IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

StopCovid : avec 1,8 million d'activations et seulement 14 notifications, l'application est-elle vraiment utile et efficace ?
Cédric O reste optimiste malgré les chiffres décevants

Le , par Axel Lecomte

1.4KPARTAGES

6  0 
Ce 23 juin, Cédric O a tenu une conférence de presse pour faire « un point d’étape » sur l’application française StopCovid. Si le secrétaire d’État au numérique a affirmé que l’application « fonctionne bien », son utilité et son efficacité sont encore discutables. En effet, seulement 14 notifications de contact à risque ont été enregistrées alors que StopCovid compte actuellement 1,8 million d’activations.

L’application fonctionne comme prévu

D’après Cédric O, StopCovid n’a pas rencontré de problèmes majeurs depuis son lancement, le 2 juin. Néanmoins, le système de détection pour la version iOS est moins efficace, compte tenu des restrictions liées à Bluetooth dans les iPhone, qu’Apple a refusé de lever. Mais grâce aux techniques de contournement mises en place, l’application a pu fonctionner comme prévu, note le secrétaire d’État. D’ailleurs, il a assuré que des améliorations sont en cours et que les retours des utilisateurs sont pris en compte.

Respect de la confidentialité et de la vie privée

Durant le développement de l’application, de nombreuses voix se sont élevées, demandant plus de détails sur la façon dont StopCovid respecte la vie privée des utilisateurs. En guise de réponse, Cédric O a précisé qu’il n’y a pas eu de fuites de données et que le système de crypto-identifiant permet d’assurer le respect de la vie privée de l’utilisateur. D’ailleurs, « des audits sont en cours ou devraient être mis en place dans les jours à venir, à la fois de la CNIL et du Comité de contrôle et de liaison indépendant, voté par les deux assemblées, qui enclenchera ses contrôles ».

De son côté, Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI, a précisé que le protocole ROBERT, sur lequel est basé StopCovid, est partagé publiquement. Il a également rappelé que le code source et les composants de l'application mobile sont disponibles sur GitLab.

Des chiffres décevants

Depuis sa mise en ligne, StopCovid compte 1,9 million de téléchargements et 1,8 million d’activations. Durant la semaine dernière, 190 000 enregistrements ont été comptabilisés, un chiffre qui évolue à un rythme régulier. Pour autant, il y a eu un peu moins de 24 000 désactivations et 460 000 désinstallations. En outre, il est à noter qu’une dizaine de milliers d’utilisateurs désinstallent l’application chaque jour et que cette évolution a été significative ces derniers temps.


Pour expliquer le nombre croissant de désactivations et de désinstallations, Cédric O a mis en évidence la probable baisse de la crainte des Français relative à l’épidémie ainsi qu’une estimation de la part de ceux-ci d’une utilité moindre de l’application.

Du côté des données sanitaires, 68 personnes ont décidé de se déclarer par QR Code dans StopCovid, 205 autres utilisateurs ont été signalés comme étant à proximité de ces personnes. Et sur ces 205 personnes, seules 14 ont reçu une notification qu’elles devraient prendre contact avec un médecin.


Cédric O estime que ces faibles chiffres sont notamment dues à la baisse rapide de la prévalence de l’épidémie au sein de la population. Il a également fait part de son étonnement sur le nombre de notifications, qui est, d’après lui, « assez faible ». « Ce sont des éléments que l’on doit confirmer par des études de terrain. Il est possible que ce nombre soit logique, compte tenu du fait que vous ne remontez vos contacts que sur 48 heures », a-t-il expliqué. De plus, « il est possible que nous devions améliorer une partie de la manière dont les gens utilisent l’application », a-t-il abondé.

Pour sa part, Vittoria Colizza, directrice de recherches à l'Inserm, a déclaré que l'efficacité de StopCovid dépend de son taux d'adoption. D'après elle, il faut donc qu'un grand nombre de personnes utilise activement l'application pour qu'elle donne des chiffres satisfaisants.

L’équipe de développement va notamment se pencher sur l’interopérabilité européenne

Cédric O a dévoilé trois points sur lesquels l’équipe de développement de StopCovid va se pencher : l’amélioration de la réponse sanitaire autour de l’application, la mise en place d’actions spécifiques sur les clusters et les zones à risque et le l’interopérabilité européenne”. Sur ce dernier point, les études sont déjà en cours. « Nous menons un travail constant avec la Commission européenne sur le protocole DESIRE (suite logique du protocole ROBERT) afin de travailler à une solution européenne souveraine qui soit interopérable, quelle que soit l’architecture choisie par les différents pays », a précisé le secrétaire d’État.

Une nouvelle version sera publiée ce jeudi

Plusieurs versions de StopCovid sont déjà sorties. Les dernières en date sont respectivement 1.04 pour Android et 1.03 pour iOS. Bruno Sportisse, PDG d'INRIA, a annoncé la sortie de la version 1.1 pour ce 25 juin. Celui-ci sera doté de quelques nouveautés dont un système de captcha, développé à partir d’une solution proposée par Orange. Cette nouvelle version comprendra également des améliorations du fonctionnement technique de l’application grâce aux remontées des utilisateurs.


Par ailleurs, la décision prise par la France, de développer une application de suivi de contacts à partir du protocole ROBERT, est saluée par Guillaume Poupard. D’après lui, « si on commence à se décharger sur des acteurs numériques privés non européens de sujets aussi graves que la santé publique, je pense qu’on fait un pas de plus dans une direction qui est particulièrement risquée à long terme ».

Source : Conférence de presse

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

StopCovid : l'association anticorruption ANTICOR s'interroge sur le coût de maintenance de l'application, et alerte le parquet national financier sur des soupçons de favoritisme
StopCovid : le gouvernement affirme que l'app a dépassé les 600 000 téléchargements, mais la maintenance et l'hébergement pourraient coûter tous les mois entre 200 000 et 300 000 euros
Pourquoi le projet français d'application StopCovid fera très probablement un bide ? Voici quelques pistes de réflexion
StopCovid : l'INRIA dévoile ROBERT, un protocole mis au point pour la construction d'applications mobiles de suivi de contacts, en réponse à celui d'Apple et Google
StopCovid : le gouvernement demande à Apple de lever certaines restrictions liées à Bluetooth dans les iPhone, pour permettre à l'application de fonctionner

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 8:41
Il y a au moins une chose qui reste certaine en ce bas monde : la France est nulle en terme d'anticipation mais reste championne du monde pour ce qui est des dépenses inutiles.
15  1 
Avatar de axel584
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 9:57
Tous les sites et les réseaux sociaux ont expliqués pendant plusieurs semaines que l'application était liberticide, intrusive etc. Il ne faut pas s'étonner que peu de personnes l'utilisent...

Alors que d'après moi, elle l'est beaucoup moins que d'autres applications, mais que les précautions présentées donnaient effectivement une impression d'atteintes aux libertés (à force de dire que ce n'est pas géolocalisé, c'est du bluetooth, les données sont anonymisées etc. les gens se méfient de toutes ces précautions présentées...)
A côté de ça, on a des applis comme Facebook qui nous géolocalise ("machin n'est pas très loin, faites lui coucou"... "Attention, un attentat à eu lieu à côté de chez vous, dites aux gens que vous allez bien"...) et cela semble moins poser de problème éthique...
Je rappelle juste que pour les entreprises, si c'est gratuit, c'est vous le produit...

Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
11  2 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/08/2020 à 16:03
A si il y a eu les résultats voulu. La boite du bon copain qui a eu ça en charge c'est fait un max de blé dessus et si je ne me plante a même surfacturé les serveurs.
10  1 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 20:48
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Dans sa délibération, la CNIL émet des doutes quant à la sécurité des données transmises.
Des doutes...
Des doutes ?
Elle voit noir sur blanc que les données sont en clair et elle se contente d'émettre des doutes sur la sécurité des données ?
Elle se fout de qui là, la CNIL ?

Encore un bel exemple de son abandon de poste. Quand c'est ambiguë, elle se garde bien de dire quoi que ce soit, et se contente de relever les évidences grosses comme des maisons en les relativisant. C'est juste honteux !

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Si ces modalités de stockage peuvent être admises compte tenu des contraintes techniques et de la nécessité de mettre en œuvre, à brève échéance, le système de contrôle des justificatifs, elle appelle néanmoins le Gouvernement à mettre en place des mesures d’information des personnes
C'est le gouvernement qui décide des dates. S'il n'est pas capable de fournir ce qu'il faut en temps et en heure, il recule la date. S'il ne veut pas reculer la date, alors qu'il mette les moyens nécessaires pour faire un travail de qualité en temps et en heure. Si c'est une question de sécurité sanitaire, et vu le temps qu'on a passé chez nous, on n'est plus à une semaine près. Ça fait combien de temps qu'il bosse sur cette foutue application ? Non, un tel niveau de sécurité n'a rien d'acceptable.

Gouvernement d'incompétents soutenu par des contrôleurs incompétents ! C'est juste scandaleux !
10  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/07/2020 à 10:22
Et je trouve ce genre d'article sur le COVID bien plus pertinent que ces soi-disant applis de suivi :

https://theconversation.com/covid-19...afrique-139943

les Africains ont l'expérience d'Ebola. Les asiatiques ont l'expérience de la grippe aviaire (et quelques autres). et on continue à ignorer leurs retours d'expérience. Pas étonnant qu'on en prenne plein la tronche. L'article est sans doute angéliste par bien des aspects, mais il point une faille réelle de l'occident : son complexe de supériorité.
8  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/12/2020 à 2:12
Moi je veux bien faire la prochaine appli du gouvernement, seulement 1 M € au lieu de 6 M €, offre spéciale Black friday

Macron, j'attends ton coup de fil

PS : je n'oublierais pas évidement de verser 500 000 € à la fondation Brigitte Macron comme convenu la dernière fois
9  1 
Avatar de Angelsafrania
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 15:40
Citation Envoyé par axel584 Voir le message
Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
Majorité ?

20,7M de voix pour macron au second tour
=> 66,1 % des suffrages exprimés aka pas null/blanc (le chiffre qui est dans tous les journaux)
=> 43,6 % des inscrit sur les listes électorales (ça le fait moins déjà)
=> 30,9% de la population française (là y'a les jeunes aussi mais bon en quoi ceux qui avait 17 ans à l'époque et qui ont 20 ans maintenant l'on choisi ?)

On peut faire pareil pour l'ensemble des votes.

Mais c'est un autre débat.
8  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 18/07/2020 à 9:24
Je crois que c'est aussi le pourcentage de confiance envers ce gouvernement
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/01/2021 à 13:36
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
La personne flash ce code (il suffit donc d’un téléphone avec appareil photo) et fait ainsi un check-in à la date ‘d’ pour une durée ‘t’ dépendant du type de lieu.
Je crois qu'il faut également que le téléphone soit connecté à internet

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
L’avis du CCL-Covid évoque que les codes QR pourraient être déployés dans un large éventail de lieux publics fermés où le risque de transmission du SARS-CoV-2 est élevé, dont les transports en commun. Le cabinet de Cédric O précise quant à lui que la fonctionnalité a surtout été pensée pour accompagner la réouverture des bars, restaurants et salles de sport, dont la date n’est toujours pas connue.
Il y a quelque chose que je n'ai pas trouvé dans l'article :
- Est-ce qu'il est possible d'entrer dans le lieu public sans flasher le QR Code ?
- Si ce n'est pas le cas, comment on contrôle qu'une personne a flashé le QR Code avec succès ? Et comment on l'empêche d'entrer dans le lieu public si elle ne l'a pas fait ?

Par contre si c'est facultatif, il n'y a aucun problème, les gens qui n'ont pas de smartphone pourront aller au bar et à la salle de sport.
7  0 
Avatar de ijk-ref
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/03/2021 à 17:00
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
La France vient de perdre plus de 250 milliards à cause du covid et de la médiocrité intersidérale de la santé, et Anticor s'inquiète du coût dérisoire d'une application. Application qui ne sert probablement à rien mais qu'il serait bête de ne pas avoir dans le cas contraire. Ces associations n'ont plus les pieds sur terre elles non plus.
Rien ne tient dans tes propos. Anticor est une association anticorruption donc elle est dans son rôle de dénoncer une potentielle corruption. Sa fonction n'est pas de jouer aux cartes et de se plaindre du coût du Covid dû à sa gestion. C'est encore plus ridicule quand tu prétends qu'elle dénonce l'utilisation d'une telle application alors que c'est clairement écrit que ce n'est pas sa fonction.
7  0