IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk annonce la pose avec succès du premier implant cérébral sur un cobaye humain par Neuralink
Et ravive le débat sur les avantages et les inconvénients de cette interface cerveau-ordinateur

Le , par Patrick Ruiz

242PARTAGES

4  1 
Elon Musk est l’un des entrepreneurs les plus audacieux de ces dernières années et surtout l’un de ceux qui pensent que les avancées actuelles en matière d’intelligence artificielle laissent présager d’un futur où les robots domineront sur l’humanité. C’est la raison pour laquelle il travaille depuis quelques années sur une interface cerveau-ordinateur. L’objectif initial : augmenter les capacités de l’humain pour rivaliser avec l’intelligence artificielle. Le premier cobaye humain vient de recevoir la pose du premier implant cérébral. La manœuvre ravive le débat sur les avantages et les inconvénients de tels dispositifs.



Les premiers avantages d’un tel dispositif commencent à se faire voir dans le domaine médical. À court terme, Neuralink a pour objectif de concevoir des dispositifs pour apporter des solutions aux maladies cérébrales et aux lésions cérébrales graves. L’entreprise n’est pas dans un îlot isolé en la matière. Avec les avancées de la technologie, des tiers se sont fait implanter des électrodes dans le cerveau. Celles-ci leur permettent de déplacer un curseur et de sélectionner des lettres sur un écran. En 2019, des chercheurs de l’institut de neurosciences Wu Tsai de l'université de Stanford ont rapporté une nouvelle expérience qui accélère le processus.

Ces derniers ont annoncé avoir mis au point une intelligence artificielle capable de reconnaître les caractères et ensuite lire les phrases imaginées par une personne. Dans leurs nouvelles expériences, un volontaire paralysé du cou aux pieds est invité à s'imaginer bouger son bras pour écrire chaque lettre de l'alphabet. Cette activité cérébrale a permis de former et d’entraîner un réseau neuronal pour interpréter les commandes, traçant la trajectoire prévue de la pointe de son stylo imaginaire pour créer des lettres.

Le procédé consiste en un système d'écriture manuscrite géré par l’intelligence artificielle. En effet, au lieu de taper avec un curseur, qui est plafonné à environ 39 caractères par minute, les patients imaginent utiliser un stylo pour écrire à la main. Un réseau neuronal interprète la commande, traçant la trajectoire prévue du stylo imaginaire pour former des lettres et des mots. D’après les chercheurs, l'ordinateur a pu lire les phrases imaginées par le volontaire avec une précision d'environ 95 % à une vitesse d'environ 66 caractères par minute.

Chez Neuralink, l’on a de même testé une puce sans fil sur le cerveau d'un singe qui lui permet de jouer à des jeux vidéo. Dans une interview sur Clubhouse, Musk explique que le singe qui joue au jeu vidéo s'est vu implanter une puce sans fil qui lui permet de contrôler une interface électronique uniquement avec son esprit. La même expérience devrait donc être reproductible sur le premier cobaye humain maintenant que la pose du premier implant a été effectuée.


Sur le long terme, Neuralink projette de développer des implants cérébraux susceptibles d’augmenter les capacités des êtres humains pour rivaliser avec l’intelligence artificielle. En des termes simples, cela voudrait dire s’appuyer sur l’intelligence artificielle pour mettre l’humain en capacité de rivaliser avec les robots. Cela s’entend transformer l’humain en une espèce de dispositif connecté à Internet et ce, malgré la menace de piratage.

L’un des débats les plus importants lorsqu’on parle des dispositifs connectés à Internet est celui de leur utilité face aux risques liés à leur utilisation, notamment, le piratage et l’intrusion dans la vie privée de leurs possesseurs. Avec une puce cérébrale dans le cerveau qui le connecte à Internet, l’homme deviendra lui-même la cible des actes perpétrés par des tiers malveillants. Et la sortie d’Eugène Kaspersky résonnera alors avec encore plus d’emphase : « L’Internet des objets pourrait rapidement devenir l’Internet des menaces. »


Chez la start-up suédoise Epicenter, on a de quoi conforter Elon Musk dans ses projets futuristes. En effet, dans les locaux d’Epicenter, portes, imprimantes, etc. sont actionnées d’un geste de la main par un employé. Il leur est même aussi possible d’ordonner l’achat d’une friandise simplement d’un geste de la main. Epicenter emploierait-elle des mutants ? Que non. La start-up elle-même propose à ses employés et à ses membres de se faire implanter des puces électroniques permettant de réaliser toutes ces actions.

