Trump accuse Google de truquer les résultats de recherche pour supprimer les news positives sur le président
Et donner la priorité aux "Fake News"

Le , par Coriolan

61PARTAGES

19  0 
Il y a une semaine, le président américain Donald Trump s’en est pris à Facebook et Twitter, accusant les deux réseaux sociaux de réduire en silence les gens sur leurs plateformes, un dangereux précédent selon l’actuel hôte de la Maison-Blanche. Cette déclaration controversée est survenue après la suspension de la présence d’Alex Jones, un proéminent conspirationniste américain, de plusieurs plateformes y compris de Facebook et Twitter.

Désormais c’est au tour de Google de recevoir les coups de foudre du président américain. Fidèle à son habitude, Trump a saisi Twitter, son moyen de communication favori pour assaillir le géant de la recherche. Dans une série de tweets publiés ce matin, Trump accuse Google de truquer les résultats de recherche pour donner la priorité aux “fake news” sur lui.

« Rechercher Trump News sur Google ne donne que des résultats sur le point de vue, les articles des médias fake news. En d'autres termes, c'est TRUQUÉ, pour moi et d'autres, afin que presque tous les articles et informations soient NÉGATIFS », a tweeté Trump. « Fake CNN est proéminente. Les médias républicains, conservateurs et justes sont écartés. Illégal ? » écrit-il. « 96 % des résultats sur Trump News viennent de médias nationaux de gauche », ce qu'il estime « très dangereux ».


Trump a suggéré également que Google et les autres ont tendance à réduire en silence les voix des conservateurs et cachent les informations positives. « Ils contrôlent ce que nous pouvons voir ou pas. C'est une situation très grave dont on s'occupera ! » a-t-il ajouté, sans toutefois indiquer comment ou quand il compte se pencher sur ce problème.

Plus tard dans la journée, Larry Kudlow, conseiller économique du président, a informé la presse que l’administration Trump va prendre la question en main pour voir si Google et son moteur de recherche doivent être régularisés par le gouvernement.

Google dément toute manipulation politique

La réponse de Google ne s’est pas fait attendre. La firme californienne a précisé dans un communiqué que ses résultats de recherche ne sont pas biaisés : « Quand les utilisateurs entrent des requêtes dans la barre de recherche de Google, notre but est de s’assurer qu’ils reçoivent les résultats les plus pertinents en seulement quelques secondes. La recherche n'est pas utilisée pour défendre un programme politique et nous ne dévions pas nos résultats vers une quelconque idéologie politique » a affirmé Google.

« Chaque année, nous entrons des centaines d’améliorations à nos algorithmes pour nous assurer qu’ils montrent un contenu de haute qualité en réponse aux requêtes des utilisateurs. Nous travaillons constamment pour améliorer la recherche de Google et nous ne classons jamais les résultats de recherche afin de manipuler un sentiment politique. »

Dans son accusation contre Google, il n’est pas clair si le président a Trump a fait des recherches sur lui-même sur Google, ou bien il fait référence à un article de PJ Media, un blog conservateur, qui prétend que 96 % des résultats de recherche de Google sur Trump ont pour source des médias de gauche. En effet, les accusations de Trump semblent calquer cette allégation.

« Est-ce que Google manipule son algorithme pour donner la priorité aux médias de gauche lors de la couverture du président Trump ? » s’est demandé Paula Bolyard, rédactrice dans le site Pj Media et qui se décrit sur Twitter comme étant conservatrice et une « non-conformiste culturelle ».

Paula Bolyard a dit avoir cherché « Trump » sur Google Actualités et a évalué les résultats en s’appuyant sur la charte de biais des médias dressée par Sharyl Attkinson, une ancien correspondante de CBS News. Elle a dit que les médias de gauche ont représenté 96 % des résultats, avec CNN accaparant « près de 29 % du total ». Elle a dit avoir mené la recherche plusieurs fois sur différents ordinateurs, et à chaque fois elle a eu presque les mêmes résultats.

Toutefois, elle reconnait que sa méthode n’est pas scientifique. En effet, la blogueuse n’a pas pris en considération le fait que le volume de contenu publié par différents médias représente un facteur majeur qui détermine la part dans les résultats de recherche.

Il est difficile de savoir s’il y a effectivement un biais dans les résultats de recherche de Google. La firme emploie un bon nombre de critères pour établir son classement de recherche. Bien que les algorithmes de Google restent secrets, on sait que des facteurs comme l’ancienneté du média, sa réputation et la concentration de mots-clés dans un article sont tous des facteurs qui jouent un rôle dans la détermination du classement d’une actualité. Ce classement diffère aussi d’un marché à un autre, ce qui rend encore plus fastidieuse la tâche d’analyser objectivement les résultats, surtout si l’analyse se base sur les résultats de quelques mots-clés seulement.

Tous ces paramètres n’ont pas empêché Donald Trump de bâcher Google et de s’attaquer spécifiquement à son ennemi juré, “Fake CNN” qu’il accuse de propager de fausses informations, un terme utilisé souvent par Trump pour écarter toute critique envers lui. Et finalement, il est clair que le président américain continue sur sa lignée populiste clamant haut et fort que les médias sont « l’ennemi du peuple ».

