Les hommes ne sont pas meilleurs que les femmes en maths et science selon une étude
Pourquoi si peu d'informaticiennes et développeuses dans ce cas ?

Le , par Bill Fassinou

179PARTAGES

19  1 
La question du genre et de la représentation féminine dans le monde de la Tech a toujours été une question extrêmement épineuse. Rappelez-vous que l’année dernière, un employé de Google a été viré pour avoir rédigé un mémo dans lequel il explique que les inégalités entre hommes et femmes dans le monde de la Tech sont dues à des facteurs biologiques, et non par un soi-disant sexisme.

« Les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et ces différences pourraient expliquer pourquoi les femmes ne sont pas représentées de manière égale dans la Tech et [aux postes de responsabilité] », disait-il. Quelques jours plus tard, tout un parterre de scientifiques est monté au créneau pour attester de l’exactitude scientifique des assertions et déductions de l’ex-ingénieur de Google.


Une nouvelle étude montre cependant que les hommes ne sont pas meilleurs que les femmes en maths et science. Se servant d’une méthode co-developpée par l’un d’eux, les chercheurs à l’origine de cette étude ont examiné les notes attribuées à plus de 1,6 million d’écoliers entre 1931 et 2013. Pour chacun des groupes d’écoliers, ils ont calculé la différence entre la moyenne des notes des filles et celle des garçons. Ils ont également tenu compte de la variabilité (ici, la différence entre la valeur maximale et la valeur minimale) des différentes notes.


Ils en sont arrivés à la conclusion que les notes dans les matières scientifiques des femmes et des hommes étaient assez proches. Ils ont toutefois remarqué que la variabilité des notes des garçons était de 7,6 % plus que celle des filles dans ces matières.

Ils ont ensuite essayé de déterminer si cette variabilité était suffisante pour justifier la sous-représentation des femmes dans les domaines sus-cités, dès le début de l'université. Se basant sur leurs résultats, ils ont simulé les répartitions des notes des filles et des garçons au secondaire. Et les résultats de leur simulation suggèrent que les meilleurs élèves (10 %) d'une classe de science, de technologie, d’ingénierie et de mathématiques sont constitués d'un nombre égal de filles et de garçons. Ils expliquent donc qu’il existe peu de différences dans les performances académiques entre les filles et les garçons.

Pour les chercheurs, s'il y a plus d'hommes dans les domaines liés à la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (en abrégé STEM en anglais), c'est parce que contrairement aux hommes, les femmes ont d'autres options, car elles sont susceptibles d'être également performantes dans les domaines autres que les STEM. Les chercheurs estiment également les problèmes que rencontrent les femmes dans le secteur des STEM (stéréotypes de genre, discrimination, harcèlement, etc.) pourraient aussi expliquer pourquoi il y a peu de femmes dans le monde de la Tech.

Certains internautes s’étant prononcés sur la question expliquent que certains secteurs tels que le marketing ou les ventes dans les entreprises de la Tech sont aussi, sinon plus lucratifs que les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques tout en étant moins contraignants. Ils continuent en disant que les femmes avaient compris ça depuis belle lurette et que c’était une justification non négligeable aux inégalités observées.

Source : The Conversation

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans la Tech selon vous ?

Voir aussi

Inégalités du genre dans la Tech : Google poursuivi par son ex-employé et bientôt pour discrimination salariale basée sur le genre

Polémique sur les inégalités de genre dans la Tech : des chercheurs défendent l'employé de Google, ses arguments seraient prouvés scientifiquement

Inégalités de genre dans la Tech : c'est une erreur de vouloir à tout prix embaucher plus de femmes, explique une ancienne Lead Tech de Google

Blizzard veut recruter plus de femmes et de personnes issues de groupes minoritaires pour combattre les inégalités dans l'industrie des jeux vidéo

Le sexisme dans la Tech est « omniprésent », affirme la CEO de YouTube qui profite du débat sur les inégalités de genre pour partager son expérience

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 8:31
Pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans la Tech selon vous ?
Peut être tout simplement parce que c'est un domaine qui , dans la majorité, les intéresse moins ?

[SJW] Ou alors c'est à cause du mâle blanc qui fait tout ce qu'il peux pour empêcher les femmes à faire de la tech [/SJW]

Que les femmes soit majoritaires dans certains domaine ça me fait ni chaud ni froid. Et ça devrait être pareil pour les milieu ou ce sont les hommes qui sont majoritaires tant que tout le monde à la possibilité d'accéder à ce millieu si ca lui plait et qu'il/elle a les compétences nécessaires.
Idem pour la parité, moi ce que je veux c'est avoir les personnes les plus compétentes à un poste donnée. Si ca veux dire avoir 75% de femme tant mieux , idem pour les hommes.
Les postes ne devraient être attribué qu'au mérite/compétence et pas parce que le candidat est une femme et/ou issue d'une minorité.
12  0 
Avatar de Daletho
Membre averti https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 17:38
Citation Envoyé par ShigruM
si la femme souffre d’inégalité avec l'homme, il est vrai que l'homme aussi en souffre dans des domaine différent.
la femme devra peut être se contenter d'un salaire plus faible, mais l'homme lui en retour ne pourra pas avoir la garde de l'enfant et devra verser une pension... qui y gagne au final ?
Personne. Il serait bien plus intelligent d'être payé en fonction de ses compétences, de sa valeur ajoutée plutôt que par son genre. Et c'est également stupide de se cantonner au genre des parents pour la garde des enfants. Que faire si un jour un couple homosexuel qui aurait adopté un enfant se sépare ?

Citation Envoyé par ShigruM
les femmes aussi sont des violeuses, pédophile et vous le crorez peut etre pas mais des femmes battent leurs marie, si si sa existe mais c'est une honte de se faire battre par une fille donc cela reste souvent secret.
qui imaginerais que les blessures de ton collègue sont causé par sa femme ? surtout qu'il te dit que cela est du au bricolage du lave linge ce week end.
Des hommes battus par leur femme et qui se taisent ça existe effectivement. Mais pourquoi se taisent ils ? Par honte ? Parce qu'il ne serait plus l'homme viril que la société attend ? Parce que ce serait des femmelettes ?

Hommes ou femmes, on a chacun nos propres fardeaux mais ce n'est pas une raison pour ne pas réfléchir intelligemment ensemble pour les alléger.
11  0 
Avatar de pyros
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 8:59
C'est marrant, au cul des camions poubelle j'ai jamais vue une seule femme et personne ne s'en est jamais plaint...

A croire que pour avoir réussi sa vie il faut forcément exercer une professions prestigieuse ou a responsabilité et donc comme il y a moins de femme dans ces professions, les femme ont raté leur vie. Au lieu de faire des stats et analyse sur la représentation des femmes dans tel ou tel branche, on peut pas faire des stat sur la proportion de femme heureuse de leur boulot ou la proportion de femme ayant voulu faire une certaine carrière mais qui n'en ont pas eut la possibilité a cause de pression misogyne ?...
12  2 
Avatar de pachot
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 11:39
Il y avait beaucoup femmes au début de l'informatique. Tant côté programmation que utilisation. Du moins tant que le but était de résoudre des problèmes business, sur des mainframes ou stations bureautiques. Il paraît que ça a changé quand les PC sont arrivés à la maison, et l'informatique a évolué vers les jeux vidéos. C'est là que les gamers, plutôt masculins, se sont imposés sur ces technos en laissant penser que c'était un truc de garçon. Mais le premier programme informatique a été écrit par Ada Lovelace, bien avant que le hardware pour le faire tourner n'existe.
10  0 
Avatar de VivienD
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 8:22
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
[...]

Qu’en pensez-vous ?
Pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans la Tech selon vous ?

[...]
Les femmes sont libres de choisir le cursus qu'elles veulent suivre. S'il y a relativement peu de femmes dans la Tech, alors qu'elles sont globalement aussi capables que les hommes (à la variabilité près, donc), cela veut dire qu'elles ont choisi d'autres cursus. C'est en fait un résultat à attendre lorsqu'on applique l'égalité des chances plutôt que l'égalité des résultats.
9  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 16/10/2018 à 11:30
@Neckara : c'est marrant, ton exemple de gens qui sèchent...alors moi je vais parler de mon expérience coté étudiant(ben oui, j'ai jamais enseigné). Et j'y ai constaté le même phénomène que pour le sexisme : une forte pression sociale. Il y a parmi certains étudiants(et même avant les lycéens) une forte pression sociale pour sécher. et il est difficile d'y résister. Moi j'ai tenu le choc parceque (1) j'avais une tête de mule et surtout (2) je n'avais de toutes façons aucun espoir d'être traité autrement que comme de la merde par mes semblables.

