IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'un des créateurs de Botometer affirme que l'estimation du pourcentage de comptes spams sur Twitter de Musk « ne veut rien dire ».
Avec Botometer, vous pouvez « choisir n'importe quel seuil »

Le , par Stéphane le calme

123PARTAGES

17  0 
L'un des créateurs du Botometer, un outil Web utilisé par Elon Musk pour estimer le pourcentage de comptes spam de Twitter pour un dossier judiciaire, aurait déclaré que le calcul de Musk « ne veut rien dire ». Kai-Cheng Yang, doctorant à l'Université de l'Indiana, « a remis en question la méthodologie utilisée par l'équipe de M. Musk et a déclaré à la BBC qu'ils ne l'avaient pas approché avant d'utiliser l'outil », selon un article de la BBC.

Un dossier du tribunal de Musk du 4 août a affirmé qu'une analyse Botometer des données de Twitter firehose au cours de la première semaine de juillet « montre que, pendant cette période, les faux comptes ou les spams représentaient 33% des comptes visibles ». Mais comme Yang l'a souligné, le Botomètre fournit des scores de 0 à 5 - 5 représentant la note la plus élevée indicatrice que le compte avait le plus de chance d'être un bot - et le dossier judiciaire de Musk n'a pas précisé où il avait fixé la limite entre l'humain et le bot.


Le 8 juillet, le patron de Tesla et SpaceX a mis fin unilatéralement à l'accord du rachat de Twitter, au motif que la société basée à San Francisco aurait selon lui menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams sur sa plateforme.

Citation Envoyé par Avocats d'Elon Musk
Twitter n'a pas fourni les informations demandées par M. Musk depuis près de deux mois malgré ses clarifications répétées et détaillées destinées à simplifier l'identification, la collecte et la divulgation par Twitter des informations les plus pertinentes recherchées dans les demandes initiales de M. Musk.

Bien que Twitter ait fourni certaines informations, ces informations sont accompagnées de chaînes, de limitations d'utilisation ou d'autres fonctionnalités de formatage artificielles, ce qui a rendu certaines des informations peu utiles à M. Musk et à ses conseillers. Par exemple, lorsque Twitter a finalement fourni l'accès aux huit « API » de développeur explicitement demandées pour la première fois par M. Musk dans la lettre du 25 mai, ces API contenaient une limite de débit inférieure à celle que Twitter fournit à ses plus grandes entreprises clientes. Twitter n'a proposé de fournir à M. Musk le même niveau d'accès qu'à certains de ses clients après que nous avons expliqué que la limitation de la limite de débit empêchait M. Musk et ses conseillers d'effectuer l'analyse qu'il souhaitait effectuer dans un délai raisonnable.

De plus, ces API contenaient un « plafond » artificiel sur le nombre de requêtes que M. Musk et son équipe peuvent exécuter, quelle que soit la limite de débit, un problème qui empêchait initialement M. Musk et ses conseillers d'effectuer une analyse des données dans n'importe quel délai raisonnable. M. Musk a soulevé cette question dès qu'il en a eu connaissance, dans le premier paragraphe de la lettre du 29 juin : « nous venons d'être informés par nos experts en données que Twitter a placé un plafond artificiel sur le nombre de recherches que nos experts peuvent effectuer avec ces données », ce qui empêche maintenant M. Musk et son équipe de faire leur analyse. Ce plafond n'a été supprimé que le 6 juillet, après que M. Musk a demandé sa suppression pour la deuxième fois.

Sur la base du refus susmentionné de fournir les informations demandées par M. Musk depuis le 9 mai 2022, Twitter enfreint les sections 6.4 et 6.11 de l'accord de fusion.

Malgré les spéculations publiques sur ce point, M. Musk n'a pas renoncé à son droit d'examiner les données et informations de Twitter simplement parce qu'il a choisi de ne pas rechercher ces données et informations avant de conclure l'accord de fusion. En fait, il a négocié les droits d'accès et d'information dans le cadre de l'accord de fusion précisément pour pouvoir examiner les données et les informations importantes pour les activités de Twitter avant de financer et de conclure la transaction.
Twitter a ensuite lancé des poursuites contre le multimilliardaire, pour le forcer à honorer son engagement.

« Ayant monté un spectacle public pour mettre Twitter en jeu, et ayant proposé puis signé un accord de fusion favorable aux vendeurs, Musk croit apparemment qu'il est libre, contrairement à toutes les autres parties soumises au droit des contrats du Delaware, de changer d'avis, de détruire l'entreprise, de perturber ses opérations, de détruire la valeur des actionnaires et de s'en aller », indique Twitter dans sa plainte déposée auprès de la Cour de chancellerie du Delaware.

« Alors Musk veut se défaire de ses obligations contractuelles. Plutôt que de supporter le coût du ralentissement du marché, comme l'exige l'accord de fusion, Musk veut le transférer aux actionnaires de Twitter », indique la plainte. « Depuis la signature de l'accord de fusion, Musk a dénigré à plusieurs reprises Twitter et l'accord, créant un risque commercial pour Twitter et une pression à la baisse sur le cours de son action ».

Par la suite, la juge supervisant sa bataille judiciaire avec Twitter a fixé au 17 octobre le début du procès de cinq jours pendant lequel elle va décider si oui ou non, l’entrepreneur est contraint de racheter le réseau social pour 44 milliards de dollars comme il l’avait annoncé fin avril. Kathaleen McCormick, présidente d’un tribunal spécialisé en droit des affaires, a écrit plusieurs fois que les parties doivent coopérer « de bonne foi » pour s’entendre sur la façon de partager des documents ou d’organiser des dépositions.

Quelques heures après sa décision, Elon Musk a déployé sa riposte : le milliardaire de la Tech a déposé plainte contre Twitter, dans un document juridique de 164 pages déposé de façon « confidentielle », en raison des secrets industriels et des autres informations sensibles qu'elle peut contenir, cette plainte n'est pas encore accessible au public, selon un avis de la Delaware Court of Chancery. Mais selon les règles de ce tribunal spécialisé en droit des affaires, Elon Musk devra bientôt en soumettre une version publique.

Selon le Wall Street Journal, l'une des demandes d'Elon Musk porterait sur l'allégation selon laquelle Twitter aurait menti sur son nombre d'utilisateurs monnayables après avoir accepté son offre d'achat.


L'utilisation de Botometer

Twitter a critiqué la réponse d'Elon Musk au procès de la société dans un dossier de 127 pages devant la Cour de la chancellerie du Delaware qui assure que les affirmations de Musk sont « contredites par les preuves et le bon sens ». Le dossier judiciaire de Twitter a également déclaré que l'analyse du spam de Musk reposait sur un outil qui qualifiait autrefois son propre compte Twitter de robot probable.

« Selon Musk, il - le milliardaire fondateur de plusieurs sociétés, conseillé par des banquiers et des avocats de Wall Street - a été trompé par Twitter pour signer un accord de fusion de 44 milliards de dollars », a écrit Twitter. « Cette histoire est aussi invraisemblable et contraire aux faits qu'elle en a l'air. Et c'est juste cela - une histoire, imaginée dans le but d'échapper à un accord de fusion que Musk ne trouvait plus attrayant une fois en bourse - et avec elle, son énorme richesse personnelle - a diminué de valeur ».

Le dépôt de Twitter était en réponse à la défense et aux demandes reconventionnelles de Musk, qui ont été soumises la semaine dernière, mais n'ont pas été rendues publiques immédiatement parce que Twitter a eu le temps de demander des expurgations. Twitter a apparemment choisi de ne procéder à aucune suppression.

« Les demandes reconventionnelles de Musk, basées sur la distorsion, la fausse déclaration et la tromperie pure et simple, ne changent rien. Musk a signé et est obligé de consommer l'accord de fusion », a écrit Twitter.

Musk a défendu sa tentative de rompre l'accord de fusion en remettant en question la divulgation publique de Twitter selon laquelle moins de 5% de ses utilisateurs actifs quotidiens monétisables (mDAU) sont des spams ou des faux. Le dossier judiciaire de Twitter a déclaré que la propre analyse de Musk a utilisé un site Web accessible au public pour découvrir « que les faux comptes ou les spams constituent au moins 10 % des utilisateurs actifs quotidiens monétisables de Twitter », mais « Musk ne mesure pas la même chose que Twitter ni même n'utilise les mêmes données que Twitter ».

« Musk ne peut produire une estimation plus élevée qu'en exécutant un ensemble de données ni limité ni inclusif de mDAU via un outil Web générique qui a désigné son propre compte Twitter comme un "bot" probable. Le résultat est une distorsion qui, espère Musk, fera néanmoins des vagues », a déclaré Twitter.

Plus précisément, Musk a utilisé « une application Internet appelée "Botometer" - qui applique des normes différentes de celles de Twitter et qui, plus tôt cette année, a désigné Musk lui-même comme très susceptible d'être un bot », a déclaré Twitter. Le site Web Botometer est un projet de l'Observatoire des médias sociaux et du Network Science Institute de l'Université de l'Indiana. Citant un article de Protocol de mai 2022, le dossier judiciaire de Twitter a déclaré que « Botometer a indiqué que le propre compte Twitter d'Elon Musk était probablement un bot, avec une probabilité de 4/5 ».

Un article de Protocol en mai notait que le compte de Musk obtenait des scores Botometer extrêmement différents d'un jour à l'autre, affirmant que l'outil « mettait en évidence à quel point il est difficile d'identifier les bots, en particulier en utilisant uniquement des données publiques ».

Comme l'a noté le dossier judiciaire de Twitter, « le propre site Web de FAQ du Botometer avertit que "la détection des bots est une tâche difficile" et que si c'était "facile à faire avec un logiciel, il n'y aurait pas de bots - Twitter les aurait déjà repérés et bannis !" »

L'un des créateurs de Botometer donne son avis

À l'aide de l'outil, l'équipe d'Elon Musk a estimé que 33 % des « comptes visibles » sur la plateforme de médias sociaux étaient des « comptes factices ou spam ».

Cependant, le créateur et mainteneur de Botometer, Kaicheng Yang, a déclaré que ce pourcentage « ne veut rien dire ». Yang a remis en question la méthodologie utilisée par l'équipe de Musk et a déclaré à la BBC qu'ils ne l'avaient pas approché avant d'utiliser l'outil.

Botometer est un outil qui utilise plusieurs indicateurs, comme quand et à quelle fréquence un compte tweete et le contenu des publications, pour créer un "score" de bot sur cinq. Un score de zéro indique qu'il est peu probable qu'un compte Twitter soit un bot, et un cinq suggère qu'il est peu probable qu'il s'agisse d'un humain.

Cependant, les chercheurs affirment que l'outil ne donne pas de réponse définitive quant à savoir si un compte est un bot ou non.

« Afin d'estimer la prévalence [des bots], vous devez choisir un seuil pour réduire le score », explique Yang. « Si vous changez le seuil de trois à deux, vous obtiendrez plus de bots et moins d'humains. Alors, comment choisir ce seuil est la clé pour savoir combien de bots il y a sur la plateforme ».

Yang note que la contre-poursuite de Musk n'explique pas quel seuil il a utilisé pour atteindre son chiffre de 33 % : « Cette [contre-poursuite] ne précise pas les détails, donc il [Musk] a la liberté de faire ce qu'il veut. Donc, pour moi, ce pourcentage ne veut rien dire », a-t-il déclaré.

« Techniquement, vous pouvez choisir n'importe quel seuil que vous voulez et obtenir n'importe quel résultat que vous voulez », a déclaré Yang dans une précédente interview avec Yahoo. Le Botometer est un projet de l'Observatoire des médias sociaux et du Network Science Institute de l'Université de l'Indiana.

Yang surpris que Musk n'ait pas créé un meilleur outil

Yang a également parlé à CNN récemment, exprimant sa surprise que Musk ait utilisé le Botometer au lieu de créer quelque chose de plus précis. « Pour être honnête, vous savez, Elon Musk est vraiment riche, n'est-ce pas ? J'avais supposé qu'il dépenserait de l'argent pour embaucher des gens pour construire lui-même des outils ou des méthodes sophistiqués », a déclaré Yang à CNN.

