Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitch a temporairement banni le compte du président Donald Trump pour « conduite haineuse »
Et a supprimé le contenu incriminé

Le , par Stéphane le calme

494PARTAGES

8  1 
Twitch a temporairement banni le compte du président Donald Trump pour « conduite haineuse » et a indiqué que le contenu incriminé était désormais supprimé. Le premier date de son rallye de campagne inaugural, en 2015, quand il avait assuré que les immigrants mexicains apportaient des drogues et étaient des « violeurs ». Le deuxième est du même ordre et a été prononcé lors du récent meeting de Tulsa, pour sa campagne de réélection.

La plateforme d’abord conçue pour la diffusion de parties de jeux vidéo en direct, s’est progressivement ouverte à d’autres « diffuseurs » qui peuvent créer leur chaîne, des personnalités politiques aux artistes

« Comme tout le monde, les politiciens de Twitch doivent respecter nos conditions d'utilisation et nos directives communautaires. Nous ne faisons aucune exception pour le contenu politique ou digne d'intérêt, et prendrons des mesures sur le contenu qui nous est signalé et qui viole nos règles », a déclaré un porte-parole de Twitch. La déclaration a été initialement publiée l'année dernière lors du lancement de la chaîne Trump.

La suspension arrive une semaine après que Twitch a promis de sévir contre le harcèlement au sein de la communauté à la suite de rapports d'agression et de harcèlement dans l’industrie du jeu vidéo. C'est un signe que Twitch commence peut-être à prendre les flux de modération beaucoup plus au sérieux. Le langage a connotation raciste pour lequel il a banni Trump est souvent autorisé sur d'autres plateformes en raison de son rôle de politicien et de président des États-Unis.

La semaine dernière, Twitch a déclaré qu'il commencerait à bannir définitivement les streamers en réponse aux allégations. Le premier bannissement majeur qui a été décidé semble concerner Dr Disrespect, l'un des streamers les plus populaires de la plateforme. Twitch a refusé à plusieurs reprises de confirmer pourquoi (ou même si) Dr Disrespect avait été interdit (il n'y avait pas d'allégations publiques contre lui) et le streamer a déclaré qu'il n'avait pas été informé de la raison pour laquelle sa chaîne avait disparu.

La campagne Trump a lancé sa page Twitch en octobre. La campagne semblait utiliser la page pour diffuser des rassemblements et des événements de campagne.

Dans la vague du mouvement de grande ampleur contre le racisme systémique aux États-Unis, les réseaux sociaux font face à un regain de pression des annonceurs pour administrer au mieux les échanges et empêcher le harcèlement, les discriminations et autres comportements insultants. Ils sont particulièrement dans le collimateur de la société civile pour leur laxisme perçu à l’égard des hommes politiques en général et du locataire républicain de la Maison-Blanche en particulier.

Fin mai, Donald Trump a tenu des propos considérés comme de l’incitation à la violence contre les manifestations de soutien à George Floyd, un Afro-Américain, qui a été tué par un policier blanc.

Twitter a masqué ce message, mais Facebook s’est abstenu d’intervenir. La conséquence a été le lancement de la campagne Stop Hate For Profit qui invitait les annonceurs à suspendre leur publicité sur le numéro un des réseaux sociaux pendant 30 jours à compter du 1er juillet. Parmi les grands annonceurs qui ont récemment rejoint l’initiative figure Starbucks et Microsoft, ce dernier ayant décidé de mettre en pause ses dépenses publicitaires sur les plateformes Facebook et Instagram (filiale de Facebook). Notons que Microsoft l’avait déjà fait aux États-Unis et a simplement décidé de l’étendre au reste du monde.

Contrairement aux nombreux annonceurs qui ont récemment rejoint le mouvement appelant au boycott sur Facebook, Microsoft s'inquiète de l'endroit où ses annonces sont diffusées, et non des politiques de Facebook. Mais cette décision signifie encore qu'un autre gros annonceur ne va plus dépenser sur Facebook pour le moment.

Chris Capossela, Directeur Marketing Microsoft, a expliqué en guise de réponse à une question d’un employé que « sur la base des préoccupations que nous avions en mai, nous avons suspendu toutes les dépenses sur Facebook / Instagram aux États-Unis et nous avons par la suite suspendu toutes les dépenses sur Facebook / Instagram dans le monde entier ».

La transcription n'indiquait pas spécifiquement à quel contenu placé à côté de ses publicités Microsoft s'opposait, mais comme exemples de « contenu inapproprié », elle citait des exemples de « discours de haine, pornographie, contenu terroriste, etc. »

Capossela a déclaré que la société avait été en contact avec les dirigeants de Facebook et d'Instagram au sujet de ce qu'il faudrait pour que Microsoft revienne en tant qu'annonceur : « Le calendrier de reprise de nos dépenses médias sociaux dépend des actions positives qu'ils prennent, mais je m'attends à ce que notre pause continue jusqu'en août ».

