USA : une sous-traitante de la NSA écope de plus de 5 ans de prison
Pour divulgation d'un rapport sur les cyberattaques attribuées aux Russes

Le , par Patrick Ruiz

131PARTAGES

14  0 
La sentence est tombée hier dans l’État de Georgie. Reality Winner, une ancienne sous-traitante (linguiste) de l’Agence nationale pour la sécurité (NSA), écope de plus de 5 ans de prison – 63 mois pour être précis. Ci-dessous une vidéo de son arrivée à la cour fédérale d’Augusta.


La jeune femme de 26 ans est la première personne à écoper d’une sentence conformément aux prescriptions de l’Espionnage Act – une loi de l'époque de la Première Guerre mondiale qui criminalisait la divulgation de secrets pouvant servir à nuire aux États-Unis ou à aider un adversaire étranger – depuis l’entrée en fonction de Donald Trump comme président des États-Unis. Elle hérite de la sanction la plus lourde jamais prononcée contre un tiers responsable de la divulgation d’un rapport top secret. Avant elle, un ancien agent du FBI a écopé de 43 mois pour divulgation d’un rapport classé top secret à l’éditeur The Associated Press ; l’affaire remonte à 2013.

Winner encourait jusqu’à 10 ans d’emprisonnement conformément aux lignes directrices fédérales. Toutefois, les procureurs en charge de l’affaire ont convenu d’une peine de 63 mois pour éviter un procès qui nécessiterait de discuter de rapports classifiés et de techniques de collecte de renseignements en audience publique. Les procureurs ont soutenu (dans un mémoire sur la détermination de la peine déposé cette semaine) qu'un tel procès aggraverait le préjudice exceptionnellement grave à la sécurité nationale déjà causé par l'accusé et que l'entente relative au plaidoyer reflète une résolution équitable de la culpabilité criminelle de l'accusé. La peine imposée à Reality Winner tient également compte de ses états de service irréprochables dans l’armée américaine, ainsi que de la présentation d’un casier judiciaire vierge. Le juge a simplement appliqué la sanction requise par les procureurs en charge de l’affaire.

Reality Winner : une dent contre l’Amérique ?


La divulgation du rapport sur les cyberattaques attribuées aux Russes émane de la probable dent que Reality Winner a contre son pays. En audience, les procureurs ont rapporté qu’elle a répondu oui à sa sœur lorsque cette dernière lui a posé la question de savoir si elle déteste réellement les États-Unis. « Nous avons inventé le capitalisme, la pire des choses sur la planète », aurait-elle déclaré dans un entretien avec sa sœur sur Facebook. Les procureurs n’ont pas manqué de souligner qu’il s’agit de convictions politiques de nature à amener un tiers à violer les restrictions de sécurité.

Acte de bravoure ou erreur ?

The Intercept – le média qui a reçu le rapport – a contribué financièrement à la défense de cette dernière. « La vulnérabilité du système électoral américain est un sujet national d'une immense gravité, mais il a fallu l'acte de bravoure de Winner pour attirer l'attention du public sur les détails clés d'une tentative de compromettre le processus démocratique en 2016 », a déclaré Besty Reed – éditeur en chef du média The Intercept. Et d’ajouter : « au lieu d'être reconnu comme un dénonciateur consciencieux dont la divulgation a aidé à protéger les élections aux États-Unis, Winner a été poursuivi avec une détermination vicieuse. »

En audience, Reality Winner a pour sa part déclaré qu’elle endosse l’entière responsabilité de « l’indéniable erreur qu’elle a commise. »

Source : NYT

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Acte de bravoure ou erreur ? De quel bord êtes-vous en ce qui concerne le cas Reality Winner ?

Voir aussi :

États-Unis : la Russie est responsable du piratage du DNC et les cyberattaques liées à la campagne présidentielle américaine

Cyberattaques russes contre les USA : des détails sur le mode opératoire divulgués, Obama annonce des représailles contre la Russie

Washington et Londres accusent la Russie de sponsoriser des cyberattaques visant des périphériques réseau dans un communiqué commun

Les USA déclassifient le rapport sur les cyberattaques imputées à la Russie, Poutine accusé d'avoir ordonné les attaques pour soutenir Trump

Le hacker auteur de l'attaque contre le DNC aurait été identifié comme un agent de renseignement russe grâce à une adresse IP

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/08/2018 à 12:34
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Je ne comprend pas pourquoi on parle d'un préjudice exceptionnellement grave à la sécurité nationale causé par l'accusé.
Elle a juste partagé un rapport qui suggère que la direction générale des renseignements de l’état-major des forces armées de la Fédération de Russie (GRU), a réussi à pénétrer les systèmes d’un fournisseur américain lié au processus de vote de la dernière élection présidentielle américaine.

De toute façon on entend hyper souvent les médias dire que la Russie a essayé d'influencer les élections aux USA, et comme dit Poutine :
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
« les pirates informatiques peuvent être n’importe où. Ils peuvent être en Russie, en Asie, etc. Il se peut même qu’il y ait des pirates informatiques aux États-Unis, suffisamment habiles et expérimentés, qui essayent de faire porter le chapeau à la Russie. Pouvez-vous le concevoir ? Qui plus est, en plein milieu d’une bataille politique ? »
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Acte de bravoure ou erreur ? De quel bord êtes-vous en ce qui concerne le cas Reality Winner ?
Je ne vois pas où est le mal, maintenant tout le monde sait que les USA sont en train de sécuriser à fond tout ce qui concerne l’élection, pour être certains qu'aucun pirate n'arrive à avoir accès à des systèmes en rapport avec les élections.

Les autres lanceurs d'alerte qui ont eu des problèmes ont remonté des choses que le gouvernement US faisait mais qui était illégal. (Snowden, Manning, Assange)
Là pour une fois je ne vois pas ce que le gouvernement US a mal fait... (à part mal sécuriser un truc)
Il y a des failles partout et plein d'hacker qui les cherchent...

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
En audience, les procureurs ont rapporté qu’elle a répondu oui à sa sœur lorsque cette dernière lui a posé la question de savoir si elle déteste réellement les États-Unis. « Nous avons inventé le capitalisme, la pire des choses sur la planète », aurait-elle déclaré dans un entretien avec sa sœur sur Facebook. Les procureurs n’ont pas manqué de souligner qu’il s’agit de convictions politiques de nature à amener un tiers à violer les restrictions de sécurité.
Apparemment elle ne déteste pas forcément son pays, c'est juste qu'elle est pas ultra fan du capitalisme.

Il faudrait voir, mais je crois que le capitalisme existait avant les USA.
Après c'est vrai que les USA sont responsable de plein de problèmes dans le monde.
La situation économique mondiale est catastrophique et il n'y a aucun espoir de la voir s'améliorer sans un crash majeur.

Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/08/2018 à 11:20
sa sœur lorsque cette dernière lui a posé la question de savoir si elle déteste réellement les États-Unis. « Nous avons inventé le capitalisme, la pire des choses sur la planète », aurait-elle déclaré dans un entretien avec sa sœur sur Facebook. Les procureurs n’ont pas manqué de souligner

En disant ça, elle passe pour une rouge l'insulte suprême aux US.
Il y a un côté Maccarthysme dans ce jugement
Pour se faire lyncher par l'opinion publique américaine y a pas mieux que d'être déclarer anti-américain
Franchement ça rappelle la guerre froide

Au moins Trump reste capitalisme quand il se fait financer par les russes

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web