IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter verrouille le compte du président Trump pendant 12 heures et l'avertit d'une suspension permanente,
Facebook retire ses publications incriminées et déclare une « situation d'urgence »

Le , par Stan Adkens

68PARTAGES

12  0 
Dans un revirement de sa politique de longue date, Twitter a verrouillé le compte du président Donald Trump pendant 12 heures après avoir retiré trois tweets qui contenaient des « violations graves et répétées » de sa politique d'intégrité civique. Le compte sera définitivement suspendu si les violations se poursuivent et ne sera pas déverrouillé tant que Donald Trump n'aura pas supprimé entièrement les tweets incriminés. Cette décision intervient après que Trump ait tweeté une vidéo qui, selon Twitter, présentait un « risque de violence ».

« En raison de la situation violente sans précédent et continue à Washington, DC, nous avons exigé la suppression de trois tweets @realDonaldTrump qui ont été postés plus tôt dans la journée pour des violations répétées et graves de notre politique d'intégrité civique », a tweeté le compte Twitter Safety. Le compte de Trump sera bloqué pendant au moins 12 heures, et le restera au-delà, tant que les tweets ne seront pas supprimés, d’après le réseau social.


« Cela signifie que le compte de @realDonaldTrump sera verrouillé pendant 12 heures après le retrait de ces Tweets. Si les Tweets ne sont pas supprimés, le compte restera verrouillé. Les futures violations des règles de Twitter, y compris nos politiques d'intégrité civique ou de menaces violentes, entraîneront la suspension permanente du compte @realDonaldTrump ».

Les tweets supprimés comprennent des contenus qui ont été signalés par le service, « en raison d'un risque de violence », et qui sont tous arrivés à la suite d'une violente prise d'assaut du Capitole. Les trois tweets retirés comprennent une vidéo préenregistrée qui suppliait les émeutiers de « rentrer chez eux », sans blâmer leur action. Il a plutôt ajouté : « Nous vous aimons ; vous êtes très spéciaux ».

Trump a testé à plusieurs reprises les politiques des réseaux de médias sociaux, mais ses messages ont parfois reçu un traitement spécial en raison de son statut. Twitter a restreint, mais n'a pas supprimé, une déclaration de Trump selon laquelle « quand le pillage commence, la fusillade commence » en vertu de ses règles contre la glorification de la violence. Il a rappelé une règle qui considère les déclarations des dirigeants mondiaux comme particulièrement remarquables.

Le service a longtemps soutenu que les tweets d'une personnalité éminente comme Trump étaient dans l'intérêt du public, malgré le fait qu'ils ne respectaient pas les conditions de service. Selon les directives de Twitter : "Une fonction essentielle de notre service est de fournir un lieu où les gens peuvent répondre ouvertement et publiquement à leurs dirigeants et les tenir responsables. Dans cette optique, il existe certains cas où il peut être dans l'intérêt du public d'avoir accès à certains Tweets, même s'ils seraient autrement en violation de nos règles."

Tout au long de l'élection présidentielle de 2020, la plateforme a apposé des étiquettes sur des dizaines de tweets de Trump qui faisaient des affirmations fausses ou trompeuses sur la fraude électorale. Elle a également supprimé les contenus de Trump qui faisaient l'objet d'une revendication de droits d'auteur. Toutefois, il semble que ce soit la première fois que Twitter a signalé un des tweets du président comme présentant « un risque de violence ».

Mercredi, Twitter a déclaré que cette politique n'était plus sa priorité absolue en lançant un avertissement clair au président : « Les futures violations des règles de Twitter, y compris nos politiques d'intégrité civique ou de menaces violentes, entraîneront la suspension permanente du compte @realDonaldTrump. Notre politique d'intérêt public - qui a guidé notre action de mise en application dans ce domaine pendant des années - se termine lorsque nous pensons que le risque de préjudice est plus élevé et/ou plus grave ».

Par ailleurs, le président Donald Trump perdra les privilèges Twitter dont il bénéficie en tant que leader mondial lorsque le président élu Joe Biden prendra ses fonctions le 20 janvier 2021. Twitter a confirmé que le compte @realDonaldTrump de Donald Trump sera soumis aux mêmes règles que tout autre utilisateur - y compris l'interdiction d'inciter à la violence et de publier de fausses informations sur le vote ou la pandémie de coronavirus. Ces changements concerneront le compte personnel de Trump. Les comptes spécifiques à un poste comme @WhiteHouse, @POTUS et @FLOTUS sont transférés à la nouvelle administration après le départ d'un président sortant.

Facebook interdit le président pour 24h et déclare une "situation d’urgence"

Facebook a décidé, un peu plus tard mercredi, de retirer de sa plateforme la courte déclaration vidéo faite par le président Donald Trump, où il appelait ses partisans à « rentrer chez eux maintenant », tout en continuant à offrir sa sympathie aux émeutiers et en répétant la fausse information selon laquelle l'élection était « frauduleuse ». Le réseau social a aussi suspendu la publication de Trump sur son site pour les prochaines 24 heures. L'entreprise a également déclaré dans un article de blog qu'elle rechercherait et supprimerait tout contenu sur Facebook et Instagram en faveur de la violence au Capitole mercredi, ainsi que « les tentatives de reprise de la violence jeudi ou dans les jours à venir ».


Tout a commencé mercredi lorsqu’un nombre croissant de groupes et d'individus ont appelé sur Twitter à suspendre le compte du président Donald Trump alors qu'une foule de ses partisans a pris d'assaut et occupé le US Capitole, envoyant les membres du Congrès fuir la session au cours de laquelle ils étaient censés certifier les résultats de l'élection présidentielle de 2020. Plusieurs groupes de partisans de Trump ont prévu pendant des semaines de se réunir à Washington, DC, mercredi pour un rassemblement "Stop the Steal" afin de protester contre les résultats de l'élection de 2020 et de demander que Trump soit déclaré vainqueur à la place du président élu Joe Biden, qui a remporté à la fois le vote populaire et le Collège électoral.

La situation aux alentours du Capitole s’est vite dégradée de façon spectaculaire occasionnant le décès d’une femme, qui a été abattue lors de l’insurrection dans des circonstances floues. Trump s'est adressé à la foule alors que le Congrès se réunissait pour commencer à certifier officiellement les votes du collège électoral. Dans son discours, Trump a juré de « ne jamais céder », ajoutant : « Cela n'arrivera jamais. On ne concède pas quand il y a un décès. Notre pays en a assez. Nous n'en supporterons pas plus ».

Dans une déclaration rare sur Twitter qui illustre toute la gravité de la situation, un haut responsable de Facebook a évoqué une « situation d’urgence » nécessitant de la part du réseau social de prendre des mesures appropriées.

« Il s'agit d'une situation d'urgence et nous prenons les mesures d'urgence appropriées, y compris le retrait de la vidéo du président Trump », a déclaré Guy Rosen, vice-président de l'intégrité de Facebook. « Nous l'avons retirée parce que, tout bien considéré, nous pensons qu'elle contribue au risque de violence permanente plutôt que de le réduire ».


Dans un autre tweet, Trump a rejeté la faute sur le vice-président Mike Pence, qu'il a exhorté à plusieurs reprises à trouver un moyen d'invalider les résultats de l'élection. « Mike Pence n'a pas eu le courage de faire ce qui aurait dû être fait pour protéger notre pays et notre Constitution, en donnant aux États une chance de certifier un ensemble de faits corrigés, et non les faits frauduleux ou inexacts qu'on leur avait demandé de certifier auparavant », a écrit Trump. « Les États-Unis exigent la vérité ! »

Twitter a d’abord apposé une étiquette sur la vidéo tweetée et l’a laissé en ligne, disant : « Cette affirmation de fraude électorale est contestée, et ce tweet ne peut pas être répondu, retweeté ou liké en raison d'un risque de violence », avant de la supprimer un peu plus tard. YouTube a également retiré la vidéo de Trump de son service.

