Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Pentagone met au point un prototype d'interface cerveau-machine
Ne nécessitant pas de percer de trou dans la tête du sujet

Le , par Michael Guilloux

60PARTAGES

13  0 
Un projet financé par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), l’agence de recherche du Pentagone, vise la mise au point d’une interface cerveau-machine (ICM) qui pourrait permettre à un individu de transmettre des données de son esprit à un périphérique externe et vice versa. Cela permettrait par exemple à un soldat de contrôler un drone avec sa pensée.

Une interface cerveau-machine ou interface neuronale directe désigne un système de communication directe entre un cerveau et un dispositif externe (un ordinateur, un système électronique, etc.). Ces systèmes peuvent être conçus pour assister, améliorer ou réparer des fonctions humaines de cognition ou d'action défaillantes. Ils permettent en effet à un individu d’effectuer des tâches sans passer par l’action des nerfs périphériques et des muscles. Ce type de dispositif permet de contrôler par la pensée un ordinateur, une prothèse ou tout autre système automatisé, sans solliciter ses bras, mains ou jambes. Cette communication peut être unidirectionnelle ou bidirectionnelle.

Après quatre années de financement par la DARPA, le projet développé par le neurologue Tom Oxley et son équipe à l'Université de Melbourne en Australie a fini par aboutir à la mise au point d’un dispositif minuscule injectable baptisé « stentrode ». Celui-ci permet de résoudre un problème crucial dans l’implémentation d’ICM : comment insérer un émetteur dans le cerveau sans percer de trou dans la tête de l'utilisateur. Le placement traditionnel d’implants neuronaux grâce à la chirurgie ouverte du cerveau expose en effet les patients à des risques élevés.

« En réduisant le besoin de chirurgie invasive, le stentrode peut ouvrir la voie à des implémentations plus pratiques de ces types d’applications d’interfaces cerveau-machine qui changent la vie », a déclaré Doug Weber, program manager de la DARPA, dans un communiqué. Les premiers tests ont été effectués avec succès sur des sujets animaux et l’étude a été publiée dans la revue Nature Biotechnology au début du mois de février.

Le stentrode se base sur un stent et contient un réseau d’électrodes. Pour ceux qui sont familiers au milieu de la chirurgie, un stent est un outil thérapeutique que les médecins utilisent pour nettoyer et réparer les vaisseaux sanguins. Le stentrode est injecté dans la circulation sanguine du sujet au niveau du cou. Les chercheurs utilisent alors l'imagerie en temps réel pour guider le stentrode à un endroit précis dans le cerveau, où le stentrode se dilate ensuite et se fixe aux parois du vaisseau sanguin. À cet endroit, il peut rester pendant plusieurs mois à enregistrer et relayer les signaux électriques émis par le cerveau au reste du corps. Un ingénieur neuronal à l'Arizona State University explique en effet que « parce qu’il est situé à l’intérieur des vaisseaux sanguins du cerveau, le stentrode ne sera en mesure d’enregistrer que des signaux électriques provenant de grands groupes de cellules du cerveau ».

Les chercheurs ont également conçu le dispositif de sorte qu’il soit suffisamment flexible pour passer en toute sécurité à travers les vaisseaux sanguins, mais également pour qu’il puisse arriver à destination avant que le réseau d’électrodes puisse sortir du tube de distribution.

Il existe toutefois des dangers associés à la technique utilisée par les chercheurs. Oxley a déclaré à The Daily Beast que tous les stents courent le risque de provoquer des caillots sanguins et accidents vasculaires cérébraux. Mais il estime que l’injection de la stentrode dans une veine (qui transporte le sang vers le cœur) plutôt que d’une artère (qui transporte le sang du cœur) minimise le risque d’accident vasculaire cérébral.

Au stade actuel, le stentrode n’est qu’un prototype qui devrait être amélioré. Les chercheurs prévoient de tester leur invention sur des patients humains dès l’année prochaine au Royal Melbourne Hospital. Une expérimentation militaire pourrait également suivre.

Sources : The Daily Beast, DARPA

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Elepole
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/03/2016 à 16:49
Reference obligatoire a Ghost in the Shell.

J'attend de pouvoir pirater des cerveau impatiemment.

Citation Envoyé par Aurelien Plazzotta Voir le message

Faudrait quand même pas alerter la population... sont pas fous :/
Ghost in the Shell a déjà alerter la population. Manipulation des gens par virus informatique, piratage de cerveau, transfert de souvenir et personnalité, etc. Tous ce qui peut arriver ou presque avec une informatisation du cerveau est dans cet œuvre.
6  0 
Avatar de eric.c
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/02/2016 à 15:50
S'ils cherchent des cobayes, pas la peine de me demander

Il existe toutefois des dangers associés à la technique utilisée par les chercheurs
Etonnant ! J'aurais pas cru que ça puisse être dangereux
4  0 
Avatar de Aurelien Plazzotta
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/02/2016 à 17:33
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message
une interface cerveau-machine (ICM) qui pourrait permettre à un individu de transmettre des données de son esprit à un périphérique externe et vice versa. Cela permettrait par exemple à un soldat de contrôler un drone avec sa pensée.
Cela permet surtout à un drone de contrôler un soldat par la pensée...

Gare au vice versa, la DARPA communique sur le projet d'une manière unilatérale : ils vantent la prouesse technique en déclarant que les humains pourront contrôler les machines mais ils ont oublié de dire que les machines pourront contrôler les humains.
Faudrait quand même pas alerter la population... sont pas fous :/
4  1 
Avatar de znathan
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 29/02/2016 à 20:11
Je ne sais pas vous, mais ce truc me fait flipper!
2  0 
Avatar de Franck.H
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 02/03/2016 à 12:06
Le futur arrive !! Et la mort éventuelle des patients également
2  0 
Avatar de a028762
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/03/2016 à 13:27
Du calme ! Si j'en juge par les outils d'assistance aux handicapés, cela reste encore très imprécis ...
On doit pouvoir boire son verre d'eau sans en foutre partout avec son bras robotisé ... tout juste ... et avec de l'entrainement
important l'entrainement ! c'est surtout là que ce situe le retour ...
Alors piloter un drône, c'est plus tard, alors que le drône pilote le gars, c'est du cinéma
1  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 01/03/2016 à 15:45
Ce qui me choque c'est que l'on pense tout de suite aux applications militaires d'une telle technologie alors que je pense que les applications civiles sont bien plus large.
Il y a l'assistance aux handicapés mais aussi tout le travail en milieu hostile ou encore le travail de haute précision comme la chirurgie assistée par ordinateur, etc.
Bref, il n'y a pas que la guerre, il y a la vie aussi.
1  0 
Avatar de TiranusKBX
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/03/2016 à 16:40
vus que c'est un organisme de l'armée américaine qui fournie les billets, forcément que ça passe en premier par la case militaire
1  0 
Avatar de Landryl
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 08/03/2016 à 19:09
Je suis moyennement convaincu. Ça n'etait pas déjà possible ? Il me semble qu'on avait déjà vu sur le net des projets DIY pour contrôler un drone par la pensée grâce aux casques EPOC de Emotiv. On contrôle déjà des jeux avec, ça doit pas être très complexe... Et ils se font pas des trous dans la tête.
Bon certe, le projet de la DARPA s'annonce plus précis, vu que les capteurs sont "dans" le crane, primordial pour des drones militaires. Mais j'aurais plutôt imaginé une amélioration de la précision de la technologie utilisée par Emotiv. La technologie décrite fait froid dans le dos, j'aime pas trop l'idée d'avoir des électrodes dans mes vaiseau sanguins.
1  0 
Avatar de ZenZiTone
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/03/2016 à 11:19
Citation Envoyé par Landryl Voir le message
Ça n'etait pas déjà possible ? Il me semble qu'on avait déjà vu sur le net des projets DIY pour contrôler un drone par la pensée grâce aux casques EPOC de Emotiv. On contrôle déjà des jeux avec, ça doit pas être très complexe... Et ils se font pas des trous dans la tête.
Si je ne me trompe pas, cette technologie scan l'activité du cerveau. On ne parle donc pas d'interface mais d'interpréteur. L'avantage, tu l'a dit, on ne fait pas de trous dans la tâte

Citation Envoyé par Landryl Voir le message

La technologie décrite fait froid dans le dos, j'aime pas trop l'idée d'avoir des électrodes dans mes vaiseau sanguins.
Comme toute techno, ça dépend des intentions qui y sont associées ! On a tendance à voir le mal en premier : contrôle de l'humain par la machine et toutes joyeusetés (n'oublions pas qu'on ne comprend pas suffisamment le fonctionnement du cerveau pour pouvoir réellement le contrôler). Mais si on regarde le bon côté des choses, on pourrait utiliser cette technologie pour remplacer des fonctions cognitives défectueuses. Il y aurait sûrement d'autres applications très intéressantes !
1  0