Source : twitter - WSJ

Et vous ?

Pensez-vous que Google et les autres géants de la Silicon Valley sont biaisés vis-à-vis des médias conservateurs ?
Pensez-vous que Trump a raison de pointer du doigt Google et les autres médias ?
Ou bien il s'agit d'une énième tentative du président américain pour semer la discorde chez les médias ?

Voir aussi

États-Unis : les électeurs de Trump partagent l'essentiel des fake news selon une étude de l'université d'Oxford
Le juge fédéral se prononce contre l'administration Trump dans l'affaire des fichiers 3D diffusés sur la toile~~ pour imprimer des armes à feu
Un décret signé par Trump pourrait permettre aux USA de mener rapidement des cyberattaques dans le monde en annulant des restrictions de l'ère Obama
Mark Zuckerberg estime que Facebook ne devrait pas supprimer la page d’un média conspirationniste dans la mesure où il n’encourage pas la violence
Fake news : les humains auraient tendance à plus les répandre que les bots sur Twitter, d’après des chercheurs du MIT

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/08/2018 à 21:33
Peu importe le cas Trump...

Il relève cependant un point intéressant qui ne gène apparemment personne... Et on a certainement tord!

Google, société privée ayant pour but le profit maximum, par sa position dominante, est en mesure d'orienter la pensée du monde entier (sauf la Chine qui s'occupe elle-même d'orienter sa population ) sur tout et n'importe quoi.

Google le fait ou ne le fait pas; on ne peut pas le savoir puisque que ses algorithmes ne sont pas publics et qu'ils ne sont contrôlés par aucune organisation neutre ou étatique...
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/08/2018 à 23:08
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Google le fait ou ne le fait pas; on ne peut pas le savoir puisque que ses algorithmes ne sont pas publics et qu'ils ne sont contrôlés par aucune organisation neutre ou étatique...
mouais moi je veux bien que ces "algorithmes" dirigent le monde ( numérique et virtuel ).
Mais pourquoi par exemple lorsque je veux écouter des groupes de funk ( par exemple comme Chic ) dans Youtube, sur le bandeau à côté de droite on me suggère des interviews politiques "recommended for you" ? ( j'écris une ânerie, par exemple une interview de Dieudonné ce qui ne m'intéresse pas du tout)
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/08/2018 à 8:59
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Google, société privée ayant pour but le profit maximum, par sa position dominante, est en mesure d'orienter la pensée du monde entier
C'est pareil pour Facebook et Twitter.
Ces entreprises peuvent faire en sorte que des choses soient beaucoup moins visible. (Officiellement c'est positif c'est pour lutter contre la haine, la violence, le racisme, etc).

Facebook s'est fait taper sur les doigts pour ne pas avoir fait assez contre Trump pendant la campagne de 2016. (alors que les publications pro Trump étaient déjà moins visible que les publications anti Trump)
Depuis toutes les grosses entreprises d'internet améliorent leur processus de censure discrète.

Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
Mais pourquoi par exemple lorsque je veux écouter des groupes de funk ( par exemple comme Chic ) dans Youtube, sur le bandeau à côté de droite on me suggère des interviews politiques
Bizarre...
Mais peut être qu'il y a plein de gens qui sont fans de Funk (Chic c'est plutôt Disco) et de discours politique !

Si je vais à cette adresse :

YouTube ne me propose pas de politique...
Avatar de Sipige
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 29/08/2018 à 10:18
J'adore l'écouter dire des conneries !
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/08/2018 à 10:26
Citation Envoyé par Sipige Voir le message
J'adore l'écouter dire des conneries !
Il le fait (peut-être) pour des mauvaises raisons, mais la neutralité des fournisseurs/hébergeurs de contenus, cela reste une chose assez géniale.
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/08/2018 à 17:13
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Peu importe le cas Trump...

Il relève cependant un point intéressant qui ne gène apparemment personne... Et on a certainement tord!

Google, société privée ayant pour but le profit maximum, par sa position dominante, est en mesure d'orienter la pensée du monde entier (sauf la Chine qui s'occupe elle-même d'orienter sa population ) sur tout et n'importe quoi.

Google le fait ou ne le fait pas; on ne peut pas le savoir puisque que ses algorithmes ne sont pas publics et qu'ils ne sont contrôlés par aucune organisation neutre ou étatique...
Parfaitement exact à ceci près : la philosophie de Google reste Don't be evil quoi qu'on en pense. Et heureusement. Sinon comment lui faire confiance lorsque l'homme le plus puissant de la Terre l'accuse de manière erronée de le défavoriser alors qu'il se défavorise très bien tout seul en twittant des âneries plus grosses les unes que les autres et qu'il fait porter le chapeau à l'algorithme de recherche le plus puissant et le plus neutre possible.
Ne sachant pas ce que Trump peut avoir en tête à ce sujet, je pense qu'il faudrait veiller à ce que Google search soit protégé de toute ingérence d'Etat quel qu'elle soit. On met le hola pour la Chine mais il faudrait le faire aussi pour Trump et ses successeurs. C'est un énorme danger ce mongol d'épiphénomène de POTUS. Inimaginable un Google search chinois puisqu'il sera censuré donc biaisé. Heureusement qu'il est né sous une ère Démocrate (William Clinton) et non Républicaine (W. Bush qui a lancé PRISM de la NSA).
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/08/2018 à 17:24
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Parfaitement exact à ceci près : la philosophie de Google reste Don't be evil quoi qu'on en pense.
Ne l'ont-ils pas retiré de leur Charte ?

Sinon que dire :
  • des collectes abusives de données personnelles ?
  • du comportement mafieux concernant Google Play (cf faille Fornite) ?
  • de la censure abusive de vidéos, menaçant les youtubeurs ?
  • de quelques affaires dont on a pu avoir connaissance suite à un certain mémo ?
Avatar de Coriolan
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 30/08/2018 à 18:20
Trump accuse Google de ne pas avoir fait la promotion de son discours annuel comme il l'a fait pour Obama
une accusation aussitôt rejetée par Google

Après avoir accusé Google de truquer les résultats de recherche pour n’afficher que les news négatifs sur lui, Donald Trump a une fois de plus intensifié la critique envers le moteur de recherche, en effet, il l’accuse d’avoir arrêté la promotion du Discours sur l’état de l’Union, après son arrivée à la Maison-Blanche.

Sur son compte Twitter, le président américain a publié une vidéo dont l’origine est inconnue, mais qui montre que Google a fait la promotion des discours de Barack Obama tout au long de sa présidence et que la firme a arrêté cette promotion une fois le président Trump est arrivé au pouvoir. La vidéo a été visionnée plus de 3,6 millions de fois.


Donald Trump a publié une vidéo accusant Google de favoritisme sous le hashtag #StopTheBias

Cependant, il apparaît que cette vidéo est trompeuse et ne dépeint pas la réalité puisqu’elle montre une fausse capture d’écran du jour en question. En effet, Google n’a pas fait la promotion du discours du président Trump lors de son premier discours en 2017, la raison est simple et revient du fait qu’il ne s’agit pas techniquement d’un discours sur l’état de l’Union, a informé un porte-parole de Google. Bien avant Trump, Barack Obama n’avait pas aussi eu droit à cette promotion pour la même raison. Le premier discours prononcé lors d'une session commune des deux chambres du Congrès n’est pas considéré comme un discours annuel sur l’état de la nation. Par la suite, Google a résumé le fait de promouvoir les discours d’Obama (adressés à cette occasion) durant toutes les années qui suivirent de sa présidence. Pour résumer, Google n'a pas fait la promotion de ce discours ni en 2009 ni en 2017.


Des internautes ont vite rapporté que la vidéo publiée par Trump est trompeuse

Étonnamment, Google a fait la promotion du discours sur l’état de la nation de Trump cette année sur sa page d’accueil, un fait que le président Trump a choisi aveuglément d’ignorer pour induire en erreur ses abonnés. La preuve le subreddit The_Donald partisan de Trump avait publié il y a 7 mois une capture d’écran montrant que Google a bel et bien fait la promotion du discours annuel de Trump. Le site internet Wayback Machine soutient également les dires de Google et réfute la vidéo publiée par Trump.

Cette attaque de Trump contre Google est la dernière après une série de critiques adressées par le président envers les géants de la technologie. Mardi, Trump a accusé Google de manipuler ses résultats, le président prétend que 96 % de ses résultats de recherche proviennent de médias de gauche. L’auteure de l’article qui a probablement inspiré Trump pour lancer une telle allégation a par la suite informé que son étude n’est pas scientifique et s’est basée sur un échantillon minime d’une centaine de résultats. Elle a même informé qu’elle pense que Trump est allé bien loin en appelant le gouvernement à intervenir dans cette situation. Apparemment, le président américain ne partage pas cet avis et continue son jeu en accusant tout le monde d’improbité envers lui.

Source : Twitter - MSN

Et vous ?

Que pensez-vous de cette accusation de Trump ?
Pensez-vous que Google va porter plainte pour diffamation contre le président américain ?

Voir aussi

Trump accuse Google de truquer les résultats de recherche pour supprimer les news positives sur le président et donner la priorité aux "Fake News"
États-Unis : les électeurs de Trump partagent l'essentiel des fake news selon une étude de l'université d'Oxford
Mark Zuckerberg estime que Facebook ne devrait pas supprimer la page d’un média conspirationniste dans la mesure où il n’encourage pas la violence
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/08/2018 à 18:20
Si ils l'ont retiré. Pour la collecte des données, ils ne sont malheureusement pas les seuls. Et je parlais uniquement de Google Search pas de tout Alphabet.
Je veux dire l'esprit de l'entreprise reste le même charte ou pas charte. Sinon Google serait déjà implanté en Chine depuis belle lurette.
Avatar de Kikuts
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/08/2018 à 18:59
Super. Il accuse Google de manipuler l'info...en manipulant l'info !!
C'est du troll level teach me master !
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web