Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un ingénieur de Facebook décide de démissionner en guise de protestation.
Il accuse la société de « profiter de la haine aux États-Unis et dans le monde » et indique ne plus vouloir y contribuer

Le , par Stéphane le calme

258PARTAGES

7  0 
« Après presque 5 ans et demi, c'est aujourd'hui mon dernier jour sur Facebook. J'arrête parce que je ne peux plus supporter de contribuer à une organisation qui profite de la haine aux États-Unis et dans le monde ». C’est par ces mots qu’un ingénieur logiciel de Facebook a annoncé sa démission et a publiquement critiqué l'entreprise mardi, accusant Facebook de « profiter de la haine ».

Sur un billet détaillant sa décision de démissionner, Ashok Chandwaney a cité certaines des actions récentes de Facebook comme des points de rupture qui l’ont conduit à cette option. Plus précisément, Chandwaney a dénoncé l'incapacité de Facebook à supprimer l'événement d'un groupe de milice incitant à la violence contre les manifestants à Kenosha, dans le Wisconsin, ainsi que son choix de ne pas supprimer un message du président Donald Trump qui disait : « lorsque le pillage commence, la fusillade commence ».

Les arguments avancés par Ashok Chandwaney

« Des groupes haineux violents et des milices d'extrême droite existent, et ils utilisent Facebook pour recruter et radicaliser des personnes qui continueront à commettre des crimes de haine violents. Alors, où est la métrique à ce sujet ? Notre réponse PR (Public Relation) à #StopHateForProfit sur le sujet n'a même pas répondu à la question

« On m'a répété à plusieurs reprises que "Facebook évolue beaucoup plus vite que {mettre ici le nom d’une entreprise x}". Dans mon travail, aller vite ressemble à un biais à l'action : lorsque je suis confronté à un problème, je cherche rapidement une solution. Des fois cela signifie qu’on me communique l’existence d’un bogue pendant une réunion et que je me retrouve en train de le corriger avant la fin de la réunion.

« Le contraste entre cela et notre approche de la haine sur plateforme est étonnant.

« La société civile s'est engagée avec Facebook sur des problématiques telles que la question de savoir si le "nationalisme blanc" est un contenu haineux (signalé pour la première fois en 2018), la prévention de la discrimination illégale dans les publicités (encore possible en décembre), et le refus de prendre des mesures de bonne foi pour réduire la haine sur la plateforme.

« Les commentaires sont censés être un cadeau, mais malgré les énormes commentaires (et les multiples poursuites judiciaires, pour des publicités discriminatoires), très peu de mesures ont été prises. En fait, nous continuons à nous renvoyer la balle avec l'échec de Kenosha Guard étant imputé aux modérateurs de contenu sous contrat, qui sont sous-payés et sous-pris en charge dans leur travail - deux choses que Facebook pourrait presque instantanément résoudre s'il le souhaitait. Les mesures qui ont été prises sont faciles et pourraient être interprétées comme ayant un impact parce qu'elles nous donnent une belle apparence, plutôt que percutantes parce qu'elles apporteront des changements substantiels.


« J'ai appris à m'engager honnêtement et avec enthousiasme avec les gens qui veulent avoir des conversations avec moi au travail, quel que soit leur rôle ou leur équipe.

« Le manque d'ouverture de la part de Facebook sur la question de la haine sur la plateforme met cette idée en évidence. Après qu'il est apparu que le raciste d’extrême droite Breitbart obtient un laissez-passer sur nos politiques de désinformation, la réponse de la société a été de cacher les reçus. Notre malhonnêteté à propos des fusillades de Kenosha est pareillement, euh, pas très ouverte

« À ce jour, le sens de cette valeur m'échappe. J'ai entendu de nombreuses explications insatisfaisantes sur la façon dont les diverses choses sur lesquelles j'ai travaillé ici ont créé une valeur sociale.

« Dans tous mes rôles au sein de l'entreprise, en fin de compte, les décisions se résument à la valeur commerciale. Ce que j'aurais aimé voir, c'était une priorisation sérieuse du bien social, même lorsqu'il n'y a pas de valeur commerciale immédiatement évidente, ou lorsqu'il peut y avoir un préjudice commercial qui en découle - par exemple, en supprimant l'incitation à la violence du président en exercice, ce qui pourrait conduire à une action réglementaire.

« Il semble que Facebook n'a pas trouvé la valeur commerciale à avoir en poursuivant de manière agressive les stratégies crédibles existantes pour éliminer la haine de la plateforme - malgré la pression de la société civile, de nos propres employés, de nos propres consultants et de nos propres clients via le boycott.