Les puces électroniques d’Epicenter sont injectées entre le pouce et l’index. Il s’agirait de bornes de communication en champ proche (CCP ou NFC en anglais) de la taille d’un grain de riz. Pour rappel, la technologie CCP permet des communications de proximité (quelques centimètres) entre un lecteur et n’importe quel terminal mobile (tag CCP), ou entre les terminaux eux-mêmes, et ce, à un débit de 424 kbits à la seconde. Concrètement, le tag CCP qui désormais est l’humain peut communiquer avec un terminal par le biais d’un champ magnétique. Les bureaux d’Epicenter seraient donc équipés de lecteurs à proximité desquels les employés (tag CCP) esquissent des gestes qui provoquent les actions déjà mentionnées.



Patrick Mesterton, cofondateur et CEO d’Epicenter, avoue avoir émis des doutes à la seule pensée de voir des individus se faire injecter des corps étrangers de cette nature. Seulement, depuis 2015 qu’il fait poser ces dispositifs à ses employés, il n’y voit que des avantages. L’un des principaux est, selon lui, de s’affranchir de l’encombrement de plein d’outils usuels comme les cartes de crédit et autres clés ou dispositifs de communication. Son entreprise est d’ailleurs devenue l’une des rares dans le monde à avoir étendu l’usage de cette technologie à l’homme. Ses employés assistent régulièrement à des présentations censées motiver les réticents à rejoindre les rangs de ceux qui estiment « faire partie du futur ». À date, 150 employés sur les 2000 que compte l’entreprise sont déjà « taggés ». Il faut préciser que l'entreprise suédoise expérimentait déjà cette technologie en 2015, pour permettre à ses employés d'accéder à leurs bureaux et photocopieurs.


Se faire transformer en terminal de communication CCP pour faire partie du futur ? Chacun a son avis sur la question. Il faudrait néanmoins rappeler que l’application de cette technologie à l’homme a également son lot d’inconvénients comme c’est le cas pour toute œuvre humaine. Au rang de ceux-ci figurent des atteintes à la vie privée et à la sécurité. En effet, les données générées par ces dispositifs permettraient à un employeur d’effectuer un monitoring complet de l’activité d’un employé sur le lieu de service (achats effectués, heures d’arrivée au travail, etc.). Au-delà, il y a la possibilité pour les hackers d’avoir accès à des informations sensibles comme votre état de santé, vos horaires de travail, et donc de s’en servir pour mieux vous nuire.

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quels dangers (induits par l’adoption massive de ces implants) entrevoyez-vous sur le long terme ?

Voir aussi :

Un mini-implant high-tech analyse en temps réel le sang et signale via un smartphone l'approche d'une attaque cardiaque

Le Pentagone met au point un prototype d'interface cerveau-machine ne nécessitant pas de percer de trou dans la tête du sujet

Huit salariés d'une société en Belgique se sont fait volontairement implanter sous la peau une puce électronique qui fait office de badge

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 12:27
Hâte d'avoir des pubs ou des échantillons de consommation directement dans la tête, des odeurs pour tester des produits du gout, pour ACHETER, VENDRE ALLEZ HOP HOP HOP.

Comme d'habitude, ça sera utilisé à 5% dans la recherche et le militaire, tout le reste ça sera pour la consommation, nous vendre des choses inutiles, on est dans le futur de robocop, pas dans celui d'avatar.
5  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 14:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Pas besoin d'implants pour ça. Regarde du coté de Poutine, il y arrive très bien sans technologies futuristes.
5  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 18:03
La Chine y arrive avec plusieurs moyens à la fois, mais le premier reste la surveillance de l'espace publique.
3  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 8:46
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Elon Musk est l’un des entrepreneurs [...] qui pensent que les avancées actuelles en matière d’intelligence artificielle laissent présager d’un futur où les robots domineront sur l’humanité. C’est la raison pour laquelle il travaille depuis quelques années sur une interface cerveau-ordinateur.
Et le développement de sa propre IA
Qu’en pensez-vous ?
Il y a un monde entre le projet de Neuralink et celui de Epicenter mais je n'ai envie de ne suivre ni l'in ni l'autre.
Celui d'Epicenter est juste inutile pour moi, en plus de venir avec une montagne de risques.
Celui de Neuralink me semble plus défendable, comment s'opposer à un moyen de faciliter la vie des handicapés s'ils le veulent? Mais l'éthique de Musk me fait craindre pour ceux qui se feront implanté. Et je ne parle même pas du projet long terme.
Quels dangers (induits par l’adoption massive de ces implants) entrevoyez-vous sur le long terme ?
Pour moi le plus gros risque de l'adoption massive d'une chose est qu'à la fin on a plus le choix que de l'adopter.
A un moment l'usage devient tellement populaire que les anciens moyens disparaissent. Aujourd'hui ça pose problème pour certaines personnes qui ont moins accès aux services publics (dans certaines "grandes" mairies ont est obligé d'initier un dossier sur internet pour un renouvèlement de carte d'identité ou de passeport).
Ca sera quoi quand les serrures physiques n'existeront plus et qu'il sera quasi impossible de vivre sans l'un ou l'autre implant?
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Pourquoi se focaliser sur l'UE, la possibilité intéresserait un paquet de monde, à commencer par ceux qui n'ont pas attendu les implants pour le faire. Et j'ai envie d'ajouter Gaza à la liste initiée par mes prédécesseurs.
Pour moi le risque n'est pas tant les camps que l'identification et la localisation facilitée.