Je me souviens en école d'ingé du dénigrement systématique des "polards" qui préféraient bosser leur mécaflux plutôt que de se bourrer la gueule jusqu'à 6 heures du matin et sécher les cours après. Les insultes voilées, les moqueries systématiques, les exclusions du groupe des "cools", ou même des activités associatives, ou seuls les bien vus(donc cools, donc qui séchaient plutôt que de bosser) avaient les bonnes places. Ca c'est de la pression sociale. BEaucoup d'élèves avec une tendance sérieuse au départ se sont faits piéger par peur de ne pas se conformer à la pression du groupe. Et des amphis de 150 avaient parfois 30 ou 40 élèves. Sans cette pression, les sécheurs auraient été largement minoritaires.

Je vois aussi les gens qui cassent tous dans des facs quand approche l'heure des examens. Ce ne sont que quelques ordures au départ, mais ils entrainent avec eux de nombreux "moyens" qui vont basculer du mauvais coté alors que naturellement, ils n'y seraient pas.

Je me souviens aussi en seconde, une grande grève lycéenne "contre la violence dans les lycées", que nous n'avions été que deux à mépriser. Les meneurs avaient trainé tout le monde derrière eux. Quand je suis rentré chez moi après ces cours presque particuliers, les meneurs m'ont attrapé sur la passerelle au dessus de l'autoroute, descendu de force de mon vélo, attrapé par le col, enseveli d'injures, et collé à la rambarde, comme si ils allaient me balancer sur le bitume, plusieurs mètre plus bas, là ou les voitures passaient. Ca, c'est la pression sociale. Pas grand monde n'y résiste.

Une bonne part de tes étudiants qui sèchent n'étaient pas parti pour sécher. Mais ils ont eu peur, soit de passer pour des minables, soit d'avoir des problèmes plus graves. Ce n'est pas en les méprisant que tu vas régler tes problèmes d'absentéisme, mais en identifiant les meneurs et en les écartant. Définitivement. Mais, au final, ce n'est pas le sujet. Le sujet, c'est qu'une femme qui veut faire carrière dans un "métier d'hommes" subit le même genre de pressions, parfois douces, parfois dures. ce qui, mécaniquement, réduit leur nombre. Celles qui restent sont des survivantes. Est-ce une bonne manière de recruter? Je ne le crois pas. La capacité à être tête de mule, à résister à la pression sociale(j'en suis) n'est pas nécessaire pour faire du code de bonne qualité.
9  1 
Avatar de disedorgue
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 14:52
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Si on met 2 jouets à disposition d'un enfant en bas age: Une poupée et un camion de pompier, la statistique est sans appel: la majorité des filles prend la poupée, la majorité des garçons prend le camion de pompier.

C'est tout simplement la nature!
Alors là, j'ai du mal, mes filles, neveux et nièces en bas age ont été sans appel: ils ont pris les 2 jouets sans discernement et ont aussi bien joué avec les 2 et voir en même temps.

Ensuite, tu n'as qu'à aller dans un parc de jeux d'enfant en bas age et observe les: tu verras qu'ils sont très loin de nos "désidératas" à la noix.
9  2 
Avatar de Edrixal
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/10/2018 à 16:33
Neckara je te trouve extrêmement imbu de ta personne.

Tu te permet de porter des jugements sur des personnes et des situations que tu ne connais pas. Le parcours complet d'une personnes est beaucoup plus complexe que de simple hypothèse ou affirmation.
Des échecs tous le monde en connais, la vie est faite de hauts et de bas. Y'a des moments ou tu pourra insisté autant que tu le souhaite tu finira dans le mur. D'autre fois ou en insistant tu finira par y arrivée, et d'autre fois ou sans rien faire tu y arrivera également.