Le Botometer est mieux utilisé « pour compléter, et non pour remplacer, votre propre jugement », indique la FAQ de l'outil, notant que « les humains et les machines ont des forces différentes en matière de reconnaissance de formes. Selon un observateur humain, certains comptes robots/humains "évidents" tromperont un algorithme d'apprentissage automatique. Par exemple, Botometer catégorise parfois les «*comptes organisationnels*» comme des comptes de robots. De même, « un algorithme peut classer en toute confiance certains comptes avec lesquels les humains ont du mal ».

Toutefois, selon un dossier judiciaire, Musk a des plans pour une analyse plus approfondie du pourcentage de spams sur Twitter. « Les experts des accusés poursuivent leur analyse même maintenant et, en prévision de la production de données supplémentaires par Twitter (y compris des données" privées "que Twitter met à la disposition de ses examinateurs humains et affirme qu'elles sont nécessaires pour vérifier son rapport de moins de 5*% spam et taux de faux utilisateurs), ont l'intention de mener une analyse plus complète et s'attendent à présenter des estimations et des conclusions mises à jour dans des rapports d'experts et au procès », ont écrit les avocats de Musk.

Sources : BBC, Faq Botometer

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de l'un des créateurs de Botometer affirme que l'estimation du pourcentage de comptes spams sur Twitter de Musk « ne veut rien dire » ?
Partagez-vous ses propos lorsqu'il indique qu'avec tous ses milliards, Elon Musk aurait gagné en développant un outil pour faire ce type d'analyse ?

Voir aussi :

Elon Musk a des raisons de s'inquiéter quant au juge qui devrait statuer sur le procès de Twitter, Kathaleen McCormick a contraint un acheteur réticent à respecter l'accord de fusion en 2021
Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles. Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam
Twitter va poursuivre Elon Musk en justice pour avoir essayé de se retirer de l'accord, Musk a signé un accord de fusion contraignant, mais il veut maintenant s'en retirer
Refus d'Elon Musk d'honorer son engagement de rachat de Twitter : Twitter a un avantage juridique dans ce lourd litige, selon des experts
Les trois raisons pour lesquelles Elon Musk a annulé son acquisition de Twitter, parmi lesquelles des « représentations matériellement inexactes » sur les utilisateurs actifs quotidiens monétisables

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Sandra Coret
Communiqués de presse https://www.developpez.com
Le 13/09/2022 à 15:13
Les estimations de Twitter concernant les bots sur l'application sont raisonnablement correctes, alors qu'Elon Musk continue d'affirmer que 20 % des comptes de l'application seraient des bots

Cela fait maintenant un moment qu'Elon Musk veut se retirer de l'accord avec Twitter. Et son excuse est que Twitter n'a pas réussi à révéler correctement le nombre estimé de bots présents sur l'application.

Il n'a cessé d'insister sur le fait que les chiffres étaient beaucoup plus élevés que ce que Twitter prétendait, ce qui a amené de nombreuses personnes à se demander qui avait raison et qui avait tort.

Mais selon une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de SimilarWeb, les estimations fournies par la plateforme sont raisonnablement correctes. Cependant, on ne peut jamais en juger simplement en regardant les tweets, ont-ils ajouté.

Le milliardaire Elon Musk a continué à fulminer sur le fait que près de 20 % des comptes de l'application étaient des bots. Mais Twitter a fait valoir que ce n'était pas le cas et que, pour eux, le pourcentage était inférieur à 5 %.

Maintenant que cette étude a été publiée, les estimations de Twitter sont corroborées par les bots. Mais le nombre de tweets produits par ces robots peut donner l'impression qu'il s'agit d'une tout autre affaire.


Pour rappel, les bots sont le nom donné aux comptes automatisés qui contribuent à augmenter le trafic sur la plateforme. Et bien qu'il ne soit pas contrôlé par les utilisateurs normaux, il semble bien qu'un humain dirige le compte. Vous trouverez toutes les activités habituelles auxquelles les utilisateurs normaux prennent part, comme liker un post, retweeter des messages et même suivre d'autres personnes sur l'application.

Ces bots modifient la mesure de l'application appelée mDAU ou, mieux encore, les utilisateurs actifs quotidiens qui sont monétisés. Par conséquent, plus il y a de bots, moins il y a de comptes humains. Et évidemment, les parties prenantes telles que les entreprises de publicité, les sociétés de marquage et autres entreprises souhaitent atteindre des humains et non des bots. Après tout, ils veulent gagner de l'argent.


