IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk renonce à acheter Twitter, évoquant la violation des obligations contractuelles.
Twitter ne lui aurait pas fourni toutes les informations demandées sur le nombre de comptes spam

Le , par Stéphane le calme

515PARTAGES

11  0 
Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, a mis fin vendredi à l’accord passé pour racheter le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars. Dans une lettre publiée par la SEC, le gendarme boursier américain, ses avocats assurent que Twitter n’a pas respecté ses engagements pris dans l’accord, notamment en ne fournissant pas toutes les informations demandées sur le nombre de comptes inauthentiques et de spams. Par le biais de Bret Taylor, président du conseil d'administration de la plateforme de microblogging, Twitter indique être « déterminé à conclure la transaction au prix et aux termes convenus » et prévoit d'intenter une action en justice pour faire respecter l'accord de fusion. « Nous sommes convaincus que nous l'emporterons devant la Cour de chancellerie du Delaware », martèle Twitter.

Musk a secoué le monde des médias sociaux plus tôt cette année avec son offre sans précédent de privatiser l'entreprise, arguant qu'il serait en mesure de développer Twitter et de le rendre plus ouvert et, dans son esprit, politiquement neutre. Il a déclaré qu'il laisserait l'ancien président Donald Trump revenir sur la plateforme et a fait valoir que les pratiques de modération de contenu de Twitter enfreignaient la liberté d'expression. Musk a renoncé à son droit d'examiner de plus près les finances de l'entreprise lorsqu'il a signé l'accord.

Mais peu de temps après, des questions se sont posées quant à savoir s'il irait jusqu'au bout. Une vente mondiale d'actions technologiques a profondément réduit sa valeur nette personnelle, dont il avait tiré parti pour obtenir des engagements pour l'emprunt dont il avait besoin pour acheter Twitter.

L'enthousiasme de Musk pour donner suite à l'accord est remis en question depuis au moins le mois de mai, lorsqu'il a déclaré que l'accord était « suspendu » jusqu'à ce qu'il puisse vérifier si l'affirmation de Twitter selon laquelle moins de 5% des comptes sont des robots ou des spams était exacte. Il a accusé Twitter de dissimuler des informations, tandis que la société a déclaré qu'elle agissait de bonne foi et fournissait tout ce que les conditions de l'accord l'exigeaient.

« Twitter n'a pas été coopératif », a déclaré une personne proche des discussions, s'exprimant sous couvert d'anonymat en raison de la nature sensible des discussions.

En multipliant les allégations sur le pourcentage de robots et de spams sur la plateforme, Musk a fait baisser le cours de l'action de Twitter et tentait de s'en servir pour potentiellement forcer Twitter à renégocier l'accord à un prix inférieur.


La pression augmente et Twitter courbe l'échine

Début juin, Elon Musk a averti qu'il pourrait renoncer à son offre de 44 milliards de dollars pour acquérir Twitter Inc si le réseau de médias sociaux ne fournissait pas de données sur les spams et les faux comptes. Dans une lettre adressée à Twitter, le milliardaire a réitéré sa demande de détails sur les comptes de robots et a déclaré qu'il se réservait tous les droits de mettre fin à la fusion, car la société était en « violation substantielle manifeste » de ses obligations en ne lui fournissant pas les informations :

« M. Musk n'est pas d'accord avec les caractérisations de la lettre du 1er juin de Twitter. Twitter a, en effet, refusé de fournir les informations que M. Musk a demandées à plusieurs reprises depuis le 9 mai 2022 pour faciliter son évaluation des spams et des faux comptes sur la plateforme de l'entreprise. La dernière offre de Twitter de simplement fournir des détails supplémentaires concernant les propres méthodologies de test de l'entreprise, que ce soit par le biais de documents écrits ou d'explications verbales, équivaut à refuser les demandes de données de M. Musk. L'effort de Twitter pour le caractériser autrement n'est qu'une tentative d'obscurcir et de confondre le problème. M. Musk a clairement indiqué qu'il ne pensait pas que les méthodologies de test laxistes de l'entreprise étaient adéquates, il devait donc mener sa propre analyse. Les données qu'il a demandées sont nécessaires pour ce faire.

« Comme indiqué, en vertu de divers termes de l'accord de fusion, Twitter est tenu de fournir les données et informations demandées par M. Musk dans le cadre de la réalisation de la transaction. L'obligation de Twitter de fournir des informations à M. Musk n'est pas, comme le suggère la lettre de la société du 1er juin, limitée à un "objectif très précis : faciliter la clôture de la transaction". Au contraire, M. Musk a le droit de rechercher, et Twitter est tenu de fournir, des informations et des données pour, entre autres, "toute fin commerciale raisonnable liée à la réalisation de la transaction" (section 6.4). Twitter doit également fournir une coopération raisonnable dans le cadre des efforts de M. Musk pour obtenir le financement par emprunt nécessaire à la réalisation de la transaction, notamment en fournissant les informations "raisonnablement demandées" par M. Musk (section 6.11). Les demandes de données des utilisateurs de M. Musk satisfont non seulement aux deux critères, mais répondent également à l'interprétation étroite de Twitter de l'accord de fusion, car ces informations sont nécessaires pour faciliter la clôture de la transaction.

« En tant que propriétaire potentiel de Twitter, M. Musk a clairement droit aux données demandées pour lui permettre de préparer la transition de l'activité de Twitter vers sa propriété et de faciliter le financement de sa transaction. Pour faire les deux, il doit avoir une compréhension complète et précise du cœur même du modèle commercial de Twitter : sa base d'utilisateurs actifs. En tout état de cause, M. Musk n'est pas tenu d'expliquer pourquoi il a demandé les données ni de se soumettre aux nouvelles conditions que la société a tenté d'imposer à son droit contractuel sur les données demandées. À ce stade, M. Musk pense que Twitter refuse de manière transparente de se conformer à ses obligations en vertu de l'accord de fusion, ce qui suscite de nouveaux soupçons selon lesquels la société retient les données demandées en raison de l'inquiétude de ce que la propre analyse de M. Musk de ces données permettra de découvrir.

« Si Twitter est confiant dans ses estimations de spam publiées, M. Musk ne comprend pas la réticence de l'entreprise à permettre à M. Musk d'évaluer ces estimations de manière indépendante. Comme indiqué dans notre correspondance précédente, M. Musk se conformera bien sûr aux restrictions prévues à la section 6.4, notamment en s'assurant que toute personne examinant les données est liée par un accord de non-divulgation, et M. Musk ne conservera ni n'utilisera autrement aucune information sensible sur le plan de la concurrence si la transaction n'est pas réalisée.

Après une impasse de plusieurs semaines, le conseil d'administration de Twitter a décidé de se conformer aux demandes d'Elon Musk en matière de données internes en offrant l'accès à son « firehose » complet.

Le Firehose Twitter est un accès technique aux plus de 500 millions de tweets publiés quotidiennement sur Twitter. Cet accès technique était initialement réservé à quelques très rares acteurs qui revendaient les données aux prestataires et plateformes de social media intelligence sous un accord de licence avec Twitter. Ces acteurs bénéficiant du Firehose pouvaient se connecter directement et sans restrictions de volumes aux bases de données de Twitter. Le Firehose était la seule façon de se connecter à l'intégralité des Tweets publiés. Twitter a mis fin à ces accords et a coupé le Firehose ou tout au moins en a réservé l'accès à GNIP qu'il a racheté. L'accès aux données nécessaires pour des dispositifs de veille et d'analyse d'envergure sur Twitter se fait maintenant directement auprès de Twitter via ses offres d'API ou par GNIP lorsque les volumes sont plus importants.


Pas suffisant, estime Elon Musk qui a décidé de mettre un terme au contrat

Dans une lettre publiée par le gendarme boursier américain, les avocats d'Elon Musk ont assuré que Twitter n'a pas respecté ses engagements pris dans l'accord, notamment en ne fournissant pas toutes les informations demandées sur le nombre de comptes inauthentiques et de spams.

Citation Envoyé par Avocats d'Elon Musk
Twitter n'a pas fourni les informations demandées par M. Musk depuis près de deux mois malgré ses clarifications répétées et détaillées destinées à simplifier l'identification, la collecte et la divulgation par Twitter des informations les plus pertinentes recherchées dans les demandes initiales de M. Musk.

Bien que Twitter ait fourni certaines informations, ces informations sont accompagnées de chaînes, de limitations d'utilisation ou d'autres fonctionnalités de formatage artificielles, ce qui a rendu certaines des informations peu utiles à M. Musk et à ses conseillers. Par exemple, lorsque Twitter a finalement fourni l'accès aux huit «*API*» de développeur explicitement demandées pour la première fois par M. Musk dans la lettre du 25 mai, ces API contenaient une limite de débit inférieure à celle que Twitter fournit à ses plus grandes entreprises clientes. Twitter n'a proposé de fournir à M. Musk le même niveau d'accès qu'à certains de ses clients après que nous ayons expliqué que la limitation de la limite de débit empêchait M. Musk et ses conseillers d'effectuer l'analyse qu'il souhaitait effectuer dans un délai raisonnable.

De plus, ces API contenaient un « plafond » artificiel sur le nombre de requêtes que M. Musk et son équipe peuvent exécuter, quelle que soit la limite de débit, un problème qui empêchait initialement M. Musk et ses conseillers d'effectuer une analyse des données dans n'importe quel délai raisonnable. M. Musk a soulevé cette question dès qu'il en a eu connaissance, dans le premier paragraphe de la lettre du 29 juin : « nous venons d'être informés par nos experts en données que Twitter a placé un plafond artificiel sur le nombre de recherches que nos experts peuvent effectuer avec ces données », ce qui empêche maintenant M. Musk et son équipe de faire leur analyse. Ce plafond n'a été supprimé que le 6 juillet, après que M. Musk a demandé sa suppression pour la deuxième fois.

Sur la base du refus susmentionné de fournir les informations demandées par M. Musk depuis le 9 mai 2022, Twitter enfreint les sections 6.4 et 6.11 de l'accord de fusion.

Malgré les spéculations publiques sur ce point, M. Musk n'a pas renoncé à son droit d'examiner les données et informations de Twitter simplement parce qu'il a choisi de ne pas rechercher ces données et informations avant de conclure l'accord de fusion. En fait, il a négocié les droits d'accès et d'information dans le cadre de l'accord de fusion précisément pour pouvoir examiner les données et les informations importantes pour les activités de Twitter avant de financer et de conclure la transaction.
En mettant fin à son engagement de racheter Twitter, l'homme d'affaires s'expose à des poursuites juridiques conséquentes. Les deux parties se sont engagées à verser une indemnité de rupture pouvant aller jusqu'à un milliard de dollars dans certaines circonstances.

Le président du conseil d'administration de la plateforme, Bret Taylor, a d'ailleurs tweeté que le conseil d'administration était « déterminé à conclure la transaction au prix et aux termes convenus » et entendait bien l'emporter devant les tribunaux : « Le conseil d'administration de Twitter s'est engagé à conclure la transaction au prix et aux conditions convenus avec M. Musk et prévoit d'intenter une action en justice pour faire respecter l'accord de fusion. Nous sommes convaincus que nous l'emporterons devant la Cour de chancellerie du Delaware ».


La décision affichée d'Elon Musk ne garantit pas que l'acquisition n'aura pas lieu. « Il a signé un accord qu'il est légalement obligé de respecter », a tweeté Ann Lipton, professeure de droit à l'université de Tulane. « C'est un scénario désastreux pour Twitter et son CA, car l'entreprise va maintenant devoir affronter Musk dans une longue bataille judiciaire pour sauver la transaction et/ou récupérer au moins un milliard de dollars », a réagi l'analyste Dan Ives.

Dans la lettre, les avocats d'Elon Musk évoquent aussi des licenciements récents d'employés de Twitter et le gel des recrutements. Ils ont clairement « listé le plus de motifs possible pour éviter d'avoir à payer » l'amende prévue, a commenté l'analyste Carolina Milanesi.

Source : lettre des avocats de Musk auprès de la SEC, Bret Taylor

Et vous ?

Êtes-vous surpris de voir Elon Musk abandonner son projet de rachat de Twitter ?
Que pensez-vous des raisons évoquées pour le faire ?
De Twitter et d'Elon Musk, quelle entité, selon vous, a plus de chance devant un tribunal ?

Voir aussi :

Elon Musk présente ses trois dernières exigences avant sa prise de contrôle de Twitter pendant le Forum économique qui s'est tenu au Qatar
Un ancien travailleur de Tesla rejette le paiement de 15 millions de dollars dans le cadre d'un procès pour racisme, un jury lui avait accordé 137 millions de dollars
Les employés de SpaceX rédigent une lettre ouverte aux dirigeants de l'entreprise dénonçant le comportement d'Elon Musk. L'entreprise a licencié certains des auteurs de la lettre
Tesla est poursuivi pour avoir illégalement licencié des employés et refusé de leur verser leur salaire, ces licenciements auraient impacté ses programmes de diversité et d'inclusion

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 10:31
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Le dernier scandale de Pfizer qui a été d'admettre qu'aucune recherche n'avait été fait pour confirmer que la vaccination stoppait la transmission. En dépit du battage publicitaire qui prétendait le contraire.
Change de média, dés le début Pfizer, et les autres labos, ont bien publié le fait qu'ils n'aient pas testé l'efficacité sur la transmission. Pour une raison simple, si on prend le temps de réfléchir 2 minutes : Tester la transmission implique de contaminer des humains à une maladie dont on a/avait aucun remède à ce moment donné.

Je n'ai absolument pas apprécié qu'on nous force à prendre ce vaccin en version Béta, mais faut arrêter de chercher des problème là où il n'y en avait pas...
16  1 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 20:50
Enfin... Les devs dans le monde entier ont les même habitudes.

Tu ne peux pas les prendre pour des divas pendant 5 ans et leur proposer l esclavage facilement.

En plus, les bons ont souvent des opportunités quoi qu'il arrive et parfois assez d'argent pour créer leurs opportunités.

Bref avec ce genre de message il va sûrement arriver a un tiers qui reste.. mais ça m'étonnerait qu'il garde les meilleurs.

Et attendons nous a voir pointer un produit twitter like dans les 2 mois par quelques dizaines d'employés le codage a déjà du commencer et je ne doute pas qu'un ou deux fond soit prêt à mettre quelques centaines de millions dedans.

Mastodon de par sa philosophie ne pourra jamais faire l'affaire donc il y a une place a prendre.
13  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 11:23
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Tu ne peux pas dire qu'un vaccin n'augmente pas la mortalité car et c'est un fait des gens peuvent mourir après l'injection d'un vaccin, si ils ne l'avaient pas reçu, ces personnes mortes ne le seraient pas si elles ne l'avaient pas reçu, donc un vaccin augmente la mortalité suite à son injection, c'est un fait, même si c'est minime.

Il faut arbitrer si le risque en vaut la chandelle, un personne jeune en bonne santé a peu de risque de mourir du covid donc se vacciner contre ce rhume est inutile pour une personne lambda.
Encore une fois lisez les études scientifiques au lieu de vous croire plus expert que les médecins et cessez de propager des rumeurs débiles, c'est honteux et même criminel.
14  3 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 10:25
Je pense que le gars a fait une erreur
Et même en France tous les salariés ont une obligation de retenu et de loyauté envers leur entreprise.
Donc un licenciement aurait été validé je pense.

La il faut regarder le contexte.
On a un mec qui prétend mieux faire que twitter depuis plusieurs années.
A peine arrivé dans une boîte en état correct mais pas top, il mène une politique inhabituelle dont les résultats a court terme sont désastreux.
Au passage, au lieu d'accuser la hiérarchie passée des errements il n hésite pas à mettre en doute les compétences techniques des équipes et la qualité des produits. Or la qualité n'a jamais été un frein sur Twitter.

Il me paraît normal que les équipes lui fasse faux bond.

C'est dailleur pur cela que je pense qu'il va se prendre une belle claque dans les 2 mois avec une faillite retentissante. Parce que sans employé on ne produit plus... Et que sans voix discordante on fonce dans le mur a coup sur.

Je ne donne pas cher de Tesla aussi. Parce que là il est en train de politiser son discours, ce qui aux Etats Unis peut facilement te priver de subventions, de soutien... Et de ventes.

Quand il humilié un député en public... Il ne peut pas gagner derrière.

On verra alors que Tesla est valorisé 10 a 100 fois trop cher.
https://www.lesechos.fr/industrie-se...bourse-1358541

Cette boîte ne peut pas valoir 100 fois plus que Renault. Soyons sérieux.

La chute sera brutale je pense.
11  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 17:44
Du coup, parmi ceux qui sont en congés, ceux qui ne lisent pas leurs courriels du boulot seront automatiquement virés ?

Très peu de développeurs voudront rester chez Twitter. Ceux qui cliqueront sur le lien le feront probablement car ils essaieront de trouver un autre job avant d'être virés.
Plus aucun développeur ne voudra postuler chez Twitter.
Soit Elon Musk est totalement idiot, soit son but est de détruire Twitter.
11  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2022 à 11:24
Tiens, je croyais que Elon Musk était un grand défenseur de la liberté d'expression? N'avait-il pas dis il y a quelques moi que n'importe qui pouvait le critiquer? On commence déjà a voir les limites de sa "liberté d'expression".
14  4 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/11/2022 à 20:57
Explique moi pourquoi un dev bon irait bosser
Beaucoup d'heure
Pour un chef impulsif
Sans stratégie compréhensible
En gerant un existant sans soutien

Un bon boulot de dev c'est selon moi
Un projet intéressant
Des collègues intéressants
Une roadmap compréhensible et tenable
Entre 30 et 40h de travail max
Un management a l écoute
Un équilibre vie perso vie pro tenable dans le temps.

Pour moi les devs qui ont le choix fuieront cette ambiance toxique qui ne coche aucune de ces cases.
11  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/11/2022 à 11:06
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Les AntiVaxx ne manqueront pas de matériel pour allumer les membres du culte de Fauci. Augmentation généralisé de mortalité proportionnel au proportion de vacciné. Le dernier scandale de Pfizer qui a été d'admettre qu'aucune recherche n'avait été fait pour confirmer que la vaccination stoppait la transmission. En dépit du battage publicitaire qui prétendait le contraire.
La répétition compulsive de fausses informations ne les rend pas véridiques, elle ne fait que décrédibiliser son auteur, en l'occurrence Madmac.
Le vaccin contre le COVID, comme les autres vaccins du reste, n'augmente pas la mortalité, c'est tout le contraire.
Toutes les études montrent que le vaccin contre le COVID diminue au contraire très fortement les formes graves de COVID et le taux de mortalité.
Evidemment, pour le savoir, il faut s'intéresser aux études validées par la communauté scientifique et non aux rumeurs sans fondement. Bref, avoir l'esprit cartésien. Trop compliqué pour certains.

Les AntiVaxx manquent bel et bien de matériel : ce sont les neurones en état de fonctionner qui leur manquent cruellement
15  6 
Avatar de natponch
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/11/2022 à 11:47
On va plutôt dire qu'il n'en a absolument rien à faire du devenir de twitter et son domaine d'activité d'origine en tant que réseau social. La seule partie qui l'intéresse c'est récupérer son argent à tout prix, qu'il a été "forcé" de dépenser à cause de sa folie des grandeurs et se croire au dessus de tout et tout le monde !
8  0 
Avatar de vohufr
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/11/2022 à 9:57
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que ça va être le chaos chez Twitter pendant encore 6 mois, 1 an, et après l'entreprise sera enfin rentable.
Il faut juste trouver les bonnes idées et les implémenter correctement.
Ben oui, en attendant, observons ce c****** milliardaire jouer avec les emplois de personnes qui doivent vivre et nourrir leur famille.
9  1