L'adoption massive serait d'autant plus dangereuse pour les résistants qui refusent les implants.
Rappelons qu'à la fin des manifestations contre la réforme des retraites, le simple fait de venir sans son téléphone faisait de toi une personne suspecte voir était une preuve de culpabilité - de quoi?
3  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 7:36
Citation Envoyé par smobydick Voir le message
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
Ce n'est pas si sûr que ça, une collègue mal entendante a eu un implant cochléaire qu'elle a fait retirer assez vite. Elle supportait très mal tous les bruits ambiants.
Mais pour être honnête je trouverais rassurant que les 2% qui le ferait sans hésiter ont tous un handicap lourd. Mais je ne doute pas qu'il y a dans le lots quelques fans de technologie qui veulent toujours être à la pointe de la technologie.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 9:46
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Pensez-vous que ces résultats sont crédibles ou pertinents ?
Oui.
C'est normal que la plupart des gens n'aient pas envie de se faire implanter un ordinateur dans le cerveau.

Le cerveau est un organe extremement important, mieux vaut ne pas prendre de risque.
Pour quel bénéfice ? (si on a aucun problème de sante qui pourrait être résolu par ce type d'implant)

Je peux communiquer avec un ordinateur grâce à des périphériques qui font l'interface entre l'homme et la machine, comme par exemple : écran, clavier, souris.
Grâce à cette technologie je peux me déconnecter de l'ordinateur (il suffit que je m'éloigne du bureau), avec un implant dans le cerveau t'es jamais vraiment déconnecté.

Je ne vois pas l'intérêt, à part pour tricher (aux examens, en entretien, aux échecs, aux quiz, etc).
2  0 
Avatar de smobydick
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/02/2024 à 17:18
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
1  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/02/2024 à 8:14
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Cela dit, la fonction est parfois double ; même en ville, il suffit d'un jardin pour qu'un chien se mettent à servir de garde et qu'un chat éloigne les rongeurs du territoire des maîtres. Par conte dès qu'il n'y a plus de terrain, la fonction utilitaire est totalement perdu en effet).
Mais il y a une chose étrange dans le raisonnement de l'inversion animal de compagnie-maitre.
Combien de chiens deviennent agressifs par manque de dépense énergétique ou combien de chats deviennent fou à foncer dans les murs, je ne parle même pas des lapins et oiseaux dont l'espace se limite à une cage qui fait max 100 fois leur volume.
Bref les animaux de compagnie sont bien souvent prisonniers de leurs maitres et le payent de leur santé mentale.
Et les comportementalistes animaliers s'en frottent les mains, 70€/h pour dire que Médor est un HPI naturellement dépressif alors que le conseil est simple : sortez le 2 fois 1h par jour et passez du temps à jouer avec lui. Ne me remerciez pas le premier conseil est gratuit
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 13:19
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
En effet, les données générées par ces dispositifs permettraient à un employeur d’effectuer un monitoring complet de l’activité d’un employé sur le lieu de service (achats effectués, heures d’arrivée au travail, etc.). Au-delà, il y a la possibilité pour les hackers d’avoir accès à des informations sensibles comme votre état de santé, vos horaires de travail, et donc de s’en servir pour mieux vous nuire.
Ouais si ces informations entraient dans de mauvaises mains ce serait terrible.
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Si ça se trouve un implant dans le cerveau pourrait même changer tes opinions ou envoyer des alertes si quelqu'un pense quelque chose qu'il n'a pas le droit de penser.

Avoir un implant dans le cerveau ça ne sert à pas grand monde.
Je préfère utiliser un PC de bureau, il y a un écran, il y a un clavier, il y a une souris, il y a un kit de son et tout ça fait l'interface entre l'humain et l'ordinateur.
T'as pas besoin de communiquer avec un ordinateur en permanence, c'est bien de pouvoir se déconnecter, c'est pour ça que les PC de bureau c'est le top, parce qu'il est à un endroit et il ne bouge pas, une fois qu'on quitte l'endroit c'est facile de l'oublier.

Par contre pour des personnes qui ont certains problèmes de santé ça peut être génial.
Il y a peut-être des gens paralysés qui vont pouvoir marcher grâce à un implant dans le cerveau.
0  0 
Avatar de destroyedlolo
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/02/2024 à 11:49
Il n'y a pas que des problèmes éthiques concernant les humains, ca se brave Elon a mis une pression énorme sur ses équipes ce qui a conduit à un gros massacre sur les animaux utilisés pour les tests.
GERBANT !
1  1