IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le président Trump suspendu « indéfiniment » sur Facebook et Instagram, du moins jusqu'à la fin de son mandat,
Twitch, le service de streaming vidéo en direct, fait de même

Le , par Stan Adkens

119PARTAGES

9  0 
Donald Trump, le président américain sortant, a lancé un appel « à la réconciliation » jeudi après des scènes de violence sans précédent aux US Capitole, promettant une transition en douceur du pouvoir au président élu Joe Biden. Dans un message vidéo visant à apaiser les tensions après que ses partisans ont pris d'assaut le Capitole alors que la victoire électorale de Joe Biden était en train d’être certifiée par les législateurs mercredi, Trump a exprimé son indignation face aux affrontements qui ont fait des morts au siège du gouvernement américain.

« Une nouvelle administration sera inaugurée le 20 janvier. Je me concentre maintenant sur la nécessité d'assurer une transition du pouvoir en douceur, ordonnée et sans heurts. Ce moment appelle à la guérison et à la réconciliation », a-t-il déclaré.


Donald Trump a publié cette vidéo suite aux appels croissants en faveur de son interdiction « permanente » sur les médias sociaux comme Facebook, Twitter et YouTube, après que ses partisans aient fait une brèche dans le Capitole mercredi et aient envoyé les législateurs se battre pour leur sécurité. Une foule agitée d’émeutiers a franchi les barricades et a envahi l'intérieur du Capitole. Si ce repenti est bienvenu pour une suite apaisée de la transition à la Maison-Blanche, il vient un peu en retard pour certains réseaux sociaux.

Gel des comptes du président sur Facebook et Instagram pour « au moins les deux prochaines semaines »

Facebook a suivi Twitter mercredi, après avoir initialement retiré une vidéo du président, en disant que la société avait évalué quelques violations de la politique, « ce qui entraînera un blocage des fonctionnalités pendant 24 heures, ce qui signifie qu'il perdra la possibilité de poster sur la plateforme pendant cette période ». Maintenant, le blocage de Trump va s’entendre sur au moins deux semaines, jusqu’à la fin de son mandat.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé via son compte Facebook que Donald Trump ne pourra plus utiliser Facebook et Instagram « pendant au moins les deux prochaines semaines, jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée ». La société a bloqué temporairement ses comptes mercredi suite à la publication par Trump de contenu incitant ses adeptes à la violence, mais maintenant Zuckerberg dit que l'interdiction est prolongée « indéfiniment », au moins jusqu'à ce que Biden prenne le pouvoir.

Zuckerberg a reconnu jeudi qu’au fil des années Facebook a parfois retiré le contenu de Trump ou étiqueté ses posts lorsqu'ils violaient ses politiques, mais que Trump avait été autorisé jusqu'à présent à « utiliser notre plateforme conformément à nos propres règles ». « Nous avons fait cela parce que nous pensons que le public a le droit d'avoir le plus large accès possible au discours politique, même controversé », a écrit Zuckerberg. « Mais le contexte actuel est maintenant fondamentalement différent, impliquant l'utilisation de notre plateforme pour inciter à une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ».

« La haine, la division et le sectarisme que Trump et son administration ont enflammés ne se dissiperont pas immédiatement avec le prochain changement de pouvoir », selon la déclaration. « Facebook doit bannir définitivement Trump et prendre des mesures contre ses facilitateurs et alliés qui continuent à utiliser la plateforme pour inciter à la violence et diffuser des informations dangereuses ».

La décision de Facebook de suspendre le compte du président, même temporairement, est un revirement choquant par rapport à son attitude de longue date envers le locataire actuel de la Maison-Blanche. Bien entendu, ce dernier ne reste au pouvoir que quelques jours de plus. Avec la sortie de Trump le 20 janvier, Facebook aura affaire au président élu Joe Biden et à un Congrès et une administration très intéressés par l'imposition de réglementations sur ses activités.

Une précédente publication de Trump, qui disait « quand le pillage commence, la fusillade commence », alors que les manifestants pour la justice raciale étaient en cours aux États-Unis et dans beaucoup d’autres pays, n’a occasionné aucune réponse adéquate de la part de Facebook. Cette situation à elle seule a plongé Facebook dans des troubles internes, alors que les employés se sont insurgés contre l'attitude de l'entreprise envers Trump. Hier, selon BuzzFeed News, Facebook a mis fin aux conversations internes sur les partisans de Trump qui ont organisé une insurrection au Capitole, gelant les fils de commentaires demandant que Trump soit retiré de la plateforme.

