernière, Facebook a informé le Congrès qu'il avait identifié 3000 annonces diffusées entre juin 2015 et mai 2017 liées à des comptes factices. Ces comptes, à leur tour, étaient liés à un troll pro-Kremlin connu sous le pseudonyme Research Agency.

Durant ces briefings, Facebook s’est contenté de parler des grandes lignes concernant les achats publicitaires, ce qui a contribué à faire penser à certains membres du comité que l’entreprise ne voulait pas coopérer.

Le sénateur démocrate Mark Warner avait alors déclaré la semaine dernière que Facebook n'avait pas transmis les publicités au Congrès. Warner a également appelé le briefing de Facebook « la pointe de l'iceberg », et a suggéré qu'il fallait faire plus de travail afin de déterminer l'ampleur de l'utilisation par la Russie des médias sociaux.

Warner s’est empressé d’indiquer que son comité pourrait appeler Facebook, Twitter et d'autres réseaux de médias sociaux à « un certain niveau d'audience publique ».

La semaine dernière, Facebook s’est refusé à donner des copies aux autorités sous prétexte que cela violait sa politique de confidentialité. Avec le mandat, cela n’est désormais plus le cas.

Source : WSJ, Facebook

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Grogro Grogro - Membre expert https://www.developpez.com
le 18/09/2017 à 13:48
C'est lundi, c'est trolldi :



Oups...

Facebook va priver de publicité la presstituée subventionnée officielle ?
Avatar de ddoumeche ddoumeche - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 19/09/2017 à 18:14
Les libertés sur internet

Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 29/09/2017 à 23:42
Twitter a supprimé une centaine de comptes qui auraient tenté de manipuler la présidentielle américaine de 2016,
certains d'entre eux sont liés à des campagnes similaires sur Facebook

Comme Facebook, Twitter affirme avoir été ciblé par des publicités d'influence russe pendant la campagne présidentielle américaine de 2016. Au même titre que Facebook, le réseau social a été invité à témoigner devant le Congrès américain dans le cadre de cette enquête.

« Plus tôt cet été, nous avons décrit certains de nos travaux pour lutter contre les bots et les réseaux de manipulation sur Twitter. Depuis lors, nous avons reçu un certain nombre de questions sur la façon dont les bots malveillants et les réseaux de désinformation sur Twitter ont pu être utilisés dans le contexte des élections présidentielles américaines de 2016 », a rappelé Twitter dans un billet de blog.

Le réseau social a assuré être en train de « dialoguer avec les comités du Congrès sur l'ingérence de la Russie lors des élections américaines de 2016 » : « Il s’agit d’un processus continu et nous continuerons de collaborer avec les enquêteurs », a fait valoir Twitter. Une situation qui vient donc justifier le fait que l’entreprise affirme ne pas être en mesure de relayer publiquement tous les éléments discutés avec les enquêteurs.

« Et il y aura toujours des outils ou des méthodes dont nous ne pouvons pas parler, car ce faisant, cela permettrait à des acteurs malveillants de les contourner. Mais nous savons qu'il existe un grand besoin d’une plus grande transparence dans la façon dont Twitter lutte contre les bots et les réseaux de manipulation. C'est pourquoi nous ferons de notre mieux pour vous informer de nos résultats sur ces questions spécifiques et, plus largement, de nos efforts pour lutter contre les bots, les spams et les réseaux d'information malveillants sur Twitter », a poursuivi Twitter.

L’entreprise explique que la communauté de renseignement des États-Unis a publié un rapport en janvier 2017, soulignant le rôle que la RT (Russia Today), « qui a des liens solides avec le gouvernement russe », aurait joué dans la tentative pour interférer avec les élections américaines de 2016 « et de saper la confiance dans la démocratie américaine ». RT a des comptes sur Twitter et tweets régulièrement. La nature ouverte de la plateforme Twitter signifie que cette activité était publique.

« Aujourd'hui, nous avons partagé de manière proactive avec le personnel du comité une rediffusion d'annonces que trois comptes RT (@RT_com, @RT_America et @ActualidadRT) qui ont ciblé le marché américain en 2016. Après les réunions que nous avons eues aujourd'hui, nous croyons que c'est la liste complète de ces trois comptes dans ce délai, mais nous continuons d'examiner nos données internes et nous en informerons les comités, car nous avons plus à partager.

« Sur la base de nos résultats jusqu'à présent, RT a dépensé 274 100 $ dans les annonces américaines en 2016. Au cours de cette année, les comptes @RT_com, @RT_America et @ActualidadRT ont sponsorisé 1823 tweets qui ont définitivement ou potentiellement ciblé le marché américain. Ces campagnes s'adressaient aux adeptes des médias traditionnels et ont principalement sponsorisé des tweets RT concernant des actualités. »

Twitter affirme qu’au cours de l'élection de 2016, il a supprimé des tweets qui tentaient d’interférer avec l'exercice des droits de vote en faisant circuler des informations intentionnellement trompeuses.

« Par exemple : lorsque nous avons été alertés des exemples de "SMS pour voter" Hillary Clinton, nous avons rappelé de manière proactive qu’il n’est pas possible de voter via des SMS, examiné le contenu qui nous a été signalé, utilisé nos outils exclusifs pour rechercher des comptes liés qui ont enfreint nos règles et, après un examen minutieux, avons pris des mesures sur des milliers de tweets et de comptes. Nous n'avons pas trouvé que les comptes associés à cette activité avaient une origine russe évidente, mais certains des comptes semblent avoir été automatisés. Nous avons partagé des exemples du contenu de ces tweets supprimés avec des enquêteurs du Congrès. »

La plateforme a également indiqué que les campagnes en cours sur Facebook et Twitter étaient parfois liées : « Sur les près de 450 [faux] comptes que Facebook a dévoilés récemment, nous avons constaté que 22 disposaient de comptes correspondants sur Twitter. Tous ces [utilisateurs] ont été suspendus de twitter pour ne pas avoir respecté nos conditions d’utilisation, la plupart pour avoir violé nos interdictions contre le spam. » Le réseau social affirme avoir trouvé 179 comptes supplémentaires incriminés.

Source : Twitter
Avatar de domi65 domi65 - Membre actif https://www.developpez.com
le 06/10/2017 à 20:58
Ou comment convertir le néant en actualité.
RT a des liens solides avec le gouvernement russe ! Rhoo ! Paraitrait aussi que France 24 aurait (sous réserves, hein) des liens avec le gouvernement Français.

3 comptes tweeter ouverts par RT ! My goooooooooooooood ! Mais que fait la police ? Enfin je veux dire que font la CIA, la NSA et les 15 autres agences officielles de « l'Amérique » des 80 milliards de dollars qu'elles ont dépensés en 2016 ?

Etc.
Offres d'emploi IT
Stage de pré-embauche Développeur PHP
Smile - Aquitaine - Bordeaux (33000)
DEVELOPPEUR EXPERT FULLSTACK JAVA/JAVASCRIPT 55K
Oostaoo Consulting - Ile de France - Paris (75000)
Développeur d'applications mobiles F/H
Zenika - Bretagne - Rennes (35000)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil