Le PDG de JPMorgan qui affirmait que les cryptomonnaies c'est du vent et une fraude
Dit maintenant regretter ses propos

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Elles sont encensées par certains, dénigrées par d’autres : le chemin qui doit mener les monnaies virtuelles vers la gloire ou la déchéance n’est pas de tout repos. Il est difficile actuellement d’évoquer le sujet de ces monnaies électroniques sans penser d’abord à la plus célèbre d’entre elles, le bitcoin, qui a vu son cours s’envoler et atteindre le niveau record de 19 000 USD en décembre 2017, alors qu’elle plafonnait aux alentours de 1000 USD encore en janvier 2017. On estime d’ailleurs que toutes les secondes, trente personnes supplémentaires investissent dans un portefeuille en bitcoins.

L’évolution fulgurante des cours des monnaies cryptographiques sur les places de marché et l’attitude des gouvernements et de certains dirigeants de grandes institutions financières vis-à-vis de ces cryptomonnaies alimentent bon nombre de débats sur la toile depuis plusieurs mois déjà.

En septembre 2017, Jamie Dimon, le PDG de la banque JP Morgan Chase & Co n’avait pas mâché ses mots lorsqu’il a qualifié le bitcoin de « fraude », assurant que la monnaie n’était pas viable et allait « exploser en vol ». Le banquier réputé pour son franc-parler était même allé jusqu’à menacer de licenciement les traders de son entreprise qui se hasarderaient à flirter avec les monnaies cryptographiques.

« Cette monnaie ne va pas marcher. On ne peut pas avoir un système où des gens créent une monnaie avec du vent et penser que les gens qui l’achètent sont vraiment malins », avait-il lancé lors d’une conférence qui se déroulait à New York.


L’intervention de Jamie Dimon coïncidait avec l’annonce par les autorités de régulation chinoises de nouvelles mesures contraignantes visant à circonscrire les activités de minage des cryptomonnaies ainsi qu’à réduire la marge de manœuvre et le nombre de plateformes d’échanges qui exploitaient ces monnaies. Le tour de vis de Pékin avait eu un impact négatif très prononcé sur la dynamique des cours mondiaux des monnaies cryptographiques en général et du bitcoin en particulier, provoquant la chute brutale des cours de ce dernier de près de 10 % en l’espace de 24 heures seulement.

Tous ces évènements se sont produits dans un contexte tendu alimenté par d’intenses spéculations autour du devenir de la monnaie virtuelle phare du moment (le bitcoin) à l’échelle mondiale. Les investisseurs étaient à l’affût du moindre signe pouvant annoncer le début de l’éclatement de la bulle financière ou au contraire la poursuite de son expansion.

Dans une interview diffusée récemment par le média Fox, Jamie Dimon déclare maintenant regretter les propos qu’il a tenus à ce moment-là. Le « buzz » suscité par ses mots aurait servi les intérêts du bitcoin, dont les cours ont continué d’augmenter, au lieu de produire l’effet inverse.

Bien qu’il ait assuré n’éprouver aucune forme d’intérêt pour la monnaie virtuelle qu’il a auparavant vivement critiquée, il n’a pas tari d’éloges envers la « blockchain », la technologie qui sous-tend le fonctionnement des monnaies électroniques.

« La blockchain est réelle. On peut avoir des cryptoyens et des cryptodollars », a affirmé le PDG de JP Morgan pendant l’émission.

En octobre, la directrice financière de JP Morgan, Marianne Lake, a tenté de limiter les dégâts occasionnés par la sortie médiatique de son patron en affirmant que la banque était « très ouverte d’esprit à la possible utilisation future de devises digitales qui sont correctement contrôlées et régulées. »

Malgré les critiques de Dimon, plusieurs banques, opérateurs boursiers et entreprises se sont alignés derrière la nouvelle tendance des monnaies cryptographiques, déclenchant une forte augmentation de leur valeur sur les places boursières.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi

IOTA : la cryptomonnaie sans blockchains qui se veut une alternative au bitcoin et qui fait l'impasse sur les mineurs de cryptomonnaies
Le ministère de l'Économie ajoute le bitcoin comme un moyen de payement alternatif, s'agit-il du début d'une reconnaissance officielle en France ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Dgamax Dgamax - Membre régulier https://www.developpez.com
le 11/01/2018 à 11:00
On parle beaucoup du bitcoin mais 2017 c'est "que" +1300%~~ mais d'autres crypto c'est +10 000%!
L'année dernière c'était de la folie, ceux qui ont acheté ce même jour l'an dernier doivent se frotter les mains
Avatar de Ryu2000 Ryu2000 - Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
le 11/01/2018 à 12:01
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Qu’en pensez-vous ?
Ce n'est pas étonnant que le chef d'une grande banque soit contre les crypto-monnaies au premier abord.
Ils ne sont pas trop fans d'avoir aucun contrôle sur une monnaie.

Ça ressemble à cette news :
Warren Buffett sur le bitcoin : « Tout ça finira mal »
Warren Buffett a parlé. Et la prédiction du célèbre oracle des marchés n'est pas bonne pour le bitcoin. « En matière de cryptomonnaies, je peux dire avec quasi-certitude qu'elles finiront mal, a expliqué le milliardaire de 87 ans sur CNBC , précisant ne pas pouvoir prédire « quand ou comment ça se passera ».

« Nous n'en avons pas acheté, nous n'en vendons pas, nous n'aurons jamais de position, a ajouté le président de Berkshire Hathaway, qui prépare sa succession à la tête de la célèbre société d'investissement. J'ai assez de problèmes avec des choses que je connais un peu, pourquoi est-ce que je prendrais une position dans quelque chose que je ne connais pas ? »
Il changera peut être d'avis dans le futur.

Si le bitcoin se crash violemment ce ne sera pas une catastrophe pour celui qui a misé sur le baisse du bitcoin.
Avatar de el_slapper el_slapper - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 11/01/2018 à 14:18
Buffet a raison sur un point : spéculer sur ce qu'on ne comprends pas, c'est risqué. C'est déjà pour ça qu'il avait évité la bull des dotcoms.

Il peut rater des opportunités à cause de ça, mais je peux le comprendre.

Quand à savoir si les cryptomonnaies vont marcher..... c'est à la fois simple et impossible. Simple, parce-qu'une monnaie n'a de la valeur que si les gens lui en donnent. Impossible par contre de savoir si les gens vont durablement accorder de la valeur à ces trucs là.
Avatar de CoderInTheDark CoderInTheDark - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 13/01/2018 à 10:36
Les marchés parient sur tout.
Sur des choses plus immorales ou douteuses.
J'y ai travaillé un peu, pas comme trader

L'impression qu'ils me donnaient, s'était d'être des joueurs de casino, sauf que quand il perdaient ce n'était pas pour leur pomme.
Et Surtout on ne vivait pas dans le même monde.
Ils étaient vraiment déconnecté du monde réel.

Les marchés parient sur les dettes des états, ils adorent les dettes des pays pauvres(edge funds, fond vautour).
Quand ils ne peuvent pas payer, ils se servent en saisissant leur matières premières.

Les start-up en 2000, ça c'était foireux.
Et ils ont bien perdu.

J'ai eu plusieurs entretiens pour des stages non-rénuméré, bien sur.
Ils faisaient tous des comparateur de prix.
Je me suis risqué, "mais les gars vous n'avez pas l'impression que le marché est saturé ? Et le votre il a quoi de plus que les autres".
Avatar de Pomalaix Pomalaix - Rédacteur https://www.developpez.com
le 27/01/2018 à 15:56
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
...On estime d’ailleurs que toutes les secondes, trente personnes supplémentaires investissent dans un portefeuille en bitcoins....
Toutes les secondes ?? Ça ferait donc 2 592 000 personnes qui investiraient chaque jour. A ce rythme là, en 10 jours on dépasse déjà la fameuse limite de 21 millions.
Ou alors les gens achètent une fraction de bitcoin ?
Contacter le responsable de la rubrique Accueil