Bruno Le Maire lance une mission sur les cryptomonnaies
Pour évaluer les risques liés à ces devises et prône une économie durable

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
La Chine et la Corée du Sud sont considérées comme deux des plus grands marchés d’échange de monnaies cryptographiques au monde et la plupart des décisions prises à l’égard de ces monnaies dans ces pays sont susceptibles d’impacter sérieusement sur la dynamique des cours mondiaux de ces monnaies.

Les autorités de régulation de la Chine ont récemment adopté de nouvelles mesures contraignantes visant notamment à circonscrire les activités de minage des monnaies cryptographiques et réduire la marge de manœuvre et le nombre de plateformes d’échange qui les exploitent. L’introduction de ces mesures non incitatives devrait également permettre à Pékin de lutter contre le blanchiment d’argent sur les plateformes d’échange adossées à ces monnaies, d’enrayer les fuites de capitaux hors du pays et d’éviter que le phénomène des monnaies virtuelles ne prenne de l’ampleur sur le marché financier local.

De son côté, la Corée du Sud a récemment introduit de nouvelles lois qui ont conduit, dans un premier temps, au bannissement des levées de fonds en monnaies cryptographiques (ICO) et qui pourraient à l’avenir déboucher sur l’interdiction pure et simple du trading des monnaies virtuelles dans le pays.


C’est dans ce contexte que le ministre de l’économie et des finances français, Bruno Le Maire, a fait part officiellement de sa volonté de mettre sur pied une mission sur les monnaies cryptographiques. Cette annonce a été effectuée par le ministre devant la presse lors de la cérémonie pendant laquelle il présentait ses vœux pour 2018. Durant son allocution, Bruno Le Maire a précisé que cette mission sera menée par un ancien sous-gouverneur de la Banque de France du nom de Jean-Pierre Landau.

La Banque de France est une institution connue pour ses critiques acerbes et renouvelées contre les monnaies virtuelles d’une manière générale et le bitcoin en particulier, via notamment l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution. En outre, Jean-Pierre Landau a publié en 2016 une tribune dans le Financial Times afin de prévenir contre les dangers de « la folie du bitcoin » qu’il comparait à un phénomène apparu au 17e siècle plus connu sous le nom de tulipomanie, d’où sa référence à « la tulipe du 21e siècle ».

Les propos de cet ancien sous-gouverneur de la Banque de France ne sont pas sans rappeler ceux du PDG de JP Morgan qui, il n’y a pas si longtemps, affirmait que les cryptomonnaies c’est du vent et une fraude, avant de déclarer qu’il regrette ses propos : « Cette monnaie ne va pas marcher. On ne peut pas avoir un système où des gens créent une monnaie avec du vent et penser que les gens qui l’achètent sont vraiment malins. »

Matignon, comme la plupart des autres gouvernements à l’échelle mondiale, ne semble pas, pour le moment du moins, favorable à l’adoption des devises électroniques qui sont créées à partir de la technologie des « blockchains » et qui s’échangent en ligne sans être régulées par une juridiction clairement définie.

« Nous voulons une économie stable : nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin », a lancé Bruno Le Maire pendant son discours avant d’ajouter :

« Cette mission me proposera des orientations sur l’évolution de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement et empêcher leur utilisation à des fins d’évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d’activités criminelles ou de terrorisme. »

En attendant le rapport final de Jean-Pierre Landau, le chargé de mission désigné pour les questions ayant trait aux devises cryptographiques, Bruno Le Maire envisagerait de porter le sujet devant le G20 à l'occasion du prochain sommet d'avril 2018 pour des concertations élargies autour de la régulation du bitcoin.

Le ministre de l’Économie et des Finances français a également rappelé que « la France a relancé le projet de taxation des géants du numérique » en affirmant que « nous ne lâcherons rien dans ce domaine. La définition des nouvelles règles fiscales internationales est décisive pour la justice et pour l’efficacité de l’économie mondiale. »

« Nous voulons une économie durable : développer les énergies renouvelables, promouvoir une consommation plus sobre en énergie, financer la recherche sur le stockage des énergies renouvelables, ce ne sont pas des contraintes, ce sont des opportunités », a conclu Bruno Le Maire.