Une étude récente de Similarweb a expliqué que cette méthode n'a pas été créée pour trouver l'estimation réelle des bots. Ils ont plutôt cherché à savoir combien d'utilisateurs réels se trouvent sur l'application. Donc, si nous devions résumer, les résultats sont plus ou moins en accord avec les affirmations de Twitter.

Toutefois, avant de vous emballer, n'oubliez pas une chose. Les chercheurs ont également découvert une petite vérité liée aux affirmations d'Elon Musk. Environ 20 à 30% du contenu produit en Amérique sur cette application est produit par des bots. De même, l'étude a révélé qu'environ 19 % des utilisateurs humains de l'application produisaient du contenu quotidiennement.


Certaines conclusions refusent de qualifier tous les bots de mauvais, mais les chercheurs affirment que certains sont plus nuisibles que d'autres et qu'ils les considèrent comme des menaces majeures. Le problème réside dans ceux qui donnent l'impression que leurs interactions sont effectuées par des humains.

Ils le font lorsqu'ils souhaitent susciter des sentiments sur des sujets discutables ou controversés, comme la politique ou une cause spécifique. Et bien que Twitter affirme faire tout ce qui est en son pouvoir pour les empêcher de progresser, les recherches montrent que le défi est de taille.


Source : Similarweb

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Qui a raison, selon vous ? Twitter ou Elon Musk ?

Voir aussi :

Pour déterminer le pourcentage de bots sur Twitter, Elon Musk a utilisé un outil qui a déjà qualifié son propre compte de bot, selon des affirmations de Twitter auprès du tribunal

Le procureur général du Texas ouvre une enquête sur les bots de Twitter, Twitter a jusqu'au 27 juin pour répondre à la demande du procureur général Paxton

Twitter doit fournir à Musk les données d'un seul contrôleur compte bot : son ancien chef de produit, le juge donne raison à Twitter sur les 21 autres noms exigés par Musk

Twitter : un lanceur d'alertes affirme que Musk avait raison au sujet des bots, la FTC examine le rapport
4  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 15:11
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Fantasque, étrange, gourou ok pourquoi pas, mais pourquoi ordure?
Je trouve que le délit d'initié qu'il a fait avec le dogecoin qui a ruiné, non pas des banques ou des traders amoraux, mais bien ses fans geeks et pas spécialement riches suffit pour le faire rentrer directement assez haut dans le classement des ordures qui n'ont blessé/tué personne.

Par contre, le fait de constamment qualifier son logiciel en béta test de "FULL SELF DRIVING" alors que la partie réellement SELF DRIVING est trés trés loin d'être "FULL", malgré les différents accidents mortels liés à son FSD, le fait rentrer également dans le classement des ordures qui elles, ont blessé/tué des gens.
3  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/09/2022 à 9:45
Et oui mon petit Elon, il va falloir passer à la caisse...
3  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 29/08/2022 à 7:51
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Une partie de l'argument de Musk est qu'il a été induit en erreur sur la quantité de spam et de bots sur la plateforme et que, par conséquent, l'accord ne peut être conclu.
Comment peut il invoquer cet argument?
La situation n'a pas changer entre avant et après sa procédure, quand tu t'apprêtes à dépenser autant d'argent tu analyses bien les choses avant. Par exemple si tu achètes une maison, tu ne remets pas en cause la surface après l'accord... Tu demandes confirmation avant.
Ou alors Musk est un incompétent, ce qui me surprendrais au vue de sa fortune.
Ou alors Musk se croyait au dessus des règles...
2  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2022 à 9:42
T'a voulu acheter, mon petit Elon ? HÉ BIEN T'ACHÈTE ET TU LA FERMES.

Le souci mon petit Elon, c'est que tu as voulu acheter sur un coup de tête, en l’occurrence, quelqu'un sur Twitter te l'a suggéré et sans réfléchir tu t'es dit que c'était une bonne idée. Puis tu t'es rendu compte que c'est du grand n'importe quoi d'acheter ça alors que tu as Tesla et SpaceX. Mais le souci c'est que tu passes ton temps à remuer ciel et terre, à poster sur Twitter la couleur de ton dentifrice, et qu'à chaque fois que tu éternues, tu influes de manière majeure les bourses mondiales. Donc à un moment il va falloir assumer tes conneries.
7  5 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 7:44
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des propos de l'un des créateurs de Botometer affirme que l'estimation du pourcentage de comptes spams sur Twitter de Musk « ne veut rien dire » ?
C'est une auto critique qui ne me parait pas surprenante de la part d'un chercheur. Il connait son outil, ses forces comme ses faiblesses.
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Partagez-vous ses propos lorsqu'il indique qu'avec tous ses milliards, Elon Musk aurait gagné en développant un outil pour faire ce type d'analyse ?
Est ce qu'il a vraiment intérêt a développer un outil pour ça? Je ne penses pas, en dehors de ce cas l'outil a peu de valeur.
Par contre ce qui me surprend est:
qu'il utilise un outil qui analyse les données visibles par tous alors qu'il avait accès à des données plus détaillée avec le firehose
qu'il aurait eu les moyen de payer une analyse ponctuelle pour évaluer ce taux (en vrai je ne suis pas tant étonné, il a probablement peur que l'analyse ne fournisse pas les taux attendus sans pervertir la méthode)
qu'il a critiqué le fait que Twitter n'expose pas sa méthode d'analyse du taux de bot alors que lui utilise un outil publique sans en comprendre (chercher à comprendre) son fonctionnement.
1  0 
Avatar de robertledoux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/09/2022 à 12:48
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
La seule explication que je vois est qu'ils espère une grosse montée de l'action au moment du rachat effectif pour immédiatement vendre et quitter le navire.
Je pense que c'est exactement pour ça qu'ils sont tous OK pour vendre à Musk.
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/09/2022 à 19:09
Bonsoir

Comment des milliers d'employés de Twitter peuvent-ils prétendument accéder aux informations des utilisateurs . Le lanceur d'alerte Mudge affirme que Twitter a de grandes lacunes en matière de sécurité .

Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme dans toutes entreprises de la tech ...ou entreprise tout court. Un grand nombre d'employés ont accés à la bdd client / produit / service / fournisseur ... rien de choquant jusqu'à la . Le plus choquant c'est quand la politique de qui accéde à quoi laisse à désirer ! On dirait que c'est le cas chez Twitter ^^

Que pensez-vous des déclarations de Peiter Zatko sur la sécurité chez Twitter ?
Twitter a donc une politique de droit d'accès qui laisse à désirer !

Pensez-vous que ces informations pourraient faire pencher la balance du côté de Musk lors du procès ?
Un manque dans la politique de sécurité ... pourrait , comme une norme incendie non respectée faire capoter un rachat.

Demain si je veux acheter un "truc" et que je constate des vices , je suis en droit de porter l'affaire en justice pour duperie / tromperie ^^ Et la malhonnêteté du vendeur est punissable.
1  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/08/2022 à 11:00
De ce que j'en sas les bots utilisent les api's twitter, donc twitter doit pouvoir savoir de maniere certaines le nombre de bots, ou comtpe non monetisables

Apres il y a les bots en mode "pilotage de navigateurs" qu'il ne peuvent detecter que par analyse de leur comportement, mais du coup c'est moins fiable (facon botometer).

je pense que le 1er cas est le plus courant..
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/08/2022 à 17:37
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Comment peut il invoquer cet argument?
La situation n'a pas changer entre avant et après sa procédure, quand tu t'apprêtes à dépenser autant d'argent tu analyses bien les choses avant. Par exemple si tu achètes une maison, tu ne remets pas en cause la surface après l'accord... Tu demandes confirmation avant.
:
J'ignore ce qui en est en Europe. Mais en Amérique, il existe le concept de "vices cachés". Et les révélations d'un anciens chargé de sécurité rentre très bien dans ce cas de figure.

La démarche normale pour ce genre d'acquisition est de détenir des actions de cette entreprise afin d'avoir accès à toutes les informations financières. Si les actionnaires n'avait pas accès à la vérité comme c'est le cas, c'est définitivement un vice caché.
0  0