Y'a tellement de facteur d’échec, un manque de capacité cognitive ou physique, le facteurs social, l'entourage, le moral, les réussites et les échecs précédent, ect...
Les gens sont des humains, pas des machines ni des surhommes. Nous avons tous nos limites, tous nos capacités. Penser que si on souhaite quelque chose suffisamment fort, on l'aura c'est de la pure bêtises/prétention.

J'aimerais beaucoup voler, pourtant jamais je n'irais me jeter du haut d'une falaise en agitant les bras pour m'envoler. Après je pourrais travailler sur un costume qui me permettra d’agir ainsi, mais je n'ai pas les connaissance pour faire ce travail, pas l'argent pour le mettre en place, pas le temps pour le développer et pas la motivation pour chercher à changer tout ça alors que j'ai tellement d'autre chose à faire dans ma vie.
Mais si j'étais née dans une autre famille, que j'avais plus de tune j'aurais probablement payer une équipe d'ingénieur pour faire ça.

Après je suis d'accord que le "c'est pas ma faute !" est une chose de plus en plus courante. Que beaucoup ne souhaite pas assumer leur erreurs et rejette la faute sur les autres. J'en ai connus (Oui je parle au passé, ils m'ont sortie de leur vie quand je les ai mis devant les faits...).
Mais ils restent des cas à la marge.

Tout n'est pas tout blanc ou tout noir. Et ce baser sur quelques événement de ta vie perso pour juger l'ensemble des événements de la vie des quelques milliards de personnes sur terre, c'est terriblement prétentieux.
8  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 12:48
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Oui, enfin l'informatique d'il y a 50 ans, ce n'est plus le même qu'aujourd'hui.

Je crois d'ailleurs savoir qu'à l'époque, l'informatique était plus considéré comme du "secrétariat". La suite de la machine à écrire, les opératrices qui effectuaient les branchements, etc.
Et les femmes qui survivaient étaient des professionnelles d'excellent niveau. Qu'on a mises de coté dès que le métier a commencé à acquérir du prestige.

Plus généralement, ce genre de débat tourne souvent au pugilat. C'est un débat inné/acquis comme tant d'autres, et qui pose le problème de la mesure. Comment mesurer ce qui est acquis? Comment mesurer ce qui est inné? Ma phrase ci-dessus est un exemple d'acquis, mais ça n'est qu'un minuscule aspect du sujet. Il y a énormément d'éléments sociaux qui vont prendre un acquis(i.e. une différence statistiques entre hommes et femmes issue de la biologie), et le renforcer violemment. Comme ça part d'un acquis, on peut dire que c'est essentiellement de l'acquis. Mais comme c'est renforcé par la société, on peut considérer que c'est en fait le système qui impose ça. Les deux interprétations sont biaisées, mais difficiles à combattre parce-que la mesure manque.

Je suis personnellement convaincu qu'on doit stopper de traiter les filles différemment. C'est ce que j'essaye de faire avec la mienne(ce qui ne sous-entend pas que j'y parvienne aussi bien que je le souhaiterait). Ca ne veut pas dire que 50/50 est un objectif réaliste. Je n'en sais fichtre rien. Je n'ai pas la mesure.
6  0 
Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/09/2018 à 16:27
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
C'est que tout simplement la mécanique, l'informatique ou de manière générale les sciences "dures" plaisent moins aux femmes qu'aux homme. De même que tout ce qui est contact humain plaît généralement plus aux femmes, c'est pourquoi on en trouve beaucoup dans le social, tourisme, infirmière. Dans la même ligné je dirais que les femmes sont beaucoup plus passionnées par les causes humanitaire et les hommes par les domaines très poussés et abstraits (dont les mathématiques).
Oui, mais qu'est ce qui nous dit que ce qu'elles aiment n'est pas justement ce que la société leur dit, directement ou indirectement aimer?

On est quand même dans un monde ou nous somme assommés d'images, de vidéos, de sons, en permanence.
Alors penser un tant soit peu que nous sommes libres de nos préférences, que l'on veut acheter le dernier iPhone uniquement parce que nous, nous l'avons décidé, c'est être inconscient du pouvoir de la publicité et des stéréotypes.

Quand tu as toute ta vie vu des femmes agir d'une façon et les hommes d'une autre, cela te parait ensuite normal, acquis, alors que c'est probablement juste du conditionnement.
6  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web