IOTA : la cryptomonnaie sans blockchains qui se veut une alternative au bitcoin
Et qui fait l'impasse sur les mineurs de cryptomonnaies

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Le IOTA est une cryptomonnaie plutôt singulière et peu connue qu’on retrouve actuellement sur le marché très animé des monnaies virtuelles. Elle repose sur une technologie qui est complètement différente de celle exploitée par les autres monnaies cryptographiques, ce qui ne la rend pas moins prometteuse pour autant. Grâce au IOTA, il est notamment possible de transférer de l’argent virtuel ou d’autres données instantanément et sans frais grâce aux objets connectés.

Depuis le début de cette année, on assiste à un regain d’intérêt sans précédent pour les monnaies virtuelles en général. Les évolutions fulgurantes des cours de ces dernières sur les places de marché et l’attitude des gouvernements vis-à-vis de ces cryptomonnaies alimentent bon nombre de débats sur la toile depuis plusieurs mois déjà.

Lorsqu'on fait allusion aux monnaies cryptographiques, la plus emblématique d’entre elles serait certainement le bitcoin qui a vu son cours s’envoler et atteindre la barre des 15 000 USD au début du mois de décembre, alors qu’elle plafonnait encore aux alentours de 1000 USD en janvier 2017. On estime d’ailleurs que chaque seconde, trente personnes supplémentaires investissent dans un portefeuille en bitcoins. On peut également citer le cas du litecoin, une cryptomonnaie dont la valeur a explosé de 10 000 % en l’espace de seulement 12 mois (de décembre 2016 à décembre 2017).

Le IOTA a été conçu en 2015 par David Sonstebo, Sergey Ivancheglo, Dominik Schiener et Serguei Popov. Bien que les jetons IOTA puissent être utilisés comme n’importe quelle autre cryptomonnaie, il faut préciser que, contrairement aux monnaies virtuelles classiques comme le bitcoin ou le litecoin qui sont basées sur la technologie des blockchains, le fonctionnement du IOTA repose sur l’Internet des objets connectés (IoT) et à la technologie Tangle.


La technologie Tangle qui est à la base du IOTA autorise des transactions instantanées et sans aucun coût supplémentaire de toutes sortes de données électroniques via les appareils connectés. Ce système permettrait, d’une part, d’assurer l’intégrité des données personnelles des utilisateurs d’appareils connectés en sécurisant ces informations dans un registre décentralisé infalsifiable. D’autre part, il autoriserait la réalisation de transactions gratuites et rapides entre les propriétaires des données et tous ceux qui voudraient acquérir ces informations précieuses. Ce système devrait donc permettre à ses utilisateurs de monétiser leurs données contre des IOTA auprès d’entreprises tierces sans qu’aucun organisme de contrôle ne puisse avoir accès aux détails de la transaction.

Le IOTA a fait l’impasse sur les mineurs. Au lieu de cela, lorsqu’un utilisateur émet une transaction ou effectue un transfert de données, ce dernier doit également valider deux transactions plus anciennes qu’il aura au préalable sélectionnées de manière aléatoire. Ainsi, au fur et à mesure que de nouvelles transactions montent un « réseau de confirmation enchevêtré » se développe. De cette manière la validation du réseau deviendrait une propriété intrinsèque du réseau et ce dernier resterait entièrement décentralisé.

La Fondation à but non lucratif allemande qui est derrière la nouvelle cryptomonnaie IOTA a annoncé fin novembre qu’elle collaborait avec plusieurs grandes entreprises technologiques (Fujitsu, Samsung, Microsoft...) et du secteur bancaire, la Deutsche Telekom notamment, afin de mettre en place un « marché de données décentralisé ». Elle travaillerait également en étroite collaboration avec une société tierce afin d’optimiser sa technologie, notamment sur le plan de la sécurité.

D’après Sønstebø, cette technologie, même si elle est encore au stade de bêta, représenterait la meilleure solution de « cryptographie légère » dédiée aux appareils connectés de faible puissance. Le IOTA n’est pas aussi facilement accessible au grand public que peut l'être le bitcoin ou le litecoin, mais cela pourrait très rapidement changer à l’avenir.


Source : Blog IOATA, Technology Review

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Le IOTA vous parait-il être une bonne alternative aux monnaies virtuelles courantes ?

Voir aussi

Bitcoin : la cryptomonnaie a consommé cette année plus d'énergie que 160 pays sur un an, d'après une nouvelle étude
Bitcoin : pendant que certains deviennent milliardaires, des états veulent plus de contrôle et d'autres appellent à son interdiction


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Angelsafrania Angelsafrania - Membre confirmé https://www.developpez.com
le 17/12/2017 à 18:10
J'aime bien l'idée.
Mais il faut que la transaction A que j'ai faite soit validée par plusieurs autre transaction pour que la confiance en la transaction A soient forte.
Vu que les transactions sont prises aléatoirement j'ai de moins en moins de chance que ma transaction soit validé non ? Ou alors il y a une pondération de la validation des transactions (plus elle est validé moins elle doit l'être).

Autre chose j'ai vu qu'il y a une preuve de travail pour évité le spam, mais c'est quoi cette preuve de travail ? Si c'est un condensa je suis pas sur que ça protège beaucoup.

En gros on a le même principe que la blockchain dans le sens ou c'est une base de données partagé et auto-validé et théoriquement non modifiable. Le plus c'est qu'on a pas qu'une seule entité qui peut valider des transactions à un moment T, mais N (étant le nombre de transaction à venir à un moment T), encore plus de décentralisation donc.

Je valide ! (si c'est résistant bien sûr et que les promesses sont tenu ^^ )
Avatar de mh-cbon mh-cbon - Membre actif https://www.developpez.com
le 18/12/2017 à 20:28
y'a des promesses... Et puis tout le reste, https://forum.iota.org/t/iota-nodes-...ructure/6362/8

morceaux choisis:

A light client delegates the responsibilities of running a full node to a 3rd party. By running a light client, you are trusting that 3rd party to perform critical functions, such as: Providing accurate balances and transaction history for your wallet. Broadcasting your transactions to the rest of the network. Some reasons why you might want to run your own full node instead of using a light client: You don't want to (or can't) trust any 3rd party not to censor your transactions and/o…
Vu que 99% des utilisateurs de crypto fout tourner des light wallets.... autant dire qu'on aura les mêmes problèmes qu'avec les certificats volés, forgés etc..
Avatar de OwnIotaNow OwnIotaNow - Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
le 21/02/2018 à 15:57
Le portefeuille en ligne de la fondation IOTA est dispo ici pour ceux qui veulent :
IOTA Wallet

Pour ceux qui veulent, il y a aussi un générateur de seed.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil