Une solution IA trouvée au problème que posent les piétons aux voitures autonomes
Qui devraient dorénavant comprendre le comportement humain

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités
En mars dernier, Uber a été impliqué dans un accident mortel dans la ville de Tempe, en Arizona où l'entreprise testait ses voitures autonomes, tuant une piétonne qui traversait la route. Selon le rapport d’une enquête préliminaire sur l’accident publié en mai dernier, par le National Transportation Safety Board des États-Unis, la voiture n'a pas pu identifier Mme Herzberg comme étant une piétonne, et n'a pris aucune mesure pour éviter de la heurter ni effectuer un arrêt d'urgence. Des capteurs installés sur la voiture autonome devraient normalement générer des alertes après avoir détecté la présence d’un piéton au travers de la route afin d’amorcer le processus de freinage d’urgence. Cependant, selon le rapport d’enquête, la voiture d’Uber a eu environ six secondes pour réagir après avoir repéré Mme Herzberg traversant la route dans l'obscurité devant elle, mais ne l’a pas fait. Uber vient de relancer ses tests de voitures autonomes, mais, cette fois-ci en mode humain, après un arrêt d’environ quatre mois qui a servi à améliorer la sécurité sur ces véhicules.

Cependant, ce genre d'accident pourrait bientôt faire partie du passé, dans un avenir proche, avec la solution d’intelligence artificielle mise au point par la start-up Perceptive Automata. Cette start-up issue de l’Université Harvard a travaillé sur un logiciel capable de faire comprendre aux voitures autonomes ce qu’un conducteur humain perçoit lorsqu’il est au volant, parlant du partage de la route avec les piétons, cyclistes ou les autres véhicules.

En effet, pour conduire en toute sécurité, les conducteurs usent de divers jugements intuitifs critiques comme s’ils mettaient en pratique un code de la route personnel. Comportement qui reste, jusqu’à présent, difficile à implémenter dans les voitures autonomes.


Lecture du langage corporel

D’un simple regard, un homme peut apprendre beaucoup sur ce qui l’entoure. Il n’a pas forcément besoin d’un langage parlé pour percevoir les sentiments ou les besoins d’un autre. Les indices visuels comme le langage corporel ou ce qu'une personne détient peuvent fournir des informations importantes lors de la prise de décisions de conduite. Si quelqu'un se précipite vers la route tout en parlant au téléphone, le conducteur peut conclure que son esprit est probablement concentré ailleurs, pas sur son environnement, et procéder avec prudence. De même, si un piéton est debout à un passage pour piétons et regarde dans les deux sens, le conducteur sait qu'il est conscient et anticipe la circulation venant en sens inverse. Aussi, une personne au volant peut laisser traverser une personne âgée à une intersection même s’il a la priorité.

Le véritable déploiement de la conduite autonome n’était pas encore possible, car les opérateurs n’avaient pas encore une solution réelle permettant à leurs robots de partager efficacement les routes avec les piétons. La vision par ordinateur et la planification du mouvement qu’ils utilisent, jusqu’à présent, sont basées sur la physique pour identifier la position des piétons ainsi que leur trajectoire, mais ne peuvent pas anticiper le comportement du piéton sur sa trajectoire : brusque retour, arrêt momentané, etc., selon l’équipe de développement. La conséquence, c’est, par exemple, le ralentissement de la circulation ou des accidents tels qu’Uber en a déjà connu.

C’est ce constat qui a poussé Perceptive Automata à concevoir un modèle d’IA capable d’avoir la perception de l’environnement d’une personne. « Nous avons conçu un modèle qui peut utiliser toute la gamme de perceptions subtiles et inconscientes que nous, humains, utilisons pour faire des jugements incroyablement sophistiqués sur ce qui se passe dans la tête de quelqu'un d'autre. On pourrait dire que, dans un sens, nos modèles développent leur propre intuition humaine. »

L’initiative de la startup est basée sur une approche unique de la technique du « deep learning » différente du procédé traditionnel qui consiste à présenter une variété d'images du même objet à un réseau de neurones pour lui apprendre à reconnaître l’objet. L’équipe de développeurs utilise, plutôt, des données de capteurs provenant des véhicules qui montrent des interactions avec des piétons, cyclistes et autres automobilistes.