Source : Discours de Bruno Le Maire (PDF)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

La levée de fonds en cryptomonnaies désormais le moyen le plus simple de financer sa start-up ? Quels sont les avantages et les risques ?
IOTA : la cryptomonnaie sans blockchains qui se veut une alternative au bitcoin et qui fait l'impasse sur les mineurs de cryptomonnaies


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de John Bournet John Bournet - Membre averti https://www.developpez.com
le 17/01/2018 à 9:13
Les gouvernants (et pas seulement eux) se retrouvent face à quelque chose qu'ils ne comprennent pas, et comme, pour chaque chose qu'il ne comprend pas, l'être humain laisse exprimer sa peur (spéculation, ponzi, tulipe, inutilité, folie, fraude ... tous les poncifs y passent), pour ne pas dire sa haine de ce qu'il ne peut contrôler. Aujourd'hui, nous sommes face à un tournant : soit on jette le bébé avec l'eau du bain au nom de périls factices, qui existaient avant les cryptomonnaies et existeront toujours après; soit on saisit une opportunité, celle de miser sur l'avenir (avec un minimum de régulation, pour imposer des gardes-fous), sur une technologie qui a un potentiel énorme, un écosystème foisonnant d'idées (non, la blockchain ce n'est pas uniquement le bitcoin).
Avatar de mh-cbon mh-cbon - Membre actif https://www.developpez.com
le 17/01/2018 à 9:48
Pour ce qui est de l'économie durable, des réglementations et autres contrôle anti blanchiment, des opportunités d'une économie durable,
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_...nanci%C3%A8res
http://www.paradisfiscaux20.com/
https://blogs.mediapart.fr/corinne-n...ors-un-suicide

Pour ce qui est du commentaire de John Bournet avec la FUD et la FOMO entre les lignes, je rigole.
Avatar de 23JFK 23JFK - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 17/01/2018 à 10:03
Parmi les points faibles techniques des cryptomonnaies il y a la fainéantise des utilisateurs qui se dispensent de télécharger puis de stocker la blockchain et, la cupidité des mineurs qui appliquent des frais de transactions disproportionnés. Par ailleurs, sans un mécanisme de vidange, la technologie blockchain va finir par s'effondrer sous son propre poids en devenant de fait un système centralisé contrôlé par une poignée de spécialistes en stockage de données. En l'état actuel, pour aspirer à la pérennité, le concept de cryptomonnaie devrait intégrer un turnover afin qu'une cryptomonnaie associée à une blockchain devenue trop grosse puisse faciliter la migration de ses utilisateurs vers une autre cryptomonnaie ayant encore une blockchain de taille raisonnable. Il devrait par ailleurs être obligatoire pour les utilisateurs d'une cryptomonnaie d'avoir leur propre copie de la blockchain associée et de ne pas pouvoir déléguer cet aspect technique à des tiers. Il faudrait enfin mettre en place un mécanisme de randomization des récompenses de minage afin de rendre vain la constitution de fermes à minage et autres piscines. Cela fait quelques fokon-yaka, mais avant d'être un business, les cryptomonnaies en sont encore au stade d'expérience de faisabilité.
Avatar de paidge paidge - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 18/01/2018 à 9:08
Tout à fait d'accord avec 23JFK et Bruno Lemaire
Je rajouterai que la plupart des crypto-monnaies, à part servir d'objet de spéculation, ne servent pas l'économie et sont un désastre écologique. C'est pourquoi le logiciel Duniter basé sur la Théorie Relative de la Monnaie est, selon moi, une solution viable. D'ailleurs Le Media, nouveau journal indépendant, créé par Bruno Gaccio et la France Insoumise, . Puisque Duniter est le premier logiciel distribué de création monétaire par Dividende Universel et non par minage. Ce dividende suit l'augmentation de la masse monétaire permettant l'égalité spatio-temporelle entre les utilisateurs dans la création de la monnaie. Ainsi chaque génération peut faire ses politiques et économiques indépendamment des choix des générations précédentes et des ressources à disposition.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil