Des véhicules entièrement autonomes pourraient bientôt rouler sur les routes américaines
Dans le cadre d'un programme pilote

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Les véhicules entièrement autonomes pourraient bientôt être sur les routes américaines dans le cadre d’un programme pilote. C’est en tout cas ce que suggère un communiqué de l’administration Trump qui a déclaré l’envisager.

Les voitures autonomes utilisées dans le cadre de ce programme auraient peut-être besoin d'une technologie désactivant le véhicule en cas de défaillance d'un capteur ou empêchant les véhicules de rouler au-dessus de la vitesse de sécurité, a déclaré la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration, une agence fédérale américaine des États-Unis chargée de la sécurité routière et qui dépend du Département des Transports des États-Unis), dans un document rendu public mardi.

La NHTSA a déclaré qu'elle envisageait de savoir si elle devrait être informée de tout accident dans les 24 heures et souhaitait connaître l'opinion du public sur les autres données à divulguer, notamment dans les situations de quasi-accidents (soit un accident sans blessure ou dommage matériel).

La Chambre des représentants américaine a adopté en 2017 une loi visant à accélérer l’adoption de voitures autonomes, mais le Sénat ne l’a pas approuvée. Plusieurs groupes de sécurité s'opposent au projet de loi, qui est soutenu par les constructeurs automobiles. Il n'a que peu de chance d'être approuvé en 2018, ont déclaré des conseillers du Congrès.

La NHTSA a déclaré que le projet pilote chercherait à « trouver le meilleur moyen de favoriser l’introduction en toute sécurité de véhicules hautement automatisés sur les routes de notre pays ». Les données du monde réel aideraient à créer des méthodes « de validation des performances de sécurité » des véhicules autonomes et à écrire des règles de sécurité, a-t-elle ajouté.


La semaine dernière, l’administration Trump a déclaré qu’elle travaillait à la révision des règles de sécurité interdisant aux voitures totalement autonomes de rouler sur les routes sans équipement tel que volant, pédalier et rétroviseurs.

Les constructeurs automobiles doivent actuellement respecter près de 75 normes de sécurité automobile, beaucoup d'entre elles étant rédigées dans l'hypothèse où un conducteur disposant d’une licence serait en mesure de contrôler le véhicule à l'aide de contrôles humains classiques.

En vertu de la loi, les constructeurs automobiles peuvent demander une exemption pour un maximum de 2 500 véhicules pour les normes de sécurité des véhicules, à condition qu'ils soient au moins aussi sûrs que les véhicules existants.

En janvier, General Motors a déposé une pétition visant à obtenir une dérogation pour l'utilisation de véhicules entièrement automatisés dans le cadre d'une flotte de covoiturage qu'elle prévoyait déployer en 2019.

L’unité Waymo d’Alphabet envisage de lancer un service de véhicule autonome en Arizona cette année sans conducteur humain au volant. Contrairement à GM, les véhicules de Waymo seront initialement contrôlés par l’homme.

La NHTSA a annoncé qu’elle s’associerait avec les gouvernements des États et les administrations locales à l’élaboration d’un programme pilote. La NHTSA pourrait exiger que les entreprises conçoivent des véhicules qui connaissent leur emplacement et les règles de la route locales, tandis que les États et les villes appliqueraient ces règles.

Et face aux intempéries ?

Des tests ont révélé que face aux intempéries telles que la neige, la performance des véhicules autonomes se trouve grandement affectée. « La neige modifie non seulement la traction du véhicule, mais modifie également la perception de la rue par les caméras et les capteurs du véhicule », peut-on lire dans le rapport issu d’une étude menée conjointement par le World Economic Forum et le Boston Consulting Group.

Néanmoins, ce problème pourrait bientôt ne plus en être un, si l’on en croit WaveSense, une entreprise qui participe au développement, à la fabrication et à la commercialisation de nanotechnologies analytiques, qui soutient que son radar capable de pénétrer le sol pour analyser ce qui se trouve sous la route est la solution. Il s’agit en fait d’une grappe de capteurs, boulonnée sous le châssis comme une plaque de protection et pouvant balayer jusqu’à 10 pieds sous le sol pour scanner la terre, l’eau, les racines et les roches. Une fois le scan effectué, le dispositif conçoit une carte des strates souterraines afin de déterminer l’emplacement du véhicule avec une marge d’erreur de quelques centimètres.


L’entreprise assure que son dispositif peut localiser des véhicules allant jusqu’à 65 mph. Elle a cependant tenu à préciser que d’autres capteurs surveilleraient la circulation, les feux et les éventuels piétons imprudents afin d’éviter tout incident dans la mesure du possible. A leur niveau d’évolution actuel, les voitures autonomes reposent essentiellement sur une mosaïque de capteurs dont le GPS, les caméras conventionnelles, les radars et les lasers lidar. Et aucune de ces catégories de capteurs n’est encore assez digne de confiance.