En 2019, Microsoft a dépensé plus de 115 millions de dollars en publicités Facebook, selon la société d'analyse publicitaire Pathmatics.

Si Mark Zuckerberg permettait une approche plus permissive sur sa plateforme, expliquant que l’objectif était de permettre à chacun de se faire sa propre opinion, il a dû céder du terrain face à cette initiative et a annoncé une série de mesures de régulation.

Source : Twitch

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 13:49
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
Je n'aime pas du tout Trump mais je ne trouve pas correct bloquer les comptes. S'il fait des "crimes" on le juge mais pour le reste c'est censure. Un banner avec ecrit "conduite haineuxe" ca suffit
Les propos racistes ou d'incitation à la haine sont illégaux, il n'y a pas de raison pour que les plateforme en ligne ou les hommes politiques fassent exception. Demain il faudrait autoriser la vente de drogue ou d'armes sur Facebook parce que ce serait sinon la censure ? La censure, c'est interdire aux gens de s'exprimer sur un sujet. Insulter ou appeler à la violence, ce n'est pas s'exprimer.
12  4 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 15:17
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
Enfin quelqu'un qui a suivi ça fait plaisir à voir
Si les médias faisaient aussi leur travail, il y en aurait peut-être plus qui suivront.

Pour le moment la dernière affaire en date, c'est d'un couple qui s'est retrouvé soudainement face à face avec plusieurs centaines de manifestants très bruyants sur leur propriété, dès le début le couple a sorti des armes à feu pour les tenir en respect.

Pour rappel, leur maison, ils ont bossé 30 ans pour la rénover. Pour rappel, les manifestations sont assez violentes avec des magasins lootés, des personnes qui se font agresser, etc.

Et que font les média ? Ah les pauvres manifestants innocent (on passe sous silence qu'ils étaient sur une propriété privée), confronté à des racistes (parce que le couple est blanc évidemment) fou dangereux et armés. Alors que le couple a tout simplement été surpris, et a juste essayé de se défendre. Ok, ils ne tenaient pas correctement leur arme... en même temps, ils n'avaient peut-être pas prévu de les sortir ce jour là... ils ont été surpris dans leur propre domicile.

Et puis tu vois sur Twitter la masse des crétins qui appelle à leur harcèlement, à ce qu'ils se fassent radier du barreau (ils sont avocats)... À les qualifier de racistes parce qu'ils avaient peur... si demain t'as 200 mecs des quartiers dans ton jardin, bien agité, suite à plusieurs semaines de violences... tu me dira si t'as pas peur...

C'est effrayant.
9  2 
Avatar de anykeyh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 11:09
C'est quand meme inquietant de voir que meme le président des EUA n'est pas au dessus des lois... de corporation capitaliste.

Nous avons entamé un grave shift où le pouvoir de censure et diffusion est dans les mains d'interêts privés. N'oublions pas non plus que dans les CGU de tout ces grands groupe il y a la clause "despotique", a savoir "on peut vous bannir si on le souhaite sans vous en donner la raison".

C'est au delà des tweets - abjecte - de Donald Trump. L'enfer est décidement pavé de bonnes intentions...
7  3 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 13:57
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Non, ce n'est pas ce qu'il a dit.

Et pourtant... c'est ce même mouvement qui pousse des mesures de ... racisme systémique...

Non, uniquement contre leurs adversaires politiques/idéologiques.

"Bannissez les autres, mais pas moi".

"considérés" par qui ? Ses adversaires politiques qui derrière vont te dire que t'as le droit de brûler des voitures et de looter des magasins ?

Bah, c'est bien l'ère post-vérité. On déforme les propos de ses opposants, on les fait passer pour des nazis fascistes, puis derrière on va encourager les personnes de son camp qui tabassent des personnes dans la rue, détruisent des magasins, détruisent des monuments... dont certains qui ont lutté contre l'esclavage...

Le tout pour une cause sans aucun fondements... vu que les statistiques donnent une réalité bien différente de ce qu'ils veulent nous faire croire... Ça dit lutter contre le racisme... ils sont parmi les plus racistes d'Amérique (et c'est pas rien). Ça dit défendre les noirs, ils détruisent leurs quartiers, voitures, magasins, les monuments qu'ils se sont cotisés pour payer, et si t'es pas d'accord et que t'es noir, t'es un "oncle Tom".

Les noirs qui crèvent chaque jours, ils en ont rien à foutre. Par contre quand c'est un noir tué par un policier blanc (si le policier est noir ça ne marche pas), c'est les émeutes... belle image des noirs donné au reste de l'Amérique soit dit en passant. Le fondement même de leur lutte est raciste.

Ce sont des terroristes racistes qu'on érige sur le piédestal de la bien bien-pensance, le tout avec la complicité criminelle de nombres de médias. Médias qui se feront mordre la main par le monstre qu'ils nourrissent.
Enfin quelqu'un qui a suivi ça fait plaisir à voir
5  3 
Avatar de Superzest 76
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 15:31
@Neckara

En même temps si Trump était pas si mentalement atteint ça serais plus simple
c'est quoi son excuse pour avoir retweeter une vidéo avec un de ses fan qui crie "White power" ? 4
4  2 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 19:41
Avatar de Angelsafrania
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/07/2020 à 9:13
Il faut dépassionner la discution et revenir un peu au sujet.

Les lois en France et au U.S.A. sont différentes (aux U.S.A. y'a même des différences entre les états). A l'origine les philosophies même des droits français et américain sont différentes.

Les appels à la haine et à la violence sont interdits en France, au U.S.A. je ne sais pas ce qu'il en ait exactement, mais même en France est-ce qu'une entreprise à le droit de déterminé si c'est un appel à la haine ou à la violence ? C'est le rôle d'un juge, ou d'une cours de justice normalement. C'est bien pour ça qu'une loi voté à été déclarée presque entièrement anti-constitutionnelle ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_co...0mai%202020%20 ).

Ils peuvent se réfugier derrière les conditions générales du site (ce qu'ils font actuellement) pour censurer. Est-ce que c'est bien ? C'est ça le problème, les conditions générales qui permettent de faire ce genre de chose. Conditions générales qui ne peuvent pas être partiellement acceptées, ni négociées.

Après le pourquoi ils font ça, il faut pas se mentir c'est juste pour la tune. Leur image impacte les publicitaires à qui il vendent les emplacements, donc s'ils ont une mauvaise image les publicitaires achètent moins (ou moins chère) les pubs.
2  0 
Avatar de emilie77
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/07/2020 à 10:14
Citation Envoyé par Angelsafrania Voir le message
Il faut dépassionner la discution et revenir un peu au sujet.

Est-ce qu'une entreprise à le droit de déterminé si c'est un appel à la haine ou à la violence ? C'est le rôle d'un juge, ou d'une cours de justice normalement
C'est ce que je pense, merci. En plus si une personne a fait un appel a la haine va payer des ammendes, ou faire de la prison a la limite, mais elle ne doit pas perdre la possibilité de parler/ecrire meme sur un reseaux
2  0 
Avatar de emilie77
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 10:28
Je n'aime pas du tout Trump mais je ne trouve pas correct bloquer les comptes. S'il fait des "crimes" on le juge mais pour le reste c'est censure. Un banner avec ecrit "conduite haineuxe" ca suffit
8  7 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/06/2020 à 15:55
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Je suis vraiment désolée que ne pas pouvoir appeler à la violence ou à la haine, sur Internet ou dans la rue, constitue une telle encontre à tes droits individuels
Ben oui, parce que dénoncer les violences c'est de l'appel à la violence et à la haine, et encourager de tabasser des personnes du fait de leur couleur de peau, c'est de la lutte contre le racisme...

War is peace, freedom is slavery.

Citation Envoyé par Superzest 76 Voir le message
En même temps si Trump était pas si mentalement atteint ça serais plus simple
c'est quoi son excuse pour avoir retweeter une vidéo avec un de ses fan qui crie "White power" ?
Je ne suis pas fan de Trump, mais faut dire qu'en face, c'est loin d'être mieux. Surtout le traitement médiatique malhonnête fait derrière. Trump dit suffisamment de bêtises pour ne pas en inventer de toutes pièces.

Comme l'histoire où il a dénoncer les violences des deux côtés à Charlottesvilles. C'était l'un des seuls à dénoncer les antifa, un groupe classé terroriste domestique et très violent. Plutôt que de le féliciter pour avoir dit enfin une chose intelligente, les média se sont foutu de sa gueule. Médias qui encourageaient ces violences, et les taisaient ensuite.

Concernant la vidéo, vu la masse d'utilisation de Twitter de Trump, on va pas me faire croire qu'il réfléchit beaucoup avant de poster. On a juste dû lui dire "regarde une vidéo de sympathisant", il a juste retweeté sans réfléchir... Fin, je ne pense pas que cela vous étonnera.

Ensuite, tu nous fournis une description assez biaisé de la vidéo en question. Il s'agit de personnes en mini-cart (? vous savez les trucs de golfs ?) en mouvement qui sont à côté de manifestants anti-Trump. Les manifestants leurs crient quelque chose, et l'un des contre-manifestants sur la vidéo leur rétorque "white power". La personne est pas toute jeune, et ne semble pas être un white supremacist. Il a rétorqué "white power" à ce que des manifestants lui disaient, probablement pour les provoquer. Quand on est énervé, on cherche à énerver l'autre, et vu qu'ils l'ont traité de raciste, ben ... la réponse était toute trouvée. Cela pourrait aussi être un parallèle au "black power". Enfin bref, faut pas chercher plus loin.

C'est un rien monté en épingle par les média qui n'ont que cela à faire quand ils ne se moquent pas de la coiffure de Trump.
4  3