Les actions de Facebook sont arrivées trop tard, selon Real Oversight Board, une organisation de surveillance de Facebook non affiliée à la société. « Il a fallu une insurrection littérale pour que Facebook fasse ce qu'il fallait », a déclaré le groupe dans une déclaration publiée jeudi sur Twitter. « Il a maintenant interdit Donald Trump - comme nous l'avons demandé hier - jusqu'à l'inauguration. Mais ce n'est que parce qu'il n'a pas pris de mesures auparavant que nous en sommes là ».


L'organisation de justice raciale en ligne Color Of Change a qualifié Facebook de complice de « l'insurrection violente » et a dit dans une déclaration que la plateforme doit interdire définitivement Trump. L’interdiction permanente de Trump ne se limite pas aux plateformes de Facebook.

Twitch désactive également "indéfiniment" la chaîne de Trump

Twitch s'est joint au vaste mouvement pour mettre Donald Trump hors des services internet, suite aux émeutes et à la violence d'une horde pro-Trump mercredi à Washington, D.C. Trump a lancé un compte sur Twitch, la plateforme de streaming en direct centrée sur les jeux et appartenant à Amazon, à l'automne 2019, dans le cadre de l'expansion de ses messages de campagne de réélection.

« À la lumière de l'attaque choquante d'hier au Capitole, nous avons désactivé la chaîne Twitch du président Trump », a déclaré un porte-parole de Twitch dans un communiqué. « Compte tenu des circonstances extraordinaires actuelles et de la rhétorique incendiaire du président, nous pensons que c'est une mesure nécessaire pour protéger notre communauté et empêcher que Twitch ne soit utilisé pour inciter à de nouvelles violences ».

Le compte de Trump reste en ligne, donc les vidéos archivées et son profil sont toujours disponibles. Mais tant que le compte sera désactivé, il ne pourra pas continuer à diffuser en continu. La société a déclaré qu'elle réévaluerait le compte après son départ de la Maison-Blanche.

En juin, Twitch a temporairement interdit le compte de Trump pour « conduite haineuse » diffusée sur son flux. L'interdiction a été levée au bout de deux semaines. Mercredi soir, Twitch a supprimé l'emote PogChamp bien connue des utilisateurs parce que la personne dont le visage figurait dessus avait fait des déclarations « encourageant la violence après ce qui s'est passé au Capitole aujourd'hui », selon Twitch. La plateforme de streaming prévoit de travailler avec la communauté pour concevoir une nouvelle emote.


Twitter a déclaré mercredi que le compte Twitter @realDonaldTrump serait bloqué, que ces tweets incriminés devaient être supprimés et que le compte resterait gelé pendant au moins 12 heures. Jeudi, Twitter a levé son interdiction sur Donald Trump, et le président est revenu sur le réseau social dans une position plus précaire que jamais. Dans une vidéo de concession publiée, son dernier tweet, le ton de son message est très différent de ceux que nous avons vus depuis de nombreux mois.

La nouvelle vidéo de Trump contient toujours des informations erronées, notamment une déclaration selon laquelle il aurait « immédiatement » déployé la Garde nationale au Capitole. Cependant, Twitter affirme qu'il ne mettra pas d'étiquette sur le tweet pour cette raison, selon un rapport de BuzzFeed News. Le réseau social a déclaré mercredi que le président risquait désormais une interdiction permanente s'il continuait à violer les règles de Twitter concernant la désinformation et l'incitation à la violence.

C'est la première fois que Twitter supprime des tweets de Trump pour des raisons autres que le retrait des droits d'auteur, a confirmé l'entreprise. Selon des rapports, les personnes décédées lors de l’émeute ne se limitent pas à la première femme tuée mercredi. Il n’est pas clair si Twitter emboîtera le pas à Facebook pour une interdiction permanente.

Snap a déclaré à CNBC qu'il avait également bloqué le compte de Trump parce qu'il était profondément préoccupé par la rhétorique dangereuse de ce dernier. « Nous pouvons confirmer que nous avons verrouillé le compte Snapchat du président Trump plus tôt dans la journée », a déclaré un porte-parole de Snap mercredi. Ce n'est pas la première fois que Snap a pris des mesures contre Trump. En juin dernier, la société a décidé de ne plus promouvoir le contenu de Trump sur son onglet "Découvrir", ce qui signifie qu'il ne serait visible que par ceux qui s'abonnent à Trump ou qui recherchent son contenu.

Twitter, Facebook, et d'autres réseaux sociaux accusés d’être responsables des émeutes du Capitole et d’avoir « du sang sur les mains »

Les réseaux sociaux ont finalement pris des mesures de blocage, pour certains jusqu’à ce que Trump parte de la Maison-Blanche. Mais de nombreux experts ont demandé pourquoi une telle censure n'était pas arrivée avant, étant donné que Trump a enfreint à plusieurs reprises les règles de leurs sites tout au long de sa présidence. Notamment en publiant de nombreux messages dans lesquels il semblait encourager ceux qui envisageaient de recourir à la violence au Capitole. En effet, le 19 décembre, par exemple, il a demandé à ses disciples d’« être là, sera sauvage ». Ce post reste en ligne sur Twitter, et a été partagé 75 000 fois, selon The Independent.

Chris Sacca, un investisseur en capital-risque célèbre qui a été l'un des premiers à investir dans Twitter, fait partie de ceux qui ont personnellement accusé les personnes travaillant dans les entreprises de médias sociaux d'avoir encouragé la violence.

« Vous avez du sang sur les mains », a-t-il écrit sur Twitter, désignant le directeur général de Twitter Jack Dorsey et Mark Zuckerberg de Facebook. « Pendant quatre ans, vous avez rationalisé cette terreur. L'incitation à la trahison violente n'est pas un exercice de liberté d'expression », a-t-il dit avant d’ajouter : « Si vous travaillez dans ces entreprises, c'est vous qui en êtes responsable. Arrêtez tout ».

L’ancienne directrice générale de Reddit Ellen Pro a indiqué dans une sa déclaration qu'elle avait averti Twitter que Donald Trump pourrait utiliser le site pour tenter un coup d'État. Elle a noté qu'elle avait, entre autres, dit à Twitter de « faire ce qui est juste » en retirant Trump du service, mais que le site n'avait pas pris de mesures décisives.

Le sénateur démocrate Mark R. Warner, président de la commission du Sénat sur le renseignement, a également déclaré que les mesures prises par les plateformes de médias sociaux pour lutter contre le « mauvais usage » de Trump sont trop tardives et insuffisantes.

« Les chercheurs en désinformation et en extrémisme signalent depuis des années une exploitation plus large de ces plateformes sur les réseaux », a déclaré M. Warner dans un communiqué. « Comme je ne cesse de le répéter, ces plateformes servent depuis plusieurs années d'infrastructure organisationnelle de base pour les groupes violents d'extrême droite et les mouvements de milice – les aidant à recruter, organiser, coordonner et dans de nombreux cas (notamment en ce qui concerne YouTube) à générer des profits à partir de leur contenu violent et extrémiste ».

Sources : Facebook, Twitch, Real Oversight Board, Donald Trump

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision de Facebook et Twitch de bloquer Trump sur leurs plateformes jusqu’à la fin de son mandat ?
La décision de ces réseaux sociaux est-elle motivée par la gravité de l’émeute au Capitole ou parce que Trump part bientôt de la Maison-Blanche ?
Pensez-vous que c’est ce que les entreprises de médias sociaux devaient faire depuis longtemps ?
Quels commentaires faites-vous du ton modéré dans la dernière vidéo de Trump publiée sur Twitter ?

Voir aussi :

Twitter verrouille le compte du président Trump pendant 12 heures et l'avertit d'une suspension permanente, Facebook retire ses publications incriminées et déclare une « situation d'urgence »
Un ingénieur de Facebook décide de démissionner en guise de protestation. Il accuse la société de « profiter de la haine aux États-Unis et dans le monde » et indique ne plus vouloir y contribuer
Le président US a menacé de « réglementer » ou de « fermer » des plateformes de réseaux sociaux, après que ses tweets ont été marqués comme véhiculant des informations non vérifiées
Le patron de la FTC a annoncé qu'il est prêt à un démantèlement des grandes entreprises technologiques, si cela s'avère nécessaire

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/01/2021 à 21:56
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Avant de crier à la censure par les milliardaires de la Silicon Valley, j'invite tout un chacun à lire attentivement la justification argumentée de Twitter.
Il ne s'agit pas ici de liberté d'expression. Mais d'empêcher la poursuite de la violence qui a déjà causé des morts. Le sang a coulé, il ne faudrait pas l'oublier.
On a beau être un Président des Etats-Unis, il existe des lois qui justement condamne les incitations à la violence. Twitter en continuant à autoriser les tweets dangereux de Trump s'expose pénalement à des poursuites.
Et j'ai presque envie de dire, que cette fermeture permanente de compte protège Trump de tout dérapage supplémentaire. Même si dans son cas, la messe est déjà dite.
Si c'était vrai, le mouvement BLM aurait été traité pareillement or : il n'en a rien été.
17  5 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 11:06
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Avant de crier à la censure par les milliardaires de la Silicon Valley, j'invite tout un chacun à lire attentivement la justification argumentée de Twitter.
Il ne s'agit pas ici de liberté d'expression. Mais d'empêcher la poursuite de la violence qui a déjà causé des morts. Le sang a coulé, il ne faudrait pas l'oublier.
On a beau être un Président des Etats-Unis, il existe des lois qui justement condamne les incitations à la violence. Twitter en continuant à autoriser les tweets dangereux de Trump s'expose pénalement à des poursuites.
Et j'ai presque envie de dire, que cette fermeture permanente de compte protège Trump de tout dérapage supplémentaire. Même si dans son cas, la messe est déjà dite.
Il se trouve que les Tweets censurés sont des appels au calme et à sortir du Capitole; ce qui n'est pas très en adéquation avec les justifications des censures.

De plus on est en droit de se demander ou est la base de la décision de justice sur laquelle s'appuient les milliardaires de la "Silicon Valley" pour prendre le droit de couper la parole à un Président d'un état qui à été élu démocratiquement et est formellement encore en exercice.
14  2 
Avatar de TotoParis
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:36
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Cas de force majeure.
J'approuve à 100% la décision de Twitter et de Facebook.
réponse non motivée, pavlovienne. On se croirait dans l'ex-URSS.
11  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 11:15
Citation Envoyé par melka one Voir le message
si on part du principe qu'un président est un citoyen et comme tous citoyens il est responsable de ces faits et geste, il est donc tout a fait normale que son compte ai été supprimé, les dit site n’ont fait que supprimer tout agissement incitant a la haine un président n'a pas a être au dessus des loi c'est simple non.
Le problème n'est pas que Trump est un citoyen comme les autres ou non... Ni que Trump a dépassé les limites.... Le problème est que Twitter applique ses propres règles à géométrie variable.

Si Twitter avait appliqué ses conditions générales, Trump aurait dû être exclu par Twitter, il y a plus de 4 ans!

Pourquoi donc aujourd'hui? Tout simplement parce que Twitter n'a plus rien à craindre de Trump et doit absolument plaire aux démocrates et à Biden... Donc, Twitter hurle avec les loups pour sauver son business.

Ce qui est exécrable est de voir les dirigeants de Twitter se draper dans l'éthique et la morale pour expliquer leur décision.
12  2 
Avatar de TotoParis
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:22
Citation Envoyé par volcano45 Voir le message
À partir du moment où vous utilisez un service tiers c'est que vous avez accepté la charte d'utilisation/cgv, donc la décision de traiter ce genre d'événement revient bien au service sollicité.
https://twitter.com/i24NEWS_FR/statu...10295066746880
Twitter estime que les messages de l'ayatollah A. Khamenei appelant à "éliminer Israël" ne violent pas ses règles

LOL mais LOL quoi...
PS : je ne suis ni juif, ni israélien, ni soutient d'Israël...
9  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:33
Sauf que twitter, youtube voir twitch (pour facebook je ne connais pas assez) a une politique de gestion de compte qui est complétement à la gueule du client et donc n"a aucune neutralité contrairement a ce qu'ils essaient de faire croire. Sur youtube par exemple, on a un predateur sexuel (Mini Ladd) sur mineur qui même apres avoir reconnu les fait n'a pas vue sa chaine youtube supprimé. Twitter a aussi l'esprit bien plus large concernant certains Chinois ou mouvement lgbt donc certains membres (pas tous, je ne suis pas en trai nde faire un prix de gros, mais certain franchement inquiétant) qui peuvent lyncher des gens en toute impunité.
8  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 11:28
Il faudrait quand même m'expliquer comment des données piratés c'est a dire sans qu'aucune autorité légale n'est donné d'autorisation pour les récupérer puissent soudainement avoir une valeur légal et encore plus en sachant que rien ne garantie qu'elles n'ont pas été trafiqué entre temps? D'ailleurs on a pareil en France.
8  0 
Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 9:34
il y'a déja une situation similaire sur youtube, ou certains sujet ne peuvent être monétisé et donc cela ne favorise pas la création de contenus de qualité sur ces sujets.
si jamais tu parle de reproduction avec la moindre photo de femme nue, d'un documentaire sur les nazis, du racismes ou enfin bref d'un sujet "sensible" c'est mort.

je parle pas non plus de la démonétisation si du mets un extrait de 10 secondes d'une musique ou d'un film. Faire un documentaire sur l'histoire de Nintendo monétisable c'est compliqué je pense (Nintendo interdit les vidéos monétisable avec leurs jeux dessus sans leurs verser des royalties, les seuls à faire cela dans l'industrie...)

Cette auto censure et cette aseptisation de la culture et comme le dit si bien Trump très dangereux

Quand la chine deviendra la 1ere puissance mondial, on risque d'assister à une censure des journaux sur ce gouvernement par exemple, combien d 'entreprise européenne doivent se soumettre aux USA pour pas perdre leurs contrats ? comme les grands média appartienne aux patron du cac40, bah si un de tes journaux critique la chine, la chine peu boycotter l'entreprise cocasse comme situation
c'est un exemple de dérive possible parmi des milliers d'autres.
7  0 
Avatar de earhater
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 18:49
si effectivement parler n'a pas respecté les termes de son contrat, pourquoi amazon n'a t'il donc pas déposé une plainte auprès de la justice et dénoncé ce contrat plus tôt?
parce qu'il en a strictement rien à faire, il préfère appliquer sa justice, mais bon, on trouvera encore des gens pour le défendre ...
Bonjour,

Pour vous rappeler comment fonctionne un contrat, par exemple un contrat de travail, il y a des clauses dedans. Par exemple dans mon contrat de travail est m'est interdit de dénigrer mon entreprise, d'être salarié d'une autre entreprise etc. Si je ne respecte pas une clause du contrat que j'ai signé, le contrat est rompu unilatéralement, sans qu'il y ai besoin de passer par la justice. C'est si il y a un litige, par exemple si je trouve que j'ai respecté les clauses et que la rupture du contrat est sans fondement, que je dois faire intervenir la justice.

Pour en revenir à amazon, si une clause du contrat que Parler a signé n'est pas respectée, Amazon rompt unilatéralement le contrat c'est aussi simple que cela
8  1 
Avatar de TotoParis
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:30
Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
Le législateur non. La justice éventuellement oui... Mais en attendant il y a les mesures d'urgence. C'est la police ou l'entreprise qui applique son règlement. Imaginez que sur twitter ou facebook quelques personnes relayent une information dangereuse comme celles diffusées lors de l'attaque terroriste de l'hyper casher par Koulibali disant qu'il y avait des otages cachées dans la réserve.... Le terroriste lit cette information et peut aller tuer encore plus de personnes. La responsabilité du réseau serait engagée et de nombreuses personnes tuées....
Voudriez vous faire paries des personnes stupidement abattues par le fait d'attendre qu'un procès se déroule pour savoir s'il était opportun de censurer ?

A +
Bonhomme, la Justice dépend quand même des lois votées par les représentants élus...les Législateurs...
Tu mélange tout : terrorisme, hyper-kacher (j'ai vu de très près, pas toi), "invasion" du Capitole (combien d'armes à feu ???).
Tu assimiles Trump à un terroriste alors que durant les émeutes suite à l'assassinat de George Floyd ce sont les Gouverneurs
qui n'ont pas voulu le plus souvent de la Garde Nationale et ont laissé le chaos, la violence, et la destruction s'installer, pour faire chier Trump ?
9  3