Les connexions GPS peuvent être très lentes et même irrégulières, les caméras conventionnelles sont inutiles dans le brouillard et la neige épaisse, les radars ne permettent pas de distinguer un type d’obstacles d’un autre et les lasers lidar perdent de l’efficacité quand il pleut ou quand il neige. La solution est donc de programmer un véhicule de manière à ce qu’il prenne des décisions sur la base d’une combinaison des informations les plus utiles de chaque catégorie de capteurs tout en ignorant le reste.

Source : Reuters

Voir aussi :

Les voitures autonomes ont du mal à gérer les intempéries comme la neige, mais une solution semble avoir été trouvée
Pays-Bas : les voitures autonomes devront obtenir un permis de conduire pour rouler sur les routes publiques
Les habitants de Phoenix seraient frustrés par les voitures autonomes d'Alphabet, à cause de leur incapacité à gérer certaines situations
Uber aurait perdu 891 millions USD au 2nd trimestre 2018, les investisseurs exhorteraient la société à vendre la division de voiture autonome
Une solution IA trouvée au problème que posent les piétons aux voitures autonomes, qui devraient dorénavant comprendre le comportement humain


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 10/10/2018 à 11:22
Toujours la même question : quid de la responsabilité ?
Avatar de abriotde abriotde - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 10/10/2018 à 13:33
quid de la responsabilité
La même que pour les téléphone portable qui explose, que pour les régulateur de vitesse qui s'emballe... Si le système autonome est en cause, le constructeur paye. C'est un faux problème. Aujourd'hui tous les système sensible sont sous contrôle d'ordinateurs (centrale nucléaires, voiture,...)
Avatar de Pierre Fauconnier Pierre Fauconnier - Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
le 11/10/2018 à 7:36
Un programme pilote pour des voitures sans pilote
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 11/10/2018 à 14:37
Comme ils sont fortement armés aux USA, n'ont ils pas peur que des cowboys fassent des cartons sur ces voitures?

(suis je le 1er à y penser! )
Avatar de Cpt Anderson Cpt Anderson - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 12/10/2018 à 9:05
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
La même que pour les téléphone portable qui explose, que pour les régulateur de vitesse qui s'emballe... Si le système autonome est en cause, le constructeur paye. C'est un faux problème. Aujourd'hui tous les système sensible sont sous contrôle d'ordinateurs (centrale nucléaires, voiture,...)
oui mais tout le système des assurances va changer : aujourd'hui quand t'as un accident entre deux voitures, on cherche à savoir qui a fait la faute. Demain, tu auras toujours les deux personnes mais aussi les deux constructeurs automobiles. Ca va etre coton pour définir si la personne a bien fait mal fait, interagit sur la conduite ou non. Et les constructeurs qui vont se rejeter la faute, etc.. Ça promet un sacré sac de nœuds ! Et je te le donne en mille : une belle augmentation des assurances à la clé.
Avatar de sirthie sirthie - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 13/10/2018 à 11:14
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
La même que pour les téléphone portable qui explose, que pour les régulateur de vitesse qui s'emballe... Si le système autonome est en cause, le constructeur paye. C'est un faux problème. Aujourd'hui tous les système sensible sont sous contrôle d'ordinateurs (centrale nucléaires, voiture,...)
Quand même, ce serait marrant, en cas d'infraction, de voir les policiers infliger des PV aux voitures...
Avatar de sirthie sirthie - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 13/10/2018 à 11:29
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Les voitures autonomes utilisées dans le cadre de ce programme auraient peut-être besoin d'une technologie désactivant le véhicule en cas de défaillance d'un capteur ou empêchant les véhicules de rouler au-dessus de la vitesse de sécurité, a déclaré la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration, une agence fédérale américaine des États-Unis chargée de la sécurité routière et qui dépend du Département des Transports des États-Unis), dans un document rendu public mardi.
Et si une telle techno est implantée sur tous les véhicules autonomes à l'avenir, que vont faire tous les véhicules d'urgence (bon, évidemment, les véhicules de pompiers, polices, aide médicale pourront passer outre), mais aussi tous les véhicules dont les conducteurs doivent rejoindre leur poste ou se déplacer dans les cas d'urgence (médecins, infirmier(e)s, ambulancier(e)s, policier(es), pompiers, militaires, etc., ou tous les véhicules autonomes dont les passagers doivent fuir une situation catastrophique (incendie de forêt, ouragan, tornade, tsunami, tremblement de terre, gangs du Bronx , témoins de Jéhovah , etc. Le mieux est l'ennemi du bien, qui trop embrasse mal étreint, toussa...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil