Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des documents montreraient que Huawei envoyait du matériel informatique américain vers l'Iran,
Pourtant interdits du fait de l'embargo commercial imposé par les États-Unis à l'Iran

Le , par Victor Alisson

229PARTAGES

5  0 
Reuters annonce avoir mis la main sur des documents internes de Huawei montrant l’implication directe de la firme chinoise dans l’envoi d’équipements informatiques américains, pourtant interdits du fait de l’embargo commercial imposé par les États-Unis, à Mobile Telecommunication Co of Iran, un grand opérateur iranien de téléphonie mobile connu sous le nom de sa filiale MCI (une société contrôlée par des corps d’élite des gardiens de la révolution islamique). Il s’agirait notamment de documents qui datent de décembre 2010, indiquant deux listes de colis expédiés par Huawei contenant du matériel informatique produit par Hewlett-Packard Co à destination de l’Iran. Un autre document, qui daterait cette fois de février 2011, semble attester l’expédition évoquée précédemment en ces termes : « actuellement, l’équipement est délivré à Téhéran, et attend le dédouanement ».

Le géant chinois de l’équipement informatique a toujours nié toutes les accusations à son encontre concernant des violations faites aux sanctions commerciales imposées par Washington à la république islamique. Il y a lieu ainsi de rappeler l’inculpation portée contre Huawei de fournir des serveurs informatiques et d’autres équipements de ce genre de la marque HP, ainsi que des logiciels fabriqués par des firmes américaines, telles que Symantec Corp, Microsoft Corp et Novell Inc, à un opérateur de télécommunication iranien.

En décembre 2018, la fille du fondateur de Huawei et directrice financière de Huawei Technologies, Meng Wanzhou, a fini par comparaitre devant la justice canadienne, et pointée du doigt comme étant la dirigeante de Skycom Tech Co Ltd au début des années 2010. Ce dernier, considéré comme une filiale de Huawei, est désormais accusé de violer explicitement les sanctions commerciales contre l’Iran. D’autres affirmations indiquaient même Skycom comme « Huawei Iran ». Mais, les dirigeants de Huawei ont toujours nié ces accusations.


Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei et fille du fondateur de la firme chinoise, lors de la comparution devant la justice canadienne

Les documents qui seraient interceptés récemment évoquent l’implication de Huawei dans un projet de télécommunication avec l’Iran qui coûterait des millions de dollars. De même, ces documents citent le nom d’une autre société chinoise (contrôlée par une société d’État chinoise), Panda International Information Technology Co : celle-ci s’engagerait dans une relation commerciale étroite avec Huawei et s’appliquerait à réceptionner le matériel informatique et les logiciels destinés au projet iranien mentionné précédemment.

Huawei refuse actuellement d’émettre des commentaires sur cette affaire, « en raison des procédures judiciaires en cours », selon le porte-parole de la firme. Toutefois, cette dernière a affirmé ainsi : « Huawei s’engage à respecter toutes les lois et réglementations applicables dans les pays et régions où nous opérons, y compris toutes les lois et réglementations relatives au contrôle et à la sanction des exportations des Nations Unies, des États-Unis et de l’UE ».

Tout cela émerge dans le cadre de la bataille commerciale engagée entre la Chine et les États-Unis, et plus particulièrement dans le cadre des tentatives du gouvernement américain de contrôler et limiter l’ampleur de la puissance de Huawei. Il ne faut pas oublier que Washington s’efforce également de convaincre ses alliés européens d’éviter la coopération avec Huawei dans l’équipement des systèmes de télécommunications mobiles de nouvelle génération. La bataille semble alors se renforcer sur le plan juridique, et les autorités américaines ne tarderont probablement pas à creuser ces nouvelles pistes mises en avant à travers ces documents qui seraient interceptés récemment.

Source : Reuters, United States Department of State


Et vous ?

Selon vous, quels pourraient être les impacts de cette affaire, concernant le déploiement de la 5G en Europe, par exemple ?

Comment réagiront les pays de l’UE si les accusations portées contre Huawei sont justifiées ?

Voir aussi :

De nouveaux documents lieraient Huawei à des sociétés écran présumées en Iran et en Syrie

Les Etats-Unis accusent Huawei d'avoir volé la technologie de test de téléphone portable de T-Mobile et vendu de la technologie américaine à l'Iran

Huawei dans le collimateur de la justice américaine pour vol de secrets commerciaux et détournement des technologies de ses partenaires américains

Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA

5G en Europe : Stéphane Richard, le PDG d'Orange, s'oppose à l'exclusion de Huawei

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ManPaq
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/03/2020 à 6:01
Trump ne déroge pas à la règle:
« J’ai bien accepté de libérer nos entreprises — vous savez, les emplois, j’aime que nos entreprises vendent à d’autres personnes. Donc j’ai accepté qu’ils le fassent. Une chose très complexe. Pas facile — ce ne sont pas des choses faciles à faire. Peu d’entreprises sont capables de le faire, mais [ça représente] une somme colossale d’argent. Nos entreprises étaient vraiment en colère. Ces entreprises sont d’excellentes entreprises, vous les connaissez toutes. Mais elles n’étaient pas vraiment contentes avec ça. Mais nous avons libérés ça, parce que ce n’était pas de la sécurité nationale ».(juin 2019 frAndroid)

le meilleur moyen d'interdire est d'autoriser dans un périmètre restreint et contraint, une espèce de Honeypot...

Trump ne veut pas d'une nouvelle affaire Louison (L'un des quatre braqueurs avait été tué par Franck Louison, chef d'entreprise alors qu'il se défendait.).
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/03/2020 à 9:55
Plein d'entreprises US ne respectent par l'embargo contre l'Iran, mais elles ne sont pas fait sanctionner.
D'ailleurs cet embargo n'arrange pas la France, l'Iran était un gros marché pour PSA.

Peugeot-Citroën se prépare à quitter l'Iran sous la pression des Etats-Unis
Le retour des sanctions américaines contraint le groupe PSA à quitter son plus grand marché étranger.
Trump attaque souvent Huawei, d'après moi ça montre qu'il est inquiet que les entreprises US se fassent remplacer par des entreprises chinoises.
0  0