Des morceaux de clips sont constitués à partir de ces données et présentés à des groupes de personnes qui se sont prononcés sur le niveau d'intention et de conscience du piéton ou de l'automobiliste ou du cycliste représenté en fonction de ce qu'ils voient. Ces clips combinés avec ces impressions des personnes interrogées ont servi à enseigner leurs algorithmes du « deep learning » qui, embarqués dans une voiture autonome, lui permet de comprendre et de prédire le comportement humain afin de procéder conformément. « Cela a d'énormes implications pour la sécurité, l'expérience du pilote, et l'utilité pratique dans l'industrie automobile auto-conduite. », a déclaré l’équipe.

Plus il y a d'informations disponibles pour une voiture autonome, mieux elle peut s'adapter au flux et au reflux du trafic, s'intégrant parfaitement dans un écosystème où les humains et l'IA partagent la route. Ajoutant un plus à la technique habituelle d’apprentissage automatique à l’aide d’une multitude de données de situations réelles, l’équipe de Perceptive Automata est parvenue intégrer d’avantage la voiture autonome sur les routes où elle pourra dorénavant interagir harmonieusement avec les autres usagers de la route en l’occurrence les piétons.

Source : Perceptive Automata, IEEE Spectrum

Et vous ?

Que pensez-vous de ce logiciel d’IA de Perceptive Automata ?
Pensez-vous que c’est le signal du début d’un déploiement à grande échelle des voitures autonomes ?

Voir aussi

Accident Uber : l'opérateur à bord du véhicule suivait une émission TV sur son portable, la collision était entièrement évitable, selon la police
Voiture autonome : des rapports adressés au DMV californien donnent un état des lieux, des circonstances entraînant le retour au mode manuel
Le conducteur dans la voiture autonome d'Uber aurait pu éviter l'accident fatal, selon des experts de la police judiciaire
Uber ferme sa division dédiée aux camions autonomes, afin de recentrer ses efforts de conduite autonome sur les voitures uniquement


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 12:33
Du bon gros baratin pour essayer de les excuser.

Le problème c'est qu'ils n'ont pas pris en compte 1) la présence de quelqu'un sur la chaussée, 2) son déplacement. C'est aussi simple que cela.

A quoi bon chercher à comprendre ce qu'il se passe dans la tête d'un piéton, c'est bien plus utile de regarder où l'on va et de détecter ce qui interfère avec le passage du véhicule.
Avatar de Anselme45 Anselme45 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 12:42
Pour résumer...

L'IA tente de résoudre un problème créé par... l'IA!
Avatar de Stérilux Stérilux - Membre du Club https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 13:24
Sinon la grande question: dans une situation ou l'ordi doit "choisir" entre tuer le conducteur ou le piéton, il choisit quoi ?

Qui acceptera de conduire une voiture qui choisit de sacrifier son conducteur ?
Qui acceptera des rues ou les voitures choisiront de sacrifier les piétons ?

random powa
Avatar de tmcuh tmcuh - Membre du Club https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 13:48
Sinon la grande question: dans une situation ou l'ordi doit "choisir" entre tuer le conducteur ou le piéton, il choisit quoi ?
comment l'IA pourrait savoir qu'elle va tuer le conducteur ? Les voitures sont tellement protéger de l'interrieur on l'a vu avec Tesla aussi qu'il devient extrême de savoir si elle va tuer. J'entends souvent cette question ressortir et pour moi elle est absurde. Car même l'humain ne se poserait pas la question et d'ailleurs on le voit dans les films, on essaye toujours de freiner et d'éviter et c'est d'ailleurs la meilleur option.
Reprend le problème à l'envers, si la voiture décide de "tuer" ou de "renverser" l'objet qui est devant elle, comment peut elle savoir si celà ne va pas tuer aussi le conducteur...

Sinon pour reprendre le sujet, c'est très bon pour la sécurité routière dans tous les cas... peut être que les 80 km/h n'auront plus lieu d'être d'ici "peu"
Avatar de phylaine phylaine - Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 14:00
Pas rassurant du tout

Cela veut dire qu'avant on laissait la voiture faire ce qu'elle pouvait face à la route, pendant que le conducteur s'occupait avec son smartphone.