« Si aucune de ces choses ne peut nous obliger à être audacieux et à agir rapidement contre la haine, il semble que la seule source de pression qui reste provient du gouvernement ou des mesures réglementaires. Bien que je sache que beaucoup d'entre nous gémissent à l'idée d'une intervention gouvernementale de quelque nature que ce soit, il s'agit d'une approche qui a vu une réduction marquée du contenu haineux sur les médias sociaux allemands ».

Plusieurs employés ont quitté l'entreprise après avoir exprimé des inquiétudes similaires

Plusieurs employés de Facebook ont quitté l'entreprise ces derniers mois après avoir exprimé des inquiétudes similaires - au moins trois en l'espace d'une semaine après que le PDG Mark Zuckerberg a déclaré aux employés que l'entreprise ne supprimerait pas le message de Trump acclamant les fusillades. Ces griefs s'appuient sur des années de scandales chez Facebook, y compris son rôle supposé dans l'ingérence électorale par des Russes, le profilage de Cambridge Analytica et un génocide au Myanmar.


Rappelons que la Ligue anti-diffamation, la NAACP et d'autres organisations ont initié la campagne « Stop Hate For Profit » qui vise à demander aux grands annonceurs d’arrêter les campagnes publicitaires sur Facebook pendant un mois. Et d’expliquer :

« Ils ont permis l'incitation à la violence contre les manifestants luttant pour la justice raciale en Amérique dans le sillage de George Floyd, Breonna Taylor, Tony McDade, Ahmaud Arbery, Rayshard Brooks et tant d'autres. Ils ont nommé Breitbart News une "source d'informations fiable" et ont fait de The Daily Caller un "vérificateur des faits", bien que les deux publications aient des antécédents de travail avec des nationalistes blancs connus. Ils ont fermé les yeux sur la répression flagrante des électeurs sur leur plateforme ».

Néanmoins, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré à ses employés que la société ne changerait pas son approche en matière de discours de haine, même si des dizaines d'annonceurs boycottaient la plateforme :

« Nous n'allons pas changer nos politiques ou notre approche sur quoi que ce soit à cause d'une menace sur un petit pourcentage de nos revenus, ou sur n'importe quel pourcentage de nos revenus », a avancé Zuckerberg. « Je suppose que tous ces annonceurs seront de retour sur la plateforme bien assez tôt », a-t-il ajouté, précisant que le boycott était un « problème de réputation et de partenariat » plutôt qu'un problème financier, car la plupart des revenus de Facebook proviennent des petites entreprises et non des grandes marques.

Facebook a pris des mesures ces derniers mois pour réprimer les discours de haine et les contenus qui glorifient la violence - la société a récemment mis en œuvre une interdiction des milices et a commandé un audit des droits civils de sa plateforme. Mais dans sa lettre de démission, Chandwaney a déclaré que les récentes initiatives de Facebook semblaient plus motivées par les relations publiques que par la volonté de changer. Chandwaney a ajouté qu'il était déçu par la mission déclarée de Facebook de « créer une valeur sociale », regrettant que la valeur commerciale prenne le pas.

Les ingénieurs en logiciel sont parmi les employés de Facebook les plus recherchés et les mieux payés, selon les données salariales.

Chandwaney a écrit dans sa lettre de démission qu’elle était en partie motivée par le travail de Colour of Change, un groupe d'activistes qui a fait pression sur Facebook pour qu'il adopte une position plus dure sur la modération du contenu et supprime le contenu comme le message de Trump « lorsque le pillage commence, la fusillade commence ».

Le président de Colour of Change, Rashad Robinson, a applaudi la lettre de Chandwaney dans un communiqué mardi. « Color Of Change est heureux de le soutenir, mais c'est dommage que les employés de Facebook ressentent le besoin de se tourner vers les organisations de défense des droits civiques pour protéger les communautés de couleur, plutôt que leur propre employeur », a déclaré Robinson dans un communiqué.

Source : billet Ashok Chandwaney

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision d'Ashok Chandwaney ?
Que pensez-vous des arguments qu'il utilise pour expliquer que Facebook « profite de la haine » ?
Faut-il plus modérer le net ou alors Mark Zuckerberg a-t-il raison de défendre la liberté d'expression et donc de continuer à profiter des énormes revenus publicitaires générés par les communications douteuses, mais à très haut trafic ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stardeath
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/09/2020 à 3:07
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de la décision d'Ashok Chandwaney ?
encore un qui ne voit pas la poutre dans son oeil.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous des arguments qu'il utilise pour expliquer que Facebook « profite de la haine » ?
un réseau social avec la possibilité de faire des commentaires publics ça mène forcément à la haine, pour qu'il y en ait moins, faudrait plus pouvoir avoir une activité publique, ce qui est contre ces réseaux "a"sociaux. puis, il est mignon, il a bien profité de son salaire depuis des années, et la violence sur facebook n'est pas nouvelle, quitter pendant le contexte actuelle n'a que pour but de se faire un peu de pub et donc de profiter de la violence pour son propre crédit, le petit hypocrite ...

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Faut-il plus modérer le net ou alors Mark Zuckerberg a-t-il raison de défendre la liberté d'expression et donc de continuer à profiter des énormes revenus publicitaires générés par les communications douteuses, mais à très haut trafic ?
modérer le net = censure, et malheureusement ceux qui veulent décider de comment censurer ne nous veulent pas du bien.
quant à continuer de profiter des énormes revenus publicitaires, va falloir m'expliquer, toutes les multinationales se déclarant blm, elles continuent ou pas d'avoir de la pub sur facebook, parce que si celui-ci gagne du pognon grâce à la pub, c'est bien parce que des boites gagnent de l'argent grâce à la pub qu'elles financent.
et si au contraire, le boycott des multinationales ne change pas les finances de facebook, c'est que la société civile et une bonne majorité des financeurs de pubs n'en a rien à secouer des polémiques actuelles, le contraire de ce que dit ce monsieur ...

perso, je pense que la majorité des gens s'en foutent royalement, et que comme d'hab, une minorité de pseudos chevaliers "blancs" (au sens propre comme au sens figuré) tente de décider pour tout le monde.
6  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/09/2020 à 15:14
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Plus précisément, Chandwaney a dénoncé l'incapacité de Facebook à supprimer l'événement d'un groupe de milice incitant à la violence contre les manifestants à Kenosha, dans le Wisconsin, ainsi que son choix de ne pas supprimer un message du président Donald Trump qui disait : « lorsque le pillage commence, la fusillade commence ».
Les milices sont légales aux USA donc Facebook n'a pas à supprimer l’événement.
Sinon Facebook deviendrait le ministère de la vérité, ce serait pire que 1984, pire que la pire des dictatures.

Le message de Trump devait faire référence aux Roof Koreans, lors des émeutes de Los Angeles de 1992 des coréens protégeaient leur magasins.
Si t'es présent sur le toit de ton magasin avec des fusils on ne vient pas cambrioler ton magasin (à moins d'être suicidaire). Aux USA tu dois avoir le droit de tuer les gens qui viennent te voler.

===
En réalité Facebook hiérarchise les messages, certains sont beaucoup moins visible que d'autres. (t'es plus visible en étant pro Biden qu'en étant pro Trump)
Si vous voulez testez la modération de Facebook en France publié un message anti juif et chronométré combien de temps ça va prendre avant que votre compte se fasse désactiver pendant plusieurs jours.
La France, vice-championne du monde de la censure sur Facebook ?
Selon les données regroupées par Comparitech, le gouvernement français et ses instances ont procédé à 49 971 demandes de retrait de contenus toutes plateformes confondues. Soit le 4e pays le plus actif derrière l'Inde (77 620), la Russie (77 162) ou la Turquie (63 585).
4  0 
Avatar de ijk-ref
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/09/2020 à 1:07
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
(...) t'es plus visible en étant pro Biden qu'en étant pro Trump
Par défaut surement, par contre les publications affichées dépendent aussi de tes propres préférences. Si tu regardes et likes principalement les messages pro Trump, t'auras principalement des nouveaux messages pro Trump, exacerbant tes convictions (idem si t'es pro Biden)

Ce qui renforce les extrémistes.
2  0 
Avatar de mzerbo
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 12:04
Autant s'il y a eu un évènement appelant à un massacre, je suis d'accord qu'il aurait dû être supprimé, autant je soutiens le fait de laisser le message de Trump. Ce n'est pas comme s'il acclamait vraiment des fusillades, c'est un constat.
Un truc qui me fascine avec les "défenseurs de la liberté" c'est qu'ils ne défendent que la liberté de ceux qu'ils approuvent et font pression pour que les autres les rejoignent ou disparaissent.
0  0 
Avatar de mzerbo
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 12:06
Citation Envoyé par ijk-ref Voir le message
Si tu regardes et likes principalement les messages pro Trump, t'auras principalement des nouveaux messages pro Trump, exacerbant tes convictions (idem si t'es pro Biden)

Ce qui renforce les extrémistes.
Plutôt logique, on a pas vraiment envie de voir ce qu'on aime pas (on ne montre pas de pub pour de la viande à un végétarien/végan)
0  0