Des appels à la suppression du compte Twitter de Trump et des critiques envers les médias sociaux

Si les grandes plateformes ont commencé à prendre des mesures, elles sont toutefois la cible de critiques. La violence étant déjà bien engagée, plusieurs utilisateurs de Twitter ont immédiatement appelé le PDG de l'entreprise, Jack Dorsey, à prendre des mesures plus fermes contre le compte du président.

« Les extrémistes doivent être pris au mot », a déclaré Jonathan Greenblatt, PDG de la Ligue anti-diffamation, dans une déclaration écrite. « Il y a d'abord eu une rhétorique instable en ligne, puis des appels explicites à la violence et maintenant les gens agissent sur ces appels dans la capitale du pays et enfreignent la loi de manière flagrante. Il faut que cela cesse maintenant. Le président a encouragé la sédition et incité à la violence... les sociétés de médias sociaux devraient suspendre ses comptes dès que possible, comme elles le feraient pour toute autre personne prônant la désinformation et encourageant la violence. Il est temps ».

Des centaines d'utilisateurs ont utilisé Twitter pour faire écho à l'appel du groupe anti-diffamation. « Laissez-moi vous dire en termes clairs [Jack] : Si vous ne suspendez pas le compte Twitter de Donald Trump pour le lendemain au moins, cette attaque de la mafia contre le Congrès vous concerne également », a écrit la journaliste technologique du New York Times Kara Swisher, en taguant Dorsey ainsi que d'autres cadres de Twitter Safety. « Désolé, mais il a incité à la violence pendant des jours, en utilisant en grande partie vos outils et vous devez agir maintenant. Il s'agit maintenant de la sécurité publique et de la sécurité de ceux qui sont piégés au Congrès. Il n'a aucun rôle à jouer pour calmer la foule qu'il a incitée - ce sera à la police et à la Garde nationale de le faire ».

Alex Stamos, ex-responsable de la sécurité chez Facebook, a lui aussi pris la parole pour estimer qu’il était plus que temps que les grandes plateformes du Net interviennent, et interviennent plus durement. « Il y a eu de bons arguments pour que les entreprises privées ne réduisent pas les élus au silence, mais tous ces arguments sont fondés sur la protection de la gouvernance constitutionnelle », écrit-il.

« Twitter et Facebook doivent le faire taire . Il n’y a plus d’actions légitimes et étiqueter son contenu ne le fera pas. La dernière raison de maintenir le compte de Trump était la possibilité qu’il essaie de revenir à la raison, mais comme beaucoup s’y attendaient, cela lui est impossible. Il y aura toujours les sites alternatifs et le peer-to-peer, mais au moins les dégâts qu’il fait seraient plus contenus », estime-t-il.


Dans un post, Twitter a lancé un message de mise en garde : « En ce qui concerne la situation actuelle à Washington, DC, les équipes Trust & Safety de Twitter s'efforcent de protéger la conversation publique qui se déroule sur le service et prendront des mesures à l'égard de tout contenu qui enfreint les règles de Twitter. Soyons clairs : les menaces et les appels à la violence n'ont pas leur place sur Twitter, et nous appliquerons nos politiques en conséquence ».

Sources : Twitter, Facebook

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Les actions de Twitter et Facebook sont-elles suffisantes pour empêcher cette violence de se reproduire et arrêter les activités de « Stop the steal » ?
Que pensez-vous de l’avenir de Donald Trump sur les médias sociaux après son retour à la vie civile ?

Voir aussi :

« Ici ce n'est pas la Chine », des experts indiquent que Trump n'a aucune autorité légale pour fermer Twitter. « Il est clair qu'il est en train d'intimider Twitter pour diffuser ce qu'il veut »
Un ingénieur de Facebook décide de démissionner en guise de protestation. Il accuse la société de « profiter de la haine aux États-Unis et dans le monde » et indique ne plus vouloir y contribuer
Le compte Twitter de Donald Trump piraté ! Victor Gevers, un chercheur néerlandais, affirme avoir eu accès au compte du président américain, mais Twitter et la Maison Blanche nient ces allégations
Le président US a menacé de « réglementer » ou de « fermer » des plateformes de réseaux sociaux, après que ses tweets ont été marqués comme véhiculant des informations non vérifiées

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 09/01/2021 à 21:56
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Avant de crier à la censure par les milliardaires de la Silicon Valley, j'invite tout un chacun à lire attentivement la justification argumentée de Twitter.
Il ne s'agit pas ici de liberté d'expression. Mais d'empêcher la poursuite de la violence qui a déjà causé des morts. Le sang a coulé, il ne faudrait pas l'oublier.
On a beau être un Président des Etats-Unis, il existe des lois qui justement condamne les incitations à la violence. Twitter en continuant à autoriser les tweets dangereux de Trump s'expose pénalement à des poursuites.
Et j'ai presque envie de dire, que cette fermeture permanente de compte protège Trump de tout dérapage supplémentaire. Même si dans son cas, la messe est déjà dite.
Si c'était vrai, le mouvement BLM aurait été traité pareillement or : il n'en a rien été.
17  5 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 11:06
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Avant de crier à la censure par les milliardaires de la Silicon Valley, j'invite tout un chacun à lire attentivement la justification argumentée de Twitter.
Il ne s'agit pas ici de liberté d'expression. Mais d'empêcher la poursuite de la violence qui a déjà causé des morts. Le sang a coulé, il ne faudrait pas l'oublier.
On a beau être un Président des Etats-Unis, il existe des lois qui justement condamne les incitations à la violence. Twitter en continuant à autoriser les tweets dangereux de Trump s'expose pénalement à des poursuites.
Et j'ai presque envie de dire, que cette fermeture permanente de compte protège Trump de tout dérapage supplémentaire. Même si dans son cas, la messe est déjà dite.
Il se trouve que les Tweets censurés sont des appels au calme et à sortir du Capitole; ce qui n'est pas très en adéquation avec les justifications des censures.

De plus on est en droit de se demander ou est la base de la décision de justice sur laquelle s'appuient les milliardaires de la "Silicon Valley" pour prendre le droit de couper la parole à un Président d'un état qui à été élu démocratiquement et est formellement encore en exercice.
14  2 
Avatar de TotoParis
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:36
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Cas de force majeure.
J'approuve à 100% la décision de Twitter et de Facebook.
réponse non motivée, pavlovienne. On se croirait dans l'ex-URSS.
11  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 11:15
Citation Envoyé par melka one Voir le message
si on part du principe qu'un président est un citoyen et comme tous citoyens il est responsable de ces faits et geste, il est donc tout a fait normale que son compte ai été supprimé, les dit site n’ont fait que supprimer tout agissement incitant a la haine un président n'a pas a être au dessus des loi c'est simple non.
Le problème n'est pas que Trump est un citoyen comme les autres ou non... Ni que Trump a dépassé les limites.... Le problème est que Twitter applique ses propres règles à géométrie variable.

Si Twitter avait appliqué ses conditions générales, Trump aurait dû être exclu par Twitter, il y a plus de 4 ans!

Pourquoi donc aujourd'hui? Tout simplement parce que Twitter n'a plus rien à craindre de Trump et doit absolument plaire aux démocrates et à Biden... Donc, Twitter hurle avec les loups pour sauver son business.

Ce qui est exécrable est de voir les dirigeants de Twitter se draper dans l'éthique et la morale pour expliquer leur décision.
12  2 
Avatar de TotoParis
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:22
Citation Envoyé par volcano45 Voir le message
À partir du moment où vous utilisez un service tiers c'est que vous avez accepté la charte d'utilisation/cgv, donc la décision de traiter ce genre d'événement revient bien au service sollicité.
https://twitter.com/i24NEWS_FR/statu...10295066746880
Twitter estime que les messages de l'ayatollah A. Khamenei appelant à "éliminer Israël" ne violent pas ses règles

LOL mais LOL quoi...
PS : je ne suis ni juif, ni israélien, ni soutient d'Israël...
9  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 10/01/2021 à 20:33
Sauf que twitter, youtube voir twitch (pour facebook je ne connais pas assez) a une politique de gestion de compte qui est complétement à la gueule du client et donc n"a aucune neutralité contrairement a ce qu'ils essaient de faire croire. Sur youtube par exemple, on a un predateur sexuel (Mini Ladd) sur mineur qui même apres avoir reconnu les fait n'a pas vue sa chaine youtube supprimé. Twitter a aussi l'esprit bien plus large concernant certains Chinois ou mouvement lgbt donc certains membres (pas tous, je ne suis pas en trai nde faire un prix de gros, mais certain franchement inquiétant) qui peuvent lyncher des gens en toute impunité.
8  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 11:28
Il faudrait quand même m'expliquer comment des données piratés c'est a dire sans qu'aucune autorité légale n'est donné d'autorisation pour les récupérer puissent soudainement avoir une valeur légal et encore plus en sachant que rien ne garantie qu'elles n'ont pas été trafiqué entre temps? D'ailleurs on a pareil en France.
8  0 
Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 9:34
il y'a déja une situation similaire sur youtube, ou certains sujet ne peuvent être monétisé et donc cela ne favorise pas la création de contenus de qualité sur ces sujets.
si jamais tu parle de reproduction avec la moindre photo de femme nue, d'un documentaire sur les nazis, du racismes ou enfin bref d'un sujet "sensible" c'est mort.

je parle pas non plus de la démonétisation si du mets un extrait de 10 secondes d'une musique ou d'un film. Faire un documentaire sur l'histoire de Nintendo monétisable c'est compliqué je pense (Nintendo interdit les vidéos monétisable avec leurs jeux dessus sans leurs verser des royalties, les seuls à faire cela dans l'industrie...)

Cette auto censure et cette aseptisation de la culture et comme le dit si bien Trump très dangereux

Quand la chine deviendra la 1ere puissance mondial, on risque d'assister à une censure des journaux sur ce gouvernement par exemple, combien d 'entreprise européenne doivent se soumettre aux USA pour pas perdre leurs contrats ? comme les grands média appartienne aux patron du cac40, bah si un de tes journaux critique la chine, la chine peu boycotter l'entreprise cocasse comme situation
c'est un exemple de dérive possible parmi des milliers d'autres.
7  0 
Avatar de earhater
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 18:49
si effectivement parler n'a pas respecté les termes de son contrat, pourquoi amazon n'a t'il donc pas déposé une plainte auprès de la justice et dénoncé ce contrat plus tôt?
parce qu'il en a strictement rien à faire, il préfère appliquer sa justice, mais bon, on trouvera encore des gens pour le défendre ...
Bonjour,

Pour vous rappeler comment fonctionne un contrat, par exemple un contrat de travail, il y a des clauses dedans. Par exemple dans mon contrat de travail est m'est interdit de dénigrer mon entreprise, d'être salarié d'une autre entreprise etc. Si je ne respecte pas une clause du contrat que j'ai signé, le contrat est rompu unilatéralement, sans qu'il y ai besoin de passer par la justice. C'est si il y a un litige, par exemple si je trouve que j'ai respecté les clauses et que la rupture du contrat est sans fondement, que je dois faire intervenir la justice.

Pour en revenir à amazon, si une clause du contrat que Parler a signé n'est pas respectée, Amazon rompt unilatéralement le contrat c'est aussi simple que cela
8  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 07/01/2021 à 13:48
Pour moi ils peuvent bien bannir qui ils veulent.
Le seul problème éventuel, c'est qu'ils censurent énormément de vidéo de tous les genres, et parfois plus d'un certain genre. C'est de la manipulation idéologique, mais ainsi va le monde depuis la nuit des temps.
La roue tourne, ce sera d'autres moyens et d'autre idées qui seront mise en avant dans quelques temps.
6  0