Maintenant on va avoir une machine qui anticipera mieux (et qui sera enfin capable de déclencher un freinage d'urgence ?). Mais cette solution sera-t-elle déployée sur tous les véhicules ?
Ne va-t-on pas vers des véhicules haut-de-gamme qui seront bien équipés et d'autres qui n'auront que le strict minimum en matière de sécurité pour les piétons ?
Il y a tellement d'irresponsables qui ne pensent qu'à faire du fric ...
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 14:02
Il y aura toujours une limite car qui dit "vitesse", dit aussi "distance de freinage".
Avatar de Matthieu76 Matthieu76 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 14:58
Dans le cas d'Uber la personne était en plein milieu de la route, aucun rapport avec "le niveau d'intention et de conscience du piéton"
Avatar de hotcryx hotcryx - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 15:15
Dans leur proposition de détecter les intentions... j'ai la vague impression qu'ils vont aller bien plus loin:
comme scanner les visages (comme en Chine) et trouver "l'humeur" des gens, s'ils parlent au gsm, ils pourraient essayer de détecter l'appel, avec qui il parle, "hum il est inquiet...", et collecter un max de données à revendre, ainsi qu'écouter les conversations des passants si la voiture roule très doucement. Ca se trouve j'ai trouvé un nouveau créneau porteur...
Avatar de Matthieu76 Matthieu76 - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 17:26
J'ai l'impression qu'en ce moment on fait de l'IA pour faire de l'IA, juste pour pouvoir dire "on peut le faire", un peu comme allez sur la Lune.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 02/08/2018 à 17:41
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
comment l'IA pourrait savoir qu'elle va tuer le conducteur ? Les voitures sont tellement protéger de l'interrieur on l'a vu avec Tesla aussi qu'il devient extrême de savoir si elle va tuer. J'entends souvent cette question ressortir et pour moi elle est absurde. Car même l'humain ne se poserait pas la question et d'ailleurs on le voit dans les films, on essaye toujours de freiner et d'éviter et c'est d'ailleurs la meilleur option.
Reprend le problème à l'envers, si la voiture décide de "tuer" ou de "renverser" l'objet qui est devant elle, comment peut elle savoir si celà ne va pas tuer aussi le conducteur...
Sans parler de mortalité, il existe bien des situations où l'accident est inévitable.
Imagine une route à double sens où la voiture derrière toi te colle au cul avec un conducteur distrait par son tel + un véhicule qui arrive en sens inverse + un gamin qui court derrière son ballon sans faire attention à la route et va traverser devant ta voiture + des piétons sur le trottoir.
  1. tu freines d'urgence : tu percutes quand même le gamin car la distance de freinage n'est pas suffisante + la voiture derrière toi te percute car n'a pas le temps ni la distance non plus
  2. tu vires à gauche et percutes le véhicule qui arrive en sens inverse (sans garanti que le gamin ne soit pas pris dans le carambolage)
  3. tu vires à droite et monte sur le trottoir et percute les piétons

Dans tous les cas, y aura accident.
Si se sont des humains aux commandes des véhicules, la société l'accepte même si y a drame.
Par contre, ça sera un scandale si le véhicule est autonome et pour le moment, aucune IA n'est paramétrée pour faire face à ce type de situation et c'est un vrai casse tête pour les constructeurs.

Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
Sinon pour reprendre le sujet, c'est très bon pour la sécurité routière dans tous les cas... peut être que les 80 km/h n'auront plus lieu d'être d'ici "peu"
tout dépend ce que tu entends pas "peu de temps"
Pour commencer, la voiture autonome homologuée pour le grand public et les entreprises n'est pas prête d'arriver (compter au moins 15 ans si ce n'est pas le double)
==> ce n'est pas parce que l'on fait des tests en ce moment que la généralisation est pour demain (pour info, il faut compter 10 ans pour commercialiser un médicament)
Ensuite, lorsque cela arrivera, ça restera extrêmement confidentiel car coûtera une fortune donc ce n'est pas le quidam du coin qui pourra se la payer.
Pour finir, même quand les prix baisseront, va falloir attendre un sacré moment pour que ça se généralise car on ne change pas de voiture tous les ans comme on change de smartphone

Autrement dit, compte 15 ans minimum pour que ça arrive sur le marché + 20 ans pour atteindre 30% du trafic routier en véhicules autonomes (en étant optimiste) + 30 ans pour atteindre les 90% du trafic en véhicules autonomes (en étant très optimiste) + un gros pallier qui ne se résorbera probablement jamais car tu auras tjrs des irréductibles qui refuseront de passer sur ce type de véhicule (les collectionneurs pour ne citer qu'eux mais ils ne seront pas les seuls)
Bref, tu n'auras jamais 100% du trafic par véhicules sur l'ensemble du territoire national français

Le seul moyen d'atteindre les 100% serait d'avoir des portions de route réservées (ce qui est possible) mais ça restera très limité.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil