Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple et Google lancent un outil commun de traçage du COVID-19 pour iOS et Android
Il se traduira d'abord par une API, puis un outil intégré nativement aux deux systèmes

Le , par Olivier Famien

732PARTAGES

9  0 
À la faveur de l’intensification de la crise sanitaire, de nombreux pays commencent à se tourner de plus en plus vers les applications de « ;contact tracing ;» (traçage des personnes pour déterminer si elles ont été exposées à une personne atteinte du COVID-19). En général, ces applications utilisent le même principe de fonctionnement. Elles se servent du Bluetooth pour transmettre un identifiant anonyme à un autre utilisateur qui se trouve à proximité pendant un temps défini. Et lorsqu’une personne est dépistée comme porteuse du virus, un message anonyme est envoyé à toutes les personnes dont les identifiants ont été récupérés par l’appareil du malade.

Que ce soit à Singapour, en Pologne, en Autriche pour ne citer que ces lieux, des applications de suivi de contacts ont déjà été mises à la disposition du public. À la suite de ces pays, nous avons la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne qui travaillent également sur le même projet. Aussi, pour éviter que l’on se retrouve avec une disparité d’applications au sein de l’Union européenne, le Contrôleur européen de la protection des données a appelé les États membres à mettre en œuvre une application mobile paneuropéenne pour le traçage des contacts.

Google et Apple main dans la main pour lutter contre le COVID-19

Eu égard à la volonté des gouvernements d’utiliser ces applications de contact tracing pour lutter efficacement contre la propagation du coronavirus, Apple et Google viennent d’annoncer le lancement d’un partenariat pour la mise en œuvre d’une solution commune qui permettrait de retracer plus efficacement les infections. Dans les faits, cette mutualisation des efforts se traduira par l’implémentation d’une « ;solution complète qui comprend des interfaces de programmation d’applications (API) et une technologie au niveau du système d’exploitation pour aider à activer le suivi des contacts ;».

Compte tenu de l’urgence, les entreprises annoncent que ce plan sera mis en œuvre en deux étapes. « ;Tout d’abord, en mai, les deux entreprises publieront des API qui permettent l’interopérabilité entre les appareils Android et iOS à l’aide des applications des autorités de santé publique. Ces applications officielles seront disponibles pour les utilisateurs à télécharger via leurs boutiques d’applications respectives ;».


« ;Deuxièmement, dans les mois à venir, Apple et Google travailleront pour permettre une plateforme de suivi des contacts plus large basée sur Bluetooth en intégrant cette fonctionnalité dans les plateformes sous-jacentes ;». Selon les deux entreprises, « ;il s’agit d’une solution plus robuste qu’une API et qui permettrait à davantage de personnes de participer, si elles choisissent d’y adhérer, ainsi que de permettre l’interaction avec un écosystème plus large d’applications et d’autorités sanitaires gouvernementales ;».

Cette annonce semble arriver à point nommé, car les applications de traçage des contacts mises à la disposition du grand public montraient jusque-là leurs limites en ce qu’elles ne permettaient pas d’échanger des données par Bluetooth entre les appareils iOS et Android. Des chercheurs du MIT qui ont présenté, il y a quelques jours, une application de contact tracing utilisant le Bluetooth à l’instar du système Find My d’Apple ont également reconnu que pour que cette application soit efficace, il faut que Google, Apple et Microsoft collaborent de manière très étroite. C’est donc pour résoudre tous ces problèmes que les deux sociétés, qui représentent environ 99 % du marché des mobiles, ont commencé, il y a deux semaines, à travailler ensemble afin de sortir cette API qui sera disponible en mai et un peu plus tard un outil natif qui fera les mêmes tâches que les applications de traçage des contacts.

Comment cette solution pourrait fonctionner ;?

Selon les déclarations des deux entreprises, l’API est simple et devrait être relativement facile à intégrer pour les applications existantes ou futures. Une fois intégrée, l’API permettrait à une application de contact tracing développée par une agence gouvernementale de santé de demander aux utilisateurs d’activer le suivi des contacts. Et lorsque l’utilisateur donne son accord, l’application diffuse un identifiant rotatif anonyme vers les appareils que la personne rencontre à une distance de moins de 1,8 m.

Il faut noter que les identifiants changent toutes les 15 minutes. Et si une personne utilisant l’application est déclarée positive au coronavirus, avec un consentement supplémentaire, l’application transmet ses identifiants des 14 derniers jours au serveur de l’agence de santé. Si parmi les contacts, un utilisateur a une application de santé publique, son application va télécharger les clés de l’utilisateur testé positif et l’application va l’avertir qu’il a été en contact avec une personne déclarée positive. Ensuite, des recommandations seront faites à ce dernier pour qu’il puisse prendre des mesures adéquates pour la suite.


Pour ce qui concerne la deuxième phase, elle consiste à intégrer un outil de traçage des contacts à un plus bas niveau dans les systèmes d’exploitation Android et iOS. L’avantage avec cette seconde solution est qu'elle éviterait aux utilisateurs de télécharger des applications de tracking des contacts fournies par les agences de santé publique. Ainsi, même si une personne n’a pas téléchargé une application de contact tracing, cet outil natif lui permettrait avec son consentement de suivre les contacts et d’être également suivie.

Par contre, Google a déclaré que les outils et les mises à jour ne seraient pas disponibles là où ses services sont bloqués, comme en Chine ou sur des appareils Android non officiels. Apple de son côté fournira les technologies en tant que mises à jour de son système d’exploitation iPhone.

Des arguments qui peuvent rassurer les utilisateurs ;?

Un des points importants que rappellent les deux entreprises dans leur déclaration est « ;la confidentialité, la transparence et le consentement ;» qui sont pour elles de la plus haute importance dans cet effort. Le système ne géolocalise pas les utilisateurs, mais envoie un identifiant Bluetooth aux appareils à proximité, ont souligné les deux entreprises. En outre, l’identifiant change toutes les 15 minutes et n’est aucunement lié à l’identité de l’utilisateur. Ces identifiants passeront par un simple serveur relais qui peut être géré par des organismes de santé du monde entier. Ces serveurs n’ont pas la capacité de suivre les utilisateurs, Google et Apple ont fait remarquer.

Il convient de préciser également que la liste des identifiants est stockée localement sur le téléphone et n’est partagée que lorsque l’utilisateur donne son consentement que ce soit dans l’application ou dans l’outil intégré au système. Par ailleurs, les autorités de santé publique devraient approuver qu’une personne a été déclarée positive avant de pouvoir envoyer les données. Enfin, Google et Apple s’engagent à ne pas utiliser ces technologies (API pour les applications ou outil intégré nativement au système) au-delà de la pandémie actuelle.

Elles ajoutent que l’API sera implémentée en consultation avec les parties prenantes intéressées. « ;Nous publierons ouvertement des informations sur notre travail pour que d’autres les analysent ;», ont précisé les deux entreprises. Cette initiative permettra donc aux deux entreprises de mettre dans un même creuset ce qu’elles savent faire de mieux. La confidentialité des utilisateurs qui tient assez cher à Apple et la maîtrise de l’open source que l’on reconnaît à Google.

Des difficultés qui peuvent mettre à mal les outils proposés

Même si les solutions proposées par Google et Apple viennent lever un obstacle majeur dans la lutte contre le coronavirus, leur efficacité ne pourrait être démontrée que lorsqu’une grande majorité de personnes adoptera ces applications ou ce outil de contact tracing. En France par exemple, près de 22 % des ressortissants n’ont pas de smartphone. Il va donc falloir réfléchir à une solution qui prenne en compte ce problème.

En sus, pour que ces solutions s’avèrent efficaces, il faut également que l’on puisse sortir pour croiser des personnes. Or, il se trouve qu’actuellement, de nombreux pays sont passés en mode confinement total. Ces solutions ne seront donc utiles que pour les pays qui ne pratiquent pas le confinement ou le pratiquent de manière partielle. Mais également, il faut que les utilisateurs effectuent des tests de dépistage et quand ils auront été déclarés positifs, choisissent de partager leurs données pour que les contacts puissent en être informés et prennent des mesures de quarantaine ou de consultation médicale.

Les utilisateurs préoccupés par leur vie privée

Dans les zones où les personnes habitent côte à côte comme dans les bâtiments, l’application de contact tracing ou le système natif pourrait émettre un signalement pour des personnes dans des pièces adjacentes alors qu'elles ne partageraient pas réellement l’espace avec l’utilisateur, souligne un internaute.

À côté de cela, certains utilisateurs sont préoccupés par les risques de bogues qui pourraient être exploités par des pirates pour voler des données collectées sur les appareils des utilisateurs. De même, d’autres utilisateurs n’écartent pas la possibilité d’activer accidentellement le consentement, ce qui donnerait la permission à l’application ou au système d’envoyer les données, alors que l’accord n’a pas été volontairement donné. Enfin, quelques personnes soulignent que ces outils pourraient persister même après la crise du coronavirus et conduire à une surveillance de masse d’un genre nouveau.

Au-delà de toutes ces préoccupations, cette crise aura au moins eu un bon côté comme on le constate avec cette initiative. Pour certaines personnes, il serait même intéressant que cette interopérabilité entre les téléphones mobiles iOS et Android ne se limite pas seulement aux applications de contact tracing, mais aille au-delà en permettant une communication totale par Bluetooth entre les appareils de ces deux plateformes. Mais à ce niveau, il faut que les intérêts commerciaux ne soient plus en jeu comme c’est le cas avec la crise du COVID-19.

Source : Apple, Google, Spécification de l’API

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous des outils proposés par Apple et Google pour lutter contre le virus ;? Bons ou mauvais ? Efficaces ou inutiles ?

Pensez-vous que ces outils pourraient violer la vie privée des utilisateurs ;?

Selon vous, les outils proposés par ces deux entreprises pourraient-ils entraîner des dérives ?

Voir aussi

Le Contrôleur européen de la protection des données appelle à la mise en œuvre d’une application mobile paneuropéenne pour suivre le COVID-19, l’initiative devrait lancer sa plateforme cette semaine
« ;Les mesures de surveillance high-tech contre l’épidémie de Covid-19 survivront au virus et pourront devenir permanentes ;», prévient Snowden à propos de méthodes comme le traçage de smartphones
Le gouvernement suisse fait appel à Swisscom pour lui signaler les regroupements d’individus dans une tentative pour faire respecter les mesures de distanciation sociale
Covid-19 : faut-il pister les téléphones pour cibler les lieux de rassemblements ;? Le PM canadien n’écarte pas l’idée d’aller vers un « ;totalitarisme sanitaire ;», d’après les défenseurs des libertés
StopCovid : la France travaille sur une application qui va tracer l’historique des contacts avec les malades, mais la piste de la géolocalisation est écartée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 14:44
apple et google ne placent pas de garde fous, ils placent des restrictions pour que les autres ne puissent pas s'en servir. il ne faut pas s'inquiéter pour ça, google et apple se gardent le droit de faire tout ce qu'ils veulent, y compris faire croire qu'ils respectent la vie privée.

quelle blague.
7  1 
Avatar de ijk-ref
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/09/2020 à 22:09
Citation Envoyé par epsilon68 Voir le message
et voila comme d'hab, a se demander si ce n'etait pas fait expres tout de meme non ?
Les omniscients et omnipotents Dieux Google et Apple ne font PAS - JAMAIS - d'erreurs. Tout est prémédité, ils ont un plan - Amen

Si tu connais un peu l'histoire de l'informatique, aucun humain a crée de système (réseau) infaillibles. Pour croire que Google et Apple y échappent c'est leur prêter des pouvoirs inhumains.
3  0 
Avatar de Malabarre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 15:27
Quelle étrange qualification désigner décentralisée chez Les Gafa ou centralisée dans une agence publique. Ça manque de clarté ou un flou volontaire? Car stocker dans les postes usagers, avec des identifiants cachés, mais parfaitement "révèlables" une fois un stockage adressé à une autorité centralisatrice. Une IA chez l'un des intermédiaires sera capable de croiser les déclenchements, avec les adresses des postes ayants chargé l'application, et donc créé un identifiant générateur des clés secrètes. La certification médicale reliera aux bases( - Ameli ... ou autres). D'ailleurs le projet de texte de loi en France prévoit déjà l'exception qui sera un précédent, usera-t-on encore une fois de la nécessité "sanitaire"?
2  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/05/2020 à 20:58
Quelle sera l'efficacité des applications Covid-19 ? Sur ce point, les auteurs de CommitStrip sont pessimistes :

http://www.commitstrip.com/fr/2020/05/29/covid-go/
2  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/09/2020 à 19:50
L’API n’étant pas entièrement open source, une tierce partie n’est pas en mesure de proposer une solution.
...d'où l'importance, autre que politique, d'adopter des solutions sous licences "libres" à copyleft fort.
2  0 
Avatar de pkplomb46
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/04/2020 à 18:37
Je serai currieux d'avoir l'avis de la CNIL sur le sujet ...
1  0 
Avatar de SQLpro
Rédacteur https://www.developpez.com
Le 05/05/2020 à 16:41
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Merci à Apple et Google de placer des gardes fous de sorte à forcer le respect de la vie privée de tout un chacun !!!

Ce qui me fait m’interroger est le fait de constater que ce sont des entreprises privées qui doivent se positionner de la sorte pour que nos droits soient respectés !?
Tu te trompes légèrement... En effet, google te géolocalise en permanence dès que tu es en possession d'un téléphone android. Même si tu désactive la géolocalisation, Android continue de te tracer, mais n'envoie pas les informations en temps réel. il les enverras dès que pour une raison quelconque, une application te demandera d'être géolocalisée.....

Ce qui est bien la pire des situations, car Google pourra ensuite revendiquer le monopole de toutes les informations liées au Covid et vendre tout cela au plus offrant!
https://www.sciencesetavenir.fr/high...lephone_116061
https://hal.inria.fr/hal-01575519/document

A +
2  1 
Avatar de epsilon68
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/04/2020 à 9:17
ils n'ont rien d'autre a faire que de pondre une api de tracage ?
ca va etre parfait ca pour etre utilise a tout sauf a nous protéger du corona virus.
franchement n'imp, le monde est fou
1  1 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/04/2020 à 19:03
Bonsoir,

1) Je vais m'arranger pour jarter cette appli, ci celle ci bouffe de la batterie et de la ressource sur mobile. A quoi bon laisser tourner un truc inutilement en continue ? Le ping personne connait ?
2) C'est décidé je désactive bluetooth sur fixe et mobile (pc compris).
0  0 
Avatar de Malabarre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 28/04/2020 à 9:13
Je suis A, je croise B, dès la détection (quelle proximité?) un dialogue s’établit entre les couches cachées des systèmes Bluetooth, on mesure cette durée (quelle bonne durée estimée à moins de 2 m?) et dans ce cas A enregistre l'adresse (qui change chaque 1/4 d'heure).
J'imagine croiser dans mes déplacements, dans mes queues à la caisse de l'hyper, dans un bus ou un wagon, ... beaucoup de gens.
Dans les 14 jours B qui n'avait aucun des premiers symptômes connus (s'il en avait j'espère qu'il avait pris soin de rester chez lui) a une poussée de fièvre (peut-être détectée par un vigile à l'entrée d'une salle de spectacle?) il a pris soin de contacter le 0806800540 qui l'a aiguillé sur le 15 qui a confirmé qu'il devait se faire tester (par son déplacement ... chez un généraliste, dans un labo?) le prélèvement effectué il est resté 2 jours à attendre la confirmation.
Soit B est testé "non positif" et la vie continue ... et il devra se refaire tester si les symptômes s'aggravent (car il est fréquent d'avoir des faux négatifs d'où l'inutilité des tester "tout le monde"* soit B est "positif" et en plus de s'isoler B doit indiquer sa positivité dans l'application peut-être en indiquant un code "clef de sécurité" ou directement par un praticien lors du premier traitement ou hospitalisation (car de fausses alertes sont à éviter!!!).*
Ce signalement par B déclenche une communication du téléphone de B vers le service centralisateur (donc les Google-Apple et autres fournisseurs d'accès Orange, Xavier Niel, Numéricable-SFR, ...) connaitront par des fonctions signalées spécifiquement par cette appli qu'une détection a eu lieu, quel individu (son num tel) et une communication dont la durée signifiera le nombre de contacts transmis, voire une géolocalisation GPS, et plein d'autres infos "normalement" communiquées dans ces liaisons.
Le centre décryptera les équivalents des numéros de téléphones "tracés" reçus lors de ce signalement, puis adressera semble t-il un SMS d'alerte!
Donc moi A, reçois un tel message dans lequel on m'invite à prendre des précautions, sûrement immédiatement me mettre à l'écart, prévenir mes proches, mon patron ... et appeler le 0806800540* et dérouler la démarche (ici même sans symptômes?).

On imagine avec l'incertitude des tests "non positifs", une contagiosité asymptomatique, combien cette chaine doit avertir et paniquer combien de personnes si rapidement.
En fait c'est comme le confinement qui ralenti l'affluence dans les hôpitaux, c'est la quantité de smartphones qui ne seront pas au rendez-vous qui limitera les détections.
Mais alors la circulation sera pratiquement incontrôlable. Une usine à gaz pour rien.
0  0